Suisse - France (Mondiaux 2011, groupe B, 1re journée)

La France entrevoit la lumière

2011-04-29-Suise-France-IMG_1050La Suisse avait... sué en affrontant la France en ouverture du Mondial de Berne, pour une victoire dans la douleur (1-0). Deux ans plus tard, les deux équipes se retrouvent d'entrée, et la Nati espère avoir franchi un palier offensivement avec son nouvel entraîneur Sean Simpson. Ce que les Helvètes ignorent, c'est que les Bleus ont progressé entre-temps, ils l'ont prouvé à Bercy face à un Canada dont le jeu direct et physique prépare idéalement à la Suisse de Simpson.

De plus, Cristobal Huet est de retour dans les cages françaises, et comme il a maintenant la double nationalité suisse par son épouse, il est particulièrement motivé. Il n'a pas digéré sa sèche élimination en play-offs de LNA avec Fribourg-Gottéron et veut faire oublier sa fin de saison manquée. Les alignements sont conformes aux dernières rencontres, si ce n'est que Maxime Moisand est titularisé en sixième défenseur plutôt que Janil. La première présence du jeune Grenoblois en compétition internationale est un baptême du feu difficile puisqu'il manque le palet dans le slot et laisse le premier tir dangereux à Stancescu.

On s'est focalisé sur le cas de Huet, mais on en a oublié que Laurent Meunier a lui aussi une revanche à prendre sur le pays du chocolat. Le joueur de devoir n'avait pas assez l'allure d'une star offensive pour garder un statut étranger dans la LNA suisse. Il a trouvé une nouvelle terre d'accueil en Allemagne, et se rappelle vite au bon souvenir des Helvètes avec un centre pour Sacha Treille au second poteau. Le gardien Tobias Stephan a parfaitement bouché l'angle. En infériorité, le capitaine tricolore remet ça en prenant de vitesse le lent Goran Bezina, son ex-coéquipier avec Genève-Servette et à s'offrir un duel avec Stephan, qui repousse ce palet de la jambière.

Contrairement à ce qui se passait en 2009, la France ne manque pas d'occasions, la preuve avec ce 2 contre 1 sur lequel Luc Tardif dose mal sa passe pour Teddy Da Costa. Lorsque Victor Stancescu donne un cinglage à Bellemare en position de tir, les Français restent installés et conservent bien le palet mais sont maintenus dans le périmètre par une boîte agressive.

2011-04-29-Suise-France-IMG_1025Sean Simpson est mécontent de voir son équipe malmenée et lui passe un savon pendant la pause publicitaire. Un dégagement en tribune de Thomas Roussel permet à la Suisse de poser son jeu de puissance : Bezina à la pointe, Lötscher à gauche, Plüss à droite, Rüthemann en fond de zone et surtout le géant Gardner dans le slot qui voit le palet arriver devant sa crosse, mais Hecquefeuille le contre de justesse. Le premier tiers-temps s'achève par un dernier slap en angle de Fleury, repoussé de l'épaule par Stephan.

Dès le début de la deuxième période, Pierre-Édouard Bellemare part en contre-attaque et provoque aussi la seconde prison adverse, contre Gardner qui l'a fait trébucher. Lemm et les siens s'imposent dans les coins et éloignent le danger. Après un geste de rétorsion de Stéphane Da Costa, vexé d'avoir été retourné le long de la bande par une charge à la hance de Sprunger, la France tue à son tour aisément une pénalité, Laurent Gras lançant même une contre-attaque.

La seule méthode avec laquelle la Suisse parvient à prendre le dessus sur la France ce soir, c'est en occupant le slot. La défense tricolore peine à bouger les gros gabarits adverses, mais même gêné, Huet reste vigilant. Les Bleus continuent donc de se procurer régulièrement des contre-attaques : le jeune Moisand, un peu surpris de se retrouver à 2 contre 1 en zone suisse, ne parvient pas à ajuster Stephan sous le bras gauche.

Même la quatrième ligne française participe à l'offensive, et en travaillant dans les coins, Romand se fait accrocher et envoie Furrer en prison. Les Bleus se font alors plus présents pour chercher des rebonds, mais Stephan n'en laisse pas sur le lancer le plus puissant de Hecquefeuille. La France prend progressivement le dessus, y compris aux tirs : 23 à 19 après quarante minutes. À Berne, la Suisse avait obtenu trois fois plus de lancers. Que de chemin parcouru...

La troisième période s'éveille... et la patinoire s'éteint ! Black-out total dans la Steel Arena de Košice, où seuls quelques panneaux publicitaires restent allumés. Après le "miracle grec" des Jeux olympiques d'Athènes, les organisateurs de ces Mondiaux pouvaient croire au "miracle slovaque" malgré les préparatifs terminés au dernier moment. Peine perdue : le scénario noir (c'est le cas de la dire) qui se produit dès le premier match. Et il a lieu dans la patinoire qui paraissait la moins problématique, pas dans celle qui avait été inaugurée au dernier moment.

La panne d'électricité, qui dure plus de cinq minutes, ne coupe pas les jambes de l'équipe de France. Laurent Meunier continue de travailler en zone offensive et pousse un autre ex-équipier, Morris Trachsler, à la faute. En infériorité, Félicien du Bois est lui aussi pris de vitesse par le capitaine français qui manque ensuite le dernier geste. Meunier est sanctionné à son tour, mais à quatre contre quatre, Stéphane Da Costa délivre le palet de derrière la cage à Julien Desrosiers, seul face au but ! Il laisse échapper cette incroyable action de but...

2011-04-29-Suise-France-IMG_1215Quelques minutes plus tard, c'est au tour de la Suisse de gâcher une occasion en or : servi par Monnet derrière le but, Andres Ambühl voit Huet s'avancer et détourner son tir avec le bras, juste à côté de la cage. Alors que les deux formations tournent maintenant à trois lignes, la Suisse élève nettement l'intensité, et un lancer de Plüss frôle la lucarne alors que Besch a même abandonné l'idée de déloger les 105 kilos de Gardner du slot.

Stéphane Da Costa prend sa deuxième pénalité du match, mais Rüthemann fait obstruction sur le gardien et annule la supériorité. Un avertissement contre l'indiscipline qu'Ivo Rüthemann ne retient pas puisque le vétéran charge Desrosiers dans le dos à quatre minutes de la fin. La France ne profite pas de l'aubaine. Un dernier palet traînant dans le slot n'est pas exploité par Simon Moser, et le temps réglementaire se termine sur un score vierge. Le résultat nul est logique, mais la Suisse est montée en puissance dans ce troisième tiers.

La France a donc un point... et un seul. Après deux minutes de prolongation, Julien Vauclair part de sa zone, prend de la vitesse en zone neutre devant Fleury, perce entre Treille et Auvitu, qui se fait contourner, et repique derrière Besch pour venir dribbler son vieil ami et coéquipier de Lugano, Cristobal Huet (1-0, 61'46"). Un exploit individuel du défenseur jurassien qui sauve la Suisse dans ce match d'ouverture.

Le capitaine français Laurent Meunier a réalisé un grand match ce soir. Toujours travailleur, il a été impressionnant dans la protection du palet, mais aussi dans le contrôle en mouvement où il a dérouté plus d'une fois les défenseurs suisses. La conservation du palet a aussi été l'atout de Laurent Gras, qui mérite une mention pour son rôle de leader en infériorité. Les pivots de métier ont tiré l'équipe de France. La défense tricolore, elle aussi menée par un ancien (Bachet), a eu fort à faire avec la pression suisse dans le slot, mais elle s'en est très bien tirée et a commis peu d'erreurs, laissant Huet faire le reste avec son assurance.

Désignés joueurs du match : Simon Moser pour la Suisse et Vincent Bachet pour la France.

Commentaires d'après-match

Sean Simpson (sélectionneur de l’équipe de Suisse) : «  Je tiens à féliciter la France qui a très bien joué et qui a offert un jeu dur. On s’y attendait. De notre côté, on pouvait mieux jouer. On devait mieux jouer. Les meilleures occasions sont à mettre sur le compte de la France. On s’est améliorés dans le dernier quart d’heure. On l’emporte grâce à un fantastique numéro en solitaire de Julien Vauclair. Il est clair que l’on ne peut pas  jouer de la sorte si l’on veut prétendre à aller loin dans le tournoi. »

Dave Henderson (sélectionneur de l’équipe de France) : « On mérite amplement notre point. C’est d’ailleurs la première fois que l’on en marque un sur notre premier match en Mondial. On a bien joué sur les deux premières périodes, on s’est créé beaucoup d’occasions mais je regrette que les joueurs n’aient pas plus shooté. Ils ont toujours voulu attendre d’être dans la meilleure position possible pour tirer et ça a empêché d’avoir le bon dernier geste. Le travail est là, le physique est là aussi. Il y a eu une bonne cohésion défensive qui a abouti à de bonnes transmissions. Les deux gardiens ont offert de belles prestations. En ce qui concerne le black-out, il nous a permis de recadrer certaines choses qui commencaient à aller mal depuis le début du troisième tiers mais cela nous a aussi cassé un peu les jambes. Mais c’était aussi le cas pour les Suisses. »

Cristobal Huet (gardien de l’équipe de France) : « Il y a des choses très positives dans ce match. On a eu plus d’occasions de marquer qu’eux. On n’a pas fait trop d’erreurs, on a bien tenu notre système. Ça s’est joué sur un exploit individuel de Vauclair. C’est décevant. De toute façon, ça ne change pas grand-chose, il faudra battre les Biélorusses. Après la première période, on a pris confiance, on a joué avec eux sur l’ensemble du match. On n’a pas eu de complexes. On a été justes sur beaucoup de petits détails, dommage que le grand public ne le voit pas. On a sorti le puck, ça nous a créé des contre-attaques. Malgré la défaite, les gars peuvent être fiers. Les Suisses ont quand même mis pas mal de trafic, j’ai eu beaucoup d’arrêts où c’était limite. Dans l’ensemble nos défenseurs ont très bien joué. Maintenant, il ne faut pas se sentir plus bon qu’on est. Il faut relativiser ; les Suisses n’ont certainement joué leur meilleur match. »

 

2011-04-29-Suise-France-IMG_0988

 

Suisse - France 1-0 après prolongation (0-0, 0-0, 0-0, 1-0)
Vendredi 29 avril 2011 à 16h15 à la Steel Arena de Košice. 2964 spectateurs.
Arbitrage de Sami Partanen et Jyri-Petteri Rönn (FIN) assistés d'Anton Semionov (EST) et Jussi Terho (FIN).
Pénalités : Suisse 12' (2', 4', 6', 0'), France 10' (4', 2', 4').
Tirs : Suisse 35 (11, 8, 13, 3), France 29 (12, 12, 4, 1).

Évolution du score :
1-0 à 61'46" : Vauclair assisté de Rüthemann


Suisse

Gardien : Tobias Stephan.

Défenseurs : Goran Bezina - Rafael Diaz ; Mathias Seger (C) - Félicien du Bois ; Philippe Furrer (+1, 2') - Julien Vauclair (+1) ; Luca Sbisa.

Attaquants : Ivo Rüthemann (A, +1, 4') - Martin Plüss (A, +1) - Ryan Gardner (2') ; Thibaut Monnet - Andres Ambühl - Kevin Lötscher ; Simon Moser - Morris Trachsler (2') - Matthias Bieber ; Victor Stancescu (2') - Romano Lemm - Julien Sprunger.

Remplaçant : Leonardo Genoni (G). En réserve : Daniel Manzato (G).

France

Gardien : Cristobal Huet.

Défenseurs : Johan Auvitu (-1) - Nicolas Besch (-1) ; Vincent Bachet (A) - Kevin Hecquefeuille (A) ; Thomas Roussel (2') - Maxime Moisand ; Jonathan Janil [une présence].

Attaquants : Pierre-Édouard Bellemare - Laurent Meunier (C, 2') - Sacha Treille (-1) ; Julien Desrosiers - Stéphane Da Costa (4') - Damien Fleury (-1) ; Luc Tardif - Laurent Gras - Teddy Da Costa ; Brian Henderson - Damien Raux (2') - Jérémie Romand ; Nicolas Arrossamena [une présence].

Remplaçant : Fabrice Lhenry (G). En réserve : Ronan Quemener (G).