Philadelphia Flyers - Buffalo Sabres (NHL, quart de finale de conférence, match 7)

La pression et l’enjeu des playoffs conduisent certaines séries à être jouées dans un esprit parfois limite, surtout quand on met en présence deux équipes rivales. Dans le cas de cette série Philadelphie-Buffalo, l’adjectif le plus utilisé pour la définir était « nasty ». De fait, bien qu'elle n'opposent pas deux rivaux déclarés, la confrontation fut particulièrement animée. Du côté de Philadelphie, c’est le capitaine, Mike Richards, qui a mené la charge en jouant du coude vis-à-vis de Patrick Kaleta lors du match 4 et propulsé Tim Connolly contre la bande lors du match 6. Bien que Connolly ait dû quitter le jeu après ce choc et qu’il n’ait pas disputé le dernier match, la commission de discipline n’a pas considéré qu’il fallait suspendre Richards, au grand dam du coach de Buffalo, Lindy Ruff.

Les Sabres n’ont pas été en reste sur ce terrain et c’est l’agitateur Patrick Kaleta qui s’est chargé de mettre de l’ambiance en cherchant des noises à Daniel Brière et Scott Hartnell. Il aurait ainsi parlé aux deux attaquants de leurs divorces respectifs, qu’ils n’ont pas vécus harmonieusement. Le tout a évidemment été rehaussé de trash-talking dans les médias. Remarquons toutefois que la série aurait été encore plus « nasty » si Chris Pronger, agitateur à ses heures perdues, n’avait pas manqué la quasi-totalité de la série, ne revenant pleinement pour les Flyers que pour ce match 7.

La principale confrontation concernait les gardiens : d’un côté, les Sabres comptaient sur Ryan Miller pour voler des matchs, tandis que les Flyers demandaient aux gardiens d’éviter de causer leur perte. L’entraîneur de Philadelphie, Peter Laviolette, a ainsi titularisé ses trois gardiens dans la même série, ce qui n’était pas arrivé en NHL depuis une série de Vancouver en 2004.

Le premier à chuter à ce petit jeu a été le rookie Sergei Bobrovsky, que l’on a plus revu après le deuxième match. Le boulot a ensuite été confié au vétéran Brian Boucher. Il démarre plutôt bien mais est rapidement remplacé lors du match 5 par Michael Leighton après avoir encaissé 3 buts en 11 tirs. Ce dernier, héros des playoffs l’an passé, est également sorti par Laviolette au match suivant après avoir encaissé 3 buts sur 8 tirs cadrés. Au final, c’est de loin Boucher qui a été le plus convaincant, malgré son passage à vide. Pour preuve, c’est lui qui a remporté les quatre victoires de l’équipe. Il devrait donc commencer la série face à Boston (pour la suite, on verra…)

Les Flyers ont compensé les problèmes de portier grâce à leur puissante attaque, d’autant plus que leurs adversaires ont été particulièrement touchés par les blessures. Outre Jason Pominville et Tim Connolly, blessé au match 6, les Sabres ont longtemps dû faire sans des cadres comme Derek Roy (absent depuis 4 mois) et Jochen Hecht (absent depuis un mois). Revenus pour le septième match, Roy et Hecht, à court de forme, n’ont logiquement pas pesé sur la rencontre.

Avec l’incertitude qui plane sur les gardiens de Philadelphie, les Flyers attaquent le match avec une stratégie très simple : mettre la pression sur Ryan Miller en faisant le siège de son but. Ainsi, la domination des Flyers en première période est quasiment totale avec 16 tirs cadrés contre 2 pour les Sabres. C’est Claude Giroux qui ouvre les hostilités avec la première action franche : dans une situation de 4 contre 4, il se retrouve seul face à Miller mais il ne réussit pas à le dribbler et le portier américain évite de peu l’ouverture du score en se couchant en travers de la ligne pour contrer la reprise de Braydon Coburn (4’21).

Kris Versteeg s’infiltre ensuite dans la défense et centre vers Mike Richards, seul devant le but de Miller, mais son tir est détourné par le gardien américain. Les Sabres dégagent tant bien que mal mais Pronger récupère le palet dans sa zone et l’envoie sur la gauche vers Dan Carcillo. L’ailier ne parvient pas à contrôler la passe qui arrive derrière le but de Miller. Celui-ci sort et passe le palet à Marc-André Gragnani, qui voit son dégagement intercepté par Richards dans le cercle droit. Mais le tir à bout portant du capitaine est arrêté par Miller (19’30).

Buffalo pense alors rentrer aux vestiaires sur un score vierge mais ce ne sera pas le cas : après une mise en jeu gagnée par Brière en zone offensive, Coburn tire de la bleue en direction du but. Le tir semble inoffensif mais il est légèrement dévié par le gant de Mike Grier qui tente de le repousser, ce qui trompe Miller (1-0, 19’41).

Buffalo attaque la deuxième période par un forecheck plus important mais les Flyers parviennent à l’éviter, ce qui permet à Versteeg de tirer, mais son tir termine dans le plastron de Miller (20’16). Grâce à une pénalité de Giroux pour interférence, les Sabres ont l’opportunité d’égaliser. Un tir dévié de Tyler Myers de la bleue traîne devant l’enclave de Boucher mais ni Thomas Vanek ni Tyler Ennis ne parviennent à le reprendre (22’31). C’est ensuite Drew Stafford qui profite d’un bon travail d’Ennis à la bande pour tirer depuis le cercle gauche mais sans réussir à inquiéter Boucher (23’21).

Une pénalité de Myers pour interférence sonne la fin du court ascendant des Sabres : dès la première mise en jeu, Richards tire depuis la bleue. Le palet est contré et il arrive opportunément dans la crosse de Brière, qui rôdait près de l’enclave et n’a plus qu’à le pousser dans le but (2-0, 24’45). L’indiscipline pose encore des problèmes aux Sabres quelques minutes plus tard : Richards tire depuis le cercle droit pour trouver une déviation. Van Riemsdyk et Giroux sont en embuscade mais Miller parvient à contrôler le palet (29’25). Mais le danger n’est que très temporairement écarté : toujours sur la même supériorité numérique, le tir de Giroux depuis la bande gauche est dévié par Van Riemsdyk dans les filets de Miller (3-0, 30’19).

Les Sabres ont l’opportunité de réduire l’écart sur un tir de Jochen Hecht repoussé par Boucher : le portier perd de vue quelques instants le rebond et Stafford tente de le reprendre pour marquer mais Boucher réagit à temps (38’42). Le début de la troisième période offre le coup de grâce pour les visiteurs : sur un dégagement, le changement de ligne des défenseurs est trop lent et Matt Carle lance Ville Leino pour un face-à-face avec Miller. Chris Butler pense arriver à temps pour gêner l’ailier finlandais mais il décoche un tir puissant dans la lucarne gauche, au dessus de l’épaule de Miller (4-0, 41’59). Cette fois, Lindy Ruff choisit de sortir Ryan Miller pour faire entrer Jhonas Enroth, le match étant quasiment plié. C’est la première fois dans sa carrière que Miller est sorti dans un match de playoffs.

Les visiteurs tiennent pourtant à sauver la face : sur un palet gagné dans la zone des Flyers, Myers suit l’action en allant dans le slot, il est à la réception d’une passe de Stafford et sa reprise trompe Boucher (4-1, 46’33). Carcillo redonnera un avantage de quatre buts aux locaux quelques minutes plus tard avant de Brad Boyes n’inscrive son premier but de la série. Lindy Ruff attendait sans doute plus de Boyes, qui avait marqué 43 buts en saison régulière en 2008 avec St. Louis et que Buffalo a transféré à la deadline contre un choix de deuxième tour. Si le bilan de Boyes est plutôt correct sur la fin de saison régulière avec 14 points en 21 matchs, il a disparu lors des playoffs avec juste un but en sept matchs, alors que son équipe souffrait d’une carence offensive.

Lors du prochain tour, Philadelphie affrontera une vieille connaissance : Boston. La série qui avait opposé les deux équipes l’an passé était historique puisque les Flyers avaient battu les Bruins en 7 matchs après avoir perdu les 3 premières rencontres de la série, ce qui n’était arrivé que deux fois auparavant dans la longue histoire de la NHL. Cette défaite avait été très mal vécue par Boston et son public, il y aura donc de la revanche dans l’air pour cette série.


Philadelphia Flyers – Buffalo Sabres : 5-2
Philadelphia remporte la série 4 matchs à 3

Tirs cadrés : Philadelphia 36 (16, 11, 9), Buffalo 28 (2, 12, 14)

Evolution du score
1-0 à 19’41 : Coburn assisté de Brière
2-0 à 24’45 : Brière assisté de Richards et Giroux en sup. numérique
3-0 à 30’19 : Van Riemsdyk assisté de Giroux et Pronger en sup. numérique
4-0 à 41’59 : Leino assisté de Carle
4-1 à 46’33 : Myers assisté de Stafford et Hecht
5-1 à 50’03 : Carcillo assisté de Versteeg et Timonen
5-2 à 55’21 : Boyes assisté de Roy et Myers


Philadephia Flyers

Gardien : Brian Boucher

Défenseurs : Andrej Meszaros – Matt Carle ; Kimmo Timonen (A) – Braydon Coburn ; Danny Syvret – Sean O’Donnell ; Chris Pronger (A)

Attaquants : James Van Riemsdyk – Claude Giroux – Darroll Powe ; Nikolai Zherdev – Mike Richards (C) – Kris Versteeg ; Scott Hartnell – Daniel Brière – Ville Leino ; Dan Carcillo, Blair Betts

Remplaçant : Sergei Bobrovsky (G)
En réserve : Michael Leighton, Andreas Nodl, Jody Shelley, Matt Walker et Eric Wellwood
Blessés : Jeff Carter (entorse du genou droit), Oskars Bartulis (épaule) et Ian Laperriere

Buffalo Sabres

Gardien : Ryan Miller puis Jhonas Enroth à 41’59

Défenseurs : Andrej Sekera – Tyler Myers ; Chris Butler – Mike Weber ; Marc-André Gragnani – Jordan Leopold

Attaquants : Jochen Hecht (A) – Derek Roy – Thomas Vanek (A) ; Tyler Ennis – Rob Niedermayer – Drew Stafford ; Nathan Gerbe – Paul Gaustad (A) – Mark Mancari ; Cody McCormick – Brad Boyes – Mike Grier

En réserve : Shaone Morrisonn et Steve Montador
Blessés : Patrick Kaleta, Jason Pominville (tendon sectionné) et Tim Connolly


3 étoiles du match : Daniel Brière (Philadelphia), James Van Riemsdyk (Philadelphia) et Braydon Coburn (Philadelphia)