Slovaquie - Slovénie (Mondiaux 2011, groupe A, 1re journée)

C'est le jour tant attendu pour toute une nation. La Slovaquie se lance à l'assaut de ses championnats du monde avec comme ambition toute légitime d'aller chercher la médaille. Pour son match d'ouverture, à Bratislava, elle affronte la Slovénie, promue cette année dans l'élite internationale et avec laquelle les étrangers la confondent souvent. Aux joueurs coachés par Glen Hanlon de montrer au reste du monde que seule la toponymie se rapproche. Pas le hockey.

La glace de l'Orange Aréna, juste refaite à neuf, n'en a toujours pas terminée avec sa solidification. Ces conditions n'empêchent cependant pas les locaux de débuter activement. Rok Ticar accroche Ladislav Nagy et file en prison après seulement 63 secondes de jeu. La première offensive slovaque en power-play est canalisée par le capitaine slovène Tomaz Razingar. Malgré une pression certaine, la Double-Croix ne se procure pas d'occasions franches.

Richard Zedník tâte le terrain devant Robert Kristan mais sa tentative termine sa trajectoire dans la botte droite du gardien. La Slovaquie ne relâche pas la pression et Marián Gáborík, qui effectue là sa première sortie en sélection depuis l'élimination des New York Rangers, est l'auteur de la première véritable alerte sur une échappée lancée depuis la ligne bleue, mais Kristan reste vigilant (4'20). Tout comme sur les frappes de Miroslav Šatan et Ľuboš Bartečko, Les défenseurs slovènes sont bien placés et montrent les dents si nécessaire. En revanche, les contres des visiteurs ne sont pas assez incisifs pour tromper Jaroslav Halák.

La Slovénie tient bien le choc face à une formation slovaque emplie d'une certaine nervosité qui fragilise parfois la cohésion en défense. Martin Štrbák est d'ailleurs fautif dans sa zone dès les premières secondes de la reprise (20'40) et les hommes de Matjaz Kopitar ont là l'occasion de gonfler leur nombre de tentatives. Il ne reste qu'une poignée de secondes en supériorité lorsque le défenseur Ales Kranjc part de son camp, remonte un boulevard qui lui est curieusement offert jusqu'à Halák et parvient à ouvrir le score malgré le retour de Ľuboš Bartečko et Ivan Baranka, qui se jettent trop tard sur lui (0-1, 22'37). Sensationnel !

La Slovaquie bénéficie d'un power-play de quatre minutes consécutif à une crosse haute de Ziga Jeglic (29'12). Razinger met le danger sur Halák mais les Blancs installent ensuite le siège durablement devant Kristan. Les frappes sont pourtant peu nombreuses et la bande à Pavol Demitra (qui a finalement hérité du « C ») peut se mordre les doigts ne pas avoir profité de l'aubaine.

Miroslav Šatan est à la lutte sur la bande droite pour conserver le palet en zone slovène. Bartečko vient en soutien, gagne son duel avec Blaz Gregorc derrière la cage et passe en retrait au « Diable » qui s'était repositionné dans le cercle. Le joueur du Dynamo Moscou repique au centre et son tir du poignet dans l'enclave entraîne l'égalisation (1-1, 35'16). Zedník, sur un parfait service de Marcel Hossa, puis Gáborík dans les ultimes secondes, ratent l'occasion de faire virer en tête la Slovaquie.

La pression offensive des Slovaques porte progressivement ses fruits dans l'ultime acte. Tomáš Surový n'arrive pas à trouver la faille au poteau droit mais le palet repoussé par Kristan revient dans la crosse de l'attaquant de Riga. Celui-ci dévie pour Zedník, sur la bande droite, qui sert alors Peter Podhradský, en position de tir sur la bleue. Le slapshot du défenseur donne – enfin ! – l'avantage à la Double-Croix (2-1, 47'03). Le Président de la République, Ivan Gašparovič, exulte. L'Orange Aréna peut enfin relâcher son souffle.

Hormis la tentative de Jeglic qui passe à côté à dix minutes de la sirène, les Slovènes sont trop timides à l'avant ne pas en mesure de revenir au score. Ils font évidemment sortir Kristan à 38 secondes de la fin. La frappe de Jeglic, encore lui, est déviée par le patin de Branko Radivojevič et le palet arrive sur Rok Ticar qui reprend instantanément. Bartečko s'interpose, récupère la rondelle, s'échappe vers la cage vide et attend le dernier moment pour ajuster (3-1, 59'52).

Pas de quoi pavoiser pour les Slovaques, dominateurs, certes, mais coupables d'un patent manque de réalisme offensif face au petit poucet de la compétition, pas complexé pour un sou.

Désignés joueurs du match : Miroslav Šatan (Slovaquie) et Ales Kranjc (Slovénie).

Commentaires d'après-match

Glen Hanlon (entraîneur de la Slovaquie) : « On savait que ça allait être un match dur. Les Slovènes ont une équipe jeune et combattante, l'entraîneur Kopitar les a parfaitement préparés. Je suis satisfait que nous ayons entamé le tournoi avec succès. On a joué avec onze attaquants et plusieurs d'entre eux ont terminé fatigués. On a très bien joué, les gars se sont battus se façon exemplaire. Jaro Halák a réalisé deux arrêts importants qui se sont avérés décisifs. Je souhaite bonne chance à la Slovénie. »

Jaroslav Halák (gardien de la Slovaquie) : « On savait ce qui nous attendait. Les Slovènes ont joué le hockey traditionnel. On était excessivement nerveux. On voulait bien faire devant notre public, on doit avant tout se calmer pour la suite du championnat. Aujourd'hui on a eu aussi de la chance, ça fait partie du hockey, mais les autres jours elle pourra être du côté de notre adversaire. »

Ľuboš Bartečko (attaquant de la Slovaquie) : « Cette rencontre a confirmé que c'est toujours difficile de commencer un championnat, et ce quel que soit le nom de l'adversaire. L'essentiel pour nous est d'avoir pris trois points, même si c'est dans une large mesure avec de la chance. Je dois avouer que les Slovènes m'ont agréablement surpris : ils étaient compacts en défense, ils ont attendu nos fautes et ils ont d'ailleurs utilisé l'une d'elles pour ouvrir le score. »

Branko Radivojevič (attaquant de la Slovaquie) : « L'ambiance était exceptionnelle, les spectateurs nous ont poussé à aller de l'avant. C'est un succès collectif. La qualité de la glace était catastrophique, ça a souvent faire sauter les palets et à la fin de la recontre il y avait même quelques flaques. Les Allemands vont être des adversaires difficiles. On doit faire jeu égal avec eux dans la glisse et l'agressivité. La victoire d'aujourd'hui va nous aider moralement. »

Matjaz Kopitar (entraîneur de la Slovénie) : « On s'était préparé à jouer un adversaire difficile. L'histoire de l'équipe slovaque aux Mondiaux est connue de tous. En deuxième période, on a eu des occasions d'obtenir un meilleur résultat. Je suis fier de mes joueurs, ils ont travaillé dur, ils ont réalisé une performance collective. La Slovaquie ira loin. Quant à nous, un nouveau match exigeant nous attend dans deux jours. »

 

Slovaquie – Slovénie 3-1 (0-0, 1-1, 2-0)
Vendredi 29 avril 2011 à 20h15 à l'Orange Aréna de Bratislava. 9248 spectateurs.
Arbitrage de Danny Kurmann (SUI) et Thomas Sterns (USA) assistés de Roger Arm (SUI) et Christian Tillerkvist-Jonsson (SUE).
Pénalités : Slovaquie 4' (0', 4', 0') ; Slovénie 10' (2', 6', 2')
Tirs : Slovaquie 45 (14, 17, 14) ; Slovénie 15 (5, 8, 2)

Évolution du score :
0-1 à 22'37'' : Kranjc assisté de Kuznik et Razingar (sup. num.)
1-1 à 35'16'' : Šatan assisté de Surový
2-1 à 47'03'' : Podhradský assisté de Zedník et Surový
3-1 à 59'52'' : Bartečko (cage vide)


Slovaquie

Gardien : Jaroslav Halák.

Défenseurs : Ivan Baranka – Milan Jurčina (+1) ; Peter Podhradský (+2) – Martin Štrbák (2', +2) ; Ivan Majeský – Dominik Graňák (+1).

Attaquants : Marián Gáborík – Jozef Stümpel (A) – Pavol Demitra (C) ; Miroslav Šatan (+1) – Ľuboš Bartečko (+1) – Ladislav Nagy (+1) ; Štefan Ružička (2') – Tomáš Surový (+2) – Branko Radivojevič (+1) ; Richard Zedník (+1) ; Marcel Hossa (+2).

Remplaçant : Ján Lašák (G). En réserve : Peter Hamerlík (G).

Slovénie

Gardien : Robert Kristan [sorti de 59'22'' à 59'52''].

Défenseurs : Gregory Kuznik – Ales Kranjc ; Blaz Gregorc (2', -1) – Mitja Robar (A, -2) ; Andrej Tavzelj – Klemen Pretnar ; Damjan Dervaric (-1) – Sabahudin Kovacevic (-1).

Attaquants : Tomaz Razingar (C, -1) – David Rodman – Marcel Rodman (A, -1) ; Ziga Jeglic (2'+2'+2', -2) – Rok Ticar (2', -2) – Robert Sabolic (-2) ; Ziga Pance (-1) – Rok Pajic (-1) – Andrej Hebar ; Mitja Sivic (-1) – Matej Hocevar – Bostjan Golicic.

Remplaçant : Andrej Hocevar (G). En réserve : Matija Pintaric (G).