Metz - Boulogne-Billancourt (Carré final de Division 3, 3e journée)

Metz - ACBB (photo C. Vinot)C'est le match décisif pour la montée. Compiègne compte deux victoires, Metz et l'ACBB une seule : autant dire que la pression est énorme, car le vainqueur de ce duel montera en Division 2. Les Franciliens auront eu peu de repos, le match contre Tours s'étant terminé au bout de la nuit. Metz sera probablement plus frais et bénéficie du soutien du public tourangeau, qui n'a guère apprécié la prestation de l'équipe d'Yves Lespérance la veille. On compte aussi une poignée de supporters des Graoullys, surmotivés, qui ont fait le long déplacement.

L'ACBB fait le dos rond

Metz, en blanc, commence en prenant le contrôle du palet, avec un premier lancer lointain de Janis Bulitis sorti de la plaque. Boulogne réplique par Franck Ferey, qui profite d'une très mauvaise relance sur une mise au jeu pour trouver Cédric Dietrich. Le disque file derrière le gardien mais un défenseur le dégage. En face, Iouri Essipov s'infiltre dans le dos de la défense après un mauvais contrôle de la défense, mais il est signalé hors-jeu. Yves Lespérance concède la première pénalité : un retard de jeu. Metz ne parvient pas à installer son jeu de puissance et perd même Matvey Zimkov dans un choc en zone offensive : le défenseur rentre péniblement à son banc avec l'aide de deux coéquipiers. La pénalité est facilement tuée.

Les Graoullys font le jeu : Yakovlev cherche Essipov en 2 contre 1, mais le receveur est trop court. Plus frais, les Lorrains jouent de leur vitesse, appuient leur charges et volent nombre de palets. Jean-Baptiste Lamandé doit ainsi concéder deux minutes sur une nouvelle action de Vanienwenove. La défense de l'ACBB contrôle toutefois, économisant ses forces, et ne subit finalement qu'un lancer de Naoki Kaneko. Puis, Constantin sort de la botte un tir de Kouznetsov, oublié plein axe sur une remise depuis la ligne de fond.

Dans la foulée, Franck Ferey est puni pour faire trébucher (12'39"). Yakovlev est le premier en action : il reçoit une passe de Gilles Hamri et reprend de volée. Constantin fait l'arrêt et Bruno Chevalier sort à son tour, ayant accroché le tireur. Boulogne doit donc défendre près de 1'30" de double infériorité. La défense reste bien en place et le gardien a peu d'arrêts à faire : Bulitis, Zitouni ne profitent pas de l'occasion, on revient à 4... et Kaneko à son tour trouve Constantin.

Battus dans les duels derrière leur propre but, les Franciliens perdent immédiatement Lespérance, sanctionné d'un accrochage. Les Noirs parviennent à se créer un contre et Dietrich doit sortir loin de son but pour dégager : dans la neutre, Mathias Deles commet une obstruction et ce sont à nouveau 1'37" de double avantage pour Metz. Zitouni s'essaie en hauteur : mitaine du gardien, puis Yakovlev lance hors cadre dans l'enclave. Bulitis, monté à l'avant, voit son tir dévié. C'est le siège du but de Constantin, dans un match qui rappelle beaucoup celui de la veille contre Tours !

Les pénalités sont encore tuées et l'aubaine pour l'ACBB survient : surnombre messin en cette fin de tiers. Mais une énorme remontée de palet de Kaneko, seul face à trois défenseurs, annule l'avantage en envoyant Florent Fauvre sur le banc. A 4 contre 4, les Lorrains s'installent en attaque et Kaneko, intenable, sollicite encore Constantin. Le portier est intraitable sur une ultime occasion de près de la ligne Yakovlev... 0-0 à la pause dans une période à sens unique : 15 tirs à 1 pour Metz, qui a passé l'essentiel du temps en avantage numérique.

Le jeu s'équilibre

Le deuxième tiers débute à 5 contre 5 : suffisamment rare pour être noté. Génia Kouznetsov tente de réveiller un match assez terne d'un lancer dans l'axe, mais Constantin reste solide. Puis, Bulitis plein axe et Essipov excentré font passer des sueurs froides à la défense, avec deux lancers qui frôlent les poteaux. Yakovlev vole ensuite le palet et perce entre les défenseurs : il est repris sans pouvoir armer son tir. La pression intense des Lorrains finit par payer ; le palet navigue de gauche à droite sans que Boulogne ne parvienne à se dégager. Après avoir bougé Constantin dans tous les sens, Génia Kouznetsov termine le travail initié par Essipov (0-1 à 24'33").

Un Essipov qui prend deux minutes sur la présence suivante, forçant Dietrich à un bel arrêt de la botte. Une mise en jeu en zone de Boulogne coûte ensuite très cher : un tir messin est contré, l'ACBB vole le palet et Christophe Jolly envoie Florent Fauvre en échappée ; l'attaquant nettoie la lucarne (1-1 à 25'22"). La partie s'anime, les Franciliens sortant de leur coquille. Il y a un peu plus d'espaces et, sur une montée de Bulitis, Constantin doit sortir la plaque.

Cédric Dietrich (photo C. Vinot)L'ACBB retombe cependant rapidement dans ses travers et Yves Lespérance sort pour avoir retenu une crosse (29'13"). Youri Drain tente sa chance de loin mais personne ne peut s'emparer du rebond. Puis, la fusée Yakovlev contourne le but et Vannienwenove croise trop sa reprise. La pénalité est tuée mais une autre appelée : Mathias Deles prolonge la supériorité messine. Le disque circule dans la défense mais cela reste cantonné à l'extérieur et Constantin n'a que peu de travail, juste à souffler un peu lorsqu'une passe en retrait trouve Yakovlev lancé : le tir est au-dessus.

L'ACBB repart un peu vers l'avant, timidement : un tir est dévié et Dietrich sort l'arrêt réflexe du bout de la botte, puis Bulitis prend 2 minutes. Dietrich commence à avoir un peu plus de travail, avec deux arrêts et deux tirs qui frôlent les montants.

Les Graoullys reviennent à 5 et Yakovlev démarre ; il est repris, régulièrement d'après les arbitres. Puis, Constantin s'impose face à un joli mouvement de Yannick Hamri. Yakovlev, intenable, élimine un défenseur d'un petit pont pour décaler Kaneko qui file au but : le Japonais perd son palet et ne peut pas bien ajuster son tir. Pas plus de réussite pour Bulitis de la bleue, dans ce match des occasions manquées... mais la combativité des Lorrains est finalement récompensée en fin de tiers. À force de gagner des duels et de voler des palets, Metz exploite une mauvaise passe pour voir Génia Kouznetsov se débarasser de son défenseur, feinter Constantin pour marquer ras glace (1-2).

Le match se débride et les deux gardiens réalisent chacun un énorme arrêt : deux copies conformes, lancer de botte sur tir en hauteur. A la dernière seconde, un relance en hauteur permet à Yakovlev de faire parler sa pointe de vitesse. L'attaquant rattrape les défenseurs, vole le disque derrière le but et sert Vannienwenove qui reprend : arrêt du gardien et sirène, 2-1 pour Metz à la pause.

Metz plus fort

Ultime période, et tout reste à faire pour la montée. Metz l'a bien compris et ne se repose pas sur son maigre avantage. Matvey Zimkov, qui a testé ses appuis pendant la pause, reprend même le jeu, malgré la douleur. Le jeu est tendu, et un long palet envoie Naoki Kaneko en échappée ; accroché, il tire au dessus mais la rondelle rebondit sur le plexiglas, retombe devant le but et un défenseur marque contre son camp (1-3). Le Japonais, en feu, obtient une nouvelle échappée, fige le gardien qui étend sa botte et sauve son camp.

Metz déroule et Constantin a fort à faire pour maintenir son équipe à flot. Et il le faut, car l'indiscipline revient sous la forme d'une pénalité d'Yves Lespérance. Le jeu de puissance met le feu, et Yannick Hamri prend un coup dans l'enclave. Il rentre difficilement au banc. Djamel Zitouni prend deux minutes et le 4 contre 4 se met en place, toujours mené par les Lorrains. Hamri, de retour, vole un palet et se lance en 2 contre 1 : arrêt de Constantin, de la jambière gauche.

Le jeu de puissance de Boulogne-Billancourt ne fait rien de bon, mais obtient une nouvelle chance à la faveur d'une faute de Yannick Hamri. L'ACBB paraît à bout de forces ; Bulitis dégage, deux joueurs de l'ACBB perdent le palet et Kaneko envoie Yakovlev en échappée : il termine le travail du revers (1-4). Yannick Hamri manque de tuer définitivement le match en échappée : Constantin gagne son duel. Hamri sert ensuite Yakovlev sur une attaque rapide, mais la reprise du Russe manque de précision.

Metz vainqueur (photo C. Vinot)Physiquement au-dessus, les Messins exploitent de plus en plus les espaces. Un contre mené par Kaneko met la défense au supplice : passe-abandon et Génia Kouznetsov allume la lucarne (1-5). Boulogne perd tous les duels : Yannick Hamri, malgré un accrochage, parvient à laisser le palet à Kaneko, qui remet en retrait ; Zimkov envoie un palet à mi-hauteur que Yannick Hamri dévie au fond (1-6). Un but qui parachève le succès des Graoullys.

Victoire nette et logique de Metz, plus frais, plus collectif, plus rapide. Boulogne-Billancourt, encore bien trop indiscipliné ce soir, avait usé son énergie la veille contre Tours, et usé aussi sa part de chance. Metz rejoint Compiègne en Division 2 après un week-end bien mené, porté par un très bon Dietrich, mais surtout un excellent Janis Bulitis et des attaquants de bonne valeur comme Yakovlev, Kaneko, Hamri et Kouznetsov.

Compte-rendu signé Nicolas Leborgne, photos Charlotte Vinot

 

ACBB - Metz 1-6 (0-0, 1-2, 0-4)
Dimanche 17 avril 2011, 15h00, patinoire municipale de Tours, 438 spectateurs.
Arbitrage de Jean-Michel Hamont et Pascal Telliez.
Pénalités : ACBB 30' (14', 4', 12'), Metz 20' (2', 4', 14').
Tirs : ACBB 15 (1, 9, 5), Metz 40 (15, 12, 13).

Récapitulatif du score
0-1 à 24'33" : Kouznetsov assisté de Essipov
1-1 à 25'22" : Fauvre assisté de Jolly (sup. num.)
1-2 à 38'42" : Kouznetsov
1-3 à 43'23" : Kaneko
1-4 à 51'11" : Yakovlev assisté de Kaneko et Bulitis (inf. num.)
1-5 à 57'36" : Kouznetsov assisté de Kaneko et Bulitis
1-6 à 59'46" : Y. Hamri assisté de Zimkov

 

ACBB

 Gardien : Frank Constantin.

Défenseurs : Antoine Motte - Jean-Baptiste Lamande ; Aloïs Gallet - Bruno Chevalier ; Vincent Boucicot.

Attaquants : Warren Dermidjan - Yves Lespérance - Anthony Becaglia ; Mathias Deles - Jérôme Orward-Martin - Franck Ferey; Florent Fauvre - Christophe Jolly - Rémy Parisot ; Stéphane Nouadje - Thomas Syrigos.

Remplaçant : Hendrick Chiffi (G). Suspendu : Uy Nam Duong.

Metz

Gardien : Cédric Dietrich.

Défenseurs : Janis Bulitis - Djamel Zitouni ; Michaël Richard - Matvey Zimkov ; Alex Jovanovic - Gilles Hamri ; Amaury Dubourg.

Attaquants : Iouri Essipov - Génia Kouznetsov - Mikhail Yakovlev ; Yannick Hamri - Naoki Kaneko - Yann Vannienwenhove ; Sébastien Bergeret - Pierrick Dogar - Youri Drain.

Remplaçant : Julien Deletang (G).