Suède - Allemagne (Euro Hockey Challenge, match 4)

Après une première victoire étriquée à Halmstad (2-1), les Suédois retrouvent cette fois les Allemands dans la grande salle du Scandinavium de Göteborg. Après avoir testé Dimitri Pätzold lors du premier match, Uwe Krupp fait jouer l'alternance en alignant cette fois Dennis Endras dans les cages. Pär Mårts maintient sa confiance au gardien de l'AIK, Viktor Fasth, auteur d'un excellent premier match.

C'est la Suède qui est la première à se mettre en action avec un tir de Stefan Johansson capté de la mitaine par Dennis Endras. Puis c'est au tour de Pontus Petterström, en très bonne position devant le slot, de buter sur le portier allemand qui annonce la couleur d'entrée. Les Suédois se montrent les plus dangereux en ce début de match mais les Allemands ne s'affolent pas et parviennent à bien défendre dans les minutes qui suivent, bloquant les offensives suédoises à la ligne bleue. Avec deux défenses vigilantes, le jeu se déroule surtout en zone neutre avec peu de travail pour les deux portiers.

ThornbergMartinLa tension est palpable et suite à un brassage devant la cage d'Endras entre Kevin Lavallée et Björn Melin, John Tripp écope de deux minutes de pénalité pour être intervenu irrégulièrement. La Tre Kronor installe le jeu de puissance et fait passer quelques sueurs froides à Endras et sa défense. Malgré quelques situations chaudes devant le but, la Mannschaft parvient à tuer la pénalité. À cinq contre cinq, l'Allemagne parvient assez bien à contenir les offensives suédoises.

Mais la défense germanique est parfois un peu trop rugueuse à l'image de l'intervention de Schutz sur Jämtin qui lui vaut deux minutes de pénalité. De nouveau à quatre, les hommes d'Uwe Krupp continuent de subir et s'en sortent de nouveau grâce à Dennis Endras et un box play plutôt au point. À peine de retour à cinq contre cinq, c'est au tour de Nikolai Goc de partir en prison. Heureusement pour l'Allemagne, cette pénalité sera sans conséquence puisque annulée par celle de Henrik Tömmernes trois secondes plus tard. Mais à force de se montrer indisciplinés, les Allemands vont finir par en payer le prix : Thomas Greilinger reçoit la quatrième pénalité allemande du tiers. Après quelques sauvetages supplémentaires d'Endras, la Suède finit par trouver la solution sur une action classique : suite à un engagement gagné en zone offensive, Henrik Tömmernes décale Martin Thörnberg dont la reprise sans contrôle vient se loger sous la barre d'Endras, impuissant (1-0, 16'17"). La Mannschaft a l'occasion de se reprendre tout de suite avec une pénalité de Pierre Johnson. Viktor Fasth voit alors arriver ses premiers tirs dangereux du match mais il les arrête sans trop d'inquiétudes. Les Allemands se procureront finalement leur meilleure occasion du tiers sur un 2 contre 1 Ullman-Mauer mais Fasth bloque la reprise à bout portant de Mauer, permettant ainsi à son équipe de mener à la pause.

Les Allemands montrent de bonnes intentions au début de la deuxième période avec deux actions dangereuses devant la cage de Fasth. Mais les Suédois reprennent vite le contrôle du palet et imposent de nouveau leur rythme. Sur un palet amené en zone d'attaque par Martin Thörnberg, Jakob Silfverberg se saisit de la rondelle derrière la cage d'Endras, revient devant en se servant d'un écran d'Anton Lander. Son tir en pivot surprend Endras qui s'incline pour la deuxième fois (2-0, 22'33"). Le break est fait pour la Suède partie pour un cavalier seul dans ce deuxième tiers. Sur un 2 contre 1 mené avec Melin, Zackrisson trouve le poteau gauche des cages d'Endras. À l'agonie, la défense allemande finit par se faire pénaliser sur une obstruction de Tobias Draxinger.

La domination suédoise est totale mais Endras maintient la tête hors de l'eau à son équipe en multipliant les arrêts tout en laissant très peu de rebonds. Les réactions allemandes sont sporadiques à l'image d'une tentative de déviation de Gawlik mais elle passe nettement au-dessus. Quasiment installés dans la zone allemande, les Suédois manquent de précision pour conclure à l'image d'un tir de Lander sur la barre. Pris de vitesse par Johan Larsson, Gawlik se fait pénaliser à son tour. Endras fait ce qu'il faut pendant deux minutes pour éviter un troisième but à son équipe.

Moins dominatrice dans la deuxième partie du tiers, la Suède bute sur une défense allemande bien positionnée et peine à trouver des positions de tir vraiment dangereuses. La tension remonte d'un cran lorsque Thörnberg s'approche un peu trop près d'Endras. Goc se fait pénaliser pour avoir voulu venir secourir son gardien mais le score ne changera pas. Krüger et Tömmernes s'échangent quelques amabilités au coup de sirène.

Après avoir tué le reste de la pénalité de Goc, les Allemands se portent à l'offensive mais Schutz commet une faute grossière devant Fasth en poussant Lander un peu trop vigoureusement. Nouvelle infériorité numérique pour les Allemands, sans conséquence encore une fois. De retour à cinq contre cinq, la Mannschaft tente de se montrer plus entreprenante offensivement.

Devant la passivité de ses joueurs, Pär Mårts doit même demander un temps mort pour remobiliser son équipe. Et cela marche avec une attaque rageuse de Pontus Petterström dont le tir n'est finalement pas cadré. Mais ce n'est qu'un feu de paille et l'Allemagne remet la pression sur la cage suédoise avec un bon tir de Gogulla bloqué par Fasth. Sur l'action suivante, Michael Wolf prend le palet en plein visage sur un tir de la bleue de Benedikt Kohl et regagne péniblement le banc. Dominateurs, les Allemands en sont récompensés avec une pénalité de Stefan Johansson. Ils s'installent rapidement et Felix Schütz parvient à s'infiltrer dans la défense suédoise, mais son tir du revers est bloqué par Fasth.

Très sollicité, Fasth réalise quelques arrêts propres face aux tirs lointains des Allemands. La tension est de nouveau palpable aux abords de la cage suédoise et les joueurs de la Tre Kronor semblent moins sereins que lors des deux premiers tiers. Privés de Martin Thörnberg, retourné au vestiaire avant la fin du match, les Suédois vont se contenter de gérer la fin de match en laissant venir leurs adversaires. L'Allemagne obtiendra même un second power-play après une faute de Pierre Johnsson. Les Suédois parviendront tout de même à contenir les assauts allemands et à tuer cette dernière pénalité. Simon Hjalmarsson aura même le troisième but au bout de la crosse mais une nouvelle fois, Endras s'interpose en plongeant devant l'attaquant suédois. Le temps mort demandé par Uwe Krupp et la sortie d'Endras dans les dernières secondes n'y changeront rien : la Suéde préserve ses deux buts d'avance jusqu'à la fin, offrant ainsi un blanchissage à Viktor Fasth.

La Suède a fait le minimum ce soir en marquant seulement deux buts au plus fort de sa domination lors des deux premiers tiers temps et en arrêtant de jouer au troisième tiers. Bien sûr une impression de solidité défensive se dégage de la Tre Kronor avec un blanchissage mérité pour Viktor Fasth qui confirme sa première prestation face à l'Allemagne mais offensivement les Scandinaves auraient pu mieux faire, notamment sur les nombreuses supériorités numériques dont ils ont bénéficié. D'où une impression mitigée au final et des interrogations avant le match contre la Slovaquie mercredi.

Quant à l'Allemagne, elle s'est montrée fidèle à sa réputation avec un gros bloc défensif et un Dennis Endras impérial en retardant le plus possible l'échéance. Offensivement, l'Allemagne manque de percussion face à un adversaire comme la Suède même si le troisième tiers est encourageant pour la Mannschaft sur ce plan. En revanche, il faudra plus de discipline compte tenu des nombreuses pénalités concédées ce soir.


Suède - Allemagne 2-0 (1-0, 1-0, 0-0)

Vendredi 8 avril à 19h30 au Scandinavium de Göteborg. 6061 spectateurs
Arbitrage de Owe Luthcke et Per Gustav Solem (SUE) assistés de Christian Tillerkvist et Viktor Hafsäter (SUE).
Pénalités : Suède 10' (4', 2', 4'), Allemagne 18' (8', 8', 2')
Tirs cadrés : Suède 48 (15, 26, 7), Allemagne 37 (13, 7, 17)

Évolution du score :

1-0 à 16'17" : Thörnberg assisté de Tömmernes et Ekholm (sup. num.)
2-0 à 22'33" : Silfverberg asssité de Thörnberg et S. Kronwall

 

 

Suède

Gardien : Viktor Fasth.

Défenseurs : Staffan Kronwall - Stefan Johansson ; Henrik Tömmernes - Mattias Ekholm ; Pierre Johnsson - Oscar Eklund ; Daniel Fernholm.

Attaquants : Andreas Jämtin - Patrik Zackrisson - Björn Melin ; Martin Thörnberg - Anton Lander (C) - Jakob Silfverberg ; Nicklas Lasu - Sebastian Karlsson - Daniel Widing ; Pontus Petterström - Johan Larsson - Simon Hjalmarsson.

Remplaçant : Mark Oduya (G).

Allemagne

Gardien : Dennis Endras (sorti à 59'34").

Défenseurs : Robert Dietrich - Justin Krueger ; Florian Kettemer - Benedikt Kohl ; Nikolai Goc - Kevin Lavallée ; Tobias Draxinger - Dennis Reul.

Attaquants : Philip Gogulla - Christoph Ullman - Frank Mauer ; Adrian Grygiel - Felix Schütz - Michael Wolf ; Manuel Klinge - Christoph Gawlik - Thomas Greilinger ; Alexander Polaczek - Alexander Barta - John Tripp.

Remplaçants : Dimitri Pätzold (G).