La NHL revient à Winnipeg : True North a acheté les Thrashers d'Atlanta

La rumeur courait depuis plusieurs semaines sur une possible vente des Thrashers d’Atlanta à une entreprise canadienne, True North, cherchant à relocaliser une franchise NHL à Winnipeg. Elle avait démarré alors que la menace d’une relocalisation des Coyotes de Phoenix avait été dissipée par le vote d’une enveloppe de 25 millions de dollars pour couvrir les pertes annuelles de la franchise par la ville de Glendale. La possibilité d’un départ de franchise s’est alors reportée vers Atlanta, car il était de notoriété publique que les propriétaires de l’équipe, Atlanta Spirit, cherchaient à la vendre depuis plusieurs années. Toutefois, aucun acheteur local sérieux ne semblait se présenter.

La négociation a duré jusqu’à très tôt ce matin mais finalement un accord a été trouvé et une conférence de presse s’est tenue à midi (18 heures chez nous) pour annoncer que True North avait acheté les Thrashers. La décision doit encore être entérinée par le "Board of Governors" de la NHL le 21 juin mais, pour les inciter à accepter le deal, les nouveaux propriétaires ont lancé une campagne de vente de tickets de saison avec pour objectif d’en vendre 13 000.

Si les Jets de Winnipeg sont partis en 1996 à Phoenix pour cause de difficultés financières et de fréquentation faible, la situation a changé depuis. True North, financée principalement par le milliardaire David Thomson, a construit une nouvelle enceinte de 15000 places en 2004 où jouent le Manitoba Moose, l’équipe réserve des Vancouver Canucks en AHL (également propriété de True North). Même si l’enceinte serait la plus petite de la ligue d’au moins 2000 places et si Winnipeg redeviendrait (et de loin) le plus petit marché de NHL, l’introduction du salary cap freinant l’inflation des salaires et la capacité financière de True North ont mis la capitale du Manitoba tout en haut des destinations possibles pour un déménagement.

Comme Winnipeg se situe dans l’Ouest du Canada et qu’Atlanta évoluait dans la division Sud-Est, un repositionnement des équipes est à prévoir, même s’il n’aura pas lieu pour la prochaine saison car les calendriers sont déjà faits. Winnipeg jouera donc la prochaine saison dans la même division que Washington et Tampa Bay, ce qui promet beaucoup de trajet aux joueurs du Manitoba pour affronter leurs nouveaux rivaux. L’internet regorge évidemment de nombreuses hypothèses sur ce repositionnement : on peut par exemple penser que Winnipeg sera dans la division Nord-Ouest, envoyant le Colorado dans la division Pacifique et Dallas dans la division Centrale. Dans cette hypothèse, ce serait une des équipes de la division Centrale qui changerait de conférence soit une équipe qui se situe dans le fuseau horaire de l’Est : Nashville, Detroit ou Columbus. Etant donné que Columbus a déjà fait part à la ligue de son envie de changer de conférence, on peut penser que les Blue Jackets tiennent la corde.

La question qui brûlait les lèvres des journalistes concernait le nom de la future équipe. Le nom de Jets a toujours été très lié à la ville de Winnipeg avec notamment « Bring back the Jets » comme cri de ralliement, ce qui en fait un nom logique pour la nouvelle équipe. Pour autant, la situation est plus complexe. Si les Coyotes étaient revenus dans le Manitoba, cela aurait été concevable, mais ce n’est pas le cas. Ainsi, les records des anciens Jets sont conservés dans ceux des Coyotes car il s’agit de la même franchise. Ainsi, le maillot de Dale Hawerchuk, qui évoluait avec les Jets dans les années 80, a été retiré par Phoenix et flotte dans la Jobing.com Arena de Glendale. De plus, savoir qui est propriétaire de la marque « Winnipeg Jets » pose question : appartient-elle à la ligue ou aux Coyotes ? Enfin, True North a investi de l’argent sur la marque et le merchandising « Manitoba Moose » et ne tient peut-être pas à jeter cette marque aussi vite. Interrogé par les journalistes lors de la conférence de presse, le président de True North, Mark Chipman, a indiqué que le nom de l’équipe n’était pas encore défini.

Evidemment, si les fans de Winnipeg sont heureux, ce n’est pas le cas de ceux d’Atlanta, qui voient une franchise NHL quitter à nouveau la ville. Ainsi, les Flames d’Atlanta avaient déjà été relocalisés à Calgary en 1979. L’expansion de 1999 avait permis à la ville de retrouver une franchise de NHL, mais la fréquentation n’a jamais été suffisante malgré la taille conséquente du marché, principalement à cause d’un manque de résultats. En effet, les Thrashers n’ont atteint les playoffs qu’une fois en 11 ans d’existence, ce qui laisse aux fans un goût d’inachevé. D’autant plus que la ligue n’a pas vraiment déployé les mêmes efforts pour conserver les Thrashers que ceux qu’ils ont mis en œuvre pour les Coyotes. La ligue a sans doute été échaudée par les difficultés causées par son achat de la franchise de Phoenix (qu’elle n’a d’ailleurs toujours pas revendue). De plus, là où la ville de Glendale a accepté de couvrir les pertes des Coyotes, la ville d’Atlanta a rapidement indiqué qu’elle ne ferait pas de même, accélérant le processus de la vente.