Suède - France (Mondiaux 2011, 2e phase, groupe F)

2011-05-06-Suede-France-6965Certains seraient tentés de laisser tourner les gardiens dans cette deuxième phase, maintenant que l'essentiel est acquis. Ce n'est pas du tout l'état d'esprit du staff de l'équipe de France : même si le quart de finale paraît loin, chaque point compte pour terminer le plus haut possible et donc progresser dans la hiérarchie mondiale. Le classement IIHF prend en effet de plus en plus d'importance chaque année, la création de l'Euro Hockey Challenge entre les douze meilleures nations européennes (la France était treizième de peu) étant le dernier exemple en date.

Ceci étant dit, la Suède paraît quand même un très gros morceau pour les Bleus, même s'ils se rapprochent chaque année à force de la rencontrer systématiquement (0-9 en 2008, 3-6 en 2009 et 2-3 en 2010). Est-il possible de poursuivre cette progression, ou y a-t-il une limite à tout ? Le nouvel entraîneur Pär Mårts, qui a rendu les Tre Kronor plus agressifs et énergiques, incarne après tout une rupture.

Source d'inquiétude supplémentaire, Stéphane Da Costa, que l'on préfère de loin sur la glace, passe le premier tiers-temps au poste de commentateur de Sport+ à côté de Nicolas Baillou et Philippe Bozon. Il s'est en effet blessé au dos à l'entraînement. Les entraîneurs français doivent donc encore modifier leurs lignes, et le réserviste Loïc Lampérier en profite pour monter sur la glace.

La Suède a aussi perdu un joueur. Loui Eriksson est finalement rétabli après le mauvais coup américain, mais c'est son compagnon de ligne Niklas Persson qui est forfait. Raison de plus d'attendre le renfort de Nicklas Bäckström ? "Il faudrait qu'il ait cassé la jambe pour ne pas venir", avait déclaré jeudi le commentateur de la télévision suédoise Niklas Wikegård. Finalement, l'attaquant de Washington a seulement dit "pouce" en raison d'une blessure au... pouce. C'est la chance ou jamais pour le centre Mikael Backlund, qui ne décollait plus du banc mais qui est convié à prendre sa place sur le deuxième trio offensif.

2011-05-06-Suede-France-7286Un trio qui participe à la rapide ouverture du score suédoise : les arrières s'échangent le palet à la ligne bleue, et deux attaquants attirent les défenseurs français dans le slot jusqu'à ce que Daniel Fernholm serve une passe croisée vers Robert Nilsson totalement libre au poteau opposé avec la cage ouverte (1-0). Laurent Gras laisse traîner sa crosse dans les patins de Tedenby, et Huet reste solide en infériorité, en captant d'une belle mitaine un tir fulgurant de Loui Eriksson au milieu de la boîte.

La seconde pénalité de Thomas Roussel est cependant fatale : alors que Sacha Treille et Nicolas Besch arrivent à presser les Suédois dans la bande et à récupérer la rondelle, le premier nommé n'arrive pas à la sortir de sa zone pour conclure le travail. Dès lors, les Bleus sont obligés de se replacer en catastrophe, et malgré une passe bien coupée par Auvitu, le palet revient sur Oliver Ekman-Larsson dont le tir non cadré est dévié dans les filets par le genou du malheureux Besch, bien mal récompensé de son effort (2-0). Sur l'action suivante, Besch se fait déborder comme toute la défense par la vitesse de Magnus Svensson-Pääjärvi, et Patrik Berglund a suivi au rebond (3-0).

Le match est mal embarqué, mais les Bleus ont le mérite de continuer à presser leurs adversaires et de repartir à chaque fois de l'avant. Une relance d'Oliver Ekman-Larsson contrée par le patin de Sacha Treille est même toute proche de tromper son propre gardien Viktor Fasth, vigilant pour couvrir son poteau. La réussite n'est pas au rendez-vous, au contraire même, puisqu'en trébuchant sur une crosse suédoise, Laurent Meunier tombe et heurte tête en avant le côté du genou de Sacha Treille, qui rentre au banc en grimaçant.

Même raisonnement que contre le Canada : avec trois buts de retard en vingt minutes, on sait que le match est perdu, et Cristobal Huet, qui n'a évidemment pas démérité (20 lancers !), est sorti au profit de Fabrice Lhenry.

2011-05-06-Suede-France-7170À cinq contre cinq, la France arrive à équilibrer, mais il reste le problème des unités spéciales. Inoffensifs après une obstruction de Wallin, les Bleus subissent le jeu lorsque Tardif accroche Berglund. Sur une magistrale circulation du palet, seul le poteau sauve un tir de Robert Nilsson. Pour que le virevoltant Tedenby arrête de tourbillonner, Romand n'a d'autre solution que l'accrochage. Cette fois c'est Fabrice Lhenry qui doit sauver les meubles, avec un bon déplacement latéral ou encore un arrêt face à Svensson-Pääjärvi venu dans le dos de la défense le tester du revers.

Jimmie Ericsson écopue d'une double peine : pénalité plus tir de Besch dans le bas de la cuisse. La France réussit un bon début de supériorité numérique, mais ensuite, Yohann Auvitu perd le palet dans sa zone en se faisant soulever la crosse par Patrik Berglund derrière lui : le buteur suédois se présente seul devant Lhenry et le feinte, mais le gardien français bloque le palet de la jambière. Gras termine le deuxième tiers-temps après avoir retenu ce diable de Tedenby, qui provoque ainsi sa troisième pénalité ! La Suède finit ainsi la période à 20 tirs : pas de jaloux entre Huet et Lhenry ! C'est tout le mérite du gardien rouennais de n'avoir rien encaissé.

La France n'arrive pas à se dépêtrer des pénalités. Le patinage Svensson-Pääjärvi contourne sa défense et remet dans l'enclave pour Thörnberg, accroché par Bachet. La prison s'achève mais la Suède reste installée. Le défenseur physique Staffan Kronwall se prend alors pour Tedenby : il sort du coin, efface Besch d'une feinte splendide, arrive devant la cage et tire du revers à mi-hauteur au second poteau (4-0).

Les "trois couronnes" ne laissent plus respirer les "trois couleurs". La première ligne scandinave réussit une action directe typique "à la Mårts" : débordement et centre de Thörnberg pour la déviation à bout portant de Svensson-Pääjärvi. Lhenry laisse filer le rebond mais réussit à s'interposer dans un second temps face au redoutable Berglund. La France est à l'agonie pendant une nouvelle prison de Bachet.

2011-05-06-Suede-France-6955Nicolas Besch a un moyen personnel de faire souffler tout le monde en mettant au sol Tedenby qui a donné un mauvais geste. Trop visible, le Français est sanctionné de deux minutes de plus dans la bagarre, et l'interruption de jeu entraîne donc une énième infériorité. Laurent Meunier tente quand même une contre-attaque, se fend même d'un 360° devant Oliver Ekman-Larsson mais se fait quand même prendre le palet et a le mauvais réflexe de lever la crosse sur la poitrine adverse. Le défenseur suédois s'écroule théâtralement avec une seconde de retard. En rejoignant la prison, le capitaine même l'expression grotesque du mauvais acteur scandinave, façon de dire qu'Ekman-Larsson n'aurait pas été pris au casting par Ingmar Bergman.

Accablés de coups de sifflet contraires, les Français tiennent pourtant le score jusqu'à la fin. Dans les dernières minutes, on voit même les héritiers de Gavroche ériger des barricades : ils se mettent à quatre devant la cage pour empêcher les Suédois de marquer pendant que Lhenry est couché.

La dernière pénalité est pour Krüger et peut permettre aux Bleus de sauver l'honneur. Un lancer de Besch est contré au départ par Fernholm. Un bon jeu en triangle implique Hacquefeuille à la pointe, Meunier à gauche et Bellemare à droite, mais Viktor Fasth n'a pas l'intention d'abandonner là ce qui sera son second blanchissage en trois rencontres de championnat du monde. Rien à faire face à cette équipe de Suède sérieuse, rapide et bien gardée.

Désignés joueurs du match : Staffan Kronwall pour la Suède et Kevin Hecquefeuille pour la France.

Commentaires d'après-match

Dave Henderson (entraîneur de l’équipe de France) : « On voulait garder le score serré le plus longtemps possible mais on a été trop attentistes et on a pris trois buts. On n’a pas été assez agressifs sur le palet, on a été longs dans les réactions. Dans le troisième tiers, j’ai reposé le premier bloc pour les préserver pour demain. Si on veut accrocher notre place en quart-de-finale, il faut gagner nos deux prochains matches. Contre les Américains, il va falloir que l’on soit bien en place défensivement parce qu’ils ont de sérieux arguments et jouent en contre. Ce que l’on a pas pu faire ce soir contre les Suédois. Ils nous ont suffoqués en fore-check. Certains joueurs ont tiré leur épingle du jeu, notamment Kévin Hecquefeuille qui n’a pas été élu joueur du match sans raison. Fab', qui a pris la relève dans les cages, a été bon. On a ainsi pu reposer Cristo. Mais dans l’ensemble on n’a pas été assez réactifs par rapport à ce qui se passait sur la glace. »

Fabrice Lhenry (gardien de l’équipe de France) : « On est mal entrés dans le match. On n’a pas été aussi agressifs que d’habitude, on a perdu beaucoup de duels et on a un peu laissé Cristo tout seul au début. Ça ne pardonne pas contre des équipes comme la Suède. On a mieux joué en deuxième et troisième tiers. C’est comme l’année dernière : à la fin de la première période aussi il y avait 3-0. On s’était dit qu’on ne rééditerait pas ça et, en fait, on l’a quand même fait ! On est un peu déçus ce soir de ne pas avoir progressé. »

Laurent Meunier (attaquant et capitaine de l’équipe de France) : « Il y a des choses qu’il faut qu’on apprenne, comme laisser des hommes tous seuls devant la cage. Ça nous montre qu’il y a encore beaucoup de travail à faire pour arriver à leur niveau. On pourrait faire mieux assez facilement si on réglait ces petits détails. On avait déjà fait ces erreurs devant les Canadiens, on les a répétées contre les Suédois. Mais on a bien rectifié le tir après. Je trouve notre fin de match positive. On était quand même fatigués à la fin. Techniquement, la Suède bouge tellement bien le puck, ça va vite, elle joue bien en passes. Il aurait fallu mettre plus d’intensité dans le match et c’est justement ce qu’on n’a pas réussi à faire dès le début. On était un peu à la peine et on a accroché. On a fait un peu moins l’effort et on s’est fait pénaliser pour ça. Au moins, ça fait travailler nos quatre contre cinq ! »

Pär Mårts (entraîneur de l’équipe de Suède) : « Je suis très satisfait que l’on ait gagné car c’était un match-piège. Notre première période a été bonne, le score était de 3-0 et on a eu les plus grandes occasions, même si on a perdu quelques palets. On s’est efforcés à rester concentrés, c’est un vrai match de hockey pour nous. »

Viktor Fasth (gardien de l’équipe de Suède) : « On a très bien joué ce soir. On a gardé les Français en dehors de notre zone. Les gars ont très bien sécurisé autour de mes filets, c’était un peu la routine pour moi. Il y a cinq joueurs devant moi qui savent jouer dans les deux sens, offensivement et défensivement, ils m’aident énormément. »

 2011-05-06-Suede-France-700-6985

 

Suède - France 4-0 (3-0, 0-0, 1-0)
Vendredi 6 mai 2011 à 20h15 à la Steel Aréna de Košice. 4761 spectateurs.
Arbitrage de Jyri Petteri Rönn (FIN) et Vladimir Sindler (TCH) assistés de Matjaz Hribar (SLO) et Anton Semionov (EST).
Pénalités : Suède 10' (0', 6', 4') ; France 22' (4', 8', 10').
Tirs : Suède 58 (20, 20, 18) ; France 29 (7, 15, 7).

Évolution du score :
1-0 à 04'34" : Nilsson assisté de Fernholm et Erixon
2-0 à 13'51" : Ekman-Larsson assisté de Kronwall (sup. num.)
3-0 à 15'39" : Berglund assisté de Svensson-Pääjärvi et Gunnarsson
4-0 à 45'34" : Kronwall assisté d'Ekman-Larsson


Suède

Gardien : Viktor Fasth.

Défenseurs : Carl Gunnarsson (+1) – David Petrasek (A, +1) ; Staffan Kronwall (+1) - Oliver Ekman-Larsson (+1) ; Daniel Fernholm (+1) – Tim Erixon (+1).

Attaquants : Martin Thörnberg (+1) – Patrik Berglund (A, +1, 2') – Magnus Svensson-Pääjärvi (+1) ; Loui Eriksson (+2) – Mikael Backlund (+2) – Robert Nilsson (+2) ; Mattias Tedenby (2') – Marcus Krüger (2') – Jakob Silfverberg ; Jimmie Ericsson (2') – Rickard Wallin (C, 2') – Mattias Sjögren.

Remplaçant : Erik Ersberg (G). Absents : Nicklas Grossman (ligaments du genou), Niklas Persson.

France

Gardien : Cristobal Huet puis Fabrice Lhenry à 40'00".

Défenseurs : Yohann Auvitu (-2) – Nicolas Besch (-2, 4') ; Vincent Bachet (A, -1, 4') – Kevin Hecquefeuille (A, -1) ; Thomas Roussel (-1, 2') – Jonathan Janil.

Attaquants : Pierre-Édouard Bellemare (-1) – Laurent Meunier (C, 2') – Sacha Treille (-2) ; Luc Tardif (-1, 4') – Teddy Da Costa (-1) – Julien Desrosiers ; Jérémie Romand (-1, 2') – Laurent Gras (-1, 4') – Brian Henderson (-1) ; Loïc Lampérier – Damien Raux – Damien Fleury ; Nicolas Arrossamena.

Remplaçant : Teddy Trabichet. En réserve : Ronan Quemener (G), Maxime Moisand (D), Stéphane Da Costa (A, dos).

2011-05-06-Suede-France-700-7267