Anglet - Reims (Division 1, quart de finale, match 1)

Viva España !

Après un marathon de 26 journées, Reims attaque ce week-end les choses sérieuses avec les phases finales et le sort lui a offert les Orques d’Anglet comme adversaire en ¼ de finale. Les Basques, promus en D1 cette saison, ont réalisé un excellent championnat et constituent un adversaire redoutable, s’appuyant notamment sur des cadres expérimentés comme Daramy, Bellier ou encore Rousselin. Côté rémois, c’est un groupe quasi au complet qui se présente face aux Basques, seul Vigners manquant à l’appel, suite à un choc reçu contre Cergy. Les Phénix se sont préparés sereinement toute la semaine et sont prêt au combat dans cette série.

Fait notable qui a son importance pour ce premier acte, la patinoire d’Anglet étant en réfection, la rencontre aura lieu à San Sebastian, antre habituel du Club espagnol de Txuri Urdin. Un autre évènement va venir perturber le bon déroulement du match. Dès l’échauffement, un plexi de la patinoire explose sous le choc d’un palet. Il faut une bonne vingtaine de minutes aux techniciens locaux pour effectuer une réparation de fortune avec une planche en bois et le coup d’envoi est enfin donné à 21h05. Anglet est décidé à démarrer fort dans ce match et met la pression en zone offensive. Kubis est rapidement mis à contribution et doit s’employer à trois reprises devant Daramy, Lafrancesca et Cyr pour préserver le score vierge. Solide sur ses bases, Reims se contente de tenir le choc durant ces premières minutes. La première riposte est l’œuvre de Jérémy Sabatier, hélas son tir ne fait pas mouche. Pour faire face à la pression locale, les Phénix proposent un impact physique, qui leur vaut hélas de se retrouver en infériorité (03’52").

A un homme de plus, Anglet ne trouve cependant pas la faille dans la muraille rémoise et finit même par concéder un engagement dans sa zone défensive. Sur l’engagement, Florian Sabatier gratte la rondelle, qui revient sur Vesely. Le Tchèque lance instantanément de la bleue et voit son tir dévié par Florian Sabatier, le disque finissant dans la lucarne de Richard (0-1 à 05’05") ! Sur son 1er tir, Reims refroidit l’ambiance et pose ainsi sa patte sur le match. Anglet ne se laisse pas abattre par ce coup du sort et réagit immédiatement. A la 9ème, Kubis sort un arrêt réflexe de l’épaule devant Maréchal pour éviter l’égalisation des Basques. Fort de ce but d’avance, Reims monte en régime et force les Orques à se mettre aussi à la faute par Daramy à 10’07" et 12’10". Sur le premier jeu de puissance, Anglet fait valoir son statut de meilleure équipe en infériorité et se sort sans dommage de cette perturbation. Sur la seconde, l’histoire est différente et l’attaque massive des Phénix trouve la solution. A la 14ème, Gervais décale Prochazka pour une reprise de volée, que Desrosiers dévie habillement pour prendre en défaut un Richard médusé sur le coup (0-2 à 13’52").

Reims vient de faire le break en convertissant avec réalisme les opportunités, qui se sont présentées sur les unités spéciales. 30 secondes après le but, le corps arbitral offre une occasion aux locaux de revenir aux affaires (14’21"). Rien à faire, Kubis continue de fermer la porte aux avants basques. Les choses se corsent un peu plus à 15’29", Savoie se voit envoyer au cachot à son tour et Reims se retrouve de fait en double infériorité. Les Rémois, solidaires sur le glaçon de San Sebastian, résistent à merveille et parviennent à se sortir de ce mauvais pas sans dommage. Malgré cela, la ténacité d’Anglet va payer. A la 18ème, Lafrancesca lance de l’aile gauche et voit son lancer contré aux abords du slot. Cyr se montre le plus prompt à récupérer la rondelle et à déjouer Kubis d’un revers le long du poteau (1-2 à 17’38"). Anglet revient dans la course avec ce but mérité. Toutefois, une pénalité contrarie l’enthousiasme des Basques et permet à Reims de gérer son avance jusqu'au buzzer, sans parvenir à recreuser l’écart à la marque.

Reims a bien négocié le premier tiers, mais tout est encore à faire dans cette rencontre. Pourtant, d’entrée, les Rémois vont se donner un peu de marge. Sur une attaque d’Anglet, Prochazka récupère le palet et dégage dans la bande. Le palet ressort plein axe et surprend quelque peu la défense basque qui se met à tergiverser. Il n’en faut pas plus à Desrosiers pour s’emparer du disque et battre Richard d’un tir ras glace (1-3 à 21’36"). Anglet prend un coup sur la tête d’entrée de période, tandis que Reims essaie de porter immédiatement le coup de grâce. A 26’42", les visiteurs ont l’occasion rêvée de creuser un écart substantiel, mais le jeu à 4 des Basques fait front. Au sortir de la supériorité, Anglet manque de prendre Reims à son propre jeu. Sur une descente à deux, Trecu se retrouve en duel avec Kubis, mais le Tchèque réalise une triple parade au grand dam de l’avant basque. Revigoré par cette occasion, Anglet se met à pousser de plus en plus pour réduire le score, sauf que Kubis en décide autrement et sort le grand jeu à plusieurs reprises.

Malgré deux nouvelles pénalités (30ème et 33ème), Reims maintient le cap au tableau d’affichage et Anglet se demande comment forcer le verrou tchèque. Finalement, la solution va venir de l’entraîneur-joueur des Basques, Patrice Bellier, qui profite d’une action confuse devant la cage rémoise pour ramener ses couleurs à une longueur des Phénix (2-3 à 36’39"). A cet instant, les joueurs et partisans angloys croient le match basculer en leur faveur. Seulement, c’est mal juger l’orgueil de Reims, qui va reprendre du poil de la bête et mettre KO son adversaire en deux minutes. Tout d’abord, c’est Savoie qui se trouve à l’affût pour expédier au fond un rebond concédé par Richard, consécutivement à une action du duo Jérémy Sabatier/Desrosiers (2-4 à 38’53"). Puis, ce diable de Desrosiers profite d’un palet contré par Grill en zone défensive pour griller la politesse à l’arrière-garde basque et remporter son duel avec Richard (2-5 à 39’31"). Les Phénix font un break conséquent à la marque au meilleur moment et le moral d’Anglet en prend un coup au passage. Le repos arrive à bon escient pour les hommes de Patrice Bellier, qui va tenter de remobiliser ses troupes.

Avec un tiers à jouer, Reims est proche d’un succès précieux, alors que pour Anglet la mission parait presque impossible. Un nouvel arrêt de jeu, du à une glace trop humide, retarde la rencontre à nouveau. Après 5 minutes d’interruption, le match reprend et Reims va définitivement plier l’affaire avec un exploit personnel de Savoie. Le Québécois remonte la glace côté gauche, élimine deux défenseurs et s’en va ajuster Richard d’un tir à mi-hauteur (2-6 à 42’44"). Du grand art en somme ! Cette fois-ci, les Angloys n’y croient plus, mais essaient tout de même d’adoucir la note. Les Rémois ne lâchent rien pour autant et continuent à faire échec aux assauts des locaux. Ce ne sont pas les quelques généreuses supériorités accordés (44’26", 47’27" et 51’53") à Anglet qui vont changer le cours du match, Kubis se montrant toujours aussi impérial. Mieux même, au sortir de ces minutes d’infériorité, les Phénix aggravent la marque. A 5 minutes du terme, sur une récupération en zone neutre, Jérémy Sabatier s’avance en zone d’attaque et, voyant qu’il n’est pas attaqué, décoche un tir soudain qui nettoie la lucarne droite de Richard (2-7 à 55’49"). L’addition devient lourde pour les locaux, qui font preuve de signes de nervosité en parallèle. Reims maîtrise ses nerfs et se rapproche d’un brillant succès dans cette série. Dans les toutes dernières secondes, Anglet obtient une énième supériorité et Saint-Marc, en deux temps, rend le score moins sévère (3-7 à 59’53"). Quelques secondes après, la sirène retentit et met un terme à ce match passionnant à suivre malgré l’écart final.

Samedi soir, Reims a réalisé une solide performance collective pour remporter un premier succès dans cette série, s’appuyant sur un Kubis de gala et une offensive redoutable depuis le début de saison. Anglet pensait faire l’exploit sur la glace de San Sebastian, mais s’est heurté au réalisme glacial des Rémois, qui ont su exploiter les erreurs adverses. Reste désormais une victoire à glaner aux hommes de François Dusseau pour accéder au tour suivant, tout en se méfiant d’Anglet qui se battra jusqu’au bout pour faire durer le plaisir.

Compte-rendu du site officiel des Phoenix de Reims


Anglet - Reims 3-7 (1-2, 1-3, 1-2).
Samedi 9 avril 2011 à 20h45 à Saint-Sébastien. 650 spectateurs.
Arbitrage de Marie-Tjana Picavet assistée de Guillaume Barthe et Guillaume Gielly.
Pénalités : Anglet 12' (6', 6', 0'), Reims 57' (6'+10', 8', 8'+5'+20').
Évolution du score :
0-1 à 05'05" : F. Sabatier assisté de Vesely (inf. num.)
0-2 à 13'52" : Desrosiers assisté de Gervais et Savoie (sup. num.)
1-2 à 17'38" : Cyr assisté de Lafrancesca
1-3 à 21'36" : Desrosiers
2-3 à 36'49" : Bellier
2-4 à 37'53" : Savoie assisté de Desrosiers
2-5 à 39'31" : Desrosiers (sup. num.)
2-6 à 42'44" : Savoie assisté de J. Sabatier
2-7 à 55'49" : J. Sabatier
3-7 à 59'53" : Saint-Marc (sup. num.)