Finlande - Russie (Mondiaux 2011, demi-finale)

Le chef-d'œuvre du petit génie

2011-05-13-Finlande-Russie-2416La Russie a remporté aujourd'hui l'organisation du Mondial 2016 sans combattre, par retrait de ses concurrents, mais ce soir elle doit s'attendre à plus d'adversité. Vingt-quatre heures après avoir éliminé le Canada dans un duel de haute intensité, il lui faudra avoir gardé assez d'énergie pour affronter une équipe de Finlande moins poussée dans ses retranchements par la Norvège.

Même si Datsyuk a été éliminé de NHL la nuit dernière, il est notoire qu'il a joué avec une blessure au poignet depuis une semaine. La Russie a donc renoncé à en faire son joker et a rempli la dernière place vacante avec Denis Grebeshkov, ce qui lui permet de jouer de nouveau à huit défenseurs.

La surprise de Bykov, alors qu'il paraissait avoir trouvé et stabilisé ses lignes, est qu'il a interverti les centres Zinoviev et Tereshchenko. Le changement semble faire sens en première période, car les deux joueurs s'adaptent bien à leur nouvel environnement. Sergei Zinoviev joue assez bas pour récupérer les palets et peut ainsi à la fois couvrir et mettre sur orbite les ailiers Kovalchuk et Radulov qui s'engagent beaucoup offensivement. Aleksei Tereshchenko, pour sa part, réussit à endosser le costume du maître-passeur Zinovev dans le jeu collectif de Zaripov et Morozov. Il est ainsi à l'origine de la principale occasion russe du tiers-temps, une passe de derrière la cage pour Zaripov qui écrase sa reprise.

2011-05-13-Finlande-Russie-2439Dès le début de la partie, la Finlande se montre prête à rivaliser et ne recule pas dans les duels. Elle travaille fort comme toujours, et pour les occasions, elle s'en remet une fois de plus au duo Immonen-Granlund. Jarkko Immonen met Dmitri Kulikov sur les fesses en un contre un, tandis que Mikael Granlund arrive à sortir du coin vers la cage malgré... Kulikov. Le défenseur des New York Rangers (en photo à gauche face à Immonen) est décidément le plus inquiétant des arrières russes dans sa zone.

Si la première période a été équilibrée, les Finlandais deviennent vraiment dominants au retour sur la glace. Le travailleur Antti Pihlström vole le palet à Anatoli Emelin et sert en retrait Petteri Nokelainen, mais celui-ci tire à côté du cadre. Puis c'est le rapide Aaltonen qui met dans le vent Radulov, mais son centre est contré par Korneev qui a bien mis sa crosse en opposition. Le meilleur reste à venir : Mikael Granlund feinte Kulikov derrière la cage, colle la rondelle sur sa palette et la dépose dans la lucarne depuis l'arrière du but ! Un geste qui a certes quelques précédents (Crosby, Riendeau, Déruns...), mais c'est le plus parfaitement exécuté de tous, et sutout il a lieu dans une demi-finale de championnat du monde (1-0). Les arbitres demandent le ralenti mais ne commettent pas la faute de goût d'annuler ce but de légende. L'équipe russe n'en croit pas ses yeux, et le temps qu'elle se remette, elle a presque encaissé un second but : poteau extérieur pour Pihlström.

2011-05-13-Finlande-Russie-2610La première pénalité du match est pour Pyörälä qui accroche Ovechkin. La Russie se procure alors une énorme occasion d'égaliser. Jaakola rate son dégagement, le palet revient à Radulov qui donne une cage ouverte à Zinoviev, mais le tir est détourné sur la transversale par le manche de crosse du gardien. Nokelainen lance aussitôt la contre-attaque et Artyukhin prend une pénalité idiote en chargeant Kapanen hors du jeu. Pendant l'infériorité numérique, on entend les "Rossiya" descendre des tribunes. Les spectateurs russes ont compris que leur équipe était déboussolée a besoin de soutien. Nikulin fait trébucher Ruutu devant la cage, mais la Finlande tarde à rendre le palet et ne joue donc que onze secondes à 5 contre 3. La Russie a un court répit en jeu de puissance, mais Ovechkin est sanctionné à son tour pour un coup de crosse sur le gardien. Après tant d'infériorités numériques, elle est bien contente d'entendre sonner la sirène.

Les Russes se sont remotivés dans le vestiaire et jettent leur dernière force dans la bataille. Les occasions s'enchaînent, et la plus saillante est pour Afinogenov, mais elle est typique de ce joueur : il traverse toute la glace, il dribble Puistola pour se voir gratifier de l'accès à la cage... mais ensuite il tire dans le plastron de Vehanen, sans danger.

2011-05-13-Finlande-Russie-2454L'élan russe est annulé par une pénalité sévère contre Ovechkin, qui s'est approché du gardien sans le toucher cette fois. La pénalité est écoulée quand Jani Lajunen tire à un bon mètre de la cible, va récupérer le palet derrière la ligne de fond... et l'envoie vers la cage où il ricoche sur la botte du gardien Konstantin Barulin qui se met ce but contre son camp (0-2).

Les Russes perdent leurs nerfs et Kovalchuk est sanctionné à son tour pour un cinglage, bien réel celui-là, sur Vehanen. Il s'emporte contre l'arbitre qui a cependant le mérite de la cohérence après avoir décidé de sanctionner tout geste sur le gardien. En avantage numérique, Mikael Gretz... Granlund, pardon, délivre une merveille de petite passe levée de derrière la cage pour Jarkko Immonen qui place le palet à mi-hauteur au poteau opposé (0-3).

Qu'est-ce qui peut sauver la Russie ? Peut-être une crosse haute involontaire de Väänänen qui blesse Afinogenov au visage. 2'+2'. Mais les hommes de Bykov n'arrivent plus à s'installer en zone offensive et, pire encore, se font prendre à six sur la glace. Anticipant inconsciemment une sortie de gardien que leur coach n'a pas décidée ? Le surnombre les ramène à 4 contre 4 et annihile ce qui était leur dernière chance. Petri Vehanen tient son blanchissage jusqu'à la fin. Il intercepte le palet avec sa crosse face à Kulemin servi devant la cage (photo de droite ci-dessous) et arrête de la mitaine un dernier lancer de Kovalchuk à cinq secondes de la fin.

2011-05-13-Finlande-Russie-2760Mikael Granlund avait déjà réussi un excellent championnat du monde. Non seulement il avait fait la démonstration de son talent, mais en plus il n'avait jamais hésité à mettre en échec des joueurs bien plus grands que lui. Son culot n'a donc jamais fait de doute, mais ce soir il s'est illustré de la plus belle des manières. Le petit génie a fait beaucoup plus qu'un bon match. Il a marqué un but qui sera parmi les plus célèbres du championnat du monde. Il est entré dans l'histoire, à 19 ans. Son geste d'anthologie ne doit pas faire oublier que la qualification est due à la performance collective d'une équipe parfaitement disciplinée et organisée, et excellemment protégée par Petri Vehanen.

Pour la seconde fois en cinq ans pendant l'ère Bykov, la Russie n'accède pas à la finale. Et pour la seconde fois, après la demi-finale de Moscou 2007, c'est la Finlande qui lui inflige ce coup d'arrêt. Elle est devenue son adversaire le plus incommode. La Finlande en a un depuis toujours, qui s'appelle la Suède... et qui l'attend en finale.

Désignés joueurs du match : Konstantin Barulin pour la Russie et Petri Vehanen pour la Finlande.

2011-05-13-Finlande-Russie-2336Commentaires d'après-match

Vyacheslav Bykov (entraîneur de la Russie) : "Nous étions bien en première période, mais ensuite nous n'avons pas su imposer notre hockey. À 0-1 nous avons eu des occasions, mais en fin de compte, la Finlande a mieux joué et sa victoire est méritée. Je ne suis pas partisan des excuses. Tout le monde est à égalité, même si nous avons laissé beaucoup de forces hier. Et les arbitres ont travaillé de bonne foi. Je suis surpris qu'avec autant de talent - et notre équipe ne manque pas de super-attaquants - personne n'essaie de faire des feintes et de créer des actions intéressantes. Il est dommage que les joueurs n'aient pas montré 50% de ce dont ils étaient capables. Le plus vexant est d'avoir une cage ouverte et de frapper la transversale."

Aleksandr Ovechkin (attaquant de la Russie) : "Nous n'avons pas utilisé nos occasions. Nous en avons eu suffisamment, mais le palet n'a pas rebondi en notre faveur. Et puis le premier but de la Finlande est un des meilleurs que j'ai jamais vu. Du talent, de la réussite, tout y était réuni. Parfois je ne comprends pas pourquoi je suis pénalisé. On dirait que tout va bien, on joue, et soudain on entend un coup de sifflet. Après ce match, on ne peut pas faire de reproches à nos gars. Tout le monde s'est battu."

Jukka Jalonen (entraîneur de la Finlande) : "Nous sommes heureux d'avoir battu une des meilleures équipes du monde. Nous avons mérité cette victoire. Nous avons joué parfaitement les deux premières périodes, et dans la troisième période nous n'avons pas laissé de chance à la Russie de marquer, même pas en supériorité. En fin de compte, nous étions plus forts que notre adversaire. Quant au but de Granlund, je savais qu'il pouvait tout faire avec le palet. Mais un tel coup de maître, je ne l'avais jamais vu faire, même à l'entraînement."

Mikael Granlund (attaquant de la Finlande, en photo ci-dessous) : "Quand j'étais enfant, je m'étais déjà entraîné à ce geste, mais pas récemment. Peut-être que je vais m'y remettre... C'est juste un but. Le plus important est la victoire. Dans l'ensemble on a fait un bon match et on mérite la qualification en finale. Nous avons une chance de gagner quelque chose de grand. Quand on rencontre nos ennemis les Suédois, le match est toujours dur."

2011-05-13-Finlande-Russie-700-2517

 

Finlande - Russie 3-0 (0-0, 1-0, 2-0)
Vendredi 13 mai 2011 à 20h15 à la Ondrej Nepala Arena de Bratislava. 9272 spectateurs.
Arbitrage de Christer Lärking (SUE) et Peter Orszag (SVK) assistés de Roger Arm (SUI) et Anton Semionov (EST).
Pénalités : Finlande 10' (0', 4', 6') ; Russie 12' (0', 6', 6').
Tirs : Finlande 29 (9, 14, 6), Russie 30 (7, 6, 17).

Évolution du score :
1-0 à 25'13" : Granlund assisté d'Immonen
2-0 à 47'40" : Lajunen
3-0 à 49'15" : Immonen assisté de Granlund (sup. num.)


Finlande

Gardien : Petri Vehanen.

Défenseurs : Anssi Salmela (+1) - Sami Lepistö (+1) ; Jyrki Välivaara - Janne Niskala ; Pasi Puistola (+1) - Ossi Väänänen (+1, 4') ; Topi Jaakola - Lasse Kukkonen (A).

Attaquants : Tuomo Ruutu (A) - Mikko Koivu (C) - Mika Pyörälä (2') ; Leo Komarov - Niko Kapanen - Juhamatti Aaltonen (2') ; Janne Pesonen (+1) - Jarkko Immonen (+1) - Mikael Granlund (+1, 2') ; Antti Pihlström (+1) - Petteri Nokelainen (+1) - Jani Lajunen (+1).

Remplaçant : Teemu Lassila (G). Absents : Niko Hovinen (G), Janne Lahti (surnuméraire), Jesse Joensuu (surnuméraire).

Russie (2' pour surnombre)

Gardien : Konstantin Barulin.

Défenseurs : Fedor Tyutin (-1) - Vitali Atyushov (-1) ; Dmitri Kalinin (-1) - Dmitri Kulikov (-1) ; Aleksei Emelin - Ilya Nikulin (2') ; Konstantin Korneev - Denis Grebeshkov.

Attaquants : Ilya Kovalchuk (A, 2') - Evgeni Zinoviev - Aleksandr Radulov (A) ; Aleksandr Ovechkin (-1, 4') - Konstantin Gorovikov - Maksim Afinogenov ; Danis Zaripov - Aleksei Tereshchenko (-1) - Aleksei Morozov (C, -1) ; Nikolaï Kulemin (-1) - Aleksei Kaïgorodov (-1) - Evgeni Artyukhin (-1, 2').

Remplaçant : Vassili Koshechkin (G). Absents : Evgeni Nabokov (G, aine), Nikolaï Belov (œil), Vladimir Tarasenko (surnuméraire).

2011-05-13-Finlande-Russie-700-2360