République Tchèque - Suède (Mondiaux 2011, demi-finale)

La Suède se découvre une profondeur de banc

2011-05-13-Republique_Tcheque-Suede-2046Les Suédois étaient peut-être les plus forts l'an passé, mais ils avaient vu leur rêve s'envoler en demi-finale à huit secondes de la fin. Ils espèrent donc prendre leur revanche face aux Tchèques qui ont rassemblé cette fois ici un effectif plus impressionnant. Invaincus, ils ont bien plus de pression que l'an dernier où ils avaient créé la surprise. Ils sentent le soutien de leur public en évoluant "presque" à domicile à Bratislava, ce qui n'est pas forcément bon signe connaissant les difficultés des pays organisateurs à s'imposer dans cette compétition.

Les gardiens Viktor Fasth et Ondrej Pavelec ont été tous deux excellents pour leur premier championnat du monde comme titulaire. Ce sont les deux seuls candidats valables au titre de meilleur gardien du tournoi, et leur confrontation directe permettra de les comparer.

Les Suédois prennent le meilleur départ, avec un pressing soutenu en zone adverse. Ils ont cependant plus de mal en relance, perdant deux palets dans le bas de la zone neutre. De plus, leur nouveau système plus offensif les expose à la vitesse des contre-attaques tchèques, avec des débordements réguliers sur l'aile gauche. Heureusement pour les jaunes que le défenseur offensif David Rundblad se replie bien pour faire avorter un contre de Rolinek et Marek après la plus longue séquence suédoise dans le camp adverse.

Les Tchèques prennent peu à peu le contrôle de la zone neutre, et donc du match. La plus belle occasion est pour Tomas Plekanec qui feinte le tir en angle et tente de piéger le gardien en tour de cage. Les autres tirs rouges ont été plus excentrés. Ces vingt minutes assez équilibrées laissent augurer d'un match serré qui peut basculer à la première erreur. Pour l'instant, personne n'en a commis. Chaque équipe a décrété son enclave zone interdite.

2011-05-13-Republique_Tcheque-Suede-2013Il ne manque qu'un but, et il arrive dès le début de la deuxième période. Le formidable relanceur Marek Zidlicky sert Milan Michalek qui fonce sur l'aile droite et remet devant la cage, où Patrik Elias exploite cette passe que le gardien Viktor Fasth n'a pas réussi à contrer (1-0). Les Suédois ont tous été battus en vitesse. Même en l'absence de Havlat blessé, sa ligne est donc restée la plus dangereuse.

La réplique arrive aussi rapidement, car Roman Cervenka prend la première pénalité du match, en zone offensive, en accrochant Ericsson au pressing. Le premier slap de Patrik Berglund est contré par Tomas Rolinek, mais le second passe au-dessus du capitaine tchèque couché et trompe Fasth masqué au départ du tir par Thörnberg (1-1). La partie s'emballe. Un bijou de longue passe façon Zidlicky envoie Patrik Elias seul vers la cage, mais il tire hors cadre, en déséquilibre sur un possible croc-en-jambe de Fernholm, réclamé mais non sifflé.

2011-05-13-Republique_Tcheque-Suede-1928La République Tchèque bénéficie à son tour d'un avantage numérique. Karel Rachunek hérite alors d'un excellent palet à mi-distance, mais son tir après contrôle est paré du gant par Viktor Fasth. Une occasion manquée qui vaut cher. Lorsque la pénalité se termine, c'est la Suède qui passe devant. Mikael Backlund est en angle, mais son tir du poignet est très précis dans la lucarne opposée (1-2).

Patrik Elias prend une pénalité stupide pour avoir rudoyé Thörnberg après le coup de sifflet. À 5 contre 4, Ekman-Larsson insiste face à Pavelec qui a la jambière collée au poteau. Il finit par envoyer le palet par-dessus l'obstacle, vers le slot libre. Voyant la crosse de Nilsson s'approcher pour un tir en cage ouverte, Karel Rachunek se substitue à son gardien et subtilise le palet sous son gant. Tir de pénalité immédiatement indiqué par l'arbitre. Loui Eriksson essaie de faire un pénalty à la Peter Forsberg... mais il n'est pas "Foppa". Plutôt "faux-pas" sur ce coup-là... Le grand Pavelec plonge en avant et l'empêche d'atteindre le palet qu'il a laissé derrière lui.

Les Tchèques ne sont pas encore sortis d'affaire, car Milan Michalek rejoint son collègue en prison après un mauvais geste tout aussi inutile. À 3 contre 5, il faut un grand Plekanec pour remporter l'engagement et sortir son équipe de cette mauvaise passe. Arrêter les pénalités stupides doit être la consigne absolue dans le vestiaire tchèque. Cervenka a déjà servi d'exemple, puni et privé de glace depuis sa faute.

2011-05-13-Republique_Tcheque-Suede-1947Le rythme a été très élevé pendant toute la deuxième période, et la suivante repart sur les mêmes bases. Mattias Tedenby, qui frôle le cadre, puis Patrik Berglund, dont le tir est détourné par Pavelec, percent tous deux dans l'axe sur de bonnes passes de défenseurs. Ces avertissements n'auront pas suffi, et le coup fatal est porté par la quatrième ligne suédoise, souvent discrète dans ce tournoi. Martin Skoula se fait contrer à la ligne bleue, les jaunes partent à 3 contre 1, Mikael Backlund attire Zidlicky et sert une passe en or à Jimmie Ericsson (1-3).

Alois Hadamczik réagit en passant à trois lignes : Michalek-Plekanec-Jagr, Voracek-Elias-Rolinek et Hubacek-Novotny-Frolik. Le changement ne paye pas. Un tir de Jakob Silfverberg frappe la transversale puis le poteau, comme Nikulin hier. L'arbitre appelle la vidéo, mais cette fois il n'y a pas le moindre doute sur l'absence de but. Beaucoup de doutes en revanche quant au fait qu'aucune pénalité ne soit sifflée quand Voracek se fait retenir devant le slot sur une passe en retrait... Une décision lourde de conséquence. Sur la contre-attaque, Marcus Krüger fait le tour de la cage et le jeune guerrier Jakob Silfverberg parvient à pousser ce palet entre les jambières du gardien (1-4). Les cinq joueurs tchèques enserrent les arbitres pour protester.

2011-05-13-Republique_Tcheque-Suede-2192Avec trois buts de retard à sept minutes de la fin, les Tchèques pourraient se complaire dans leurs récriminations. Mais ils décident de combattre encore : Rolinek charge Thörnberg dans la bande, Voracek récupère le palet aux dépens de Petrasek et centre pour Patrik Elias qui conclut à mi-hauteur (2-4). Pourquoi ne pas y croire jusqu'aux dernières secondes, comme l'an passé ?

Le problème, c'est que les Suédois forment un bloc compact et ne laissent pas les Tchèques s'approcher. Difficile de trouver une solution désormais face à un tel mur. Pavelec sort avant un engagement en zone offensive à une minute et demie de la fin, mais en vain. Michalek est contré par Petrasek qui envoie Berglund, beaucoup plus rapide que Zidlicky, partir seul vers les filets déserts (2-5).

L'outsider a donc encore gagné. L'équipe de contre par excellence qu'est la République Tchèque a gâché son avantage par une pénalité idiote, s'est découverte et s'est fait prendre à son propre jeu.

Jaromir Jagr n'a pas du tout confirmé sa performance du quart de finale : ses débordements le long de la bande ont été bloqués, il a manqué quelques passes importantes et n'a pas tiré une seule fois à la cage. Quatre joueurs différents ont été testés sur l'aile gauche de sa ligne, sans qu'aucun ne résolve le problème. Remis de la rude charge de Jack Johnson à la fin du quart de finale, Patrik Elias a été le vrai leader tchèque avec le capitaine Rolinek, mais ses deux buts n'ont pas suffi.

2011-05-13-Republique_Tcheque-Suede-2137La bête noire d'Alois Hadamczik a encore frappé : le bilan du sélectionneur tchèque contre la Suède est de 4 victoires en 23 confrontations... 

La Suède a fait preuve d'une belle solidité défensive dans les deux dernières périodes et semble avoir trouvé le bon équilibre. Alors qu'on s'inquiétait pour sa profondeur de banc, ce sont les lignes "basses" qui ont été les plus performantes pendant que les talentueux Nilsson et Pääjärvi étaient un ton en dessous. L'énergie et la complémentarité du trio des 1990 (Tedenby-Krüger-Silfverberg) a été récompensée d'un but et Mikael Backlund, qui avait passé un match sur le banc en début de tournoi, a été le joueur décisif ce soir. Avec Patrik Berglund, bien sûr, mais ça devient une habitude de la part du sniper de Saint-Louis.

Désignés joueurs du match : Patrik Elias pour la République Tchèque et Mikael Backlund pour la Suède.

Commentaires d'après-match

Alois Hadamczik (entraîneur de la République Tchèque) : "Nous n'avons pas joué notre jeu. Je suis déçu. La première période était bonne de notre côté. Puis nous avons marqué un but, mais nous avons commis des fautes d'agressivité inutile. Nous avons fait beaucoup d'erreurs au deuxième tiers, je ne me l'explique pas. Avec tant d'erreurs, on ne peut opérer aucun système de jeu. Si encore les Suédois étaient clairement meilleurs... mais j'étais convaincu de les battre. Nous avons quatre lignes en attaque, pas seulement un ou deux joueurs. On ne doit pas se dire qu'on laisse à Jagr la charge de marquer trois buts."

Patrik Elias (attaquant de la République Tchèque) : "On ne perdait que d'un but, ce n'est pas grave, ça arrive. Mais en troisième période, nous nous sommes rués à l'attaque de façon illogioque, sans assurer nos arrières. Nous leur avons donné sept ou huit chances de 2 ou 3 contre 1."

David Petrasek (défenseur de la Suède) : "Depuis le début du tournoi, nous avons dit que nous nous battrions pour la médaille d'or. On nous a beaucoup critiqués pour ces paroles. Peu de gens croyaient en nous. J'espère que maintenant on a compris que nous ne plaisantions pas."

2011-05-13-Republique_Tcheque-Suede-But_Suede-700-2146

 

République Tchèque - Suède 2-5 (0-0, 1-2, 1-3)
Vendredi 13 mai 2011 à 16h15 à l’Orange Aréna de Bratislava. 9285 spectateurs.
Arbitrage de Darcy Burchell (CAN) et Brent Reiber (CAN/SUI) assistés de Sergei Shelyanin (RUS) et Jussi Terho (FIN).
Pénalités : République Tchèque 6' (0', 6', 0') ; Suède 2' (0', 2', 0')
Tirs : République Tchèque 37 (14, 10, 13) ; Suède 48 (9, 26, 13)

Évolution du score :
1-0 à 20'46" : Eliáš assisté de Michálek et Židlický
1-1 à 24'34" : Berglund assisté d'Ekman-Larsson (sup. num.)
1-2 à 35'10" : Backlund assisté de Sjögren
1-3 à 48'07" : Ericsson assisté de Backlund (but en photo ci-dessus)
1-4 à 52'29" : Krüger assisté de Tedenby
2-4 à 54'22" : Eliáš assisté de Voráček
2-5 à 59'13" : Berglund assisté de Petrasek (cage vide)


République Tchèque

Gardien : Ondřej Pavelec [sorti de 58'29" à 59'13"].

Défenseurs : Zbyněk Michálek - Karel Rachůnek ; Martin Škoula - Marek Židlický (-1) ; Petr Čáslava (-1) - Lukáš Krajíček (-1).

Attaquants : Roman Červenka (2') [puis Průcha à 23'36" puis Vampola à 40'00" puis Michálek à 48'07"] - Tomáš Plekanec (-3) - Jaromír Jágr (A, -3) ; Milan Michálek (2') - Patrik Eliáš (A, 2') - Michael Frolík (+1) ; Tomáš Rolinek (C, -1) - Jan Marek (-1) - Jakub Voráček (-1) ; Petr Průcha [puis Vampola de 23'36" à 40'00"] - Jiří Novotný - Petr Hubáček ; Petr Vampola (-1).

Remplaçant : Jakub Štěpánek (G), Ondřej Němec. En réserve : Jakub Kovář (G), Radek Martínek (commotion cérébrale), Martin Havlát (épaule gauche).

Suède

Gardien : Viktor Fasth.

Défenseurs : Carl Gunnarsson (+1) - David Petrasek (A, +1) ; David Rundblad (-1) - Staffan Kronwall (+1) ; Daniel Fernholm - Tim Erixon ; Oliver Ekman-Larsson (+2).

Attaquants : Martin Thörnberg (-1) - Patrik Berglund (A) - Magnus Svensson-Pääjärvi (-1) ; Loui Eriksson - Niklas Persson (-1) - Robert Nilsson (-1) ; Mattias Tedenby (+1) - Marcus Krüger (+1, 2') - Jakob Silfverberg (+1) ; Mikael Backlund (+2) - Rickard Wallin (C, +1) - Jimmie Ericsson (+3) ; Mattias Sjögren (+1).

Remplaçant : Erik Ersberg (G). Absents : Anders Nilsson (G), Nicklas Grossman (ligaments du genou), Andreas Jämtin (surnuméraire).

2011-05-13-Republique_Tcheque-Suede-700-2233