Le petit bonhomme de chemin d'une hockeyeuse internationale

Claudia_Tison_1Il est vrai que le hockey féminin est encore moins médiatisé que le sport en lui-même. Néanmoins, il ne faut pas oublier que nombre de demoiselles effectuent leur carrière dans l'ombre de leurs homologues masculins.

Et c'est au détour des coursives du Coliséum qu'on me souffle l'idée de prendre contact avec une joueuse ayant fait ses débuts dans le club amiénois. Belle aubaine, pourquoi ne pas la mettre sous les feux de la rampe justement ?

Ainsi, depuis Neuilly-sur-Marne où elle évolue désormais, Claudia Tison revient sur le commencement de son aventure hockey sur glace, et n'oubliera pas, dans une prochaine chronique, de nous livrer ses impressions sur les Mondiaux féminins de 2011.

Bonne lecture...

Les débuts amiénois …Claudia_Tison_Gothiques

"J'ai commencé le hockey à l'âge de 13 ans dans la section benjamin du Hockey Club Amiens Somme. J'ai passé trois mois à l'école de hockey du Coliséum d'Amiens puis je suis rentrée en club juste après.

Ayant fait du patinage artistique pendant deux ans et demi, j'avais déjà des sensations sur la glace. Mais, blessée à la cheville, je n'ai pas pu passer les préliminaires pour monter de niveau, et, ceci ajouté à une ambiance trop compétitive, j'ai préféré arrêter.

Cependant j'aimais la glace et ces sensations. Mon petit frère jouait au hockey sur glace et c’est alors que je me suis demandée pourquoi je ne m’y essaierais pas. Ce fut une magnifique réussite puisque le sport m’a tout de suite plu.

J'ai donc fait deux ans en Benjamin B où j'ai été très bien intégrée par l'équipe des garçons ainsi que par les entraîneurs, puis je suis passée en Minime, où j'ai eu le bonheur de découvrir le contact. C'est durant ma deuxième année en Minime que j'ai le plus progressé car les entraîneurs me laissaient pas mal de temps de glace. Par la suite, j'ai été sous-classée pour effectuer une dernière année U15 qui a sans doute été ma meilleure année, avec un changement de poste d'attaquante à défenseur et une vraie révélation.

Cette année fut vraiment fantastique : l’ambiance était bonne avec les garçons et la solidarité était au rendez-vous au sein de l’équipe, ajoutée au plaisir de jouer. Les entraîneurs, Olivier Duclos et Guillaume Menessier, m'ont encore donnée beaucoup de glace et j'ai pu, au fur et à mesure, prendre confiance en moi. Si j'en suis arrivée là, c'est en partie grâce à eux, et je les remercie encore.

Pour conclure cette troisième année minime, que demander de plus que d'être Champions de France, ce qui fut conclu en avril. En somme, des émotions, une équipe et une année inoubliable ! Sans compter que j'obtenais mon bac trois mois après !

Ensuite,  je suis passée en cadet, où j'ai eu une année énormément mitigée, faites de hauts, de bas, et de blessures…  Cette année fut difficile au niveau du hockey mais également des études. Je doutais quant à la suite, puis j'ai dû faire un choix en mai et j'ai décidé de partir...

Claudia_Tison_2Cette décision fut compliquée à prendre. J'avais besoin de renouveau et j'ai donc appelé la sélectionneuse et entraîneur de l'équipe de France, qui s'occupe également du pôle France pour y postuler à Chambéry.

J'ai été retenue, mais malgré la joie, je ressentais une certaine gêne de devoir quitter à la fois famille et amis. Ce fut difficile de laisser la plupart de mes amis qui étaient tous dans le monde du hockey amiénois, notamment mon meilleur ami, Rémy Fournier, hockeyeur en junior, et mon très proche ami, Rémi Beauvillain, avec qui j'ai toujours eu une très bonne complicité dès qu'il est arrivé en minime.

Ce dernier m’avait d’ailleurs annoncé qu’il partait au Canada, un projet dont on avait déjà parlé durant l'année, et j’étais heureuse d'apprendre que son rêve allait se réaliser. De plus, aujourd'hui, nous sommes toujours en contact et nous partageons nos expériences d'être chacun parti la même année, loin de nos parents et amis, pour quelque chose de nouveau. C'est assez drôle de comparer ce que l'on vit tous les deux, même si c'est différent."

Féminines : d'Amiens à Neuilly-sur-Marne

Claudia_Tison_Neuilly"J'ai commencé en féminines vers 15-16 ans avec Amiens. Tout se passait très bien jusqu'à ce que l'équipe éclate… L'entraîneur de Neuilly-sur-Marne m'avait déjà proposé à plusieurs reprises de venir dans leur équipe féminine alors j'ai appelé Ibrahim Soubra, président de Neuilly-sur-Marne, afin de lui demander s’il était toujours intéressé.

Suite à sa réponse positive, j'ai donc pris la décision de prendre une licence bleue à Neuilly-sur-Marne pour jouer en féminine. Le niveau était plus élevé puisque l’équipe jouait parmi l’élite.

Cela fait maintenant deux ans que je joue avec Neuilly-sur-Marne et nous visions le titre de championnes. C'était un gros challenge, mais nous pouvions réussir car nous avions une super équipe ! Nous espérions que cette année soit la bonne pour enfin avoir ce titre qui nous tenait très à cœur mais, malheureusement, il nous a encore échappé."

L'Équipe de France

"J'ai été repérée à Rennes, il y a 4 ans à peu près, puis j'ai accompli des stages fédéraux qui m'ont conduit à pouvoir partager des stages avec l'Équipe de France Junior, et, depuis un an, en Équipe de France sénior... Porter le maillot bleu est une expérience unique ! Ça fait toujours chaud au cœur d'entendre la Marseillaise et de représenter mon pays !"

Claudia Tison / Émilie Énault