Vancouver Canucks - Boston Bruins (NHL, finale coupe Stanley, match 1)

Le premier match de cette finale a tenu toutes ses promesses, moins en terme de jeu qu’en terme d’engagement. Alors que l’on restait sur un match 7 Boston – Tampa sans la moindre pénalité, les deux équipes n’ont pas mis longtemps à en venir à l’explication physique. Ainsi, à la fin de la première période, il semble qu’Alexandre Burrows ait mordu le doigt de Patrice Bergeron lors d’une de ces mêlées. Si l’incident a donné le ton du match, il aurait pu être préjudiciable pour Burrows. Finalement, après avoir été entendu par la ligue, Burrows n'a reçu aucune suspension.

Sans surprise, lorsque deux des trois nominés au trophée de meilleur gardien de l’année s’affrontent, cela donne un match très serré au niveau du score. Si Vancouver a fini par remporter le match 1-0 sur le fil, Tim Thomas et Roberto Luongo se sont mis en valeur avec une trentaine d’arrêts pour les deux joueurs, ce qui promet pour le suite. Si Thomas devrait logiquement remporter cette année le trophée Vezina du meilleur gardien en saison régulière, Luongo peut définitivement effacer sa réputation de loser dans les playoffs en remportant ce duel.

Au niveau tactique, l’entraîneur des Bruins, Claude Julien, a choisi de séparer sa première paire défensive Zdeno Chara – Dennis Seidenberg pour tenter de contrer les deux premières lignes de Vancouver. Ainsi, Chara a été aligné avec Johnny Boychuk pour contrer principalement les jumeaux Sedin tandis que Seidenberg jouait avec Andrew Ference. La première ligne offensive de Boston, Lucic – Krejci – Horton, a été confronté à au trio de Ryan Kesler. Enfin, au niveau des troisièmes lignes, l’avantage a été pour celle des Canucks, dangereuse toute la soirée et créditée du seul but du match.

C’est une bonne surprise pour Alain Vigneault, le coach de Vancouver, car l’absence de Manny Malhotra lors de ces playoffs à cause d’une grave blessure à l’œil aurait pu être préjudiciable à la troisième ligne. Maxim Lapierre, arrivé opportunément à la deadline, n’a pas le même rendement défensif que Malhotra, ce qui oblige Kesler à travailler plus dans ce domaine, mais il compense avec son énergie et une capacité d’agitation importante. De plus, en tant qu’ancien joueur de Montréal, il est sans doute le joueur de Vancouver qui connaît (et déteste) le plus Boston. À ses côtés, Jannik Hansen a fait valoir sa vitesse pour être l’un des meilleurs Canucks du match et il signe une assistance sur le but de Raffi Torres. Ce dernier a également connu une bonne soirée, loin du début des playoffs où il avait été largement critiqué pour son manque de discipline qui avait entraîné plusieurs pénalités.

Malgré la défaite, le match des Bruins a été plutôt convainquant. Outre Thomas, Zdeno Chara a été essentiel pour son équipe, jouant quasiment la moitié du match (28 minutes) dans toutes les situations, en supériorité autant qu’en infériorité numérique. Toutefois, le choix de Claude Julien de le positionner devant le but lors des supériorités n’a pas été couronné de succès. Si Chara gêne bien le gardien et est difficile à déloger par les défenseurs, c’est aussi lui qui a un des tirs les plus puissants de la ligue. À l’arrivée de Tomas Kaberle à la deadline, les fans s’attendaient à ce que Chara et lui soient associés à la ligne bleue dans les 5 contre 4, Kaberle étant reconnu pour sa qualité de passeur.

C’est peut-être une des raisons pour lesquelles le powerplay de Boston est aussi poussif depuis le début des playoffs, avec une fiche de 5 buts en 61 tentatives. Les Bruins n’ont pas amélioré leurs statistiques avec un 0 sur 6 hier mais, plus surprenant, les Canucks n’ont pas non plus réussi à faire la différence avec également une fiche de 0 sur 6, alors qu’ils sont généralement efficace dans cet exercice. Ils sont tombés sur une équipe spéciale des Bruins qui a parfaitement réussi à gêner les frères Sedin, malgré quasiment 10 minutes en infériorité numérique. La moisson de pénalités n’aura donc profité à personne.

Si les fans des Canucks pouvaient craindre que leurs joueurs soient un peu à court de rythme après une semaine sans jouer, le message de l’équipe est rapide : Vancouver met rapidement la pression sur Thomas avec plusieurs tirs et notamment une tentative de Mason Raymond depuis le cercle gauche, repoussée par la jambière du portier de Boston (1’07). Cette domination est remise en question par une pénalité pour Daniel Sedin, qui part dans la prison pour une crosse haute sur Chara. Les Bruins ne profitent pas de cette supériorité de 4 minutes, à part sur un tir de Milan Lucic depuis le cercle gauche, repoussé par Luongo. Dans la continuité de l’action, Jannik Hanses récupère le palet et part en contre-attaque après avoir dribblé Andrew Ference dans la zone neutre. Daniel Sedin sort alors du banc des pénalités et rejoint l’attaque. Hansen centre dans sa direction mais le tir du Suédois est contré par Thomas et son bouclier (7’50).

En début de deuxième période, les Bruins se retrouvent à 5 contre 3 à cause du jeu dur d'Alexandre Burrows, suivi en prison par Kevin Bieksa avec une crosse haute. Le trio Krejci – Lucic – Recchi travaille autour de la cage de Luongo mais le portier résiste, aidé par Sami Salo, Dan Hamhuis et Ryan Kesler.

Hamhuis est encore à la manœuvre mais se blesse en stoppant Lucic à la bande avec une charge à la hanche, pliant sous le poids du power forward de Boston. Il ne reviendra pas au jeu et semble incertain pour le match 2. À cinq défenseurs, c’est Christian Ehrhoff qui a été le plus utilisé avec 26 minutes. Vers la fin de la période, Raymond intercepte un palet près du but de Thomas et tente de se rapprocher. Alors qu’il le perd à cause du retour de Chris Kelly, Kesler le reprend et tente de surprendre Thomas en passant derrière le but, mais le gardien américain réagit rapidement pour bloquer le poteau (35’02).

La troisième période n’est plus émaillée par les pénalités, mais elles sont remplacées par des dégagements interdits en série. Elle démarre pourtant par une action intéressante : Henrik Sedin entre en zone et adresse une transversale le long de la ligne pour son frère qui rejoint l’attaque, alors que Burrows se dirige vers le but. Daniel Sedin récupère le palet et tire en direction de Burrows, qui dévie le palet mais ne surprend pas Thomas (40’40). C’est ensuite la troisième ligne de Vancouver qui se procure une occasion : Torres poursuit Adam McQuaid pour un palet envoyé dans le fond et il neutralise le défenseur des Bruins. Il gratte alors le palet et parvient à se retourner pour centrer vers Lapierre, dans le slot, mais Thomas intercepte son tir avec la mitaine (42’18).

Boston réagit avec un rush de Michael Ryder qui tente de dépasser Bieksa. Le palet, contré par la crosse du défenseur, s’élève de la glace et Ryder tente de le reprendre mais Luongo est le plus rapide et il l’attrape de la mitaine (44’04). L’arrêt du match vient quasiment dans la foulée : dans la zone neutre, Ehrhoff adresse une passe limpide pour Hansen qui part seul au but. Le Danois tente de glisser le palet entre les jambières du gardien mais Thomas glisse acrobatiquement pour le contrer et parvient à stopper la rondelle de la mitaine à quelques centimètres de la ligne (45’01). Vancouver maintient la pression : Brad Marchand tente de lancer une contre-attaque mais Ehrhoff lui prend le palet à la ligne bleue des Bruins pour l’envoyer à Burrows, à la bande droite. Le Québécois centre pour trouver Henrik Sedin mais c’est finalement Daniel qui réceptionne et tire. Henrik tente de profiter du rebond mais son contre de la crosse passe loin du cadre (50’35).

Retour de la troisième ligne devant Thomas : Hansen s’infiltre, accompagné par Lapierre, et il fait une passe vers le Québécois, mais sa déviation est stoppée par le portier des Bruins (51’34). On semble alors se diriger vers les prolongations mais les locaux ne l’entendent pas de cette oreille : sur un palet qui traîne en zone neutre et qui est récupéré par Boychuk, Kesler le prend de vitesse, tout en parvenant à éviter le hors-jeu, puis renverse le jeu vers Hansen. Le Danois feinte le tir, ce qui trompe Thomas, avancé hors de son enclave, puis passe vers Torres, placé dans le slot. Le physique ailier n’a plus qu’à dévier le palet hors de portée de Thomas (1-0, 59’41). Ce but suffit pour donner la victoire aux Canucks. Le deuxième match aura lieu samedi prochain sur cette même glace.


Vancouver Canucks – Boston Bruins : 1-0
Vancouver mène la série un match à zéro

Tirs cadrés : Vancouver 34 (12, 8, 14) ; Boston (17, 9, 10)

Evolution du score
1-0 à 59’41 : Torres assisté de Hansen et Kesler


Vancouver Canucks

Gardien : Roberto Luongo

Défenseurs : Dan Hamhuis – Kevin Bieksa ; Alexander Edler – Sami Salo ; Christian Ehrhoff – Aaron Rome

Attaquants : Daniel Sedin (A) – Henrik Sedin (C) – Alexandre Burrows ; Christopher Higgins – Ryan Kesler (A) – Mason Raymond ; Raffi Torres – Maxim Lapierre – Jannik Hansen ; Jeff Tambellini – Alexandre Bolduc – Viktor Oreskovich

Remplaçant : Cory Schneider (G)
En réserve : Keith Ballard, Cody Hodgson, Chris Tanev, Tanner Glass et Andrew Alberts
Blessés : Mikael Samuelsson et Manny Malhotra (œil).

Boston Bruins

Gardien : Tim Thomas

Défenseurs : Zdeno Chara (C) – Johnny Boychuk ; Tomas Kaberle – Adam McQuaid ; Andrew Ference –Dennis Seidenberg

Attaquants : Milan Lucic – David Krejci – Nathan Horton ; Brad Marchand – Patrice Bergeron (A) – Mark Recchi (A) ; Michael Ryder – Chris Kelly – Tyler Seguin ; Daniel Paille – Gregory Campbell – Rich Peverley

Remplaçant : Tuukka Rask (G)
En réserve : Shawn Thornton, Jordan Caron, Steve Kampfer, Shane Hnidy, Matt Hunwick et Trent Whitfield
Blessé : Marc Savard (commotion cérébrale)

3 étoiles du match : Roberto Luongo (Vancouver), Tim Thomas (Boston) et Raffi Torres (Vancouver).