Nashville Predators - Anaheim Ducks (NHL, quart de finale de conférence, match 6)

Il aura fallu attendre 13 ans et plusieurs éliminations au premier tour mais cette fois, c’est fait : l’équipe de Nashville s’est qualifiée pour les demi-finales de conférence. L’élimination de l’an passé avait été dure à encaisser pour les fans des Predators. Alors qu’ils affrontaient Chicago, les futurs champions, sur leur glace, les Predators menaient dans le match 5 à quelques minutes de la fin et en supériorité numérique. Une victoire leur aurait permis de mener dans la série 3 matchs à 2 mais ils ont été rejoints sur le fil et battus en prolongation.

Cette fois, les Predators se sont une nouvelle fois retrouvés en prolongation pour le match 5, sur la glace d’Anaheim, mais ce sont eux qui ont remporté la partie, grâce à un but de Jerred Smithson. C’était déjà un bon présage en soi pour ce match 6 car l’équipe n’a jamais remporté un match 5 dans le passé. Pour couronner le tout, c’est le premier choix de draft de l’histoire de la franchise, David Legwand, qui marquera le dernier but de cette ultime rencontre de la série.

Ce succès en playoffs apporte de la notoriété nationale mais surtout locale à une équipe évoluant dans un marché peu propice au hockey, le Tennessee, où le principal centre d’intérêt sportif est l’équipe de football américain des Titans. Du fait de la faiblesse actuelle de cette dernière, les Predators deviennent donc temporairement le fer de lance de l’Etat.

Sans surprise, l’équipe de Barry Trotz s’est avant distinguée dans cette série par sa rigueur défensive. Le défenseur Shea Weber, pour ses premiers playoffs comme capitaine, a ainsi parfaitement montré la voie avec 3 buts pour 5 points dans cette série. Chacun de ses buts étaient d’ailleurs cruciaux : c’est lui qui ouvre le score dans le match 1 et c’est également lui qui arrache l’égalisation dans les dernières secondes du temps règlementaire du match 5. De plus, si la paire qu’il forme avec Ryan Suter a parfois été malmenée, elle finalement eu le dessus sur la première ligne des Ducks lors des deux derniers matchs. Enfin, il apporte un visage à une franchise qui a parfois manqué d’identité.

Autre joueur à avoir joué un rôle clé dans cette série : Jordan Tootoo. Contrairement à Weber, rares étaient ceux qui pensaient qu’il pourrait être déterminant, dans une saison marquée par sa participation volontaire à un programme de désintoxication de la NHL de la fin décembre à la fin janvier, ne rejouant avec Nashville que le 11 février. Le fantasque ailier droit semblait dans une année noire, mais cette série face à Anaheim lui a offert une belle rédemption. Non seulement il a inscrit 5 points en 6 matchs mais ils se sont révélés cruciaux, puisqu'ils ont été décisifs pour les matchs 5 et 6.

Ce sont pourtant les Ducks qui ont le mieux commencé ce match 6. Dès son entame, Corey Perry se présente avec Cam Fowler pour un 2 contre 1, mais le tir du rookie est détourné par Pekka Rinne (0’25). Dos au mur, Anaheim peut toujours compter sur Teemu Selanne. Le Finlandais signe son sixième but en autant de matchs après avoir fait le tour du but des Predators et trompé Rinne d’un revers dans son côté fermé (0-1, 10’22). Mais les locaux maintiennent la pression : en toute fin de période, Suter entre avec le palet dans la zone d’Anaheim. Il le perd dans un dribble mais Suter met en échec Fowler, qui venait de récupérer le palet dans le fond. Tootoo surgit et passe instantanément le palet à Spaling, seul dans le slot. Ce dernier n’a plus qu’à tromper Ray Emery dans sa lucarne droite (1-1, 19’32).

Anaheim cherche à mettre plus de pression en deuxième période mais Nashville profite des contres : Blake Geoffrion lance J.P. Dumont dans la zone neutre. Celui-ci se retrouve confronté à la paire Beauchemin – Fowler mais il parvient à décaler vers Steve Sullivan, lancé vers le but. Sullivan évite le poke check d’Emery et marque dans le but vide (2-1, 23’29). Pour autant, les Ducks ne s’avouent pas vaincus et la déviation de Jason Blake sur un tir de Bobby Ryan en supériorité numérique (2-2, 38’23) leur permet de rentrer au vestiaire sur un score de parité.

Le troisième tiers s’annonce donc serré et ce sont les locaux qui frappent les premiers : Tootoo dépasse Lilja depuis la bande gauche vers le but et tire sur Emery. Le gardien poke check mais Lilja le heurte et Spaling profite de l’opportunité pour tirer dans la lucarne (3-2, 44’53). Anaheim réagit quand Selanne dépasse en vitesse Jonathon Blum et tire mais Rinne s’interpose (45’50). Puis, à la fin d’une supériorité numérique tuée par les Predators, Blake à l’opportunité de marquer sur un rebond face à un Rinne assis sur la glace, mais il ne parvient pas à lever son palet (49’54). Les Ducks se mettent alors en danger : sur une perte de palet à cause d’un mauvais contrôle de Luca Sbisa, Tootoo se présente seul face à Emery mais c’est le gardien qui remporte le duel. Le palet reste alors libre près du but et Matt Halischuk n’est pas loin de marquer mais Fowler parvient à dégager en catastrophe (51’15). Finalement, c’est donc le Predator historique, David Legwand, qui scelle la rencontre avec un but dans la cage vide (4-2, 59’50). Nashville affrontera au prochain tour Vancouver.

 

Nashville Predators – Anaheim Ducks : 4-2
Nashville remporte la série 4 matchs à 2

Tirs cadrés : Nashville 30 (10, 11, 9), Anaheim 27 (4, 12, 11)

Evolution du score
0-1 à 10’22 : Selanne assisté de Koivu
1-1 à 19’32 : Spaling assisté de Tootoo
2-1 à 23’29 : Sullivan assisté de Dumont et Geoffrion
2-2 à 38’23 : Blake assisté de Ryan et Visnovsky en sup. numérique
3-2 à 44’53 : Spaling assisté de Tootoo et Rinne
4-2 à 59’50 : Legwand assisté de Ward dans le but vide


Nashville Predators

Gardien : Pekka Rinne

Défenseurs : Shea Weber (C) – Ryan Suter (A) ; Cody Franson – Shane O’Brien ; Kevin Klein – Jonathon Blum

Attaquants : Sergei Kostitsyn – Mike Fisher – Patric Hornqvist ; Matt Halischuk – David Legwand – Joel Ward ; Nick Spaling – Jerred Smithson – Jordin Tootoo ; Steve Sullivan (A) – Blake Geoffrion – J.P. Dumont

Remplaçant : Anders Lindback (G)
En réserve : Cal O’Reilly et Colin Wilson
Blessés : Martin Erat, Marcel Goc (épaule), Francis Bouillon (commotion cérébrale) et Matthew Lombardi (commotion cérébrale)

Anaheim Ducks

Gardien : Ray Emery

Défenseurs : Lubomir Visnovsky – Toni Lydman ; François Beauchemin – Cam Fowler ; Luca Sbisa – Andreas Lilja

Attaquants : Bobby Ryan – Ryan Getzlaf (C) – Corey Perry ; Jason Blake – Saku Koivu (A) – Teemu Selanne (A) ; Matt Beleskey – Brandon McMillan – Dan Sexton ; Jarkko Ruutu – Todd Marchant – George Parros

Remplaçant : Dan Ellis (G)
En réserve : Josh Green, Brad Winchester, Sheldon Brookbank, Andy Sutton, Kyle Chipchura, Kyle Palmieri et Nick Bonino
Blessé : Jonas Hiller


3 étoiles du match : Nick Spaling (Nashville), Jordin Tootoo (Nashville) et Pekka Rinne (Nashville)