Suède – États-Unis (Mondiaux 2011, groupe C, 3e journée)

2011-05-04-Etats_Unis-Suede-5103Lors des premières journées, deux équipes ont un peu disparu de la liste des favoris : la Russie et la Suède. Mais si on connaît les possibles travers d'une formation un peu trop installée dans ses certitudes, on espérait mieux de l'esprit nouveau et du dynamisme juvénile associés à l'arrivée de Pär Mårts aux commandes de la Tre Kronor. Les Scandinaves sont pourtant arrivés avec le même excès de confiance et ont déchanté contre la Norvège avant de battre l'Autriche sans pleinement répondre aux attentes.

Des Américains, au contraire, on n'attendait rien à tout. Et du coup, même passés eux aussi près de la défaite contre les Norvégiens, ils affichent une feuille de route sans faute et peuvent même rêver à une troisième victoire en poule, un score parfait qu'ils n'ont jamais réussi depuis le passage du Mondial à 16 équipes en 1998 !

Viktor Fasth, conforté titulaire après son blanchissage contre l'Autriche, passe son premier grand test en championnat du monde face à une équipe qui le mettra plus à contribution. Le jeune gardien est encore fébrile quand il lâche le palet devant lui sur un flip sans danger de Blake Wheeler, qui peut reprendre son propre rebond. Maladroit sur les premiers tirs, Fasth réagit cependant très bien sur les retours.

2011-05-04-Etats_Unis-Suede-5164La Suède peut donc prendre le contrôle du jeu et déclencher une première alerte, par un tir de Carl Gunnarsson sur le poteau. Le match est vif, avec un avantage pour les jaunes. Al Montoya arrête une reprise entre les cercles de Robert Nilsson, mais dans la continuité de l'action, son capitaine Mark Stuart, qui a tout le temps pour relancer de derrière la cage, ne réussit pas à sortir le palet. Son dégagement le plus fort possible dans les bandes est intercepté à la ligne bleue par Tim Erixon. Dans l'axe, Patrik Berglund envoie un slap à mi-distance au-dessus de la jambière gauche de Montoya (1-0). Une pénalité de Tedenby permet aux États-Unis de réagir immédiatement : passe levée de Craig Smith en entrée de zone, centre du revers de Derek Stepan pour Cam Fowler au second poteau (1-1). Une action très bien exécutée.

Si la question du gardien s'est posée pour la Suède, elle ne semble pas faire débat dans le camp américain. On aurait imaginé une alternance entre Al Montoya et le plus expérimenté Ty Conklin, mais le plus jeune des deux est titularisé à chaque match par l'ancien gardien Scott Gordon. Cette confiance d'un ex-collègue qui le rend peut-être un peu impudent dans une sortie derrière la cage : son dégagement est contré par le bon pressing de Mattias Tedenby, qu'il tente de bousculer pour se rattraper. Même à terre, le persévérant Tedenby parvient à glisser le palet vers Marcus Krüger, son vieux complice du Mondial junior 2010 (achevé sur une grosse déception face aux Américains du capitaine Derek Stepan que l'on retrouve ce soir pour la revanche), qui reprend du revers dans la cage vide. Mark Stuart pose sa crosse une fraction de seconde trop tard sur la trajectoire (2-1).

2011-05-04-Etats_Unis-Suede-Al_Montoya-5406L'erreur de Montoya semble le perturber. Il ne bouge guère quand un tir croisé d'Oliver Ekman-Larsson fait résonner son poteau pour la seconde fois de la soirée. Et il laisse filer sous sa mitaine un tir de Mattias Sjögren, servi par une passe-abandon de Jimmie Ericsson (3-1). La Suède maîtrise de plus en plus le palet, et Montoya voit une passe de derrière la cage de Martin Thörnberg, contrée par le patin de Jack Johnson, lui arriver dans les bottes, au niveau de sa crosse posée. Il réagit moins vite que Patrik Berglund, qui propulse le palet dans le trou avec un vrai tempérament de finisseur (4-1). C'est le second doublé dans ce Mondial pour Berglund.

Totalement dominés pendant le deuxième tiers-temps, les États-Unis repartent du bon patin en troisième période avec un tir du poignet de Craig Smith qui frappe le coin du cadre de la cage suédoise. Une révolte très fugitive car la suite est moins glorieuse avec trois dégagements interdits en huit minutes. Quand les Américains essaient de sortir de leur zone avec le palet, c'est encore pire et cela se retourne contre eux. C'est même Montoya, maintenu envers et contre tout devant le filet, qui doit les sauver face à un breakaway de Niklas Persson.

2011-05-04-Etats_Unis-Suede-5511Un arrêt qui marque un renversement du cours du jeu. Jack Skille élimine deux joueurs, dont Ekman-Larsson d'un petit pont, mais son tir dans le bassin du gardien n'est pas à la hauteur de son action. Faute de précision dans les lancers, les États-Unis comptent sur une bonne dose de réussite. Le centre de Blake Wheeler pour un partenaire au second poteau est dévié en cours de route par le patin d'Erixon couché (4-2). Un but chanceux mais mérité pour Wheeler, auteur de huit tirs, souvent dangereux, et qui a été le moteur de son équipe.

Le masque d'Al Montoya fait valoir son droit de retrait et tombe en avant après avoir reçu un tir violent de Robert Nilsson. Il est réquisitionné pour terminer un match qui aura vraiment tourné au vinaigre pour son possesseur. Un tir de Jimmie Ericsson du haut des cercles passe entre les jambes du gardien des New York Islanders (5-2).

Défaits, les Américains donnent des coups dans les dernières minutes. Loui Erisson rentre blessé au vestiaire sur un cross-check non sifflé de Mark Stuart qui met Pär Mårts dans une juste rage. Seul Jack Johnson a été sanctionnée parmi ces mauvais gestes américains. La Suède transforme la supériorité numérique par un lancer à mi-hauteur de David Petrasek à la ligne bleue (6-2).

La Suède, qui risquait d'être troisième de poule en cas de défaite, retrouve sa primauté logique. Viktor Fasth, après des premières minutes hésitantes, est clairement conforté dans sa place de titulaire. En revanche, les Américains, pour leur part, ont hérité d'un problème de gardien après cette partie cauchemardesque d'Al Montoya.

Désignés joueurs du match : Patrik Berglund pour la Suède et Yan Stastny pour les États-Unis.

 

2011-05-04-Etats_Unis-Suede-But_Suede-700-5490

 

2011-05-04-Etats_Unis-Suede-5202Suède – États-Unis 6-2 (1-1, 3-0, 2-1)
Mercredi 4 mai 2011 à 20h15 à la Steel Aréna de Košice. 7401 spectateurs.
Arbitrage de Vyacheslav Bulanov (RUS) et Peter Orszag (SVK) assistés de Milan Novak (SVK) et Sergei Shelyanin (RUS).
Pénalités : Suède 12' (6', 2', 4') ; États-Unis 4' (2', 0', 2').
Tirs : Suède 30 (13, 9, 8) ; États-Unis 32 (10, 9, 13).

Évolution du score :
1-0 à 17'31" : P. Berglund assisté de Thörnberg
1-1 à 18'43" : Fowler assisté de Stepan et Smith (sup. num.)
2-1 à 23'17" : Krüger assisté de Tedenby
3-1 à 30'27" : Sjögren assisté de J. Ericsson
4-1 à 35'16" : P. Berglund assisté de Thörnberg et Svensson-Pääjärvi
4-2 à 50'29" : Wheeler assisté de Smith
5-2 à 56'01" : J. Ericsson assisté de S. Kronwall et Sjögren
6-2 à 58'50" : Petrasek assisté de Sjögren (sup. num.)


Suède

Gardien : Viktor Fasth.

Défenseurs : Carl Gunnarsson – David Petrasek (2') ; Staffan Kronwall (+2, 4') - Oliver Ekman-Larsson (+3) ; Daniel Fernholm (+1, 2') – Tim Erixon (+2).

Attaquants : Martin Thörnberg (+2) – Patrik Berglund (A, +2) – Magnus Svensson-Pääjärvi (+2) ; Loui Eriksson – Niklas Persson (2') – Robert Nilsson ; Mattias Tedenby (+1, 2') – Marcus Krüger (+1) – Jakob Silfverberg (+1) ; Jimmie Ericsson (+1) – Rickard Wallin (C, +1) – Mattias Sjögren (+1).

Remplaçant : Erik Ersberg (G), Mikael Backlund. Absent : Nicklas Grossman (ligaments du genou).

États-Unis

Gardien : Al Montoya.

Défenseurs : Jack Johnson (A, 2') – Cam Fowler (-2) ; Mike Komisarek - Mark Stuart (C, -2) ; Ryan McDonagh (-1) – Kevin Shattenkirk (-1) ; Clay Wilson (-1) – Mark Fayne (-1).

Attaquants : Craig Smith – Derek Stepan (-1) – Blake Wheeler ; Chris Kreider (-1) – Ryan Shannon (-2) – Nick Palmieri (-1) ; Chris Porter (-2) – Tim Stapleton (-1) - Jack Skille (-2) ; Yan Stastny (-1, 2') – Paul Gaustad (A, -1) - Mike Brown.

Remplaçant : Ty Conklin (G).

 2011-05-04-Etats_Unis-Suede-700-5302