Finlande - Slovaquie (Mondiaux 2011, 2e phase, groupe E)

La dernière chance d'une génération

2011-05-07-SlovaquieAprès la défaite contre les voisins tchèques, la Slovaquie n'a plus son destin en mains. La situation n'est cependant pas désespérée puisqu'elle a "juste" besoin d'un coup de pouce de la Russie pour qu'elle batte la Finlande. Mais avant de compter sur les autres, il faut d'abord compter sur soi. La victoire aux tirs au but (donc trop tardive) du Danemark sur l'Allemagne a clarifié la situation : la qualification se borne à un duel Slovaquie-Finlande, et le round le plus important a lieu ce soir dans la confrontation directe.

Jukka Jalonen a bouleversé ses lignes. Seul le trop Pesonen-Immonen-Granlund, le seul qui fonctionne, n'est pas modifié. Puisqu'aucune première ligne ne se détache, Jalonen s'est apparemment résolu à disséminer ses atouts pour rendre ses lignes homogènes. Le buteur présumé et transparent Janne Lahti atterrit en quatrième ligne et le besogneux Pyörälä remplace le flamboyant Aaltonen sur le premier bloc Ruutu-Koivu.

Bartecko et Nagy s'étant blessés contre les Tchèques, Glen Hanlon titularise donc Stefan Ruzicka qui est d'ailleurs le seul joueur dangereux dans les premières minutes. Pas d'autre entrée à l'attaque car on attend le renfort du défenseur Meszaros... qu'on ne fera sans doute venir que si la qualification est encore possible.

Si la Slovaquie prend vite le contrôle du palet, il faut en effet attendre les pénalités adverses pour voir de maigres occasions. Topi Jaakola commet une obstruction sur Martin Cibák à la bleue. Voyons voir ce qu'il en est de ce powerplay slovaque dont le 6% de réussite désole compte tenu des talents qui le composent ? Les vedettes sont précises mais font preuve de peu de mobilité pour déstabiliser l'adversaire. Seul joueur servi entre les cercles, Hossa voit la boîte se refermer et manque la cible. Quelques minutes plus tard, un Finlandais tombe dans une collision en rejoignant son banc. C'est un surnombre et donc une seconde supériorité numérique. Cette fois, le tir à mi-distance de Marian Gáborík en pleine lucarne ne mérite qu'un mot : parfait (0-1).

2011-05-07-Finlande-SlovaquieLa Finlande est à l'image de sa première ligne modifiée : travailleuse, très douée en protection de palet et en "cycling", mais peu inspirée et obstinée à réessayer à un premier poteau dont Jaroslav Halák n'a aucune intention de bouger ses jambières. La domination aux tirs est donc trompeuse car il s'agit souvent de lancers lointains.

En deuxième période, la Finlande se crée de vraies occasions mais foire le dernier geste. L'une d'entre elles est immanquable. Janne Pesonen fait un tour de cage sur son revers et sert au poteau opposé Mikael Granlund qui s'était positionné pour recevoir la passe, n'attendait que de la reprendre en cage ouverte (photo de gauche)... et rate totalement son tir au point que le palet s'échappe et glisse mollement vers le fond de la zone. A-t-il été piégé par cette situation trop idéale ? On l'a senti hésiter à contrôler le palet puisqu'il avait le temps, et il a mis trop de puissance au lieu d'assurer son geste. C'est la première fois que la jeune idole de la Finlande pâlit. Au mauvais moment ? De quoi coûter la qualification ?

Les Slovaques prennent leurs premières pénalités de la soirée. Jurcina fait trébucher Tuomo Ruutu et Stümpel retient Lepistö. Hormis un tir d'Immonen dans le masque de Halak, les Finlandais n'exploitent pas ces situations. La dégradation de leur jeu de puissance se confirme.

2011-05-07-Finlande-Slovaquie2Au troisième tiers-temps, la Slovaquie peut tuer le match en supériorité numérique, avec deux lancers de Pavol Demitra sur lesquels Michal Handzus masque parfaitement le gardien, mais Petri Vehanen les repousse quand même et la défense finlandaise écarte les rebonds. De retour au complet, la Finlande repart de l'avant. Granlund n'a pas abdiqué, il tente un tour de cage, puis quelques minutes plus tard un tir du cercle droit qui est bien capté par la mitaine de Halak. C'est donc une mise au jeu. Mikko Koivu la remporte pour Tuomo Ruutu dont le tir du poignet dans le trafic trompe Halak à mi-hauteur (1-1).

Les Slovaques jouent avec la peur. Alors qu'ils ont besoin de gagner dans le temps réglementaire, ils ne parviennent pas à réagir. C'est au contraire la Finlande qui maintient la pression avec un revers rasant d'Antti Pihlström entre les cercles. Et dès que sa première ligne revient sur la glace, Tuomo Ruutu entre en zone côté gauche et envoie un lancer puissant qui bat Halak côté plaque (2-1). Un mauvais but pour le gardien slovaque. En deux tirs, Ruutu, qui était pourtant le plus décevant des joueurs finlandais, a sauvé son équipe. Et plongé la Slovaquie dans un profond désarroi. La Finlande, elle, sait défendre efficacement une avance. Glen Hanlon aura beau remettre ses lunettes pour le temps mort, il ne verra pas de solution-miracle.

2011-05-07-Finlande-Slovaquie1Un match triste. Triste parce que le spectacle n'était pas au rendez-vous avec le jeu passif des Slovaques, auquel la Finlande a opposé un jeu simple, direct et à l'efficacité limitée mais suffisante. Triste parce que les stars slovaques méritaient une meilleure sortie, même si elles n'ont pas su être dignes de leur talent. Triste parce que les quarts de finale se joueront sans le pays organisateur qui y avait pourtant mis tout son enthousiasme. Triste comme les perspectives d'avenir du hockey slovaque.

Désignés joueurs du match : Tuomo Ruutu pour la Finlande et Marián Gáborík pour la Slovaquie.

Commentaires d'après-match

Glen Hanlon (entraîneur de la Slovaquie) : "Nous nous sentons tous très mal. Nous avons pourtant tout fait pour gagner. Nous ne chercherons pas d'excuses. Je ne pointerai personne du doigt. Nous avions des meneurs de vestiaire, chacun a donné le maximum. Les joueurs se connaissent depuis longtemps, c'est l'équipe avec la plus forte camaraderie dans laquelle j'ai personnellement travaillée. Nous avons joué comme nous le voulions et comme nous pensions que ce serait le mieux. Nous n'avons pas pu marquer. Que dire... Les Finlandais étaient plus rapides que nous, comme la plupart des équipes dans ce championnat. Je ne pense pas que l'âge ait été décisif. Certains joueurs sont jeunes, mais ne patinent pas plus vite."

Michal Handzus (attaquant de la Slovaquie) : "Nous sommes très déçus. La première moitié du match était bonne, ensuite nous avons joué trop passivement. C'était la meilleure équipe de Slovaquie possible. Nous avons joué pratiquement chaque match au troisième tiers. Nous avons toujours arrêté de jouer. C'est gratifiant de ne pas avoir perdu une seule fois sur un score comme 1-6, chaque match était serré. Nous avons une motivation contre le Danemark. Nous jouons chez nous, ces spectateurs fantastiques méritent une victoire. Le coach est très bon, j'ai aimé son approche. Les joueurs n'ont pas bien joué, moi inclus. Notre potentiel est bien plus grand. Le changement générationnel aurait dû avoir lieu depuis longtemps. Les Norvégiens et les Allemands travaillent de façon systématique avec les jeunes."

 

Finlande - Slovaquie 2-1 (0-1, 0-0, 2-0)
Samedi 7 mai 2011 à 20h15 à la Ondrej Nepala Arena de Bratislava. 9321 spectateurs.
Arbitrage de Danny Kurmann et Brent Reiber (SUI) assistés de Chris Carlson et Kiel Murchison (CAN).
Pénalités : Finlande 8' (4', 2', 2'), Slovaquie 6' (0', 4', 2').
Tirs : Finlande 35 (11, 11, 13), Slovaquie 28 (6, 7, 15).

Évolution du score :
0-1 à 16'21" : Gáborík assisté de Handzuš et Demitra (sup. num.)
1-1 à 47'14" : T. Ruutu assisté de M. Koivu
2-1 à 50'26" : T. Ruutu assisté de Salmela et Pyörälä


Finlande (2' pour surnombre)

Gardien : Petri Vehanen.

Défenseurs : Anssi Salmela (+2) - Sami Lepistö (+2) ; Jyrki Välivaara - Janne Niskala (2') ; Pasi Puistola - Ossi Väänänen ; Topi Jaakola (2') - Lasse Kukkonen (A).

Attaquants : Tuomo Ruutu (A, +2) - Mikko Koivu (C, +2) - Mika Pyörälä (+2) ; Leo Komarov - Niko Kapanen - Juhamatti Aaltonen ; Janne Pesonen (2') - Jarkko Immonen - Mikael Granlund ; Antti Pihlström - Petteri Nokelainen - Janne Lahti.

Remplaçant : Teemu Lassila (G).

Slovaquie (2' pour surnombre)

Gardien : Jaroslav Halák [sorti de 58'20" à 60'00"].

Défenseurs : Ivan Baranka (-2) - Milan Jurčina (-2, 2') ; Dominik Graňák - Peter Podhradský ; Martin Štrbák - Lubomir Višnovský (+1) ; Ivan Majeský (+1).

Attaquants : Marián Gáborík (-2) - Pavol Demitra (C, -1) - Marián Hossa (-2) ; Štefan Ružička - Jozef Stümpel (A, 2') - Miroslav Šatan (A) ; Tomáš Surový - Michal Handzuš (-1) - Richard Zedník ; Marcel Hossa - Martin Cibák - Branko Radivojevič.

Remplaçants : Ján Lašák (G). En réserve : Peter Hamerlík (G), Ľuboš Bartečko (blessé), Ladislav Nagy (nez cassé).