Suisse - Russie (Euro Hockey Challenge, match 4)

Nabokov n'y change rien

PLUSS_Martin-20100508-185Deux défaites de suite face à des nations de second rang, cela commence à faire tâche pour la grande Russie. Tout comme le Bélarus, la Suisse ne l'avait pas battue depuis onze ans et le Mondial de Saint-Pétersbourg, un souvenir que la Sbornaïa n'a vraiment pas envie de faire revenir à la surface.

 La solution peut-elle venir d'Evgeni Nabokov ? Le moins qu'on puisse dire est que le gardien est très attendu. La saison des New York Islanders étant achevée, il est enfin sorti de son imbroglio et peut enfin essayer de rattraper son retard de préparation après quatre mois sans match.

Est-il placé dans les meilleures conditions ? Dès la septième minute, Chudinov commet une faute en zone neutre, et Martin Plüss transforme la supériorité numérique par un tir du cercle droit dans la lucarne opposée. Les Russes s'attendaient peut-être à ce que Nabokov soit le sauveur naturel, mais ils ne facilitent pas sa tâche par leur passivité. Il leur tient quand même la baraque sur un 2 contre 1 de Déruns und Ambühl. L'arrêt est décisif, car sur la contre-attaque, Yakov Rylov égalise.

La Russie domine le deuxième tiers-temps et se montre plus efficace que la veille en powerplay. Artemi Panerin lui donne l'avantage, mais la Suisse résiste ensuite à trois contre cinq et revient à parité grâce à Thibaut Monnet, après un bon travail d'Ambühl. C'était le premier tir de la période, mais ce n'est pas le dernier, et les réflexes de Nabokov sont testés à bout portant par des attaquants suisses disposant d'une grande liberté en zone offensive.

La pause réveille un peu les Russes qui prennent l'avantage par Denis Parshin avec la complicité involontaire de Philippe Furrer. C'est une habitude de Furrer de marquer contre son camp face à la Russie, il avait été responsable d'un but-gag fameux en quart de finale à Québec. Parshin ne se contente pas de ce but-cadeau, il provoque aussi une pénalité de Gardner que Shipachev convertit en 2-4.

MONNET_Thibaut-20100508-216Il semble alors que la Russie ait fait respecter cette fois la hiérarchie... mais à sept minutes de la fin, Evgeni Artyukhin prend une pénalité pour une charge avec la crosse, doublée d'une méconduite pour protestation. Artyukhin, qui devait amener son impact physique à la Sbornaïa, n'a guère entamé ce week-end la domination suisse dans les duels. Cette dernière prison est lourde de conséquences, car Ryan Gardner, lui, utilise bien son grand gabarit : il fait écran pour ouvrir la voie à Lötscher (3-4), avant d'égaliser lui-même trois minutes plus tard (4-4). Les deux fois, la première ligne helvétique a dominé son homologue russe.

Piquée au vif, la Russie ne veut pas attendre les tirs au but et se jette à l'avant en fin de prolongation. Elle en oublie Ryan Gardner, envoyé en face-à-face avec Nabokov par une bonne passe d'Andres Ambühl (5-4).

Ce n'est pas une mais deux fois que la Suisse a battu une Russie qui lui réussit normalement peu. Entraîneur remplaçant des seniors, Valeri Bragin a pu constater que les joueurs qu'il encadre chez les juniors n'ont rien perdu de leur talent, malheureusement ils étaient les seuls. Le comportement défensif global était douteux, et tous les arrières ont commis des erreurs coupables, hormis Yakov Rylov. Celui qui a marqué le plus de points ici est certainement Vladimir Tarasenko, bluffant de talent.

Chez les joueurs expérimentés, les grands gagnants du week-end sont... ceux qui n'ont pas participé à la débâcle et retrouveront sans peine leur place de titulaire. Il s'agit des cinq joueurs qui sont restés s'entraîner à Moscou (Morozov, Zaripov, Tereshchenko, Nikulin, Afinogenov), des finalistes de KHL (Radulov, Grigorenko, Mozyakin, Kozlov, Proshkin) et des joueurs de NHL (Kulemin, Tyutin, Kulikov et Kovalchuk). Ce sont eux qui composeront la majorité de l'effectif aux championnats du monde.

Commentaires d'après-match

Valeri Bragin (entraîneur intérimaire de la Russie) : "Les Suisses sont une équipe du top-8 mondial, très proche de leur meilleure composition. Ils ont joué comme nous l'attendions, en envoyant beaucoup de palets dans notre zone dans un style canadien, avec de la combativité et du patinage actif sur toute la glace. Je n'ai pas de reproche à faire aux gardiens. Aucun des buts n'a résulté d'erreurs de Koshechkin ou de Nabokov. Il faut présenter la facture à leurs partenaires. On connaît le niveau de nos défenseurs, ils n'ont pas perdu leur hockey en quelques jours. Ils n'avaient pas encore leurs jambes ou leur tête. Il ne faut pas oublier que beaucoup de joueurs sont venus sans vraie préparation. Parshin, par exemple, nous a rejoint au dernier moment [NB : il a remplacé Galimov forfait pour raisons familiales] et n'avait plus travaillé sur la glace depuis longtemps. Ceux qui étaient avec nous depuis le 28 mars ont été bons, notamment les jeunes Tarasenko, Panarin, Shipachev, Popov et Glinkin. Pour la suite immédiate, je ne répondrai pas, car cette décision ne sera pas prise par moi mais par Vyacheslav Bykov et Igor Zakharkin."

 

Suisse - Russie 5-4 après prolongation (1-1, 2-2, 1-1, 1-0)
Dimanche 10 avril 2010 à la Dinersclub Arena de Rapperswil. 4022 spectateurs.
Arbitre d'Andreas Koch et Daniel Stricker (SUI) assistés de Roman Kaderli et Joris Müller (SUI).
Penalités : Suisse 16' (2', 10', 4', 0') ; Russie 22' (2', 4', 6'+10', 0').
Tirs : Suisse 34 (11, 10, 10, 3) ; Russie 32 (9, 12, 9, 2).

Évolution du score :
1-0 à 07'20" : Plüss assisté de Bezina et Rüthemann (sup. num.)
1-1 à 12'25" : Rylov assisté de Tarasenko et Shipachev (sup. num.)
1-2 à 22'05" : Panarin assisté de Tarasenko et Rylov (sup. num.)
2-2 à 27'59" : Monnet assisté d'Ambühl et Sprunger
2-3 à 43'20" : Parshin
2-4 à 45'06" : Shipachev assisté de Tarasenko (sup. num.)
3-4 à 53'33" : Lötscher assisté de Rüthemann et Plüss (sup. num.)
4-4 à 56'45" : Gardner assisté de Plüss et Rüthemann
5-4 à 64'16" : Gardner assisté d'Ambühl


Suisse

Gardien : Tobias Stephan.

Défenseurs : Goran Bezina  - Mathias Seger (+1, 4') ; Julien Vauclair (+1) - Philippe Furrer (2') ; John Gobbi - Beat Gerber (2') ; Simon Lüthi (+1) - Thomas Wellinger (+1).

Attaquants : Ivo Rüthemann - Martin Plüss - Ryan Gardner (+1, 2') ; Julien Sprunger (+1) - Andreas Ambühl (+2, 2') - Thibaut Monnet (+1, 2') ; Simon Moser - Morris Trachsler (2') - Kevin Lötscher ; Daniel Rubin - Sandy Jeannin - Thomas Déruns.

Remplaçant : Daniel Manzato (G).

Russie

Gardien : Evgeni Nabokov.

Défenseurs : Konstantin Korneev - Nikolaï Belov (-1) ; Aleksei Emelin (4') - Denis Grebeshkov ; Yakov Rylov - Roman Derlyuk (-1) ; Vyacheslav Buravchikov (-1) - Maksim Chudinov (2').

Attaquants : Maksim Rybin (-2) - Konstantin Gorovikov - Denis Parshin ; Anton Glinkin (2') - Andrei Popov - Denis Kokarev ; Artemi Panarin (-1) - Vadim Shipachev (-1) - Vladimir Tarasenko ; Nikita Dvurechensky (2') - Ilya Zubov (-1) - Evgeni Artyukhin (-1, 2'+10').

Remplaçant : Vassili Koschechkin (G).