Reims - Cergy (Division 1, 26e journée)

Un feu d'artifice à Bocquaine !

Pour clore la saison régulière, les Phénix reçoivent dans leur antre de Bocquaine les Jokers de Cergy. On peut craindre un match dénué d’enjeux, Reims ayant assuré sa quatrième place à Courbevoie lors de la journée précédente, mais Cergy est toujours en course pour le maintien. La victoire d’Anglet à Avignon quelques instants avant la rencontre à Bocquaine, leur permet de croire en leur chance de survie en D1, à condition de réitérer l’exploit de l’an passé (ndlr : victoire 7-6 à Bocquaine). Pour les hommes de François Dusseau, l’objectif reste de préparer les séries qui débutent le week-end prochain.

A l’entame du match, on imagine les Jokers surmotivés, du fait de la défaite avignonnaise (1-6). Reste alors à prendre le match par le bon bout et à faire douter la machine rémoise. Seulement, Reims est sérieux dans ces premières minutes et ne perd pas un instant pour frapper à la porte de Sandahl, œuvre de Jérémy Sabatier. Les bleus imposent un rythme élevé dans les premiers instants et la défensive de Cergy souffre déjà, se mettant rapidement à la faute à la 3ème minute. Une occasion parfaite pour les Rémois de travailler leur jeu de puissance en vue des échéances futures. Et il ne faut pas longtemps à l’attaque massive des Phénix pour faire parler la poudre. Vigners décale Vesely, posté à la bleue, pour un lancer qui oblige Sandahl à concéder un rebond que Florian Sabatier bonifie pour l’ouverture du score (1-0 à 03’03") !

Un but si précoce est souvent annonciateur d’une difficile soirée et ce but replonge sans doute Cergy dans le trouble. Pourtant, les Jokers se retrouvent en supériorité à peine une minute plus tard (04’48"). Les Parisiens ont là une chance de recoller à la marque, mais leur fébrilité va leur coûter cher. Un premier revirement à la bleue permet à Rehor de chiper le puck et de partir en break, mais Sandahl vient sauver les siens. Héros l’instant précédent, il va en être tout autrement quelques instants plus tard. En récupérant un palet dégagé en fond de zone, Sandahl rate complètement sa relance…qui profite à Savoie, venu au pressing. Le Québécois n’en demande pas autant et ajuste le cerbère suédois d’un tir en finesse ! (2-0 à 06’14"). Cergy prend un coup de masse avec ce but et se dit que la mission se complique de plus en plus. A l’opposée tout va bien pour les Rémois, mais un fait de jeu va assombrir quelque peu cela. Sur une montée de puck, Vigners commence un petit festival, mais est victime d’un coup sournois d’un avant parisien. Le Letton, très en jambe jusque là, ne s’en relève pas et c’est Sokolov qui prend la relève sur le trio avec Grill et Rouillard. Un temps perturbé par cet événement, les Phénix s’en remettent à Kubis pour maintenir le score en l’état.

Une fois les évènements digérés, les Phénix remontrent qui sont les patrons, à l’instar de Savoie répondant avec autorité à une « intervention » virile de Lascek. A 4 contre 4, les espaces s’ouvrent davantage et Reims en profite. Sur un service de Lohou, Vrielynck se présente face à Sandahl et déjoue avec malice le Suédois dans un angle restreint (3-0 à 08’44"). Cette fois-ci, les carottes semblent cuites pour Cergy, qui se dirige tout droit vers la D2. Reims déroule son hockey et bourdonne en permanence autour des cages des Jokers. Malgré tout, les Parisiens tentent de réagir, mais se heurtent à chaque fois à un Kubis des plus sereins. Le jeu reste fluide par la suite sans que la marque n’évolue et il faut attendre les 5 dernières minutes pour que cela change.

A la 16ème, Gervais profite d’un relais de Desrosiers pour partir dans un slalom en zone offensive et lancer sur la cage. Sandahl concède un nouveau rebond sur… Savoie, qui se trouve à point nommé pour propulser le rebond au fond (4-0 à 15’35"). Ce but est de trop pour le cerbère suédois des Jokers qui est chassé sur match et le jeune Müller prend place dans les cages parisiennes. Ce dernier va être mis rapidement à contribution. A la 19ème, Savoie, omniprésent ce samedi soir, décale à merveille Desrosiers qui laisse sur place la défensive visiteuse et trompe Müller d’un revers en partie supérieure (5-0 à 18’16"). L’affaire est définitivement entendue dans ce match et la sirène retentit, voyant les équipes regagner chacune leur chambre.

A l’aube du deuxième acte, Reims repart sur le même rythme et se charge de mettre à l’épreuve le gardien de Cergy. Les occasions se succèdent sur le but de Müller, qui réalise de belles parades aux devants des Desrosiers, Grill, Rehor ou encore Florian Sabatier. S’appuyant sur les prouesses de son portier, Cergy retrouve de l’allant et bourdonne autour de la cage d’un Kubis toujours aussi impeccable jusque là. La ténacité des visiteurs finit par être récompensée par Anderson au terme d’un joli mouvement initié par Fontaine puis Lemaire (5-1 à 31’31"). Cergy a sauvé l’honneur et Reims profite de cette piqûre pour repartir à l’assaut des cages adverses. Suite à une pénalité de Bogus, l’attaque massive des Champenois entre de nouveau en scène et Savoie va offrir une action de grande classe aux nombreux partisans de Bocquaine. Le célèbre n°40 des Phénix remonte la glace coté droit, fait passer le palet au dessus de la crosse de son vis-à-vis, avant de mystifier Müller d’un tir ras glace (6-1 à 33’33") !

Sur la remise en jeu, Grill décale plein axe Coustenoble, mais son lancer vient heurter la transversale et Rouillard est trop court pour exploiter le palet laissé libre. Dans la continuité de l’action, Coustenoble récupère le disque et propose un dur lancer que Müller maîtrise mal, ce qui profite à Grill pour marquer le 7ème but des locaux (7-1 à 35’10"). Une pénalité généreuse à 38’07" vient freiner la domination rémoise et Cergy va en tirer immédiatement profit. Roch lance de la bleue, Kubis lâche le rebond et Lapierre se trouve à l’affût pour réduire la marque (7-2 à 38’15"). Dans les derniers instants, Reims bourdonne autour des cages adverses et finit par trouver la faille, grâce à Rehor, qui dévie habilement une passe de Florian Sabatier (8-2 à 39’51"). Le tiers s’achève peu de temps après sur ce large score en faveur des Rémois.

A la reprise du dernier tiers de la saison régulière, la physionomie de match reste identique et, très vite, les Phénix vont aggraver la marque. A la 43ème, Florian Sabatier part dans un raid en solitaire dans la défensive des Jokers et trompe Müller d’un tir au ras du poteau (9-2 à 42’52"). Le festival des Rémois ne s’arrête pas là et le score va prendre des allures de fessée. A 46’45", Sokolov et Grill s’amusent en zone offensive, puis le Slovaque élimine deux adversaires pour servir au deuxième poteau Rouillard, qui inscrit le 10ème but (10-2 à 46’45"). Suite à ce but, François Dusseau décide de reposer Kubis et envoie le jeune Catelin dans la mêlée. Sur l’action suivante, Savoie inscrit un nouveau but sur un rebond consécutif à un essai de Desrosiers (11-2 à 47’01").

Le coach de Cergy appelle un temps mort pour remobiliser quelque peu ses troupes et éviter une correction plus sévère. En réponse, Cergy vient solliciter une première fois Catelin, qui réalise l’arrêt. Deux minutes plus tard, les Phénix vont ajouter une unité au compteur par Savoie sur un service en or de Gervais, l’avant québécois s’offrant par la même occasion un quintuplé (12-2 à 49’39") ! Avec 10 minutes à jouer, Reims peut faire tourner le chrono, mais va connaître un petit moment de déconcentration qui va lui coûter cher. Tout d’abord, suite à une relance hasardeuse, Lapierre récupère le puck et trompe en deux temps Catelin (12-3 à 50’52"). Puis, une nouvelle fois, c’est Lapierre qui se trouve au terme d’une action de Viennot pour adoucir un peu plus la note (12-4 à 51’11"). La suite du match voit les Phénix gérer leur avance et laisser aux visiteurs la direction du jeu. Nullement perturbé par les buts concédés, Catelin réalise consécutivement plusieurs solides parades face à Anderson, Viennot, Lemaire ou encore Lascek, à la plus grande joie du public rémois. En dépit d’une toute dernière pénalité de Lachat, le score n’évolue plus et les supporters rémois peuvent entamer le décompte vers le buzzer final.

Avec cette victoire, Reims a préparé au mieux son ¼ de finale le week-end prochain, qui les verra affronter les Orques d’Anglet. Cette série sera celle de tous les dangers pour les Phénix, face à une formation basque, qui compte dans ses rangs de nombreux joueurs expérimentés et/ou internationaux. Fait particulier, le premier match aura lieu en Espagne à San Sebastian, la patinoire angloye étant actuellement en travaux. Également, pour les nostalgiques, cette série sera une sorte de remake de la fameuse demi-finale de 2001, qui avait vu Anglet sortir Reims en 5 matchs.

Pour Cergy, c’est la fin d’un long calvaire tout au long de la saison, malgré un effectif de qualité sur le papier. Les Jokers devront profiter de leur passage en D2 pour se refaire une santé et tenter de remonter en D1, à l’occasion de l’ouverture du centre fédéral prévue en 2013.

Compte-rendu du site officiel des Phoenix de Reims


Reims - Cergy 12-4 (5-0, 3-2, 4-2).
Samedi 2 avril 2011 à 20h00 à Bocquaine. 983 spectateurs.
Arbitrage de Stéphane Péronnin assisté de Sébastien Geoffroy et Frédéric Le Berre.
Pénalités : Reims 8' (4', 2', 2'), Cergy 12' (6', 4', 2').
Évolution du score :
1-0 à 03'30" : F. Sabatier assisté de Vesely et Vigners (sup. num.)
2-0 à 06'14" : Savoie (inf. num.)
3-0 à 08’44" : Vrielynck assisté de Lohou et Rehor
4-0 à 15‘35" : Savoie assisté de Gervais et Desrosiers
5-0 à 18'16" : Desrosiers assisté de Savoie et Gervais
5-1 à 31‘31" : Anderson assisté de Lemaire et Fontaine
6-1 à 33'33" : Savoie assisté de Desrosiers et Kubis (sup. num.)
7-1 à 35‘10" : Grill assisté de Coustenoble
7-2 à 38'15" : Lapierre assisté de Roch et Hostein (sup. num.)
8-2 à 39'51" : Rehor assisté de F. Sabatier et Vrielynck
9-2 à 42’52" : F. Sabatier assisté de Vrielynck
10-2 à 46’45" : Rouillard assisté de Grill et Sokolov
11-2 à 47’01" : Savoie assisté de Desrosiers
12-2 à 49’39" : Savoie assisté de Gervais
12-3 à 50’52" : Lapierre
12-4 à 51’11" : Lapierre assisté de Viennot