L'équipe de Suède à voir

La vidéo complète du match est disponible sur ce lien (SVT).

PAAJARVI-SVENSSON_Magnus-100511-535Plus de dix mille spectateurs ont afflué dans la Malmö Arena pour ce match alléchant. Ce n'est pas seulement la finale de l'Euro Hockey Tour, c'est surtout l'occasion de voir enfin à l'oeuvre ce que sera l'équipe de Suède au Mondial 2011. La préparation s'est en effet longtemps passée avec une équipe jeune, dont il ne reste plus que dix éléments. Les titulaires étaient longtemps occupés : 6 en finale suédoise, 2 en finale russe et 7 en NHL. Ils débarquent enfin, et on saura ce qu'ils ont dans le ventre.

Les plus observés sont les prodiges partis en Amérique du nord, que la Suède se réjouit de revoir. Le retour commence pourtant mal. Mattias Tedenby, le meilleur manieur de palet en mouvement des New Jersey Devils, voit curieusement la rondelle échapper à son contrôle en zone neutre et concède un breakaway à Evgeni Artyuhkin dès la deuxième minute de jeu. Sur sa présence suivante, le géant Artyukhin déborde Rundblad en contrôlant le palet avec son allonge et provoque ainsi la première pénalité. Artyukhin sera aussi à l'origine de la première échauffourée après une charge rugueuse qui a pris un Suédois en sandwich, et il sera donc le premier Russe en prison. De part et d'autre, les powerplays sont très bien installés et déjà dangereux : une bonne indication.

Viktor Fasth, le jeune gardien de l'AIK, connaît une grosse alerte quand un tir anodin en entrée de zone ripe sur sa mitaine et retombe sur la barre. Petit signe de fébrilité, alors que la Russie prend de plus en plus le contrôle du jeu.

Une pénalité de Berglund donne le coup de pouce décisif. La boîte scandinave est agressive, mais cela ne perturbe pas les habiles techniciens de la première ligne russe, qui en profitent au contraire pour renverser le jeu sur la largeur de la glace : tir du cercle gauche de Nikolaï Belov et rebond pour Aleksei Morozov dans le cercle droit, pendant que Danis Zaripov est passé devant la cage en pertubateur. Un Zaripov que l'on retrouve deux minutes plus tard à la réception d'une longue relance diagonale de Kaïgorodov : face-à-face avec Fasth, qui touche le palet du bas de la mitaine sans l'arrêter (0-2).

La nette avance russe est remise en cause par l'indiscipline en deuxième période. Nikolaï Belov part en prison pour s'être couché sur le palet, puis Emelin pour un jeu rude superflu pendant l'infériorité. Atyushov dégage une première fois pendant la minute passée à 3 contre 5, mais le banc est trop loin pour changer de joueurs et son collègue défensif Biryukov n'arrive plus à sortir ce maudit palet. À l'usure, le powerplay suédois arrive donc à ses fins, quand un revers en angle fermé de Martin Thörnberg surprend totalement Nabokov entre ses bottes (1-2).

La Suède enchaîne en égalisant dans la foulée. Magnus Pääjärvi-Svensson prend le meilleur dans le slot sur Aleksandr Burmistrov et dévie un palet envoyé de la bleue par Daniel Fernholm (2-2). Un mauvais point pour la jeune "ligne NHL" russe qui doit gagner sa place : elle a fait preuve d'une bonne activité en zone offensive ce soir, mais elle a encaissé ce but sur un duel physique perdu par son centre.

La Tre Kronor s'enflamme dans ce deuxième tiers-temps et on retrouve le Tedenby-champagne, auteur d'accélérations incroyables et de dribbles entre ses jambes qui font se lever le public. Le gardien Viktor Fasth est bien remis de son premier tiers avec une bonne mitaine et un face-à-face gagné de la botte gauche devant la feinte de Morozov.

Mais au troisième tiers-temps, Mattias Sjögren, un des joueurs-clés du box-play suédois, prend une pénalité bête en faisant trébucher Burmistrov. En supériorité numérique, le capitaine russe Morozov virevolte sur une trajectoire imprévisible au point de s'infiltrer au milieu de l'enclave sans réaction de la défense suédoise. Mais c'est la deuxième ligne qui concrétise le powerplay par un lancer de la ligne bleue en lucarne de Vitali Atyushov (2-3). Fasth n'a rien pu faire sur ce tir, car il était totalement masqué par Tereshchenko. La Russie protège cette avance avec une bonne implication défensive jusqu'à la sirène, et se met à l'abri par un dernier but en cage de Morozov.

La Suède n'aura donc pas su convaincre totalement son public pour cette grande répétition, et devra encore trouver ses marques pour la suite du tournoi ce week-end en République Tchèque. Il ne fait néanmoins aucun doute qu'elle présentera au Mondial un visage new-look façon Pär Mårts : jeune, agressif et surtout terriblement rapide.

La Russie gagne sur toute la ligne. Elle se rassure après une préparation poussive en dominant un de ses principaux rivaux alors qu'elle s'est permise de laisser ses leaders (Kovalchuk, Radulov...) à Moscou où ils se préparent de leur côté. En plus, le gardien Evgeni Nabokov, auteur de très bons réflexes sur les tirs à bout portant, a enfin réalisé un match-référence depuis son retour au jeu longtemps reporté.

Et enfin, les Russes sont assurés de remporter l'Euro Hockey Tour après cette victoire (ils ont 7 points d'avance sur la Suède à deux journées de la fin). Un trophée sans valeur ? Ce n'est apparemment pas l'avis du président russe Dmitri Medvedev qui a transmis ses félicitations à l'équipe... Aura-t-il encore l'occasion de le faire dans trois semaines après la finale du championnat du monde ?

 

Suède - Russie 2-4 (0-2, 2-0, 0-2)
Jeudi 21 avril 2011 à la Malmö Arena. 10245 spectateurs
Arbitrage de Sami Partanen et Anssi Salonen (FIN).
Pénalités : Suède 18' (8', 4', 6'), Russie 14' (4', 6', 4').
Tirs : Suède 34 (9, 14, 11), Russie 34 (12, 10, 12).

Évolution du score :
0-1 à 14'00" : Morozov assisté de Belov et Zaripov (sup. num.)
0-2 à 16'45" : Zaripov assisté de Kaïgorodov et Belov
1-2 à 29'15" : Thörnberg assisté de Berglund (sup. num.)
2-2 à 30'09" : Pääjärvi assisté de Fernholm et Berglund (sup. num.)
2-3 à 46'43" : Atyushov assisté d'Artyukhin et Biryukov
2-4 à 59'32" : Morozov assisté de Tereshchenko (cage vide)


Russie

Gardien : Evgeni Nabokov.

Défenseurs : Nikolaï Belov (+1, 6') - Ilya Nikulin (+1) ; Evgeni Biryukov - Vitali Atyushov ; Denis Grebeshkov - Konstantin Korneev ; Aleksei Emelin (2') - Yakov Rylov.

Attaquants : Danis Zaripov (+1) - Aleksei Kaïgorodov (+1) - Aleksei Morozov (C, +2) ; Evgeni Artyukhin (+1, 2') - Aleksei Tereshchenko (+1, 2') - Maksim Afinogenov ; Denis Parshin - Konstantin Gorovikov - Vladimir Tarasenko ; Evgeni Dadonov (-1, 2') - Aleksandr Burmistrov (-1) - Vladimir Zharkov (-1).

Remplaçant : Vassili Koshechkin (G). En réserve : Konstantin Barulin (G).

Suède

Gardien : Viktor Fasth [sorti de sa cage de 59'20" à 59'32"].

Défenseurs : Carl Gunnarsson (-1, 2') - David Petrasek (-2) ; Staffan Kronwall (-1) - David Rundblad (2') ; Niklas Grossmann (+1, 2') - Daniel Fernholm (+1, 2') ; Tim Erixon (2') - Mattias Ekholm.

Attaquants : Martin Thörnberg (+1) - Patrik Berglund (2') - Magnus Pääjärvi-Svensson ; Mattias Tedenby (-1) - Anders Persson - Dick Axelsson ; Mikael Backlund (-1) - Tom Wandell (-1) - Jonas Andersson (-1, 2') ; Jimmie Ericsson (2') - Mattias Sjögren (2') - Jakob Silfverberg (-1).

Remplaçant : Anders Nilsson (G). En réserve : Erik Ersberg (G), Loui Eriksson, Robert Nilsson (au repos).