Washington Capitals - New York Rangers (NHL, quart de finale de conférence, match 5)

Dans cette série, New York avait le profil parfait du coupeur de tête : un des meilleurs gardiens de la ligue (Henrik Lundqvist), une équipe jouant un jeu physique sous la férule d’un entraîneur charismatique (John Tortorella) et un buteur en mal de confiance mais avec une tendance à marquer en série (Marian Gaborik). En ajoutant à cela une ligne Sean Avery – Brian Boyle – Brandon Prust alliant le physique et l’agitation et on arrive à un effectif proche de celui qui avait causé tant de peine à Washington il y a deux ans au même stade.

Si New York n’a pas beaucoup changé en deux ans, ce n’est pas le cas de Washington. Les éliminations des dernières années et la période de creux de cette saison visible sur le documentaire de HBO a poussé l’équipe de Bruce Boudreau à se remettre en question. Les Capitals ne sont plus la meilleure attaque de la ligue et préfèrent se reposer sur leur défense. L’équipe a été très présente à la deadline, comme l’an passé, mais sans doute avec de meilleurs résultats : l’apport de Jason Arnott ou de Scott Hannan au niveau de l’expérience et du leadership était sans doute indispensable à une équipe qui reste très jeune.

Dès les premiers matchs de la série, certaines statistiques ont surpris les observateurs. Ainsi, on s’attendait à ce que les Rangers dominent au niveau des tirs bloqués, par exemple, comme Montréal dans la série de l’an passé. Bien au contraire, lors du match 1 sur la glace des Capitals, ce sont les locaux qui ont bloqué le plus de tirs, 32, un record pour l’équipe dans la période où elle est dirigée par Boudreau. Autre changement, une des critiques récurrentes lors des derniers playoffs de Washington était le fait que les jeunes cadres (Ovechkin, Semin, Green, etc.) ne parvenaient que difficilement à avoir un impact. On se souvient ainsi que l’an passé Ovechkin avait plutôt bien commencé la série face à Montréal mais qu’il avait quasiment disparu lors des deux derniers matchs fatidiques contre le Canadien, alors que Semin, qui restait sur une saison régulière de 44 buts, n’avait pas marqué le moindre but en 7 matchs.

Cette fois, les cadres n’ont pas tremblé. D’ailleurs, autre statistique intéressante, cette série est la première avec Boudreau comme entraîneur où l’équipe termine la série en moins de 7 matchs. C’est donc toute l’équipe qui est parvenue à ne pas se faire accrocher par son challenger. À l’image du défenseur John Carlson, 21 ans, qui a été en difficulté lors du début de la série sur quelques interventions mais qui s’est ensuite rattrapé pour finir à plus de 26 minutes de jeu dans ce dernier match.

Le tournant de la série a incontestablement été le quatrième match. Les Rangers avaient l’opportunité de recoller à deux victoires partout et menaient sur leur glace 3-0 mais ils ont été balayés en une période par les Capitals. Les visiteurs ont finalement remporté le match en prolongations, leur offrant une possibilité de clore la série à domicile qu’ils ont saisi.

C’est pourtant New York qui se crée la première occasion franche dès le coup d’envoi. Dan Girardi envoie le palet derrière le but de Neuvirth depuis la zone neutre. Le palet est gratté par Sean Avery face à Scott Hannan sur la bande gauche et il combine avec Brian Boyle, derrière le but. Celui-ci se retourne vers le but et tente de forcer le passage du palet avec son revers mais Neuvirth ferme la porte. Brandon Prust cherche alors à profiter du rebond mais John Erskine et Brooks Laich écartent le danger (0’16).

Washington a rapidement l’occasion d'ouvrir le score quand Bryan McCabe écope d’une pénalité pour faire trébucher. Cette supériorité numérique donne l’occasion à Mike Green de rentrer en jeu, car il est ménagé après sa commotion cérébrale en fin de saison régulière et il joue principalement les supériorités numériques. Il a juste besoin de 17 secondes pour se mettre en avant. Il tente un premier tir depuis l’entrée du cercle droit, servi par Ovechkin à la bleue. Lundqvist repousse le palet qui revient dans la crosse du capitaine russe et le renvoie vers Green. Il tire à nouveau et récupère son propre rebond pour battre le portier des Rangers (1-0, 5’59). Le jeune défenseur offensif devra d'ailleurs rapidement sortir après un tir reçu à la tête et il ne reviendra plus en jeu.

New York tente de réagir mais un tir lointain de Marian Gaborik est facilement saisi par Neuvirth de la mitaine (10’25). C’est ensuite Ovechkin qui slalome dans la défense des Rangers avant de prendre un tir lointain en pivot. Laich n’est pas loin de dévier ce boulet de canon puis Nicklas Backstrom tente de reprendre le rebond mais Lundqvist s’interpose face aux deux joueurs (12’23).

En deuxième période, Washington parvient à conforter son avantage : Ovechkin s’échappe en zone neutre, déborde Marc Staal, repique vers le but et parvient à tromper Lundqvist du revers (2-0, 27’04). Les Rangers ont l’occasion de revenir grâce à une supériorité numérique mais le tir à bout portant de Vaclav Prospal et celui de loin de McCabe sont repoussés par Neuvirth (32’06).

Les Capitals démarrent donc la troisième période avec un avantage conséquent et ils tentent de tuer le match sur un tir lointain de Marco Sturm mais Lundqvist est vigilant (44’14). Sur une attaque des Rangers, la passe de Fedotenko derrière le but de Washington ne trouve pas preneur et elle lance Johansson à droite dans la zone neutre pour un deux contre un avec Chimera face à Girardi. Johansson sert Chimera face à Lundqvist mais l’ailier des Capitals manque le cadre (49’29).

New York tente de revenir dans les dix dernières minutes du match mais les joueurs ne parviennent pas à trouver des bonnes positions de tirs et leurs tentatives sont vaines. Les Rangers tentent de récupérer le palet haut avec un forecheck agressif mais il ne parviennent qu’à ouvrir des espaces pour les Capitals : Johansson a encore une situation de deux contre un, cette fois avec Semin et l’ailier russe, repositionné à droite depuis la blessure de Mike Knuble, trompe Lundqvist dans la lucarne de son côté fermé (3-0, 56’23). Cette fois, Les Capitals ont définitivement le match en main. Les Rangers tentent alors un baroud d’honneur en sortant Lundqvist : dans un premier temps, Neuvirth s’interpose en plongeant contre le tir à bout portant de Derek Stepan (58’12) mais le gardien de Washington s’incline face à Wolski, qui reprend de volée un rebond, également à bout portant (3-1, 59’28).

 

Washington Capitals – New York Rangers : 3-1
Washington remporte la série 4 matchs à 1

Tirs cadrés : Washington 27 (13, 6, 8), New York 27 (6, 10, 11)

Evolution du score
1-0 à 5’59 : Green assisté de Ovechkin et Laich en sup. numérique
2-0 à 27’04 : Ovechkin assisté de Hannan et Laich
3-0 à 56’23 : Semin assisté de Johansson et Sturm
3-1 à 59’28 : Wolski assisté de McCabe et Avery


Washington Capitals

Gardien : Michal Neuvirth

Défenseurs : Mike Green – John Erskine ; Scott Hannan – Jeff Schultz ; John Carlson – Karl Alzner

Attaquants : Alexander Ovechkin (C) – Nicklas Backstrom (A) – Brooks Laich ; Marco Sturm – Jason Arnott (A) – Alexander Semin ; Jason Chimera – Marcus Johansson – Eric Fehr ; Matt Hendricks – Boyd Gordon – Matt Bradley

Remplaçant : Semyon Varlamov (G)
En réserve : D.J. King, Sean Collins, Jay Beagle et Tyler Sloan
Blessés : Tom Poti (aine), Dennis Wideman (jambe) et Mike Knuble (main)

New York Rangers

Gardien : Henrik Lundqvist

Défenseurs : Marc Staal (A) – Dan Girardi ; Ryan McDonaugh – Mike Sauer ; Bryan McCabe – Matt Gilroy

Attaquants : Ruslan Fedotenko – Brandon Dubinsky – Marian Gaborik ; Wojtek Wolski – Artem Anisimov – Derek Stepan ; Sean Avery – Brian Boyle – Brandon Prust ; Vaclav Prospal – Erik Christensen – Chris Drury (C)

Remplaçant : Chad Johnson (G)
En réserve : Steve Eminger
Blessés : Martin Biron (fracture de la clavicule), Derek Boogard (commotion cérébrale), Alexander Frolov (genou) et Ryan Callahan (cheville)


3 étoiles du match : Michal Neuvirth (Washington), Alexander Ovechkin (Washington) et Brooks Laich