Italie - Hongrie (Mondiaux de division I, groupe A, dernière journée)

HELFER_Armin-20100508-2317Le but d'Armin Helfer après seulement 56 secondes de prolongation a rendu muets les 10000 spectateurs (8723 payants) qui remplissaient la Laszlo Papp Arena. Cela n'a duré qu'un temps car le public hongrois, qui avait poussé son équipe jusqu'à l'égalisation tant espérée, s'est remis à chanter en célébrant ses joueurs et, sportivement, cette Italie coupable d'avoir brisé un rêve.

La partie a commencé avec des azzurri tout de suite offensifs : le coach Cornacchia savait devoir effrayer cette Hongrie à l'attaque excellente, mais toujours un peu essoufflée dans sa propre zone défensive. L'Italie aligne Bellissimo dans la cage malgré les deux blanchissages de Tragust (plus grande expérience internationale, dira Cornacchia après le match), la Hongrie surprend en se fiant au plus jeune Zoltan Hetenyi. À 3'36 l'Italie a déjà marqué par Souza servi par De Marchi, et elle continue à pousser. Le premier danger pour Bellissimo arrive à 6'45 avec Balazs Ladanyi et permet de secouer l'équipe-hôte en rendant la rencontre plus équilibrée.

Deux pénalités de suite (Magosi pour la Hongrie et Souza pour l'Italie) font jouer à 4 contre 4, et on apprécie alors le meilleur Giulio Scandella de tout le tournoi : l'attaquant de Bolzano exploite un appui de Hofer pour se détacher sur la gauche en dépassant Hegyi, puis tire à l'improviste quelques mètres après la ligne bleue et maisse de marbre Hetenyi. Ted Sator, le coach hongrois, n'y repense pas deux fois et remplace son gardien par le plus expérimenté Levente Szuper. Magosi rentre après quelques secondes et l'Italie est en infériorité, un retenir de Pittis à 11'08 la laisse alors à 3 contre 5. L'abordage de la Hongrie réussit quand Horvath réussit à attirer à lui les arrières Helfer et Hofer et, pendant que De Toni cherche à faire obstacle aux défenseurs hongrois, sert Ladanyi qui réduit l'écart.

Marton Vas rejoint ensuite le banc des punitions, mais l'Italia joue sur la défensive et ne profite pas du power play malgré le grand travail de Fontanive et quelques tentatives de Souza et Insam. Quand on pense déjà à la première pause, une nouvelle infractione du même Marton Vas (19'27) permet à l'Italie de marquer, encore par Scandella sur une passe parfaite de Helfer (3-1 à 19'51).

À la reprise, la Hongrie est poussée en avant par les encouragements incessants, mais l'Italie réplique avec une belle action d'Egger et un tir de Johnson paré par Szuper. À mi-partie, la Hongrie se rapproche avec un beau service de derrière la cage d'Adam Hegyi pour un tir ras glace de Ladislav Sikorcin qui surprend Bellissimo dans le trafic. Holeczy puis Scandella sont ensuite pénalisés, mais sans conséquence. Les actions sont maintenant alternées : à Fontanive-Ansoldi répliquent Janos Vas et Sikorcin, puis Egger et Iannone s'essaient et la Hongrie répond avec Kovacs et Bartalis, tous sans succès.

Les Hongrois redeviennent dangereux au début du troisième tiers-temps ; l'Italie semble un peu fatiguée, Cornacchia insère Gruber à la place de Larkin ("J'avais besoin d'expérience derrière, Larkin est un grand joueur qui finira en NHL, mais il est encore très jeune", expliquera-t-il), mais il finira par jouer avec seulement deux lignes de défense (Helfer-Hofer et Plastino-De Marchi dans lesquelles alterne Johnson). L'Italie souffre pendant qu'Insam est en prison, le public s'exalte, De Marchi commet une erreur à laquelle Bellissimo remédie, puis, à égalité numérique, c'est Hofer qui fait faute sur Ladanyi, mais le coup de sifflet n'arrive pas parce que Marton Vas égalise en poursuivant l'action commencée par son compagnon.

Désormais, c'est la cohue sur la glace : Szuper est à la parade devant Johnson, Bellissimo repousse une première tentative de Sofron puis est chanceux quand ce même attaquant le bat mais tire de peu à côté. L'Italia se remet à faire son jeu dans les quatre dernières minutes : Felicetti manquent de peu, tout comme Iannone puis Fontanive dans des actions individuelles ; à 59'16, pour arrêter Scandella, Horvath commet la faute qui consentira à l'Italie de commencer la prolongation en supériorité, et aboutira au but de Helfer et à la promotion de l'Italie dans l'élite mondiale.

Mention aux deux numéros 10 du match, Giulio Scandella et Marton Vas, qui ont donné une contribution notable à leurs équipes en méritant leurs prix de meilleurs joueurs de la soirée. Pour l'Italia, Egger et Hofer m'ont aussi plus, et pour la Hongrie Sofron et Horvath.

 

Italie - Hongrie 4-3 après prolongation (3-1, 0-1, 0-1, 1-0)
Samedi 23 avril 2011 à 19h30 à la Laszlo Papp Arena de Budapest. 8723 spectateurs.
Arbitrage de Harry Dumas (USA) assisté de Pierre Dehaen (FRA) et Nicolas Fluri (SUI).
Penalités : Italie 8' (4', 2', 2', 0') ; Hongrie 12' (6', 4', 2', 0').
Tirs : Italie 57 (20, 18, 17, 2) ; Hongrie 48 (16, 12, 20, 0).

Évolution du score :
1-0 à 03'36" : Souza assisté de De Marchi
2-0 à 10'00" : Scandella assisté de Hofer et Egger
2-1 à 11'42" : Ladanyi assisté de Horvath et Tokaji (double sup. num.)
3-1 à 19'51" : Scandella assisté de Hofer et Helfer (sup. num.)
3-2 à 29'57" : Sikorcin assisté de Hegyi et J. Vas
3-3 à 44'21" : M. Vas assisté de Ladanyi et Sofron
4-3 à 60'56" : Helfer


Italie

Gardien : Daniel Bellissimo.

Défenseurs : Armin Helfer - Armin Hofer ; Nick Plastino - Matt De Marchi ; Trevor Johnson - Thomas Larkin puis Ingemar Gruber à 40'00".

Attaquants : Michael Souza - Luca Ansoldi (A) - Nicola Fontanive ; Giulio Scandella - Alexander Egger (A) - Marco Insam ; Ryan Watson - Jonathan Pittis - Patrick Iannone ; Luca Felicetti - Manuel De Toni (C) - Diego Iori.

Remplaçants : Thomas Tragust (G), Andreas Lutz.

Hongrie

Gardien : Zoltan Hetenyi puis Levente Szuper à 10'00".

Défenseurs : Viktor Tokaji (A) - András Horváth ; Tamás Pozsgai - Adam Hegyi ; Viktor Szélig (C) - Tamas Sille.

Attaquants : Balazs Ladanyi (A) - Marton Vas - Istvan Sofron ; János Vas - Ladislav Sikorcin - Krisztián Palkovics ; Csaba Kovács - Istvan Bartalis - Daniel Koger ; Andras Benk - Roger Holeczy - Balint Magosi ; Nikandrosz Galanisz.

Remplaçant : Attila Orbán.