Vancouver Canucks - Boston Bruins (NHL, finale coupe Stanley, match 5)

Lors de la précédente finale de coupe Stanley entre Chicago et Philadelphie, l’opposition dans les buts entre Antti Niemi et Michael Leighton avait fait dire à certains observateurs que l’époque des gardiens superstars était révolue. Ces analystes visaient notamment Roberto Luongo, l’un des gardiens les mieux payés de la ligue et alors fraîchement éliminé par Chicago dans une série où il n’avait pas été à son avantage, mais également Tim Thomas, qui avait été supplanté par Tuukka Rask et que Boston cherchait à transférer. Revirement total cette année puisque ces deux gardiens sont au premier plan de cette finale.

La série vire d’ailleurs presque au mano à mano puisque ce cinquième match a terminé sur un blanchissage pour la troisième fois de la confrontation. Si certains enterraient déjà Luongo et les Canucks après le voyage difficile dans le Massachusetts, c’est bien le gardien de Vancouver qui signe son deuxième blanchissage de la série finale. Il s’agissait sans doute de l’un des matchs les plus cruciaux de la carrière de Luongo. Souvent l’objet de critiques depuis son transfert de Floride, même le fait de remporter la médaille d’or aux Jeux Olympiques devant son public n’avait pas donné au portier de Vancouver l’assurance du soutien indéfectible des fans. Il semble alors que seul le fait de ramener la coupe Stanley puisse effacer la réputation de loser que Luongo a parmi certains d’entre eux.

Ce match 5 est donc à marquer d’une pierre blanche dans sa carrière car il a réussi à rebondir des deux larges défaites à Boston pour signer une victoire probante et 31 arrêts. Signe de sa confiance retrouvée, Luongo a ajouté sa contribution au climat de provocation de la série en déclarant en conférence de presse qu’il aurait arrêté facilement le seul but du match encaissé par son confrère Thomas sur un tir de Maxim Lapierre. Nul doute que cela va faire des remous dans la presse de Boston, mais il est vrai que Thomas a été puni avec ce but de son style de jeu agressif, souvent hors de son enclave, et que Luongo, au placement plus traditionnel, aurait sans doute été sur la trajectoire du palet. Toutefois, au crédit de Thomas, il apparaît désormais qu’il sera sans doute élu MVP des playoffs au vu de sa prestation même si son équipe venait à perdre la série. En effet, il a été élu parmi les étoiles du match à chaque rencontre de cette finale, jusqu’à présent.

Si Luongo est le héros de la soirée, il a d’abord commencé par être chanceux : Chris Kelly contre-attaque rapidement et profite de l’appel de Brad Marchand pour fixer Sami Salo mais son tir du poignet ne trouve que la barre (3’58). Réplique locale avec un slap de Henrik Sedin en entrée de zone. Jannik Hansen en prend le rebond du revers après avoir pris de vitesse Zdeno Chara mais Thomas détourne avec un plongeon (9’03).

Luongo se met vraiment en avant sur une situation d’attaque de Boston : Dennis Seidenberg tire de la bleue avec une déviation de Patrice Bergeron devant le but mais le portier est bien placé. S’il concède un rebond, son arrêt réflexe du bouclier sur le tir à bout portant du même Bergeron permet d’écarter le danger (14’58).

En deuxième période, les locaux se montrent les premiers dangereux, même s’ils ne parviennent toujours pas à battre Thomas : sur un mauvais dégagement de la défensive des Bruins, Salo reprend le palet à la bleue et l’envoie dans la mêlée de joueurs devant le but. Victor Oreskovich prend le meilleur sur les défenseurs mais son tir bute sur le portier (23’22). Un retenir de Adam McQuaid offre un powerplay aux locaux mais seul un tir de la bleue de Christian Ehrhoff oblige Thomas à un arrêt (28’13). Puis, à la fin du 5 contre 4, Mason Raymond trouve dans le cercle droit un angle de tir face à Chara, mais Thomas le repousse et Alexandre Burrows et Chris Higgins ne parviennent pas à reprendre le rebond (29’38).

Les visiteurs se procurent néanmoins une bonne occasion quand Mark Recchi trouve depuis le cercle gauche Brad Marchand démarqué dans le slot, mais l’ailier des Bruins ne parvient pas à cadrer sa reprise (32’07). Les petits nouveaux de Vancouver sont ensuite proches de faire la décision : Lapierre prend l’avantage sur Seidenberg sur un palet dans le fond et le passe à Tanner Glass, qui a remplacé Jeff Tambellini depuis le quatrième match, près du but. Ce dernier choisit de renvoyer le palet à Chris Tanev, qui a remplacé pour ce match Keith Ballard, à l’entrée du cercle droit. Intelligemment, Tanev voit que Thomas s’est avancé devant son enclave et il renverse le jeu sur Glass, mais celui-ci manque sa reprise alors que le but était vide et doit s’y reprendre pour faire un revers finalement arrêté par Thomas (32’41).

Glass manque donc sa chance d’être le héros du match 5 mais les locaux ne se découragent pas à l’entrée dans la troisième période : première alerte sur un mauvais dégagement de Chara, repris par Ryan Kesler qui effectue un rush jusqu’au slot. Il fixe Seidenberg et Chara puis décale pour Chris Higgins dans le cercle gauche mais le tir de ce dernier est repoussé par Thomas (43’14). Le danger se rapproche sur une contre-attaque menée par Lapierre. Il laisse le palet derrière lui à Raffi Torres pour un une-deux mais la reprise de Lapierre est détournée par un bon déplacement de Thomas (44’27).

Dans la continuité de l’action, le palet est sur la ligne bleue dans la crosse de Kevin Bieksa. Alors que Thomas s’est avancé en prévision du tir, Bieksa tire largement à côté du cadre et le rebond arrive dans la crosse de Lapierre, à côté du but, qui n’a plus qu’a lancer du poignet dans le but vide (1-0, 44’35). Le public de la Rogers Arena exulte, tout comme la foule devant les écrans géants dans la rue. Les visiteurs réagissent avec une reprise de Shawn Thornton dans le cercle droit sur un service de Daniel Paillé mais Luongo est vigilant (47’44).

Rich Peverley se faufile dans la zone de Vancouver avant de passer à Tomas Kaberle sur la bleue, mais Luongo repousse la tentative du défenseur tchèque (54’29). Kaberle monte aux avant-postes et rend la pareille avec un centre pour Peverley face à l’enclave de Luongo, mais la déviation du centre ne surprend pas le portier (56’24). Le danger revient avec des tirs de la bleue de Johnny Boychuk (57’20) et Andrew Ference (57’31) mais Luongo est solide pour obtenir le blanchissage. La série revient à Boston pour le match 6 qui aura lieu lundi. La coupe Stanley fera également le déplacement et sera présentée aux Canucks s’ils gagnent.

 

Vancouver Canucks – Boston Bruins : 1-0
Vancouver mène la série 3 matchs à 2

Tirs cadrés : Vancouver 25 (6, 12, 7) ; Boston 31 (12, 9, 10)

Evolution du score
1-0 à 44’35 : Lapierre assisté de Bieksa et Torres


Vancouver Canucks

Gardien : Roberto Luongo

Défenseurs : Alexander Edler – Kevin Bieksa ; Christian Ehrhoff – Sami Salo ; Andrew Alberts – Christopher Tanev

Attaquants : Daniel Sedin (A) – Henrik Sedin (C) – Alexandre Burrows ; Christopher Higgins – Ryan Kesler (A) – Mason Raymond ; Raffi Torres – Maxim Lapierre – Jannik Hansen ; Tanner Glass – Manny Malhotra – Viktor Oreskovich

Remplaçant : Cory Schneider (G)
En réserve : Alexandre Bolduc, Keith Ballard, Cody Hodgson et Jeff Tambellini
Blessés : Mikael Samuelsson et Dan Hamhuis
Suspendu : Aaron Rome

Boston Bruins

Gardien : Tim Thomas

Défenseurs : Zdeno Chara (C) – Dennis Seidenberg ; Tomas Kaberle – Adam McQuaid ; Andrew Ference –Johnny Boychuk

Attaquants : Milan Lucic – David Krejci – Rich Peverley ; Brad Marchand – Patrice Bergeron (A) – Mark Recchi (A) ; Michael Ryder – Chris Kelly – Tyler Seguin ; Daniel Paille – Gregory Campbell – Shawn Thornton

Remplaçant : Tuukka Rask (G)
En réserve : Jordan Caron, Steve Kampfer, Shane Hnidy, Matt Hunwick et Trent Whitfield
Blessés : Marc Savard (commotion cérébrale) et Nathan Horton (commotion cérébrale)


3 étoiles du match : Roberto Luongo (Vancouver), Tim Thomas (Boston) et Maxim Lapierre (Vancouver)