Le chemin de croix de Nabokov

TERESHCHENKO_Alexei-100516-669Evgeni Nabokov fait son retour à Saint-Pétersbourg, avec l'équipe de Russie. Il ne devrait normalement pas y avoir de bons souvenirs : il a quitté la ville en décembre, sans avoir pu y assumer son statut de gardien-vedette, ni même de titulaire assuré. Mais de l'eau a coulé sous les ponts depuis. Par rapport au temps passé à ronger son frein sans avoir le droit de jouer au hockey en Amérique du nord, ces quelques minutes glanées en KHL représentent presque du pain béni.

Le point de vue des supporters du SKA Saint-Pétersbourg a changé aussi. Le départ de Nabokov avait coïncidé avec une hausse de performance de leur équipe, et on l'avait alors oublié. Mais son successeur Stepanek a raté les play-offs et les Tchèques ont servi de boucs émissaires à l'élimination. On peut donc toujours se dire que Nabokov était un incompris, et que s'il avait été mis en confiance il aurait mener le SKA loin. On constate sa popularité intacte autour du vestiaire russe.

Mais pour l'instant, les problèmes de Nabokov continuent. Il n'a toujours pas reçu d'autorisation écrite des New York Islanders, et un flou juridique règne autour de son cas. Même sportivement, le pari du Mondial n'a rien de gagné. Le plan était de lui permettre de jouer 5 matches de préparation pour qu'il retrouve la forme, mais les contretemps administratifs ont rendu l'idée impossible. Les autres gardiens ne seront pas sacrifiés pour lui, et Koshechkin jouera demain car il faut bien qu'il conserve lui aussi le rythme de match.

À chaque match, Nabokov joue gros. Et après seulement quatre minutes, il prend un très mauvais but sur un tir lointain de Laumann-Ylven qui passe sous sa crosse mal posée au sol. À partir de ce moment, heureusement, il ne commettra plus d'erreur, et n'est pas coupable sur les autres buts, par Morten Ask démarqué devant la cage et par Mads Hansen à 6 contre 4 en fin de match.

GROTNES_Pal-100513-197Plus les jours passent, moins la situation évolue en faveur de Nabokov. Koshechkin était vu comme le numéro 1 ou 1 bis. Au vu de ses performances en play-offs, Konstantin Barulin se positionne très fort. Et, de l'autre côté de l'Atlantique, le lunaire Ilya Bryzgalov pourrait servir de recours... sachant qu'il n'accepterait qu'un statut de titulaire. Nabokov sera-t-il sacrifié ?

D'autres craignent le même sort. Les cadres ont commencé à intégrer l'équipe, et celui qui s'est le plus mis en valeur est le centre Aleksei Tereshchenko, auteur de deux buts : un lancer lointain bénéficiant d'un écran de l'imposant Artyukhin sur le gardien, puis un tir de pénalité accordé pour un cinglage sur sa main et conclu d'un tir bas. C'est un junior, Vladimir Tarasenko, qui a inscrit le troisième but après avoir marqué un temps d'arrêt pour mettre dans le vent le gardien Grotnes.

L'équipe russe même renforcée n'a pas déstabilisé une équipe norvégienne sûre d'elle-même. Lorsqu'ils ont pris l'avantage grâce à l'erreur initiale de Nabokov, les Scandinaves ont défendu avec sérénité. Lorsqu'ils ont ensuite été menés au score, ils ont réussi à changer de jeu et à partir à l'assaut de la zone russe, jusqu'à égaliser en toute fin de match et même à dominer la prolongation.

Sur une séance de tirs au but, en revanche, la classe des joueurs russes est indéniable. Les feintes de Morozov et Gorovikov mettent complètement dans le vent Gorovikov. Cela fait deux points, une demi-victoire. L'équipe russe reste incapable de faire le plein de points face à des adversaires présumés plus faibles. Pourtant, aujourd'hui, elle n'avait plus l'excuse de la jeunesse.

Désignés joueurs du match : Aleksei Tereshchenko pour la Russie et Ole-Kristian Tollefsen pour la Norvège.

Commentaires d'après-match

Evgeni Nabokov (gardien de la Russie) : "J'ai beaucoup d'amis au SKA, j'ai dîné avec eux hier soir. Mon départ s'est fait dans la négociation, pourquoi voudrais-je du mal à ce club. C'est trop tôt pour évaluer ma forme. Ce n'est que mon deuxième match depuis longtemps. Je me prépare pas à pas : condition physique, technique. Pour moi, maintenant, chaque jour est un nouveau test. Mais j'y crois. Sinon je ne serais pas venu ! Je reconnais, le premier but est pour moi. Je n'ai pas vu le tir, j'ai réagi, mais plus haut qu'il ne fallait, en soulevant ma crosse. Mais je ne vais pas m'enterrer pour autant. C'est un match de préparation, pas plus. Aller en Slovaquie est très important pour moi, je ne vais pas m'en cacher."

 

Russie - Norvège 3-3 (2-1, 0-1, 1-1, 0-0) / 2-1 aux tirs au but
Samedi 16 avril 2011 à 17h00 au palais des sports Yubileïni. 3500 spectateurs.
Arbitrage de Konstantin Olenin et Aleksei Ravodin (RUS).
Pénalités : Russie 24' (4', 6', 4'+10', 0'), Norvège 14' (2', 6', 6', 0').
Tirs : Russie 32 (11, 9, 12, 0), Norvège 19 (7, 3, 9, 0).

Évolution du score :
0-1 à 04'16" : Ylven Laumann assisté de Lorentzen
1-1 à 11'46" : Tereshchenko assisté d'Afinogenov et Korneev (sup. num.)
2-1 à 14'42" : Tereshchenko (tir de pénalité)
2-2 à 28'13" : Ask assisté de Spets
3-2 à 44'04" : Tarasenko assisté de Shipachev
3-3 à 59'11" : Hansen assisté de Kristiansen et Løkken Østli (sup. num.)

Tirs au but :
Norvège : Røymark (à côté), Ask (réussi), Kristiansen (arrêté).
Russie : Morozov (réussi), Gorovikov (réussi).


Russie (2' pour surnombre)

Gardien : Evgeni Nabokov.

Défenseurs : Ilya Nikulin - Nikolaï Belov ; Ilya Grebeshkov (4') - Konstantin Korneev ; Vitali Atyushov (2'+10') - Evgeni Biryukov ; Aleksei Emelin - Yakov Rylov.

Attaquants : Danis Zaripov - Aleksei Kaïgorodov - Aleksei Morozov (C) ; Evgeni Artyukhin - Aleksei Tereshchenko - Maksim Afinogenov (2') ; Maksim Rybin - Konstantin Gorovikov (2') - Denis Parshin ; Vladimir Tarasenko - Vadim Shipachev - Artemi Panarin (2').

Remplaçant : Vassili Koshechkin (G).

Norvège (2' pour surnombre)

Gardien : Pål Grotnes [sorti de 58'04" à 59'11"].

Défenseurs : Ole Kristian Tollefsen (2') - Alexander Bonsaksen (2') ; Lars Løkken Østli - Eerikki Koivu ; Brede Csiszar (2') - Erik Follestad ; Stefan Espeland - Aleksander Rindal.

Attaquants : Mads Rosselli Olsen - Mads Hansen - Martin Røymark (2') ; Ken André Olimb - Martin Laumann Ylven - Peter Lorentzen (2') ; Andreas Marthinsen - Morten Ask - Mats Frøshaug (2') ; Lars Erik Spets - Anders Fredriksen - Tommy Kristiansen.

Remplaçant : Lars Haugen (G).