Allemagne - Finlande (Euro Hockey Challenge, match 5)

IMMONEN_Jarkko-100520-034Ce match est l'occasion pour l'Allemagne de découvrir sa dernière patinoire en date, inaugurée il y a deux mois. Bremerhaven avait jusqu'ici une enceinte de deux mille places dont seulement 180 assises. Désormais, ce sont 4278 spectateurs qui viennent remplir ce très bel outil, adapté à la ville portuaire de 120 000 habitants.

En face se présente la Finlande, dominatrice dans cet Euro Hockey Challenge et invaincue contre les Allemands depuis la bagatelle de seize années. Un rude défi pour l'équipe locale qui doit se mettre au niveau d'intensité requis.

Les hommes de Krupp ne manquent pas de volonté, mais comme contre la Suède (un but en deux jours), ils sont relativement inoffensifs devant. Faute de joueur capable de faire la différence, ils en sont un peu réduits à attendre l'erreur adverse pour marquer. Mais la première erreur, c'est eux qui la commettent, alors qu'ils sont en supériorité numérique : Tobias Draxinger se fait prendre le palet derrière sa cage par Juuso Pustinen qui le donne à Jarkko Immonen dans l'enclave pour un but imparable (0-1).

L'Allemagne joue mieux au deuxième tiers-temps. À l'approche de la mi-match, elle se crée même plusieurs belles occasions, mais son inefficacité est plus criante que jamais quand Frank Mauer manque la cage ouverte à courte distance. Deux minutes plus tard, Marcus Kink est envoyé en prison pour faire trébucher, et Jarkko Immonen délivre une passe de pur génie au milieu de la boîte allemande pour trouver Janne Pesonen dans l'angle droit (0-2).

Avec deux buts de plus ce soir, la ligne Pesonen-Immonen-Puustinen domine le classement des marqueurs du Challenge et marque des points aussi pour le championnat du monde : on se doutait bien que Jarkko Immonen serait un titulaire évident, mais il pourrait bien emmener également ses deux ailiers avec lui.

Le niveau descend un peu au troisième tiers-temps. Ce n'est pas que l'Allemagne ne pousse pas, c'est simplement qu'elle n'a pas énormément de moyens de pression. La Finlande, elle, est d'une efficacité patentée. Teemu Pulkkinen, meilleur attaquant du Mondial 18 ans l'an passé, en profite pour marquer ses deux premiers buts en équipe nationale, en concluant dans le slot une belle action collective, puis avec une puissante reprise de volée sur une contre-attaque lancée par Mika Pyörälä.

À 0-4 à cinq minutes de la fin, il ne reste plus pour l'Allemagne qu'à sauver l'honneur. Ce qu'elle fait avec brio dans les deux dernières minutes avec un slap de Marcus Kink et un tir à bout portant de Frank Mauer (2-4). Un réalisme soudain retrouvé... beaucoup trop tard.

Commentaires d'après-match

Uwe Krupp (entraîneur de l'Allemagne) : "Par rapport au déroulement du match, nous n'avons pas marqué les buts au bon moment. Si nous en avions mis un au premier tiers-temps, cela aurait été un autre match. Les deux premiers buts sont arrivés par des erreurs individuelles, nous n'avons pas été assez compacts sur la troisième et le quatrième était un contre classique. Nous jouons ici à un très haut niveau international, auquel il faut d'abord s'habituer. Il est important de voir quels sont les joueurs qui arrivent à tenir ce rythme. Contre une équipe comme la Finlande, il faut se créer encore plus d'occasions pour avoir de la réussite. On y travaille encore."

 

Allemagne - Finlande 2-4 (0-1, 0-1, 2-2)
Jeudi 14 avril 2011 à 19h30 à Bremerhaven. 4278 spectateurs.
Arbitrage de Florian Zehetleitner (ALL) assisté de Nikolaj Ponomarjow et Sirko Schulz (ALL).
Pénalités : Allemagne 6' (0', 6', 0'), Finlande 4' (4', 0', 0').
Tirs : Allemagne 28 (10, 9, 9), Finlande 25 (9, 8, 8).
Évolution du score :
0-1 à 13'19" : Immonen assisté de Puustinen (inf. num.)
0-2 à 32'33" : Pesonen assisté de Puustinen et Immonen (sup. num.)
0-3 à 51'42" : Pulkkinen assisté de Komarov et Pyörälä
0-4 à 54'41" : Pulkkinen assisté de Pyörälä
1-4 à 58'47" : Kink assisté de Kettemer et Kohl
2-4 à 59'44" : Mauer assisté de Gogulla et Schütz


Allemagne

Gardien : Dennis Endras.

Défenseurs : Robert Dietrich (-2) - Justin Krueger (-2) ; Florian Kettemer (+1) - Benedikt Kohl (+1) ; Nikolai Goc (2') - Kevin Lavallée (+1) ; Tobias Draxinger - Dennis Reul (-1).

Attaquants : Philip Gogulla (-1) - Felix Schütz - Frank Mauer ; Manuel Klinge (-1) - Christoph Ullmann - Michael Wolf ; Jerome Flaake (2') - Christoph Gawlik - Thomas Greilinger ; Marcus Kink (+1, 2') - Alexander Barta (-2) - John Tripp (+1) ; Daniel Pietta (-1).

Remplaçants : Dimitri Pätzold (G).

Finlande

Gardien : Petri Vehanen.

Défenseurs : Pasi Puistola (+1) - Juuso Hietanen (+1) ; Lasse Kukkonen - Janne Niskala ; Ossi Väänänen (+1) - Topi Jaakola ; Mikko Mäenpää - Joonas Järvinen (-1).

Attaquants : Janne Pesonen - Jarkko Immonen (+1) - Juuso Puustinen (+1) ; Leo Komarov (+2) – Teemu Pulkkinen (+1) - Mika Pyörälä (+2) ; Janne Lahti (-1, 2') - Jori Lehterä (-1) - Juhamatti Aaltonen (-1) ; Masi Marjamäki (-1, 2') - Petteri Nokelainen - Tommi Huhtala (-1) ; Jukka Peltola.

Remplaçant : Niko Hovinen (G).