Bélarus - République Tchèque (Euro Hockey Challenge, match 4)

But de la tête contre millième but

CERVENKA_Roman-100509-127Les Tchèques s'inquiètent-ils des résultats peu probants de ce début de préparation, eux qui ont perdu pour la première fois de leur histoire contre le Bélarus ? Pas vraiment. Au contraire de l'an dernier, l'optimisme règne à la pensée de la future équipe.

Les expérimentés Rachunek, Vasicek et Jagr se reposent avant de venir, et le capitaine Rolinek doit aussi arriver. Trois champions du monde (Nemec, Novotny, Hubacek) ont été dispensés du voyage, et trois autres sont en finale de KHL. Tout cela sans compter les joueurs de NHL qui disent "oui" quand l'an dernier ils disaient "je ne peux pas j'ai piscine". C'est fou ce qu'une médaille d'or change la perception des choses.

Là où certains supposés bouche-trou avaient été gardés jusqu'au bout l'an passé, chacun sait cette fois que la concurrence sera forte. La moindre faute peut coûter cher. Même la faute du vététan de NHL Martin Skoula sur Pavlovich ? En tout cas, le Bélarus en profite. Le buteur d'hier Demagin casse sa crosse en début de jeu de puissance... mais le défenseur Nikolaï Stasenko le remplace à la bleue et marque du même endroit, à la faveur d'un écran de Meleshko (1-0).

Les Tchèques réagissent mais sont imprécis. Gulas manque une cage ouverte, puis une reprise de Kvapil frôle le poteau après une passe du coin de Cervenka. C'est finalement aussi en supériorité numérique que la République Tchèque trouve la faille. Skoula se rattrape en envoyant un missile sous la barre. Puis, toujours à 5 contre 4, le but-gag : un lancer de Mojzis monte sur crosse de Graborenko, défenseur débutant de 190 cm qui vient de Cap Breton en ligue junior majeur du Québec, et... ricoche sur le casque de Petr Prucha, buteur parfaitement involontaire. Ralenti, car l'arbitre veut vérifier l'absence de crosse haute (1-2).

Le deuxième tiers-temps est beaucoup moins animé. Le vieux gardien Sergei Shabanov montre qu'il a encore des réactions rapides, et surtout une bonne vision périphérique, lorsqu'il vient couvrir l'angle sur un tir inattendu de Svoboda. Le reste du temps, le Bélarus domine plutôt territorialement, mais sans vraiment conclure.

Tous les Biélorusses savent pourtant que le prochain buteur entrera dans l'histoire. C'est le 1000e but de l'équipe nationale qu'on attend. Un jalon symbolique qui est finalement atteint par une très belle action : débordement sur la droite d'Andrei Stas et reprise instantanée d'Aleksandr Kitarov (2-2).

Hier déjà, Roman Cervenka avait réussi une égalisation in extremis dans les dernièrs secondes. Cette fois encore, il se montre décisif. Il fête son but, mais le palet est ressorti si fort que l'arbitre doit faire appel au ralenti pour le valider (2-3).

Le temps que la finale tchèque se termine, Hadamczik n'écarte que trois joueurs : Pech, Vantuch et le défenseur David Stich, qui avait marqué deux fois les buts décisifs lors des deux victoires d'un but en Norvège. Les autres auront une seconde chance de démontrer leur valeur face à la Suisse.

Désignés joueurs du match : Sergei Shabanov pour le Bélarus et Roman Cervenka pour la République Tchèque.

Commentaires d'après-match

Josef Palecek (entraîneur-adjoint de la République Tchèque) : "Nous sommes satisfaits d'avoir rattrapé la défaite d'hier. Les joueurs voulaient gagner à tout prix cette fois. De la première à la quatrième ligne, tout le monde s'est sacrifié. Les joueurs ont dit que les Biélorusses patinaient très bien, malheureusement nous avons commis trop de fautes, malgré les reproches adressés aux joueurs pendant le match."

Eduard Zankovets (entraîneur du Bélarus) : "Dans les deux rencontres, les Tchèques ont pratiqué un hockey constructif en attaque. Mais nous n'avons pas cédé, nous étions même meilleurs qu'hier offensivement. Nous étions nerveux dans la Minsk Arena, mais nous étions plus détendus à Bobruisk, avec le même engagement. Il y a du progrès. Peut-être pas aussi rapide qu'on le voudrait, car les attaquants manquaient de combativité dans le slot sur les rebonds et les palets orphelins. On va y travailler. Nous allons diviser l'équipe en deux groupes. Les joueurs les plus expérimentés suivront un programme de préparation individuel : Mezin, Kostyuchenok, Meleshko, Mikhalev et Kulakov. Il était prévu de les reposer. Les autres continueront à suivre l'entraînement centralisé et joueront contre le Danemark. Après, on fera le choix définitif, ou presque."

 

Bélarus - République Tchèque 2-3 (1-1, 0-0, 1-2)
Samedi 9 avril 2011 à 16h00 à la Minsk Arena. 7000 spectateurs.
Arbitrage de Vladimir Nalivaïko et Maksim Sidorenko (BLR) assistés de D. Golyakov et Ivan Diedioulia (BLR).
Pénalités : Bélarus 10' (2', 4', 4'), République Tchèque 18' (4', 8', 6').
Tirs : Bélarus 23 (6, 9, 8), République Tchèque 17 (8, 4, 5).

Évolution du score :
1-0 à 05'38" : Stasenko assisté de Stepanov et Kastyuchonak (sup. num.)
1-1 à 14'15" : Skoula assisté de Cervenka et Kvapil (sup. num.)
2-1 à 43'02" : Kitarov assisté de Stas (sup. num.)
2-2 à 44'33" : Prucha assisté de Mojzis
2-3 à 58'32" : Cervenka (sup. num.)


Bélarus

Gardien : Sergei Shabanov [sorti à 59'36"].

Défenseurs : Dmitri Korobov - Viktor Kostyuchenok ; Aleksandr Ryadinski - Nikolai Stasenko ; Andrei Antonov (4') - Oleg Goroshko ; Roman Graborenko.

Attaquants : Sergei Demagin - Andrei Stas (2') - Dmitri Meleshko ; Aleksandr Pavlovich - Evgeni Kovyrshin (2') - Andrei Mikhalev (C) ; Aleksei Ugarov – Aleksandr Kitarov (2') - Andrei Stepanov ; Aleksandr Kulakov - Sergei Drozd - Aleksei Efimenko ; Artyom Kisly.

Remplaçant : Dmitri Milchakov (G). Absent : Nikita Osipov.

République Tchèque

Gardien : Jakub Kovar.

Défenseurs : Frantisek Ptacek - Vladimir Sicak ; Tomas Mojzis (2') - Petr Cáslava (C) ; Martin Skoula (4') - David Stich ; Jakub Nakladal (4') - Vladimir Roth.

Attaquants : Tomas Pospisil - Petr Koukal - Petr Prucha ; Marek Kvapil - Roman Cervenka - Michal Vondrka (2') ; Radek Dlouhy - Tomas Svoboda - Milan Gulas ; Lukas Vantuch (2') - Petr Vampola - Ivan Rachunek (4') ; Lukas Pech.

Remplaçant : Jakub Stepanek (G).