France - Norvège (Mondiaux 2011, 2e phase, groupe F)

Holtet puissance quatre

2011-05-09-France-Norvege-9422Pour l'honneur... et pour grappiller quelques points susceptibles de la faire grimper dans la hiérarchie mondiale, la France affronte la Norvège. L'enjeu est évidement tout autre côté scandinave, où une victoire est attendue pour "prendre le quart" au nez et à la barbe des Suisses.

La dernière victoire tricolore en compétition officielle remonte aux mondiaux 2003 de Zagreb, où la Norvège d'Espen Knutsen ne fut qu'une étape dans le parcours gagnant des Français. Depuis, quelques défaites dont une particulièrement cinglante l'an passé. Un 5-1 qui envoya les Bleus en poule de relégation...

Une revanche, même purement honorifique, est donc à prendre. Pour finir ce mondial slovaque sur une bonne note. Incertains car ayant souffert des adducteurs ces jours derniers, Maxime Moisand et Julien Desrosiers sont bien en tenue pour affronter un outsider norvégien favori ce midi.

C’est dire si les erreurs risquent de se payer cher contre une équipe réputée pour son efficacité offensive. La preuve dès les premières minutes de jeu avec un break raté par Laurent Meunier en infériorité numérique (02’12’’). Puis un autre, réussi celui-là, par un Skrøder imparablement lancé en profondeur et qui parvient à froidement glisser, du revers, la rondelle sous le bras d’Huet (0-1 à 03’26’’).

Comme les Bleus n’y sont pas, ils en encaissent rapidement un deuxième, œuvre cette fois de Marius Holtet, bien décalé par Lars-Erik Spets au cercle gauche d’engagement. Sans opposition, il n’a aucun mal à ajuster le haut du filet français (0-2 à 03’52’’).

2011-05-09-France-Norvege-9255L’entame norvégienne est quasi-parfaite. Celle des Français catastrophique et sans l’intervention d’Huet devant Olimb à bout portant (05’34’’), l’addition aurait encore été plus salée…

Trop imprécis dans leurs relances, les Tricolores peinent à destabiliser l’adversaire. Du moins jusqu’à  cette passe en retrait flippée que Tollefsen, à l’entrée de sa zone, ne parvient pas à contrôler. Julien Desrosiers en profite et remet dans son dos sur Damien Raux, qui bascule aussitôt sur Damien Fleury au second poteau. C’est allé vite, trop vite pour Lars Haugen, en retard dans son déplacement latéral (1-2 à 10’57’’).

Les hommes de Dave Henderson parviennent à limiter les dégâts dans ce premier tiers chaotique. Mais chassez le naturel… il revient au galop. À la vitesse d’un contre mené par Marius Holtet, qui profite d’une tergiversation de Kevin Hecquefeuille en zone offensive pour prendre la poudre s’escampette. Holtet se jouant ensuite du repli de Bachet pour résister au retour de Raux et punir une troisième fois l’infortuné Huet (1-3 à 17’50’’).

Ces largesses défensives ont fini par exaspérer  Cristobal Huet, trop souvent livré à lui-même dans ce premiers tiers-temps. Et pour ne rien arranger, les Bleus débutent le deuxième acte en infériorité numérique. Par deux fois devant Bonsaksen (22’), Huet doit sortir le grand jeu, faute d’une assise défensive digne de ce nom…

Physiquement émoussés, mais pas résignés, les Français souffrent et l’arbitrage ne leur fait aucun cadeau. Thomas Roussel en finit à peine avec son pensum que Yohann Auvitu le remplace au banc d’infamie. Pas l’idéal pour revenir au score. Encore moins pour ménager Cristobal Huet qui ne chôme décidément pas…

La situation est grave. Mais pas désespérée, foi de Laurent Meunier. En bon capitaine, c’est l’attaquant de Straubing qui ramène les siens dans le match. Pierre-Édouard Bellemare, à la base de l’action, attend le soutien de Kevin Hecquefeuille qui déborde sur la gauche pour un centre dévié par qui vous savez (2-3 à 31’20’’).

Jour de gloire pour Marius Holtet

2011-05-09-France-Norvege-9217Tout à coup, l’espoir jaillit à l’horizon mais c’est sans compter sur cette avalanche de pénalités qui multiplie les temps forts norvégiens en supériorité numérique. La résistance a beau s’organiser devant Huet, le portier fribourgeois ne fait que retarder l’échéance. Et ce qui devait arriver arriva, sur un shoot lointain de Holøs repoussé dans le slot. Un rebond brûlant cafouillé, mais finalement exploité par ce diable d’Holtet, qui s’offre ainsi le triplé (2-4 à 35’19’’).

On attendait le maître à jouer Mathis Olimb, meilleur compteur du tournoi, ou encore son dauphin Anders Bastiansen. Au lieu de ça, c’est Marius Holtet, tout frais champion de Suède avec Färjestad, qui est sorti de sa boîte !

Tout un symbole de la réussite norvégienne dans ce match. La même qui fuit les Français comme la peste à l’image de ce slap contré de Vincent Bachet qui manque de sourire à Jérémie Romand (42’). À quelques centimètres près, l’attaquant normand ramenait ses coéquipiers à une petite unité.  Mais au lieu de ça, l’inévitable Marius Holtet se montre le plus prompt à récupérer un tir contré dans  l’enclave pour enfiler son quatrième pion (2-5 à 52’26’’).

Les Français ont payé un lourd tribut aux pénalités et ont encore pu constater qu’à ce niveau, chaque détail compte. Comme le nombre de matchs disputés par les internationaux évoluant en France, nettement inférieur à ce qui se pratique en Suède par exemple (où évoluent la majorité des Norvégiens) et qui ne les aide pas à enchaîner les matchs avec la même intensité.

Ils terminent donc ce Mondial à bout de souffle, privés de Sacha Treille, expulsé pour un coup de coude à l’encontre de Jonas Holøs. Huet doit même stopper un penalty de Ken Andre Olimb, parti en zigzag, sans véritable conviction (58’11’’).

2011-05-09-France-Norvege-9297Les progrès norvégiens, matérialisés par cette nouvelle apparition en quarts de finale, doivent plus que jamais servir d’exemple au hockey français s’il entend un jour franchir un palier.

Désignés joueurs du match : Laurent Meunier pour la France et Marius Holtet pour la Norvège.

Commentaires d'après-match

Dave Henderson (entraîneur de la France) : « On s’est dit prêts dans le vestiaire, mais sur la glace c’était autre chose. Les joueurs ont essayé mais ils étaient physiquement émoussés. Leur volonté n’a pas diminué, mais leurs capacités et leur lucidité si. Les Norvégiens sont très proches de la Suède, beaucoup jouent là-bas. Ils ont un rythme de matches plus important que nos joueurs, surtout ceux qui évoluent en Ligue Magnus. Ils sont conscients de leurs lacunes quand ils arrivent aux championnats du monde et peuvent les travailler quotidiennement. Quand on ne joue que vingt-six matches dans la saison – le changement est en étude à la fédération française – on n’a pas l’intensité nécessaire pour franchir une étape en championnat du monde. »

Laurent Meunier (attaquant et capitaine de la France) : « On a manqué d’intensité physique sur ce match. On n’est pas entrés correctement. C’est dommage car en étant plus sérieux et plus appliqués il y avait quelque chose à faire. Après, c’est la fin de tournoi, on est un peu fatigués, on avait rempli nos objectifs…  Il faudra progresser les prochaines années pour être plus consistants. (…) Les arbitres aujourd’hui étaient très pointus, souvent contre nous et un peu moins pour les autres. On ne peut pas prendre le nombre de pénalités que l’on a eu ce soir et espérer gagner. (…) Notre bilan est quand même satisfaisant. Il faut que l’on apprenne à enchaîner les matches de haut niveau. Cette année était meilleure que les autres sur ce plan-là, on a fait deux gros matches contre la Suisse et le Belarus, on fait aussi un bon truc contre les Etats-Unis. À côté de ça on a quand même des trous. Ça changera si l’on joue plus de matches de haut-niveau. Une équipe qui est bonne, même lorsqu’elle est moins bien elle reste compétitive. Nous, quand on a un jour sans, on décroche de suite. C’est la différence. »

Cristobal Huet (gardien de la France) : « On avait envie d’accrocher une neuvième place pour gagner un peu au classement mondial. À la fin, les Norvégiens ont montrés plus de détermination, ils voulaient éviter de compter sur les Américains contre la Suisse pour se qualifier en quarts-de-finale. On a été indisciplinés, on a fait preuve de frustration une grande partie du match. C’est dommage, on a l’impression d’avoir joué à notre vrai niveau seulement une fois sur deux. En deuxième phase, à part face aux États-Unis, on a été un peu naïfs. »

Ole-Kristian Tollefsen (défenseur et capitaine de la Norvège) : « Honnêtement, on n’a pas bien démarré. À la fin, ça s’est vu que l’on avait une meilleure équipe, avec quatre lignes efficaces. Sur certaines séquences, la France a été assez proche de notre niveau mais je dois avouer que nous n’avons pas non plus joué à 100%. À la fin, on a pu se relâcher. Maintenant, les quarts ! Je ne sais pas encore qui l’on va affronter mais de toute manière ce sera du 50-50. C’est certain que quoiqu’il arrive à présent ça restera pour moi le meilleur souvenir en équipe nationale. On n’a pas beaucoup de joueurs mais on est une bonne bande de mecs qui se battent chacun pour l’autre. »

2011-05-09-France-Norvege-But_Fleury-700-9258

France - Norvège 2-5 (1-3, 1-1, 0-1)
Lundi 9 mai à 12h15 à la Steel Arena de Kosice. 3178 spectateurs.
Arbitrage de Vyacheslav Bulanov (RUS) et Antonin Jerabek (TCH) assistés de Matjaz Hribar (SLO) et Anton Semionov (EST).
Pénalités : France 32' (4', 14', 4'+10') ; Norvège 8' (0', 6', 2').
Tirs : France 19 (5, 10, 4) ; Norvège 37 (12, 16, 9).

Évolution du score :
0-1 à 03’26’’ : Skrøder assisté de Roymark et Ask (sup. num.)
0-2 à 03’52’’ : Holtet assisté K-A Olimb et Holøs
1-2 à 10’57’’ : Fleury assisté de Raux et Desrosiers
1-3 à 17’50’’ : Holtet
2-3 à 31’20’’ : Meunier assisté d’Hecquefeuille (inf. num.)
2-4 à 35’19’’ : Holtet assisté de Skrøder et Holøs (sup. num.)
2-5 à 52’26’’ : Holtet assisté de Bonsaksen

 

France

Gardien : Cristobal Huet.

Défenseurs : Yohann Auvitu (2') – Nicolas Besch (-1, 2') ; Vincent Bachet (A, 2') – Kevin Hecquefeuille (A, 2') ; Thomas Roussel (-1, 2') – Maxime Moisand (-1).

Attaquants : Pierre-Édouard Bellemare (+1, 2') – Laurent Meunier (C, +1) – Sacha Treille (2'+10') ; Luc Tardif (-1, 4') – Teddy Da Costa (2') – Stéphane Da Costa ; Jérémie Romand – Laurent Gras – Brian Henderson (2') ; Julien Desrosiers (-1, 2') – Damien Raux (-2) – Damien Fleury (-2, 2') ; Loïc Lampérier [deux présences].

Remplaçants : Fabrice Lhenry (G), Jonathan Janil. En réserve : Ronan Quemener (G), Nicolas Arrosemena (surnuméraire), Teddy Trabichet (surnuméraire).

Norvège

Gardien : Lars Haugen.

Défenseurs : Alexander Bonsaksen – Ole-Kristian Tollefsen (C) ; Morten Ask (-1) – Jonas Holøs (+2) ; Eerikki Koivu (+1) ; Brede Csizsar [une présence], Erik Follestad [une présence].

Attaquants : Per-Åge Skrøder (2') – Anders Fredriksen – Martin Røymark ; Mathis Olimb (-2, 4') – Anders Bastiansen (A, -1) – Lars Erik Spets (-1) ; Ken Andre Olimb (+3) – Mads Hansen (A, +2) – Marius Holtet (+3) ; Andreas Martinsen (-1, 2') – Kristian Forsberg (+1) – Peter Lorentzen ; Tommy Kristiansen [une présence].

Remplaçant : Robert Hestmann (G). En réserve : Pål Grotnes (G), Lars Løkken Østli (commotion cérébrale), Martin Laumann Ylven (blessé).

2011-05-09-France-Norvege-700-9234