Allemagne - Finlande (Euro Hockey Challenge, match 6)

À Bremerhaven, l'Allemagne n'a rien pu faire face à la Finlande qui s'est progressivement détachée au score pour mener jusqu'à 4-0. Seule note d'espoir pour la Mannschaft, les deux buts inscrits lors des deux dernières minutes du match qui ont prouvé que la défense finlandaise était finalement perméable. Pour le match de ce soir à Nordhorn, Uwe Krupp bénéficie en plus de deux renforts de choix pour essayer de renverser la tendance : Marcel Müller et Korbinian Holzer, arrivés jeudi soir d'Amérique du Nord où ils évoluaient avec les Toronto Marlies en AHL. Leur apport ne sera pas de trop pour une équipe allemande qui a montré de grosses carences sur le plan offensif lors des derniers matchs. À l'inverse, Tobias Draxinger et Michael Wolf ont été laissés au repos.

Pas de changement côté finlandais par rapport à l'équipe qui a gagné à Bremerhaven même si Jukka Jalonen en profite pour essayer d'autres combinaisons. Le gardien des Pelicans de Lahti, Niko Hovinen, prend le relais de Petri Vehanen dans les cages. Le turnover devant le but a lieu également côté allemand avec Dimitri Pätzold qui remplace Dennis Endras qui n'a pourtant pas démérité hier.

Les deux équipes débutent le match prudemment sans trop se découvrir. John Tripp reçoit la première pénalité de la rencontre mais l'Allemagne effectue un bon travail défensif. Les Finlandais ne parviennent pas à emballer le match et se font même surprendre par un but de Christoph Gawlik qui exploite un bon travail préparatoire de l'attaquant de Krefeld Daniel Pietta (1-0, 06'19").

Les joueurs de Jukka Jalonen ont l'occasion d'égaliser rapidement suite à une pénalité de Florian Kettemer mais encore une fois le jeu de puissance finlandais se heurte à un mur défensif. L'Allemagne gère le match à la perfection en faisant le dos rond sur les infériorités numériques pour mieux se montrer percutante à cinq contre cinq. Une minute après le retour sur la glace de Florian Kettemer, Philip Gogulla transperce Niko Hovinen d'un joli tir en lucarne (2-0, 09'40"). Les Allemands sont euphoriques face à une équipe finlandaise complètement déboussolée. Une minute plus tard, l'attaquant d'Ingolstadt Thomas Greilinger trouve Christoph Ullman complètement démarqué et ce dernier en profite pour inscrire le troisième but allemand en à peine dix minutes (3-0, 10'37"). 

HOLZER_Korbinian-Allemagne-20100516-856Sonnés, les Finlandais sont incapables de réagir. Quelques instants plus tard, Manuel Klinge est même tout près d'inscrire le quatrième but mais cette fois Niko Hovinen réalise l'arrêt pour éviter le naufrage complet à son équipe. Pendant la troisième pénalité, ontre Korbinian Holzer, le jeu de puissance finlandais ne se trouve pas. Malgré six minutes jouées en supériorité numérique, les Finlandais n'ont tiré que sept fois au but dans cette première période contre douze aux Allemands qui n'ont pas eu le moindre power-play à se mettre sous la dent. Avec un score de 0-3 en leur défaveur, les Finlandais ont complètement raté leur première période et cette situation génère de la frustration chez Leo Komarov qui se chamaille avec Marcel Müller au coup de sirène. Komarov reçoit une double pénalité mineure et son équipe débutera en infériorité numérique au début de la seconde période.

La sanction ne va pas se faire attendre. Six secondes exactement. C'est temps qui s'écoule entre l'engagement et le quatrième but allemand signé Korbinian Holzer après deux passes éclair de Robert Dietrich et Felix Schütz (4-0, 20'06"). La Finlande a laissé sa concentration au vestiaire malgré un discours que l'on peut supposer sévère de la part de Jukka Jalonen et repart sur des bases tout aussi catastrophiques que lors du premier tiers.

Tout réussit à l'inverse à la Mannschaft qui est sur un petit nuage depuis le début de la rencontre. Seul petit bémol, l'impression de nervosité laissée par Dimitri Pätzold depuis le début du match. Le gardien de Straubing ne semble pas serein et finit par s'incliner sur un tir de la ligne bleue de Mikko Mäenpää deux minutes plus tard, la vue il est vrai partiellement masquée par le trafic devant sa cage (4-1, 22'12").

Ce but a le mérite d'arrêter l'hémorragie et de remettre les Finlandais dans la rencontre. Pas suffisamment toutefois pour les remettre dans le bon sens en supériorité numérique puisqu'ils laissent passer une nouvelle occasion sur une pénalité de Justin Krüger. Le jeu a tendance à s'équilibrer entre les deux équipes qui sont loin de proposer un festival offensif avec seulement huit tirs de part et d'autre dans le second tiers. L'Allemagne se contente de protéger sa large avance au score et de procéder par contre-attaques. Elle aurait même pu accroître son avantage suite à une prison de Juhamatti Aaltonen qui lui procure seulement son deuxième power-play du match. Dans ce contexte largement favorable à la Mannschaft, une pénalité anodine de Felix Schütz en toute fin de deuxième période aurait pu faire basculer le match.

Au retour des vestiaires, les Finlandais installent le power-play et Pätzold concède un but évitable sur un tir de Jarkko Immonen après vingt secondes de jeu seulement pour un scénario qui n'est pas sans rappeler celui du début du deuxième tiers mais cette fois de l'autre côté (4-2, 40'20"). Cette petite erreur de Pätzold qui ramène la Finlande à deux buts sera toutefois sans conséquence.

Le troisième tiers est globalement dominé par les Finlandais mais les Allemands se montrent cette fois plus disciplinés et aucune pénalité ne sera sifflée dans cette période. Le chrono tourne en faveur des hommes d'Uwe Krupp qui auraient pu tuer définitivement le suspense lorsqu'un tir de pénalité leur est accordé à trois minutes de la fin pour une faute de Leo Komarov. Philip Gogulla manquera cependant sa tentative. Dans la foulée, Jukka Jalonen sort Niko Hovinen pour tenter le tout pour le tout. Insuffisant car les Allemands défendent bec et ongles leur avantage jusqu'au coup de sifflet final.

Après 16 ans d'attente et dix défaites consécutives, l'Allemagne a réussi à briser le signe indien en battant enfin sa bête noire, la Finlande. La dernière victoire des Allemands contre les Finlandais datait en effet du 19 avril 1995 (3-2). C'est avant tout une performance collective pour l'Allemagne qui a réussi le match parfait défensivement, ne laissant pas les Finlandais revenir à moins de deux buts après le festival offensif de la première période. Les joueurs d'Uwe Krupp ont d'ailleurs commencé le match avec une réussite insolente en marquant à trois reprises en dix minutes.

L'apport de Marcel Müller et Korbinian Holzer s'est clairement fait ressentir et a fait une différence très nette par rapport à la défaite de Bremerhaven sur le même score. Le premier par sa percussion offensive, même s'il n'a pas marqué, le second en marquant un but et en jouant un rôle essentiel sur le power-play. Avec cette victoire, la troisième dans cet Euro Hockey Challenge, la Mannschaft s'est préparée de manière idéale pour le début des championnats du monde. L'Allemagne disputera un dernier match de préparation le 25 avril face au Belarus pour peaufiner les réglages et intégrer les attaquants de Düsseldorf, Daniel Kreutzer et Patrick Reimer, plus éventuellement d'autres joueurs parmi les finalistes de la DEL (Wolfsburg et Eisbären Berlin).

Pour la Finlande, il s'agit de la première défaite dans ce nouveau format de l'Euro Hockey Challenge après six rencontres disputées. Rien de dramatique donc, même si des renforts de NHL seront les bienvenus en vue des championnats du monde car la Finlande a montré certaines carences ce soir, tant offensivement que défensivement.

Commentaires d'après-match :

Uwe Krupp (sélectionneur de l'Allemagne) : "L'équipe a vraiment fait preuve d'une performance énorme aujourd'hui et s'est battue de la première jusqu'à la dernière minute. Je dis toujours que les Finlandais jouent comme nous aimerions jouer, mais en mieux - aujourd'hui nous étions la meilleure équipe. Notre succès s'est construit durant la première période mais nous avons toujours appliqué une pression constante pendant l'ensemble du match. Avec cette victoire, nous avons maintenant un match référence. C'était une étape importante pour nous, pour nous donner confiance en vue des championnats du monde dans deux semaines. Marcel Müller et Korbinian Holzer se sont parfaitement intégrés dans l'équipe dès le départ et on se rend compte que l'équipe se soude de plus en plus."

 

Allemagne - Finlande 4-2 (3-0, 1-1, 0-1)
Vendredi 15 avril à 20h00 au Eisstadion de Nordhorn. 2686 spectateurs.
Arbitrage de Florian Zehetleitner (ALL) assisté de Tony Engelmann et Marc-Andre Naust (ALL).
Pénalités : Allemagne 12' (8', 4', 0'), Finlande 6' (4', 2', 0').
Tirs cadrés : Allemagne 27 (12, 8, 7), Finlande 24 (7, 8, 9).

Évolution du score :

1-0 à 06'19" : Gawlik assisté de Pietta
2-0 à 09'40" : Gogulla asssité de Kohl et Schütz
3-0 à 10'37" : Ullman assisté de Greilinger et Lavallée
4-0 à 20'06" : Holzer asssité de Dietrich et Schütz (sup. num.)
4-1 à 22'12" : Mäenpää assisté de Huhtala
4-2 à 40'20" : Immonen assisté de Hietanen et Pesonen (sup. num.)

 

Allemagne

Gardien : Dimitri Pätzold.

Défenseurs : Justin Krüger - Dennis Reul ; Kevin Lavallée - Korbinian Holzer ; Florian Kettemer - Benedikt Kohl ; Robert Dietrich - Nikolai Goc.

Attaquants : Marcel Müller - John Tripp - Philip Gogulla ; Thomas Greilinger - Alexander Barta - Frank Mauer ; Felix Schütz - Christoph Ullman - Manuel Klinge ; Daniel Pietta - Marcus Kink - Christoph Gawlik.

Remplaçants : Dennis Endras (G). Coach : Uwe Krupp. Absents : Tobias Draxinger, Michael Wolf, Adrian Grygiel, Alexander Polaczek.

Finlande

Gardien : Niko Hovinen [sorti à 57'34"].

Défenseurs : Lasse Kukkonen - Ossi Väänänen ; Mikko Mäenpää - Topi Jakkola ; Juuso Hietanen - Janne Niskala ; Pasi Puistola - Joonas Järvinen.

Attaquants : Janne Pesonen - Juuso Puustinen - Teemu Pulkkinen ; Petteri Nokelainen - Jori Lehterä - Jarkko Immonen ; Masi Marjamäki - Mika Pyörälä - Tommi Huhtala ; Leo Komarov - Juhamatti Aaltonen - Janne Lahti.

Remplaçants : Petri Vehanen (G), Jukka Peltola.