Présentation des playoffs de NHL

Comme tous les ans, la course pour les playoffs a été serrée jusqu’au dernier jour de la saison régulière. Cela a été particulièrement le cas pour la conférence Ouest où de nombreuses équipes étaient au coude à coude entre la quatrième et la neuvième place. Finalement, c’est Anaheim qui a tiré les marrons du feu et, profitant de la défaite de leurs adversaires directs, les Ducks ont accroché la quatrième place de la conférence, synonyme d’avantage de la glace. De même, les champions en titre, les Blackhawks de Chicago, ne doivent leur qualification sur le fil qu’à la défaite de Dallas lors de leur dernier match sur la glace du Minnesota. Dans la conférence Est, c'est la Caroline qui a craqué au dernier moment, permettant aux Rangers de New York de disputer les playoffs.

Début des premiers matchs de ces quarts de finale de conférence mercredi prochain.

Conférence Ouest

Vancouver Canucks (1) – Chicago Blackhawks (8)

Sans doute que Vancouver aurait préféré affronter Dallas. En effet, les Canucks ont remporté le trophée du Président, qui récompense la meilleure équipe de la saison régulière mais ce trophée n’a pas toujours porté chance lors des playoffs. Ainsi, les deux derniers vainqueurs (San José en 2009 et Washington en 2010) ont été battu au premier tour. La possibilité d’une élimination s’est encore accrue avec le fait que Vancouver va rencontrer au premier tour sa bête noire, Chicago, l’équipe qui les a éliminé des playoffs ces deux dernières années. Si les Blackhawks ne semblent pas en bonne position pour remporter une deuxième fois la coupe Stanley, ils restent une équipe largement en mesure de poser des problèmes aux Canucks avec leurs joueurs offensifs de haut niveau (Jonathan Toews, Patrick Sharp, Patrick Kane ou Marian Hossa) et deux paires défensives solides. L’équipe canadienne pourra néanmoins compter sur la fratrie Sedin : si Henrik a été le meilleur pointeur de la ligue l’an passé, c’est son frère Daniel qui est le meilleur cette année ! De plus, Dustin Byfuglien ne sera plus là pour perturber le gardien des Canucks, Roberto Luongo. Sans doute la série la plus intéressante et la plus disputée du premier tour.


San José Sharks (2) – Los Angeles Kings (7)

Pour la première fois depuis que la Californie compte 3 clubs de NHL, tous vont participer aux playoffs. Fatalement, le risque est grand de s’affronter directement et c’est le cas de cette série San José – Los Angeles. Si les deux équipes ont l’habitude de se rencontrer en saison régulière, c’est la première fois qu’ils se rencontrent en playoffs. On se réfère souvent aux Sharks de San José comme une équipe qui réussit en saison régulière mais pas en playoffs. Ça n’a pas été le cas l’an passé où ils avaient atteint la finale de conférence. Après quelques difficultés de début de saison, les Sharks ont été impressionnants mais ils sont sans doute moins considérés comme favoris que ces dernières années, ce qui pourrait leur enlever de la pression. Los Angeles a connu une saison régulière mouvementée qui s’est terminée difficilement avec les blessures de Justin Williams et Anze Kopitar. Si Williams pourrait revenir au cours des playoffs, ce n’est pas le cas de Kopitar, le meilleur attaquant de l’équipe, dont la saison est finie. Sans lui, la série devrait être difficile pour les Kings.


Detroit Red Wings (3) – Phoenix Coyotes (6)

Malgré un effectif moins impressionnant que la plupart de leurs adversaires, Phoenix a réussi à se qualifier pour les playoffs, comme l’an passé. Malheureusement pour eux, ils vont retrouver l’équipe qui les y avait battu, Detroit. Ayant cette fois l’avantage de la glace, les Red Wings sont les favoris de la série grâce à un effectif très impressionnant, mené par l’inusable Nicklas Lidstrom. Outre le défenseur suédois de 41 ans, l’équipe comptera sur ses attaquants comme Pavel Datsyuk, Henrik Zetterberg et Johan Franzen et sur leur jeune gardien Jimmy Howard. Face à cette équipe talentueuse, les Coyotes compteront sur leur stratégie défensive et sur les exploits de leur gardien Ilya Bryzgalov pour éviter de rentrer à la maison trop précipitamment.


Anaheim Ducks (4) – Nashville Predators (5)

Sans doute la série qui va le plus passer inaperçue de ce premier tour, car c’est la seule dont aucun match ne sera diffusé nationalement. De fait, il s’agit de deux marchés du hockey considérés comme trop faibles pour avoir un potentiel télévisuel. Pourtant, cela ne veut pas dire que la confrontation ne sera pas intéressante. Sa physionomie semble assez simple, entre des Ducks qui compteront sur leur attaque de feu menée par le surprenant meilleur buteur de la ligue, Corey Perry, qui forme avec Ryan Getzlaf et Bobby Ryan une ligne redoutable et des Predators au jeu défensif efficace, grâce à une escouade défensive sérieuse et leur gardien Pekka Rinne. De plus, ce sont deux équipes qui vont être motivées pour passer le premier tour : Anaheim avait manqué les playoffs l'an passé alors que les Predators n'ont jamais passé le premier tour depuis la création de la franchise il y a une dizaine d'années.


Conférence Est

Washington Capitals (1) – New York Rangers (8)

Si Washington a connu une saison compliquée, l’équipe a malgré tout réussi à accrocher la première place de la conférence grâce à une belle série de 16 victoires lors des 20 derniers matchs. L’attaque des Capitals a notamment été en deçà de ses performances de l’an passé. Nul doute que les adversaires des Capitals de cette année ont retenu les leçons de la défensive de Montréal qui avait éliminé Washington des playoffs l’an dernier. Face à eux, les Capitals retrouvent les Rangers de New York, qualifiés de dernière minute malgré la blessure de Ryan Callahan, un des cadres de l’équipe. Les deux équipes s’étaient rencontrées il y a deux ans lors des playoffs et New York avait réussi à accrocher Washington dans la série, avant de s’incliner au septième match. Les matchs de saison régulière ont été à l’avantage des Rangers avec notamment une victoire 7-0 à domicile en décembre et un 6-0 à Washington en février. Une série qui pourrait donc être très spectaculaire.


Philadelphia Flyers (2) – Buffalo Sabres (7)

Après leur finale de coupe Stanley l’an passé, rares étaient les observateurs à penser en début de saison que les Flyers pourraient y retourner cette année. Pourtant, Philadelphie a démarré la saison sur les chapeaux de roues en profitant d’une attaque prolifique et d’une des meilleures escouades défensive de la ligue. Le seul point faible de l’équipe semble comme l’an passé être le poste de gardien : Michael Leighton et Brian Boucher sont de retour mais ce pourrait être le rookie Sergei Bobrovsky qui jouerait dans les buts de Philadelphie. Si Buffalo avait fini la précédente saison en remportant la division Nord-est, les Sabres ont longtemps été distancé dans la course aux playoffs cette année. Toutefois, depuis le début de l’année 2011, Buffalo a une des meilleures séries de la conférence avec 28 victoires en 45 matchs.


Boston Bruins (3) – Montréal Canadiens (6)

Il y a peut-être un petit air de déjà-vu dans cette série… De fait, c’est la 33ème fois de l’histoire de la NHL que ces deux équipes rivales s’affrontent en playoffs. Les confrontations en saison régulière n’ont fait qu’exacerber cette rivalité historique, entre un 8-6 musclé (6 bagarres, 187 minutes de pénalité cumulées pour les deux équipes) remporté par Boston en février et la polémique après la blessure de Max Pacioretty sur une charge du capitaine des Bruins, Zdeno Chara, en mars. La bagarre sera notamment forte au niveau des gardiens, entre un Tim Thomas revenu à son meilleur niveau pour Boston et favori pour le titre de meilleur gardien de la ligue et Carey Price, qui a été élu MVP du club par les fans, une belle revanche pour celui qui avait été hué par ces mêmes fans lors de la pré-saison. L’affrontement entre les deux gardiens ne s’est pas toujours déroulé à distance cette saison... mais leur petite bagarre s’était déroulée dans un bon esprit.


Pittsburgh Penguins (4) – Tampa Bay Lightning (5)

Cette série aurait du être la confrontation entre les deux meilleurs buteurs de l’an passé, Sidney Crosby pour Pittsburgh et Steven Stamkos pour Tampa, mais Crosby a été écarté de la glace pendant la moitié de la saison à cause d’une grave commotion cérébrale et Stamkos a connu une deuxième partie de saison en dents de scie. Le feuilleton de la blessure Crosby continue d'ailleurs toujours puisque il ne disputera pas le début de la série. S’il a recommencé à s’entraîner avec l’équipe et semble prêt à jouer, le fantôme d’un scénario à la Lindros hante le management de Pittsburgh. Ainsi, en 2000, Eric Lindros était revenu précipitamment de blessure pour disputer les playoffs pour Philadelphie. Opposé aux Devils du New Jersey en finale de conférence, il avait reçu un violent coup de coude de Scott Stevens qui a compromis sa carrière. Les dirigeants des Penguins souhaitent donc éviter un tel cas de figure et préfèrent ménager Crosby. L’équipe devra également se passer d’Evgeni Malkin, ce qui fait que l’effectif est loin d’être à son meilleur niveau, avec surtout un déficit au centre. C’est donc une bonne occasion pour Tampa Bay, qui revient en playoffs pour la première fois depuis 4 ans, de passer le premier tour. Même si Stamkos a eu un rendement moindre depuis quelques semaines et qu’il dispute ses premiers playoffs en NHL, le Lightning pourra compter sur son duo d’expérience fraîchement reformé Vincent Lecavalier – Martin St. Louis et le gardien vétéran Dwayne Roloson.