Russie - Slovaquie (Mondiaux 2011, groupe A, 3e journée)

Le spectacle ou la peur

HanlonGlenCe Russie-Slovaquie devait être une finale de gala pour cette poule, un match de hockey spectaculaire et rapide entre deux adversaires aux atouts essentiellement offensifs. Et pourtant... ce n'est plus une finale. Les Allemands sont passés par là en battant tour à tour ces deux équipes. Elles ne s'affrontent donc plus maintenant que pour la deuxième place du groupe, et le perdant, qui abordera la deuxième phase avec zéro point, sera en grand danger de rater les quarts de finale. On espérait du jeu, on a en plus beaucoup d'enjeu. Le tout dans une ambiance incroyable, que personne ne voulait rater : les billets dépassent les 400 euros au marché noir ! Même en tribune VIP, les légendes du hockey ont du mal à trouver une place assise.

La Russie n'a que trois centres après la blessure de Tereshchenko, et en plus l'un d'eux, Zinoviev, joue un peu blessé. La Slovaquie, au contraire, est enfin au complet : le convalescent Lubomir Visnovsky est enfin prêt à jouer, quitte à n'apparaître qu'en joker pour le jeu de puissance. Glen Hanlon, critiqué pour ses remaniemements, a enfin reconstitué la triplette magique Gaborik-Demitra-Hossa.

Ilya Kovalchuk délivre une passe-abandon à Aleksandr Radulov, dont la longue pénitence sans but est maintenant oubliée. Après son doublé contre la Slovénie (il a plaidé auprès de l'IIHF qu'il avait dévié le tir de Kulikov), il place un vrai tir de buteur à mi-hauteur au poteau opposé (1-0).

Jozef Stümpel gagne l'engagement en zone défensive,Milan Jurcina relance vers Ladislav Nagy qui prend le meilleur sur Aleksei Emelin en zone neutre et envoie fort à la cage en angle fermé. La mitaine d'Evgeni Nabokov laisse fuir ce palet face au but, où Miroslav Satan est plus prompt que Kulikov pour claquer la rondelle dans les airs (1-1, photo de gauche). 88 secondes de jeu et déjà un but de chaque côté. Spectaculaires et rapides, les Russie-Slovaquie, disait-on ? Deux minutes ne font cependant pas un match.

2011-05-03-Slovaquie-Russie3La patinoire en bleu-blanc-rouge (couleurs des deux équipes...) chante un "La-La-La" très couru dans la France sportive à l'été 1998. Laquelle des deux formations arrivera à remixer "I will survive" d'ici les quarts de finale ? Nabokov se reprend après son but initial en cueillant les palets passant à sa portée. Après treize minutes, le gardien se fait une petite frayeur en fermant les jambes debout sur un tir dans un angle impossible de Marcel Hossa. La façon dont son défenseur se jette derrière lui inspire une certaine crainte, mais Nabokov gère la situation avec sang-froid en s'éloignant de son poteau avant de rouvrir les jambes pour libérer le palet bloqué.

La Slovaquie a le contrôle de la situation et bloque les Russes en zone neutre. Elle se procure la majorité des tirs, alors que Halak n'est inquiété qu'une fois en parant du gant un tir du poignet d'Afinogenov. Mais si sa mitaine avait alors détourné le palet, elle ne fait qu'effleurer un lancer de la bleue anodin de Fedor Tyutin (2-1). Les défenseurs blancs ont reculé en suivant Radulov sur cette attaque rapide, et Kovalchuk a eu la bonne inspiration de faire demi-tour contre la bande pour servir Tyutin totalement seul. En plus, Visnovsky masquait son gardien Halak. Ce but contre le cours du jeu plonge la patinoire dans une certaine désolation.

La première pénalité du match est sifflée en deuxième période, pour une crosse haute involontaire de Lubos Bartecko qui a ouvert la lèvre de Kalinin : 2'+2'. La Russie balbutie son hockey pendant ce long avantage numérique, mais Zinoviev se fait accrocher en entrée de zone par Marian Hossa : 45 secondes à 5 contre 3 ! Et même si Handzus perd l'engagement face à... Kovalchuk (le centre Gorovikov s'est fait chasser par le juge de ligne), Nikulin tire dans le vide et Jurcina dégage tranquillement. Une dernière mise au jeu remportée par Stümpel, un palet sorti par Strbak, et la Slovaquie revient à quatre. Morozov prend enfin deux bons tirs, un sur chaque épaule de Halak, et la belle occasion de se détacher file sous le nez de la Russie.

2011-05-03-Slovaquie-Russie4Reste qu'elle mène toujours au score, car les Slovaques ne profitent pas des erreurs adverses comme les palets perdus par le duo Emelin-Kulikov. C'est leur capitaine Pavol Demitra qui fait basculer la situation à la mi-match : il reçoit sur le torse un lancer d'Ilya Nikulin, lance aussitôt la contre-attaque à trois contre deux et sert en retrait Marian Gaborik qui coupe au but et égalise (2-2). Sur l'action suivante, Ladislav Nagy remonte seul le palet et son tir du poignet du cercle droit passe le long de l'épaule de Nabokov (3-2). En une minute, la Slovaquie a rendu le score conforme au déroulement de la partie.

C'est la fin pour Nabokov (photo de droite). Le staff russe aura tout fait pour le mettre dans les bonnes conditions de titulaire, mais Bykov ne peut plus se permettre d'insister. L'heure est grave, et Konstantin Barulin, le MVP des play-offs de KHL, doit confirmer sa forme actuelle pour sauver la patrie. Il reste longtemps froid, car la Slovaquie se contente de défendre.

Encore faut-il défendre sans se mettre à la faute. Satan accroche Kovalchuk, puis la crosse de Surovy, en dégageant le palet, remonte trop haut et atteint Nikulin au visage. C'est un deuxième 5 contre 3 dans cette période, pour cinquante secondes. L'attaquant défensif Handzus se jette admirablement devant les lancers d'Ilya Kovalchuk, mais celui-ci finit par servir Ilya Nikulin pour un slap de volée en pleine lucarne (3-3).

Rejointe, la Slovaquie doit retourner à l'attaque au troisième tiers-temps. Stümpel manque une reprise au second poteau, puis un tir de Surovy frôle le poteau. Encore une fois, la Russie est plus efficace. Demitra contre deux fois le palet, mais il parvient devant la cage à Morozov qui le frappe en l'air, du revers et dos au but. La rondelle touche le bras de Halak avant de s'infiltrer entre ses jambières (4-3).

Le capitaine russe est-il réhabilité par ce but décisif ? Pas encore, car il accroche Ladislav Nagy un peu plus tard. Pendant l'infériorité, le jeune défenseur Nikolaï Belov récupère un rebond derrière la cage mais envoie le palet au-dessus du plexi faire le bonheur d'un spectateur slovaque. Le double bonheur, peut-être... Avec 52 secondes à jouer en double avantage numérique, Glen Hanlon appelle son temps mort. Les trois Russes (Kalinin, Gorovikov, Nikulin) contrent un palet chacun et la situation est défendue.

2011-05-03-Slovaquie-RussieOn revient au complet et un tour de cage de Satan met le feu dans la défense. Dmitri Kulikov, qui l'a accroché, part en prison, une pénalité vite annulée par une obstruction de Nagy un peu surjouée par Belov. La défense russe est parfaitement en place dans les dernières minutes et les Slovaques ne trouvent pas de solution.

Le spectacle ce soir résidait plus dans l'ambiance fiévreuse que dans le jeu offensif à tout crin. Si le score n'est pas resté bas, c'est que les gardiens Evgeni Nabokov et Jaroslav Halak, qui ont comme point commun d'avoir été tous deux désignés comme titulaires indiscutables, ont réalisé un match moyen.

Le match aurait pu basculer d'un côté comme de l'autre, mais c'est maintenant la Slovaquie qui est dans une situation délicate. Elle va aborder la deuxième phase avec zéro point, et devra donc battre les Tchèques et/ou les Finlandais pour se qualifier en quart de finale. Certes, cela fait trois ans qu'elle s'est habituée à ne pas y figurer, mais après avoir mobilisé toutes ses stars pour ce Mondial à domicile, elle ne se pardonnerait pas un tel échec.

Désignés joueurs du match : Ilya Nikulin pour la Russie et Michal Handzus pour la Slovaquie.

Commentaires d'après-match

Vyacheslav Bykov (entraîneur de la Russie) : "Remplacer Nabokov est la décision. Mais je crois en lui et il jouera le prochain match. Vous pensez qu'on va jeter au feu un homme qui ne joue plus et ne s'entraîne plus [Bryzgalov] ? Je ne pense pas. Il était difficile de décider de sa non-participation à ces championnats, mais cette décision a été pesée et approuvée."

Evgeni Nabokov (gardien de la Russie) : "L'attitude du coach donne confiance. IL me reste à la justifier en match. Je me sentais dans la meilleure forme depuis des mois. J'avais de l'aisance et de la confiance. Jusqu'à ce but stupide... Après deux buts pris dans un court laps de temps en trois tirs, ce n'est pas étonnant d'avoir été remplacé, même si j'étais prêt à continuer. Je ne me sentais pas bris psychologiquement."

Glen Hanlon (entraîneur de la Slovaquie) : "Nous avons pris trop de pénalités. Certaines crosses touchaient le bas du visage, quelques centimètres plus bas et cela aurait été dans les règles. Le hockey est un jeu rapide et difficile à contrôler. Donc je suis content du match, on a bien mieux joué que contre l'Allemagne. Ce sont deux top-teams qui s'affrontaient. Même si nous n'avons pas de point, ce n'est pas si grave que d'être mené 0-3 ou 1-3 en play-offs quand votre prochain match peut être le dernier. Il nous en reste trois. Lubomir Visnovsky a été fantastique et finalement il a pris beaucoup de temps de jeu. Notre équipe est bien meilleure avec lui."

Jozef Stümpel (attaquant de la Slovaquie) : "Cela nous met un plus de pression, mais nous dervons nous y adapter. Bien sûr, on peut s'améliorer. On joue un maximum de passes. Il ne faut plus jouer pour la beauté mais pour l'efficacité. Nous devonrer shooter aussi souvent que possible, masquer le gardien et presser. Alors, les buts pourront survenir."

 

Russie - Slovaquie 4-3 (2-1, 1-2, 1-0)
Mardi 3 mai 2011 à 20h15 à la Ondrej Nepala Arena de Bratislava. 9314 spectateurs.
Arbitrage de Christer Lärking et Sören Persson (SUE) assistés de Chris Carlson et Kiel Murchison (CAN).
Pénalités : Russie 8' (0', 2', 6'), Slovaquie 14' (0', 12', 2').
Tirs : Russie 31 (7, 17, 7), Slovaquie 32 (15, 7, 10).

Évolution du score :
1-0 à 00'58" : Radulov assisté de Kovalchuk et Tyutin
1-1 à 01'28" : Satan assisté de Nagy et Jurcina
2-1 à 18'04" : Nikulin assisté de Kovalchuk et Tyutin
2-2 à 30'06" : Gaborik assisté de Demitra
2-3 à 32'01" : Nagy assisté de Majesky et Visnovsky
3-3 à 38'10" : Nikulin assisté de Kovalchuk (sup. num.)
4-3 à 43'38" : Morozov assisté d'Atyushov et Kaïgorodov


Russie

Gardien : Evgeni Nabokov.

Défenseurs : Nikolaï Belov (-1, 2') - Ilya Nikulin ; Fedor Tyutin (+2) - Vitali Atyushov (+2) ; Dmitri Kalinin (+1) - Konstantin Korneev ; Aleksei Emelin (-1) - Dmitri Kulikov (-2, 2').

Attaquants : Danis Zaripov - Evgeni Zinoviev (-1) - Aleksei Morozov (C, 2') ; Ilya Kovalchuk (A, +2) - Konstantin Gorovikov (+1) - Aleksandr Radulov (+2) ; Evgeni Artyukhin (-1) - Aleksei Kaïgorodov - Maksim Afinogenov ; Nikolaï Kulemin (-2, 2') - Vladimir Tarasenko (-2).

Remplaçant : Konstantin Barulin (G). Absent : Aleksei Tereshchenko (blessé).

Slovaquie

Gardien : Jaroslav Halák [sorti de 58'45" à 59'08" et de 59'20" à 60'00"].

Défenseurs : Martin Štrbák - Peter Podhradský ; Milan Jurčina (-1) - Ivan Baranka (-1) ; Lubomir Višnovský (+1) - Ivan Majeský (+1) ; Dominik Graňák [2 présences].

Attaquants : Marián Gáborík – Pavol Demitra (C, -1) – Marián Hossa (2') ; Ladislav Nagy (+2, 2') - Jozef Stümpel (A, +2) – Miroslav Šatan (A, +2, 2') ; Ľuboš Bartečko (-2, 4') – Michal Handzuš (-1) – Richard Zedník (-2) ; Marcel Hossa (2') – Tomáš Surový (2') – Branko Radivojevič.

Remplaçants : Ján Lašák (G), Štefan Ružička. En réserve : Peter Hamerlík (G).