Bélarus - Canada (Mondiaux 2011, groupe B, 1re journée)

Des visages de poupons aux bras d’acier

2011-04-29-Canada-Belarus-IMG_1291Changement de décor. En à peine une heure et demie, la Steel Aréna de Košice, morne pour Suisse-France, a vu ses rangées envahies par des Canadiens (une poignée), des Biélorusses (plus nombreux), et… des Slovaques (en masse). Etrange affluence alors que l’équipe nationale fait ses grands débuts au même moment de l’autre côté du pays et que des écrans géants sont placés aux quatre coins de la ville.

Encore plus étrange lorsque les deux formations font leur entrée sur la glace sous de bruyants vivats, comme si l’une comme l’autre évoluait à domicile. Les petits drapeaux en papier distribués devant la patinoire laissent entrevoir un penchant du public en faveur des maillots à la feuille d’érable. Les cousins Slaves ne seront pas en reste plus tard. Bref, on veut voir du spectacle avant tout et peu importe en fait qui l’offre à la plèbe. 

La défaite surprise des Russes à Bratislava peu de temps auparavant contre l’Allemagne (0-2) lance on ne peut mieux la bataille à distance que se livrent les deux ténors du hockey planétaire. Les ultimes sorties des joueurs de Ken Hitchcock (contre la France à Bercy notamment), n’ont pas vraiment permis de juger de son véritable potentiel. Le groupe, encore un peu mince sur le banc, a seulement reçu le soutien de dernière minute de l’ « européen » Mario Scalzo.

Les interrogations sont vite dissipées. Le palet propulsé depuis la « bleue » par Alex Pietrangelo embrasse le poteau droit d’Andrei Mezin. Les Biélorusses dégagent mais le jeu revient rapidement dans leur camp. Evander Kane déborde sur la gauche, entraînant avec lui deux défenseurs, et passe en retrait à Jordan Eberle. L’ailier droit d’Edmonton, placé au centre en sélection, reprend de suite d’un back-end qui permet déjà d’ouvrir la marque au premier poteau (0-1, 1'52).

2011-04-29-Canada-Belarus-IMG_1313Le Bélarus n’en est pas pour autant déboussolé. La triplette Ugarov-Meleshko-Grabovski est très active et le capitaine des Rouges commence à planter quelques jalons devant James Reimer, solide devant ses filets. La glisse est rapide, ça lutte dur le long de la bande et les mises en échec sont viriles. Le public est aux anges.

Si les offensives sont bien réparties, le Canada parvient toutefois à créer le décalage plus aisément. Eberle, encore lui, arrive justement à prendre le dessus sur les lignes arrières biélorusses mais son centre ne trouve pas preneur (4'37). Dans la foulée, Kane intercepte et file en breakaway mais Mezin veille au grain.

Plus tard, son vis-à-vis canadien a du mal à contrôler un slap et le rebond provoque un trafic devant sa cage. Tavares fait le ménage un peu brutalement et écope alors de la première pénalité de la rencontre (5'30). Le Bélarus prend ses quartiers à l’avant mais le power-play ne donne rien. Les deux équipes semblent ressentir le besoin de souffler un peu après un début intense. Plus rien de croustillant pendant cinq minutes environ.

La frappe côté rapproché à droite de Pietrangelo, qui avait pourtant réussi à mettre dans le vent deux défenseurs (11'02), redonne le feu vert aux attaques. Viktor Kostyuchyonok glisse sa crosse entre les chevilles du défenseur de Saint-Louis et file à son tour en prison. Il est imité peu de temps après par Sergei Drozd (12'32) et le Canada bénéficie d’une double supériorité pendant une demi-minute. Les Blancs foirent cependant une grande partie de leurs actions par une mauvaise maîtrise – passagère – des passes de leurs camarades. La défense agressive des Biélorusses y est pour quelque chose. Malgré cela, Mezin est au four et au moulin sur des agressions à répétition de Matt Duchene, entre autres (14'05).

2011-04-29-Canada-Belarus-IMG_1356L’équipe biélorusse alterne inspiration et flottement depuis le coup d’envoi mais termine en trombe la première période. Andrei Stas tente sa chance dans le slot (15'36), Dmitri Meleshko à l’entrée du cercle droit (16'25) et Aleksei Ugarov manque l’égalisation (17'00). La faute de Jeff Skinner (19'12) ancre le danger dans la zone canadienne.

Reimer est aux abois sur deux missiles de Dmitri Korobov mais Andrei Stepanov n’est pas assez prompt au poteau droit pour reprendre le rebond (18'57). Il est bien plus sur l’action suivante. Luke Schenn, à la relance, se fait chiper le caoutchouc par Aleksandr Kitarov qui sert en retrait  Aleksandr Kulakov. Ce dernier dévie plus ou moins volontairement à Stepanov qui égalise (1-1, 19'26).

Le regain de forme des hommes d’Eduard Zankovets n’est qu’un pétard mouillé. Au retour des vestiaires, ce sont les Canadiens qui font de nouveau le jeu en imposant leur physique et, progressivement, leur vitesse. Quelques jolis gestes enjolivent la partie, comme cette passe entre les jambes d’Eberle derrière la cage de Mezin pour Jason Spezza, surpris lui-même par la technicité du geste (23'43).

Tavares et Skinner sont à la lutte le long de la bande à droite. Les deux gamins parviennent à s’extirper et filent de concert vers Mezin. On croit que le premier va y aller seul mais il décale au dernier moment pour son camarade qui, dans un angle fermé, trouve quand même un espace au-dessus du gardien de Minsk (1-2, 30'27). Made in new generation.

2011-04-29-Canada-Belarus-IMG_1334Le Bélarus aurait-il besoin de se faire botter les fesses de la sorte pour jouer enfin à sa pleine mesure ? Comme après l’ouverture du score, ils sortent de leur torpeur et offrent quelques prestations de choix. Souvent surpris en excès de vitesse, Aleksei Ugarov et Mikhaïl Grabovski se font faucher en bonne posture devant le but respectivement par Dion Phaneuf (31'19) et Brent Burns (34'52), priés d’aller se poser au purgatoire. Entre les deux fautes, le Canada avait encore trouvé le poteau (34'16).

Hitchcock peste de plus belle sur son banc ; ses protégés ont la maîtrise du jeu mais ce genre de stupidités peut remettre l’adversaire sur les rails. Le technicien n’a pas tort. Les Rouges sont revigorés par ses quatre minutes quasi successives en power-play. Ils agressent Reimer de toute part, notamment par Dmitri Korobov et ses puissantes frappes sur la « bleue », mais si le gardien des Toronto Maple Leafs plie parfois, il ne rompt pas.

À vouloir jouer trop gros bras, les Canadiens se font prendre à leur propre piège : Cal Clutterbuck met tout son poids pour mettre en échec Ugarov derrière ses filets mais c’est lui qui se ramasse tandis que l’attaquant poursuit tranquillement. Le trublion Grabovski slalome entre la zone neutre et le slot mais frappe directement sur Reimer. Phaneuf, encore, ne trouve pas d’autre solution que de faire la faute sur le porteur du palet (38'28). Encore une fois, la fin de période est délicate à gérer pour la formation nord-américaine qui trouve son salut dans le manque de finition de son rival.

La partie perd clairement en intensité dans le troisième acte, au contraire de l’ambiance dans l’enceinte. La ola déferle dans la Steel Aréna. C’est généralement signe qu’il ne se passe plus grand-chose sur la glace. C’est effectivement le cas jusqu’au petit bijou de John Tavares qui trouve le moyen de loger le caoutchouc alors qu’il se situe quasiment sur la ligne de but à gauche (1-3, 45'18). Le meilleur buteur de l’édition précédente reprend donc ses habitudes.

2011-04-29-Canada-Belarus-IMG_1266La Biélorussie baisse complètement les bras et devient fantomatique. Sergei Demagin laisse ses camarades se débrouiller à quatre et il ne faut que six secondes à la feuille d’érable pour transformer l’opportunité. Sur la remise en jeu, Mario Scalzo dévie pour Phaneuf qui décoche de suite dans l’axe ; le palet tape le poteau droit puis flirte avec la ligne. Eberle, qui guettait devant la cage, le pousse délicatement au fond (1-4, 48'39). Le Canada n’a plus besoin de forcer son talent.

À Bratislava, la Slovaquie vient de battre péniblement la Slovénie (3-1) et le score annoncé au micro entraîne l’explosion dans les travées. Drôle de sensation que d’entendre une patinoire chanter à la gloire d’une équipe absente des débats. Même les supporters suisses, restés là après le match de leur favori, font sonner leurs cloches. Le speaker en rajoute une couche. La partie devient alors secondaire. Le tir de pénalité de Chris Stewart, qui frappe presque sans envie dans les jambières de Mezin, suscite quand même le retour du public. Le joueur de Saint-Louis avait été fauché sur son échappée par Koroborov (57'16).

Comme à la fin des deux précédents tiers-temps, les Biélorusses ont de nouveau un sursaut d’orguel avant la sirène. Il faut dire que le Canada termine à 3 contre 5 après les sorties de Clutterbuck (57'55) et Phaneuf (59'10). Grabovski et Meshko, les deux superactifs, n’y arrivent cependant pas. Ils tergiversent trop et annihilent toute chance de recoller au score. Avec sept points et surtout quatre buts sur quatre inscrits, les kids canadiens et leurs têtes d’adolescents ont prouvé qu’aux âmes bien nées la valeur n’attend pas le nombre des années.

Désignés joueurs du match : Andrei Mezin pour la Biélorussie, John Tavares pour le Canada.

Commentaires d'après-match

Eduard Zankovets (entraîneur du Bélarus) : « La partie était relativement équilibrée sur les deux premières périodes. Le Canada a été meilleur sur la troisième. On a très bien joué les vingt premières minutes, on valait les Canadiens. Mais le score final reflète tout de même bien le match. »

Ken Hitchcock (entraîneur du Canada) : « On a très bien joué dans la seconde moitié du match, avec une grosse envie, un gros travail dans le jeu. Le groupe est jeune mais il a su montré ce soir ce que c’était de jouer comme une grande équipe. Ce qui est positif aussi, c’est que nos joueurs d’expérience, à cours de matches, étaient à bout de souffle après le premier tiers mais ils ont su prendre le rythme petit à petit. Cette rencontre était une parfaite mise en condition et l’équipe devrait encore être meilleure dans les jours suivants. »

2011-04-29-Canada-Belarus-IMG_1304

 

2011-04-29-Canada-Belarus-IMG_1386Bélarus – Canada 1-4 (1-1, 0-1, 0-2)
Vendredi 29 avril 2011 à 20h15 à la Steel Aréna de Košice. 6025 spectateurs.
Arbitrage de Antonin Jerabek (TCH) et Vladimir Sindler (SVK) assistés de Matjaz Hribar (SLO) et Milan Novak (SVK).
Pénalités : Biélorussie 8' (4', 2', 2') ; Canada 14' (4', 6', 4').
Tirs : Biélorussie 22 (10, 7, 5) ; Canada 39 (14, 11, 14).

Évolution du score :
0-1 à 01'52'' : Eberle assisté de Kane et Scalzo
1-1 à 19'26'' : Stepanov assisté de Kulakov et Kitarov
1-2 à 30'27'' : Skinner assisté de Tavares
1-3 à 45'18'' : Tavares assisté de Skinner et Schenn
1-4 à 48'39'' : Eberle assisté de Phaneuf et Scalzo (sup. num.)


Bélarus

Gardien : Andrei Mezin.

Défenseurs : Nikolai Stasenko (-1) – Vladimir Denisov (-3) ; Viktor Kostyuchyonok (A, +1, 4') – Dmitri Korobov ; Oleg Goroshko – Sergei Kolosov ; Aleksandr Ryadinski.

Attaquants : Dmitri Meleshko – Mikhail Grabovski (C) – Aleksei Ugarov ; Aleksandr Kulakov – Andrei Stas (-1) – Andrei Mikhalyov (A) ; Andrei Stepanov (+1) – Aleksandr Kitarov (+1) – Sergei Demagin (2') ; Evgeni Kovyrshin (-3) – Sergei Drozd (2') – Aleksandr Pavlovich (-3).

Remplaçant : Sergei Shabanov (G). 

Canada

Gardien : James Reimer.

Défenseurs : Dion Phaneuf (A, 6') – Brent Burns (2') ; Luke Schenn – Alex Pietrangelo (+3) ; Mario Scalzo (+2) – Marc Methot (-1).

Attaquants : Travis Zajac (-1) – Andrew Ladd (A, -1) – Cal Clutterbuck (2') ; Evander Kane (+1) – Jason Spezza (+1) – Jordan Eberle (+1) ; Rick Nash (C, +1) – Matt Duchene – Chris Stewart (+1) ; John Tavares (+2, 2'), Jeff Skinner (+1, 2').

Remplaçant : Devan Dubnyk (G). En réserve : Antoine Vermette (blessé).