France - Danemark (Championnat du monde féminin, division II, 3e journée)

Mission efficacité

La France entre ici dans son second match des championnats du monde.  La première rencontre face à l’Italie s’est soldée sur une courte victoire 1-0, malgré une domination affirmée. Les Françaises  doivent  donc passer un cap dans la concrétisation pour s’ériger en tête des affrontements.  En face, les Danoises ont des arguments pour l’affrontement. C’est un peu l’équipe en forme de la semaine, avec un score référence contre la Grande-Bretagne (8-1) et une victoire propre face à l’Italie (3-1). Le Danemark est une équipe sérieuse, et pourquoi pas la surprise de cette Division ? En tout cas, l’affiche déplace les foules puisque les gradins sont pleins. Les pourtours aussi sont bien remplis alors qu’ils n’était pas prévu de les ouvrir.

L’entame du match confirme la domination territoriale des Danoises. Elles s’installent en zone offensive, mais n’arrivent pas à tromper la vigilance de la gardienne française Caroline Baldin, qui signe un match exemplaire. Des arrêts propres et peu de rebonds sont la recette de son efficacité. De quoi donner de l’air à ses partenaires dont le jeu offensif se limite aux contres.

Mais à ce jeu, les Bleues sont incisives, à l’image de Soline Forher, naviguant dans la défense avant de délivrer un tir au ras du poteau gauche. Toutefois, la gardienne Nanna Glaas ferme la porte, présente sur les tirs bien que laissant des rebonds exploitables. La majorité est récupérée par ses partenaires. Mais à une minute de la fin, Mathilde Ravillard parvient à remonter jusqu’au cercle d’engagement droite et prend un tir apparemment anodin. Tir dévié mais pas capté, et c’est la capitaine française, Marion Allemoz, qui montre la voie en récupérant ce rebond (1-0 à 19'19").

Après le retour au vestiaire, la situation ne s’arrange pas pour les Scandinaves. En effet, Henriette Osergaard a été pénalisée juste avant la sirène, et ses partenaires doivent tenir les deux premières minutes en infériorité. Plus physiques, elles empêchent les Bleues de se mettre en place et renvoient le palet. La possession est disputée contre la balustrade à la rouge centrale, et c’est Doriane Gicquel qui s’en extrait magnifiquement avec la rondelle. Elle sert Betty Jouanny à pleine vitesse, perforant le rideau défensif. Elle feinte à gauche, ramène le palet à l’opposé et tire derrière la gardienne (2-0 à 21'39").

On dit  que les meilleurs moments pour marquer sont juste avant ou juste après une pause. Les filles de Christine Duchamp l’ont très bien compris. Elles peuvent alors se concentrer sur leur avance et contenir les assauts du Danemark. Quand la défense est prise de court, c’est encore Caroline Baldin qui s’impose : un cauchemar pour ses adversaires ? Elle bloque côté gauche et dévie un tir derrière la cage, revient au poteau droit pour empêcher le contournement et pour finir gèle un tir de la bleue pour laisser ses coéquipières changer de ligne.

En phase de jeu, les changements sont également importants. Ils incitent la défense à occuper le terrain. Ainsi, Virginie Bouetz transmet loin devant à Athena Locatelli pour que les avants alternent. La défense danoise est première sur le palet mais Locatelli contre et récupère le palet dans le coin droit. Doriane Gicquel se positionne à la bleue en vue en position de tir. Mais Locatelli s’avance côté fermé et exploite un trou dans le positionnement de la gardienne (3-0 à 36'39").

Au troisième tiers, les Danoises en blanc et rouge n’ont plus rien à perdre. Elles lancent toutes leurs forces dans la bataille. Après une remontée rapide, Josephine Asperup prend un lancer. Caroline Baldin est bien avancée mais ne parvient pas à capter le palet. Josefine Jokobsen est la première sur le palet et réduit l’avantage (3-1 à 40'21"). Ce petit écart dans la protection des filets est bien vite corrigé et les espoirs des Blancs et Rouges s’amenuisent alors que le chronomètre défile. Les attaquantes françaises viennent remettre la pression sur le but adverse mais sans succès. Et l’entraineur danois appelle un temps mort à 58’04 et sort sa gardienne. Le palet navigue d’un côté à l’autre et les Françaises sont à un cheveu de marquer dans la cage vide mais elles ne parviennent pas à ajuster le dernier geste. Puis, la sirène retentit, entérinant la victoire de la France.

En conclusion, les Danoises n’ont pas trahi leur réputation d’équipe sérieuse dans ce tournoi. Elles dominent d’ailleurs en nombre de tirs sur le gardien mais n’ont pas su trouver les solutions pour être efficaces. La France, elle, a débloqué le « verrouillage » à l’attaque même si plusieurs occasions auraient pu augmenter le score faute de réussite dans le dernier geste.

Au classement, la République Tchèque, la France et le Danemark sont en première position avec trois victoires (dont le forfait de la Corée du Nord), avec un match de plus pour les Scandinaves. Elles disputeront leur dernier match dans  la prochaine grosse affiche face à la République Tchèque, samedi 9 avril à 17h30.


France - Danemark 3-1 (1-0, 2-0, 0-1)
Jeudi 7 avril 2011 à 20h30 à la patinoire Caen la mer.
Arbitrage de Katie Guay (USA) assisté de Megane Boyle (CAN) et Anne-Ruth Kuonen (SUI).
Pénalités : France 6' (0', 2', 4'), Danemark 4' (4', 0', 0').
Tirs : France 32 (11, 16, 5), Danemark 40 (12, 12, 16).

Evolution du score :
1-0 à 19'19" : Allemoz assisté de Ravillard
2-0 à 21'39" : Jouanny assisté de Gicquel (sup. numérique)
3-0 à 36'39" : Locatelli
3-1 à 40'21" : Jakobsen assisté d’Asperup


France

Gardienne : Caroline Baldin.

Arrières : Athena Locatelli - Virginie Bouetz ; Emma Houle - Aline Viard ; Mylene Goncalves - Gwendoline Gendarme.

Attaquantes : Mathilde Ravillard (C) - Marion Allemoz - Anouck Bouché ; Doriane Gicquel - Emmanuelle Passard (A) - Betty Jouanny ; Soline Fohrer (A) - Lore Baudrit - Amandine Cuasnet.

Remplaçantes : Nathalie Bore (G), Alix Fournon, Lara Escudero, Lou Pierrot.

Danemark

Gardienne : Nanna Glaas

Arrières : Louise Louring - Simone Jacquet (A) ; Josephine Asperup - Charlotte Densing ; Joy Kuch - Julie Davidsen.

Attaquantes : Josefine Jakobsen - Nicoline Jensen - Marie Henriksen (C); Christina Andersen - Henriette Ostergaard (A) - Maria Olausson ; Josefine Persson - Line Ernst - Cecilie Rorth.

Remplaçantes : Kamilla Nielsen (G), Johanne Andersen, Anne Clausen, Katarina Nielsen.