Boston Bruins - Philadelphia Flyers (NHL, demi-finale de conférence, match 4)

L’occasion était belle pour Boston de clore cette série face à Philadelphie à domicile lors de ce quatrième match mais, malgré l’avantage confortable de mener 3 matchs à 0 dans la série, les locaux restaient prudents. Le fait est que, l’an passé, Boston avait également mené au même stade de la compétition face à Philadelphie 3 matchs à 0 mais les Flyers avaient réussi l’exploit de renverser la vapeur pour battre finalement les Bruins sur leur glace. On comprend donc que l’avantage de 3 matchs ne soit pas considéré à Boston comme une certitude de qualification. Pourtant, c’était surtout une bonne occasion de conjurer ce mauvais souvenir (Boston avait même mené 3-0 dans le match 7…) ainsi que d’autres mauvais sorts : le mutisme offensif de Milan Lucic, le jeu de puissance toujours problématique ou le fait que les Bruins n’ont pas atteint une finale de conférence depuis 1992…

Mais les locaux n’ont cette fois pas tremblé, face à une équipe des Flyers assez décevante. Certes, on a beaucoup parlé du carrousel de gardiens dans les cages (Sergei Bobrovsky puis Brian Boucher puis Michael Leighton puis Boucher à nouveau, etc.). La stratégie de leur entraîneur Peter Laviolette consistant à faire jouer le gardien le plus en forme a fini par se révéler contre-productive. Pour autant, on ne peut pas résumer l’échec d’une des équipes les mieux bâties pour le titre simplement sur la question des gardiens. D’abord, il y a l’absence de Chris Pronger qui a été néfaste pour l’équipe, tant sur le plan du leadership que de l’impact physique. Le duel attendu entre colosses de la ligne bleue opposant Pronger au capitaine des Bruins, Zdeno Chara, n’a donc pas eu lieu, faute d’opposition pour le Slovaque.

 

Cette absence a été notamment visible au travers du jeu du partenaire habituel de ligne de Pronger, Matt Carle, décisif l’an passé lors du parcours des Flyers jusqu’en finale et qui est complètement passé à côté de la série. L’attaque n’est pas non plus exempte de reproches : considérée comme l’arme principale des Flyers du fait de sa profondeur (troisième meilleure attaque de la ligue en saison régulière), elle n’a inscrit que 4 buts à Tim Thomas sur les 3 derniers matchs de la série, ce qui est largement insuffisant. Si certains n’ont pas déçu au niveau de la production, comme l’inoxydable Daniel Brière ou James Van Riemsdyk, Laviolette attendait sans doute plus de joueurs comme Scott Hartnell ou son capitaine Mike Richards. Le principal problème des Flyers dans cette série semble donc avoir été un manque général de motivation, dans une équipe qui a pourtant historiquement toujours mis en avant l’implication physique.

Ce sont pourtant les visiteurs qui ouvrent le feu les premiers : sur une contre-attaque, les Flyers combinent rapidement pour se sortir de leur zone et Ville Leino lance Braydon Coburn dans la profondeur. Le défenseur est gêné par le repli de Shane Hnidy et son tir ne surprend pas Tim Thomas (3’02). On retrouve encore Coburn pour un tir lointain sur un service de Kris Versteeg. Mike Richards et Dan Carcillo tentent de gêner Thomas et de profiter du rebond mais le gardien finit par se coucher sur le palet (5’23).

Le jeu de puissance de Boston a enfin réussi à être efficace lors du match 3, mais le score était lors déjà largement en faveur des Bruins. Dans ce match 4, la supériorité numérique est finalement décisive, offrant l’ouverture du score aux locaux : alors que Carcillo est en prison pour une charge à la crosse, les Bruins s’installent rapidement en zone et David Krejci, dans le cercle gauche, combine avec Nathan Horton à côté du but qui centre vers Milan Lucic, dont la reprise de volée trompe Bobrovsky (1-0, 12’02). Le meilleur buteur de Boston en saison régulière signe donc enfin son premier but dans ces playoffs, après dix matchs de disette.

Le coup est rude pour les Flyers qui peinent à se procurer des occasions. En deuxième période, Boston cherche à concrétiser sa domination du début de match : Kaberle hérite d’un palet dans le cercle gauche qu’il reprend de volée mais Bobrovsky est vigilant et Daniel Paille ne parvient pas à profiter du rebond. Pourtant, les Flyers ne parviennent pas à se dégager et, dans la continuité de l’action, le même Paille reste aux avant-postes et reçoit le palet face à Bobrovsky, mais ce dernier bouche bien les angles (23’34). Philadelphie réagit par contre pour essayer d’équilibrer les débats : Mike Richards se présente dans un 2 contre 1 avec Versteeg face à Kaberle et il finit par tirer sur Thomas, mais ce dernier n’est pas surpris et arrête le tir (24’22). Brière fait ensuite le tour du filet pour tenter un tir dans la lucarne de Thomas, mais le portier de Boston s’interpose en plongeant (25’47).

Pourtant, les Bruins sont tout proches de prendre un avantage plus important quand, après un forecheck de Chris Kelly, Michael Ryder obtient le palet derrière le but de Bobrovsky. Il le transmet immédiatement à Rich Peverley, devant l’enclave. Le centre défensif dribble Bobrovsky et se trouve face au but vide mais le gardien, dans un effort désespéré avec sa crosse et l’appui de Sean O’Donnell, parvient à écarter le danger sur la ligne (28’18). Finalement, c’est Philadelphie qui va recoller au score : lors d’un 4 contre 4, dans la zone des Flyers, Brad Marchand fait une passe aveugle interceptée par Richards. Le capitaine de Philadelphie traverse la patinoire et, alors qu’il est poursuivi par Seidenberg, il transmet le palet à Versteeg qui trompe Thomas d’un revers bien placé (1-1, 33’22).

Les Bruins ne vont pas douter longtemps : dès l’entame de la troisième période, un missile de Johnny Boychuk de la bleue permet aux locaux de reprendre l’avantage (2-1, 42’42). Philadelphie ne semble alors pas en mesure de revenir dans le match et c’est de nouveau Boston qui va reprendre la main : sur un dégagement des Bruins, Matt Carle récupère le palet dans la zone neutre mais il est pressé par Nathan Horton qui récupère le palet. L’ailier temporise en attendant l’appel de Lucic et il envoie ce dernier face à Bobrovsky, qu’il trompe d’un tir entre les jambières (3-1, 55’03). L’atmosphère est alors au K.O. dans le TD Garden : sur une contre-attaque, Gregory Campbell se présente dans un 2 contre 1 avec Peverley et il choisi finalement de tirer. Bobrovsky doit s’y reprendre à deux fois pour écarter le danger (55’59).

Laviolette choisit alors de sortir son gardien, sans grande conviction, et les visiteurs repartent avec deux buts encaissés supplémentaires dans la cage vide. Boston affrontera en finale de conférence l’autre équipe à avoir disposé de son adversaire en 4 matchs dans ce tour : Tampa Bay. A noter que les Bruins devront vraisemblablement jouer leur finale de conférence sans Patrice Bergeron, sorti dans ce match après une charge de Claude Giroux et qui souffre d’une commotion cérébrale.


Boston Bruins – Philadelphia Flyers : 5-1
Boston remporte la série 4 matchs à 0

Tirs cadrés : Boston 27 (13, 7, 7) ; Philadelphia 23 (6, 7, 10)

Evolution du score
1-0 à 12’02 : Lucic assisté par Horton et Krejci en sup. numérique
1-1 à 33’22 : Versteeg assisté par Richards
2-1 à 42’42 : Boychuk assisté par Ryder
3-1 à 55’03 : Lucic assisté par Horton
4-1 à 58’04 : Marchand assisté par Recchi et Peverley dans la cage vide
5-1 à 59’35 : Paille assisté par Campbell et Thornton dans la cage vide

Boston Bruins

Gardien : Tim Thomas

Défenseurs : Zdeno Chara (C) – Dennis Seidenberg ; Tomas Kaberle – Shane Hnidy ; Andrew Ference – Johnny Boychuk

Attaquants : Milan Lucic – David Krejci – Nathan Horton ; Brad Marchand – Patrice Bergeron (A) – Mark Recchi (A) ; Chris Kelly – Rich Peverley – Michael Ryder ; Daniel Paille – Gregory Campbell – Shawn Thornton

Remplaçant : Tuukka Rask (G)
En réserve : Tyler Seguin, Jordan Caron, Matt Hunwick et Trent Whitfield
Blessés : Marc Savard (commotion cérébrale), Adam McQuaid (entorse cervicale) et Steve Kampfer (jambe)


Philadelphia Flyers

Gardien : Sergei Bobrovsky

Défenseurs : Kimmo Timonen (A) – Braydon Coburn ; Danny Syvret – Matt Carle ; Sean O’Donnell – Andrej Meszaros

Attaquants : James Van Riemsdyk – Claude Giroux – Daniel Brière ; Jeff Carter (A) – Mike Richards (C) – Kris Versteeg ; Scott Hartnell – Dan Carcillo – Ville Leino ; Jody Shelley – Blair Betts – Darroll Powe

Remplaçant : Brian Boucher (G)
En réserve : Michael Leighton, Andreas Nodl, Matt Walker, Nikolai Zherdev et Eric Wellwood
Blessés : Chris Pronger, Oskars Bartulis (épaule) et Ian Laperriere


3 étoiles du match : Milan Lucic (Boston), Tim Thomas (Boston) et Nathan Horton (Boston)