Récapitulatif de la draft 2011

Si les transferts de Philadelphie ont donné le ton de cette draft, il n’y a pas vraiment eu de gros transfert pendant la cérémonie. Le seul transfert d’importance a envoyé les ailiers droits de San José Devin Setoguchi et Charlie Coyle (drafté au premier tour l’an passé) contre le défenseur du Minnesota Brent Burns. Setoguchi a du être surpris car il venait de resigner pour trois ans la semaine passée avec San José. Il devrait avoir du mal à avoir un impact offensif dans une équipe défensive comme le Wild et sans Joe Thornton à ses côtés mais il semble que le Minnesota était principalement intéressé par Coyle, auteur d’une bonne saison avec l’université de Boston. Par ailleurs, le Colorado a envoyé John-Michael Liles à Toronto avant même le début de la draft contre un choix de deuxième tour l’an prochain. Puis ce sont les Blackhawks de Chicago qui ont envoyé le physique ailier Troy Brouwer à Washington contre le choix de premier tour des Capitals.

Par un échange de bons procédés, ces mêmes Blackhawks ont envoyé Brian Campbell et son contrat de 7,1 millions par an en Floride contre Rostislav Olesz, lui-même considéré comme surpayé. Le salaire pharaonique de Campbell semblait empêcher son transfert mais le relèvement important du salary cap cette année oblige certaines équipes qui dépensent peu à trouver des gros contrats pour atteindre la masse salariale minimum. Toujours dans la gestion de la masse salariale, Los Angeles a envoyé Ryan Smyth à Edmonton. L’affaire est intéressante des deux côtés : les Oilers récupèrent un vétéran qui a joué de nombreuses saisons dans la franchise et souhaitait revenir alors que les Kings dégagent de l’espace dans la masse salariale.

Enfin, lors du second jour, Columbus a envoyé son prospect Nikita Filatov à Ottawa contre un choix de troisième tour. Le manager de Columbus, Scott Howson, a donc vécu une draft difficile car il a ainsi dû se séparer du premier choix de draft qu’il avait fait en tant que manager de l’équipe, en 2008, et sur lequel il comptait beaucoup ; il a reconnu avoir mal géré la situation avec l’ailier russe. En outre, il a déclaré à la presse qu’il n’avait toujours pas réussi à joindre son nouveau centre, Jeff Carter, visiblement mécontent de son transfert de Philadelphie.

Présentation de l'édition 2011

Mais revenons à la draft. Pour éviter une course à la dernière place comme en 1984 lorsque Pittsburgh avait coulé sa saison pour obtenir Mario Lemieux, la NHL a instauré une loterie. Chaque équipe se voit attribuer un certain nombre de combinaisons selon son classement. Le dernier possède ainsi 25% de chances de rester à sa position de 1er choix, par exemple. L'édition 2011 n'a toutefois pas vraiment suivi les statistiques. C'est ainsi New Jersey, malgré 3,4 % de chances, qui a gagné le gros lot, et le droit de remonter de 4 places dans la draft. Les Devils et leur saison en deux temps (calamiteuse en première moitié, redoutable en seconde) récupèraient donc le 4e choix global, le plus haut de la franchise depuis Scott Niedermayer, 3e en 1991. Un sentiment de récompense pour s'être battu jusqu'au bout, au lieu de jeter l'éponge à Noël.

Comme l'an passé, c'est Edmonton qui pioche en premier. Un an après Taylor Hall, un autre talent majeur va contribuer à redonner du lustre aux Oilers. Ils seront suivis de Colorado et Florida, l'Avalanche piochant également 11e et les Oilers 19e. Ottawa, 6e, sélectionne aussi au 21e rang.

L'édition 2011 est considérée comme étant assez riche en talents. Les recruteurs estiment qu'il n'y a pas de gros écarts entre les joueurs jusqu'au 3e tour, ce qui devrait donc faire de cette sélection une bonne réussite globale. Malgré tout, on manque de talents exceptionnels : plutôt une draft de seconds couteaux et de joueurs de soutien, avec un très faible groupe de gardiens. Seul l'avenir le confirmera. Très peu de ces joueurs joueront en effet en NHL la saison prochaine. La cuvée restera majoritairement canadienne, comme souvent. On attend moins d'une dizaine d'Américains au 1er tour, 4 ou 5 Suédois, 1 Finlandais, un Suisse, un Danois et la grande inconnue : le nombre de Russes, de plus en plus "évités" par toute franchise autre que Washington, faute d'accord de transferts entre la NHL et la KHL.

Tout au long de l'année, les recruteurs et observateurs ont débattu : qui sera choisi en 1er ? Et aucune réponse satisfaisante n'est arrivée. Un groupe de cinq ou six joueurs s'est détaché, puis un top-9 avant une chute de talent. Ce n'est pas une année de star : pas de Crosby, pas d'Ovechkin, Stamkos, Tavares ni même de débat Tyler Hall-Tyler Seguin. Il y a simplement plusieurs talents intéressants et homogènes. En favori, le centre Ryan Nugent-Hopkins (Red-Deer, WHL), petit gabarit créatif et génial passeur. Il a convaincu les recruteurs tout au long de l'année, même s'il a manqué le mondial junior, parmi les derniers recalés du camp de sélection canadien. Son manque de physique actuel lui donne assez peu de chances d'avoir un impact rapide.

En concurrence, le défenseur géant Adam Larsson et son compatriote suédois Gabriel Landeskog. Larsson est déjà plus prêt à affronter les rigueurs de la NHL puisqu'il joue en élite suédoise (à Skelleftea) depuis deux ans. Défenseur offensif, comparé à Victor Hedman, il apparait comme une valeur sûre. C'est aussi le cas de l'ailier droit Landeskog, jugé le plus proche du monde professionnel. Ce caractère bien trempé joue "à la nord-américaine", physique et agressif. Il a réussi l'exploit de devenir le premier européen capitaine d'une équipe junior canadienne dans l'Ontario, les Kitchener Rangers. Un vrai meneur d'hommes, combatif mais au potentiel offensif peut-être plus limité. Il semble en tout cas témoigner de plus de maturité que ses condisciples, avec son anglais sans accent.


1. Ryan Nugent-Hopkins (Edmonton Oilers)
Poste : centre
Club junior 2010/2011 : Red Deer Rebels, Western Hockey League (WHL)
Classement du central scouting : 1er des patineurs nord-américains

Ryan Nugent-Hopkins est sans doute le joueur offensif le plus doué de cette draft. Sa vision de la glace a été comparée à celle de Wayne Gretzky (ce qui n’est évidemment pas rien à Edmonton) et lui a permis de finir en tête du classement des assistances de la WHL avec 75 passes décisives en 69 matchs face à des joueurs plus âgés que lui. Il n’est également pas maladroit devant le but puisqu’il a terminé avec 31 réalisations. Sa première saison avec Red Deer l’an passé avait également été probante car ses 65 points en 67 matchs (24 buts, 61 assistances) lui avaient permis d’être élu rookie de l’année. Son équipe a été rapidement éliminée en playoffs de WHL mais il termine avec 11 points en 9 matchs. De plus, il ne manque de travailler défensivement. Au niveau international, il a joué le tournoi du Mémorial Ivan Hlinka en 2010 avec l’équipe des moins de 18 ans du Canada. Il remporte le tournoi comme assistant capitaine en marquant le seul but de la finale face aux USA et il était le meilleur marqueur de son équipe. Invité à participer au camp de l’équipe du Canada pour le championnat du monde junior, il n’a pas été retenu, ce qui est extrêmement rare pour un premier choix de draft. Si Ryan Nugent-Hopkins a le potentiel pour devenir un centre de première ou deuxième ligne en NHL, il devra toutefois d’abord se renforcer physiquement. Certains observateurs ou fans voyaient plutôt les Oilers drafter Larsson du fait de la faiblesse de leur escouade défensive et du fait qu’ils ont déjà beaucoup de prospects offensifs. Pour autant, il leur manquait un centre de première ligne pour leur précédent premier choix de draft, Taylor Hall, et Edmonton pense le tenir avec Nugent-Hopkins. Hall était d’ailleurs présent sur la scène lors de la sélection de Nugent-Hopkins. Pour ce qui est des prospects défensifs, Edmonton a ensuite drafté les défenseurs Oscar Klefbom (19ème position) et David Musil (31ème position).


2. Gabriel Landeskog (Colorado Avalanche)
Poste : ailier gauche
Club junior 2010/2011 : Kitchener Rangers, Ontario Hockey League (OHL)
Classement central scouting : 2e du classement des patineurs nord-américains

Landeskog a démarré en Elitserien à 16 ans dans les rangs de Djurgardens IF, devenant le joueur le plus jeune de l’histoire du club à intégrer l’effectif pro. Il n’a toutefois joué que 3 matchs et il a passé la majorité de la saison 2008/09 avec l’équipe des moins de 20 ans. Il fait ensuite le choix de partir en Amérique du Nord à Kitchener dans la ligue junior de l’Ontario. Sa première saison le voit marquer 46 points en 61 matchs en saison régulière puis être un des meilleurs marqueurs de son équipe en playoffs avec 23 points en 20 matchs aux côtés d’un certain Jeff Skinner, perdant en finale contre les Spitfires de Windsor de Taylor Hall. En 2010/11, il est nommé capitaine de l’équipe, devenant le joueur le plus jeune dans cette fonction de l’histoire du club depuis 30 ans. Cette nomination n’est pas surprenante dans la mesure où il a fait preuve de leadership partout où il est passé, portant le C avec les équipes de Suède des moins de 16, moins de 17 puis moins de 18 ans. Cette saison, Landeskog a joué 53 matchs avec les Rangers pour un total de 66 points. Il a participé au championnat du monde avec la Suède mais il n’a joué qu’un match à cause d’une blessure qui lui a également fait manquer 15 matchs d’OHL. Il est considéré comme l’un des prospects offensifs les plus prêts pour la NHL même s’il lui manque sans doute de la force et de la vitesse pour avoir un impact dans la ligue nationale. Toutefois, il est suffisamment complet et discipliné pour être l’un des tops prospects de cette draft. Il rejoint la franchise où a joué son idole d’enfance et compatriote, Peter Forsberg.


3. Jonathan Huberdeau (Florida Panthers)
Poste : centre / ailier gauche
Club junior 2010/2011 : Saint John Sea Dogs, Ligue de Hockey Junior Majeur du Québec(LHJMQ)
Classement central scouting : 3e des patineurs nord-américains

L’équipe de Saint John, qui a remporté à la fois le championnat du Québec et la coupe Memorial récompensant la meilleure équipe junior des ligues junior canadiennes, offre cette année un large groupe de prospect avec pas moins de neuf joueurs sur la liste du central scouting. Parmi eux, Jonathan Huberdeau, élu MVP des deux compétions remportées par son équipe. On notera que ses deux camarades de lignes, Tomas Jurco (20e du classement du central scouting) et Zach Phillips (15e) ont également été draftés cette année, respectivement par Detroit et Minnesota. Huberdeau était considéré avant cette saison comme un prospect intéressant mais sa côte a explosé après une saison 2009/10 solide avec Saint-John comme rookie où il avait réussi à trouver sa place parmi un effectif pourtant déjà bien fourni (35 points en 61 matchs), il a terminé sa deuxième saison avec 105 points en 67 matchs, pour finir troisième marqueur de la ligue. Il a également été une force lors des phases post-saison régulière, en playoffs de la ligue du Québec (30 points en 19 matchs) puis lors de la coupe Memorial (6 points en 4 matchs). Comme le Colorado a drafté Landeskog, le manager général des Panthers, Dave Tallon, a logiquement choisi Huberdeau, ayant besoin de soutien offensif pour son équipe. Toutefois, il devrait logiquement retourner en junior l’an prochain, le temps de se renforcer au niveau physique.


4. Adam Larsson (New Jersey Devils)
Poste : défenseur
Club 2010/2011 : Skellefteå AIK, Elitserien (Suède)
Classement du central scouting : 1er des patineurs européens

Adam Larsson est un des rares défenseurs à avoir fait le grand saut dans l’Elitserien à 16 ans (seuls Calle Johansson et Victor Hedman l’ont fait auparavant). Il a donc une bonne expérience face à des joueurs plus âgés et professionnels. Larsson ne faisait d’ailleurs pas de la figuration pour sa première saison dans l’élite suédoise car il jouait environ 17 minutes par match et il a accumulé 17 points en 49 matchs. Son total de points a baissé cette année car il était dans un rôle plus défensif et qu’il a vu sa saison raccourcie par une blessure à l’aine. Il a eu un bon parcours en playoffs avec Skellefteå, ne s’inclinant qu’en finale face à Färjestad et son jeu a été remarqué. Nominé pour le titre de rookie de l’année en 2011, il a finalement été battu par Mattias Ekholm. Il a joué avec la Suède aux championnats du monde junior 2010 et 2011, terminant comme cette année comme meilleur marqueur chez les défenseurs avec 4 points. Outre un patinage plutôt bon pour un joueur costaud d’un 1m91, il a une bonne vision de la glace, un bon sens de la passe et un tir assez puissant. Le fait qu’il soit déjà professionnel permet de penser qu’il pourrait être aligné dès la saison prochaine. Le New Jersey n’avait plus drafté aussi haut depuis 1991 et un certain Scott Niedermayer. 20 ans après, Les Devils choisissent à nouveau un défenseur, moins doué pour le patinage que Niedermayer mais plus physique.


5. Ryan Strome (New York Islanders)
Poste : centre
Club junior 2010/2011 : Niagara Ice Dogs, Ontario Hockey League (OHL)
Classement central scouting : 8e du classement des patineurs nord-américains

Strome fait partie des trois joueurs avec Nugent-Hopkins et Huberdeau à avoir dépassé la barre des 100 points avec 106 points en 65 matchs, ce qui lui a permis de terminer troisième du classement des meilleurs marqueurs de la OHL. Il a remporté le titre du joueur ayant le plus progressé et celui du meilleur meneur de jeu (avec 73 assistances) de la conférence Est de la OHL. De fait, il a vu son total de points augmenter énormément depuis une saison 2009/10 à 27 points partagée entre Barrie et Niagara. Il s’est également fait connaître grâce à un but spectaculaire face à Plymouth en octobre dernier qui a dépassé les 300 000 visionnages sur You Tube. Cette progression lui a permis de passer dans les prévisions de la draft du deuxième tour au top 10. Si ses 73 assistances en 65 matchs témoignent de sa capacité à créer du jeu, il est toutefois assez frêle et son éthique de travail n’est parait-il pas son point fort. Néanmoins, les Islanders ne devraient pas le lancer trop rapidement dans le grand bain de la NHL pour éviter de brusquer son développement.


6. Mika Zibanejad (Ottawa Senators)
Poste : centre
Club 2010/2011 : Djurgården, Elitserien
Classement central scouting : 2e du classement des patineurs européens

Les fans d’Ottawa attendaient sans doute que Bryan Murray choisisse Sean Couturier ou Dougie Hamilton mais les Senators ont choisi comme souvent de se tourner vers la Suède. Après Daniel Alfredsson et Eric Karlsson, piliers du club canadien, Ottawa a drafté Mika Zibanejad. Il est physiquement assez proche de son compatriote Landeskog, ce qui explique sans doute qu’il ait été choisi. Il a un profil et un style de jeu de power forward, fort mais avec de bonnes mains et un tir puissant. Zibanejad a ainsi le potentiel pour devenir un centre de première ou deuxième ligne, ce qui manque aux Senators. Il a démarré sa carrière junior à l’AIK avant d’être transféré à Djurgården. Il se fait alors remarquer aux championnats du monde 2010 des moins de 17 ans avec 5 buts pour 9 points en 6 matchs pour récolter la médaille de bronze. En 2010/11, Zibanejad a démarré la saison parmi les juniors avec 21 points (12 buts) en 27 rencontres et il a été appelé dans l’équipe d’Elitserien en décembre. Il joue alors 26 matchs parmi les pros, marquant 5 buts pour 9 points. Ottawa a été très actif dans ce premier tour grâce aux nombreux choix récoltés lors du transfert de ses cadres et ils ont également choisi l’ailier droit Stefan Noesen (21ème position), un joueur plus défensif, et l’ailier gauche Matt Puempel (24ème position), un pur buteur qui aurait peut-être fait partie du top 10 sans une blessure à la hanche la saison passée.


7. Mark Scheifele (Winnipeg Jets)
Poste : centre
Club junior 2010/2011 : Barrie Colts, Ontario Hockey League (OHL)
Classement central scouting : 16e du classement des patineurs nord-américains

Ce choix était attendu à double titre : d’abord, c’était le premier pour Winnipeg depuis 1995 et pour le nouveau manager général de la franchise Kevin Cheveldayoff (dans une journée également marquée par la nomination officielle de Claude Noel comme entraîneur en chef) mais aussi parce que le nouveau nom de l’équipe serait dévoilé à ce moment. Le nom de Jets était déjà évoqué depuis l’après-midi dans la blogosphère mais il restait encore à le rendre officiel. Ottawa ayant choisi Zibanejad, les fans qui étaient venu en nombre dans le Minnesota pensaient que l’équipe allait choisir Sean Couturier et chantaient déjà « we want Sean ». À leur grande surprise, Cheveldayoff a prononcé le nom de Mark Scheifele. Ce centre devait normalement démarrer un cursus de quatre ans à l’université de Cornell en 2010/11 mais, suite à un transfert, il s’est retrouvé aux Colts de Barrie et il a choisi de jouer en OHL. Choix judicieux puisque Scheifele a terminé parmi les meilleurs rookies de la ligue, premier au niveau des assistances (53) et quatrième au niveau des points (75) dans une faible équipe des Colts. Sa cote est montée en flèche grâce à une fin de saison en trombe : il a ainsi inscrit 11 de ses 22 buts lors des 18 derniers matchs. Comme il n’a fêté ses 18 ans que le 15 mars, Scheifele a pu participer aux championnats du monde des moins de 18 ans en 2011, où il était en tête des attaquants canadiens avec 6 buts pour 8 points en 7 matchs. Fait amusant, l’entraîneur de Scheifele à Barrie n’est autre que Dale Hawerchuk, drafté en 1981 par la première franchise de Winnipeg et qui a passé la majeure partie de sa carrière avec les Jets avant de rejoindre le Hall of Fame.


8. Sean Couturier (Philadelphia Flyers, choix appartenant aux Blue Jackets de Columbus)
Poste : centre
Club junior 2010/2011 : Drummondville Voltigeurs, Quebec Major Junior Hockey League (QMJHL)
Classement central scouting : 6e du classement des patineurs nord-américains

Si certains fans des Flyers ont été plus que sceptiques devant les transferts retentissants de Paul Holmgren, le huitième choix que l’équipe a récupéré de l’envoi de Jeff Carter à Columbus offre un lot de consolation intéressant : Sean Couturier. Si Huberdeau a été le meilleur joueur de la ligue junior du Québec en playoffs, c’est Couturier qui a été élu MVP de la saison régulière après une deuxième saison d’affilée à 96 points et un différentiel de +55. Il a également été élu meilleur prospect de la ligue du Québec pour 2010/11. D’ailleurs, ses 96 points en 2009/10 lui avaient permis d’être le meilleur marqueur de la ligue, une première pour un joueur de 17 ans depuis un certain Sidney Crosby en 2004/05 et son différentiel de +62 avait impressionné car il affrontait principalement les meilleures lignes adverses. Il était alors considéré comme un choix de première position possible pour cette draft mais sa côte a souffert de l’émergence de Huberdeau et ses 96 points ne lui ont valu qu’une cinquième place chez les meilleurs marqueurs de la ligue. Du fait de son physique et de sa capacité à marquer, il est comparé à Jordan Staal. Couturier est de plus le seul joueur canadien de cette draft à avoir participé aux championnats du monde junior 2011. Il était évidemment le joueur le plus jeune de l’équipe et, si il n’a marqué que 2 buts pour 3 points en 7 matchs, c’est principalement parce qu’il était utilisé dans une ligne défensive et il a remporté une médaille d’argent.


9. Dougie Hamilton (Boston Bruins, choix appartenant auparavant aux Maple Leafs de Toronto)
Poste : défenseur
Club junior 2010/2011 : Niagara Ice Dogs, Ontario Hockey League (OHL)
Classement central scouting : 4e des patineurs nord-américains

Il est rare de retrouver un détenteur de la coupe Stanley aussi haut dans une draft mais c’est le second choix de premier tour envoyé par Toronto lors du transfert de Phil Kessel (après Tyler Seguin l’an dernier). Peter Chiarelli, le manager général de Boston, a sans doute du considérer l’échange de ce choix pour renforcer l’équipe sur le court terme, mais voyant qu’Hamilton n’avait toujours pas été choisi, l’occasion était intéressante pour les Bruins de se doter d’un jeune défenseur offensif. Hamilton a ainsi récolté 58 points (dont 12 buts) en 67 matchs avec les Ice Dogs du Niagara en OHL grâce à de bonnes passes et de bonnes décisions avec le palet, lui permettant de finir en quatrième position chez les marqueurs. Il a également un bon gabarit d’1m96 qui lui permettra de s’imposer physiquement après s’être renforcé musculairement. Toutefois, il utilise déjà sa grande portée avec la crosse et il est difficile à battre en un contre un. Hamilton a été un des joueurs-clés de son équipe dans son parcours dans les playoffs de l’OHL, obtenant plus d’un point par match en moyenne jusqu’à l’élimination des Ice Dogs au troisième tour. Beaucoup considéraient Hamilton comme un des meilleurs prospects de la draft, comme en témoigne son classement de quatrième des patineurs nord-américains par le central scouting.


10. Jonas Brodin (Minnesota Wild)
Poste : défenseur
Club 2010/2011 : Färjestads BK, Elitserien
Classement central scouting : 3e du classement des patineurs européens

Si le Minnesota a perdu un défenseur avec un potentiel de All-Star avec Brent Burns, le Wild est immédiatement allé chercher un nouveau prospect défensif avec Jonas Brodin. La production offensive de Brodin n’est pas impressionnante (4 points en 42 matchs) mais elle s’explique par le fait qu’il a évolué toute la saison avec Färjestad en Elitserien face à des pros et il a remporté le titre de champion de la ligue suédoise. Il n’est pas non plus très physique mais il est agile avec un bon patinage et on lui prête un grande intelligence dans la lecture du jeu et le placement. Brodin a également représenté la Suède lors de compétions internationales : en 2010, il a participé aux championnats du monde des moins de 17 et de 18 ans, remportant respectivement une médaille de bronze et une médaille d’argent avec pour les deux compétitions 2 points en 6 matchs. En 2011, il a participé à nouveau aux championnats du monde des moins de 18, remportant à nouveau une médaille d’argent. Si certains fans auraient préféré voir un joueur offensif drafté en dixième position, le Wild a choisi Zack Phillips en 28e position, qui a inscrit 95 points en 67 matchs avec Saint John dans la ligue du Québec. Ce choix provenait du transfert de Brent Burns vers San José.


11. Duncan Siemens (Colorado Avalanche, choix appartenant auparavant aux Blues de St. Louis)
Poste : défenseur
Club junior 2010/2011 : Saskatoon Blades, Western Hockey League (WHL)
Classement central scouting : 10e du classement des patineurs nord-américains

Le choix de Gabriel Landeskog plutôt que Jonathan Huberdeau en deuxième position dénotait la volonté du Colorado de se tourner vers des prospects physiques. Cette impression n’est pas démentie par le choix de Duncan Siemens. La rumeur voulait que l’Avalanche recherche un gardien avec ce choix mais ils ont préféré choisir le physique défenseur des Blades de Saskatoon. Il jouait d’ailleurs avec un autre prospect de Colorado, Stefan Elliott, drafté au deuxième tour en 2009. Il entre dans l’effectif des Blades à 16 ans en 2009/10 pour jouer 57 matchs (20 points) et être nommé rookie de l’année de son équipe. Pour sa deuxième saison à Saskatoon, Siemens a été un des principaux défenseurs de son équipe sans négliger de se battre au besoin (121 minutes de pénalités en 72 matchs). Sans être spécifiquement fort offensivement, il a tout de même réussi à engranger 43 points et finir deuxième meilleur marqueur de son équipe chez les défenseurs, avec également un différentiel de +40. Si les Blades ont terminé premier de leur conférence, ils ont rapidement été éliminés des playoffs. Siemens devrait retourner à Saskatoon l’an prochain et occuper une place plus importante dans l’équipe, au niveau du leadership notamment.


12. Ryan Murphy (Carolina Hurricanes)
Poste : défenseur
Club junior 2010/2011 : Kitchener Rangers, Ontario Hockey League (OHL)
Classement central scouting : 9e du classement des patineurs nord-américains

Si le Colorado a choisi la force avec Siemens, la Caroline a choisi l’impact offensif avec Ryan Murphy. Son habileté à la passe et au tir lui a permis d’empiler les points avec Kitchener. Dès sa première saison avec les Rangers en OHL, il inscrit 6 buts pour 39 points en 62 matchs. Aux côtés de Jeff Skinner, qu’il retrouvera en Caroline, il parvient en demi-finale des playoffs d’OHL en récoltant 17 points (5 buts) en 20 matchs. Il est alors nommé dans l’équipe des meilleurs rookies de la ligue. Sa saison 2010/11 fut plus productive avec 26 buts inscrits pour 79 points en 63 matchs. Le parcours en playoffs de Kitchener fut rapide avec une élimination au premier tour mais Murphy a terminé la série de 7 matchs avec un total de 11 points. Au niveau international, il a disputé le championnat du monde des moins de 18 ans avec le Canada en avril 2011. Si la Canada a fini quatrième, Murphy a été élu meilleur défenseur du tournoi avec 13 points (4 buts) en 7 matchs. S’il n’a pas été drafté avant cette 12e position c’est à cause de sa relative petite taille (1m80).


13. Sven Bärtschi (Calgary Flames)
Poste : ailier gauche
Club junior 2010/2011 : Portland Winterhawks, Western Hockey League (WHL)
Classement central scouting : 7e du classement des patineurs nord-américains

Pour la première fois de son histoire, la Suisse a failli compter deux joueurs choisis dans le top 10 au premier tour de la draft NHL en deux années consécutives mais si Nino Neiderreiter avait été drafté en 5e position l’an passé, son coéquipier à Portland Sven Bärtschi n’a été choisi qu’en 13e position. Bärtschi n’a rejoint l’Amérique du Nord que cette saison. En 2009/10, il évoluait avec l’équipe de Langenthal en ligue B suisse pour 12 points en 37 matchs. Bärtschi a ensuite été drafté par Portland et il a rapidement été aligné avec un des meilleurs prospects actuels, Ryan Johansen (drafté par Columbus l’an passé en 4ème position) et Ty Rattie (drafté par St. Louis cette année en 32ème position). Le trio a permis aux Winterhawks de récolter 50 victoires en saison régulière et Portland ne s’est incliné qu’en finale des playoffs face à Kootenay. Au passage, Bärtschi a été le meilleur marqueur chez les rookies en saison régulière avec 34 buts pour 85 points en 66, remportant le titre de rookie de la conférence Ouest. En playoffs, le Suisse a terminé deuxième des marqueurs avec 27 points en 21 matchs. Au niveau international, il a représenté son pays aux championnats du monde junior cette année avec un but et une assistance pour permettre à la Suisse de décrocher la cinquième place.


14. Jamieson Oleksiak (Dallas Stars)
Poste : défenseur
Club junior 2010/2011 : Northeastern University, H-East, National Collegiate Athletic Association (NCAA)
Classement central scouting : 13e du classement des patineurs nord-américains

Avec ses 2m01, Oleksiak est le joueur le plus grand parmi cette draft, ce qui entraîne un rapprochement inévitable avec Zdeno Chara, le géant slovaque de 2m06 venant juste de remporter la coupe Stanley avec Boston. Sans surprise, il utilise sa grande taille pour jouer physiquement et dominer ses adversaires, parfaitement employé par l’équipe de l’université de Northeastern qui joue avec une stratégie défensive. Toutefois, son agilité est bonne et il parvient à patiner rapidement pour un joueur de son gabarit même si c’est évidemment une facette de son jeu qu’il lui faudra développer. Sa côte est montée en flèche tout au long la saison auprès des scouts grâce à une excellente saison avec Northeastern où il jouait de 25 à 30 minutes par matchs et il termine avec 4 buts pour 13 points en 38 rencontres et à sa prestation lors de la « combine » (tests physiques sur les futurs draftés).


15. Jonathan Miller (New York Rangers)
Poste : centre
Club junior 2010/2011 : USA U-18, United States Hockey League (USHL)
Classement central scouting : 23e du classement des patineurs nord-américains

Le moment d’émotion de cette draft puisque, en l’honneur de feu Derek Boogaard, ancien joueur de Minnesota (où se déroulait cette draft) et des Rangers, c’est son frère Aaron qui a annoncé le choix de l’équipe de New York, après une standing ovation du public. Les Rangers ont choisi Jonathan Miller, de l’équipe nationale américaine des moins de 18 ans, ce qui a pu surprendre leurs fans. Miller est ainsi resté dans l’ombre de son coéquipier Rocco Grimaldi, officiant dans un rôle de passeur avec le remuant Grimaldi comme buteur. Ce dernier n’a pas été rapidement choisi à cause de son mètre soixante huit (il a été sélectionné par la Floride en 33ème position). Toutefois, Miller a terminé la saison avec 26 assistances en 48 matchs, lui permettant d’être le deuxième meilleur passeur de son équipe et le troisième marqueur. Si les deux joueurs se retrouveront l’an prochain dans l’équipe de l’université du Nord-Dakota, Miller peut se débrouiller sans Grimaldi. Ainsi, lors des derniers championnats du monde des moins de 18 ans, c’est Miller qui a été le meilleur marqueur de son équipe avec 4 buts pour 13 points, remportant la médaille d’or avec les Etats-Unis.

 

Fin du premier tour

Buffalo s'emparait de Joel Armia, le 1er Finlandais du jour, au statistiques convaincantes en SM-Liiga. Montréal sélectionnait ensuite Nathan Beaulieu, champion junior avec St John. Ce défenseur est certes franco-ontarien mais ne parle pas un mot de français.

Pour continuer le 1er tour, on trouve ensuite un centre passeur, Mark McNeill (Chicago), deux défenseurs, le Suédois Oscar Klefbom (Edmonton) et l'Américain Connor Murphy (Phoenix), fils de l'ancien joueur NHL Gord Murphy.

Ottawa choisissait un ailier, Stefan Noesen, natif du Texas, un pur finisseur, puis Toronto prenait le meilleur marqueur de l'équipe nationale U18 des Etats-Unis, Tyler Biggs, un "power-forward" en devenir. Ce 21e choix arrivait d'Anaheim contre le 30e et le 39e choix. Pittsburgh en restait à la défense avec Joe Morrow.

En 24e, le sniper Matt Puempel complétait le 1er tour d'Ottawa, qui aura donc pris trois attaquants. Les Senators obtenait ce 1er tour en envoyant deux choix du second tour à Detroit. Le 2e choix des Leafs était un arrière avec Stuart Percy, dont la cote était en hausse après les finales juniors.

Pour finir, Chicago, après échange avec Washington contre Brouwer, sélectionnait le Québécois Philip Danault. Tampa Bay commençait son week-end russe avec Vladislav Namestnikov, qui évolue dans l'Ontario, à London. Minnesota prenait un champion junior, le centre de St-John Zack Phillips, avec le choix des Sharks dans l'échange phare du jour concernant Brent Burns.

Vancouver, 29e, recrutait le seul Danois du week-end, Nicklas Jensen, dont le père est natif de l'Ontario. Anaheim clôturait le 1er tour par le Suédois Rickard Rackell, très en vue au mondial U20.

 

Petites histoires et anecdotes

Traditionnellement, les États-Unis sont surtout représentés par les natifs du Michigan, du Minnesota et du Massachussets. L'édition 2011 a sérieusement écorné cette représentation, témoignage du développement du hockey dans le pays. Sur les 21 premiers Américains choisis, un seul venait de ces trois états, Connor Murphy (Boston). C'est la Pennsylvanie qui a mené le pays (4), avec plusieurs natifs de Pittsburgh. Puis, New-York (3), et des choix plus "exotiques" : Californie, désormais un état majeur du hockey amériain, Missouri, Texas (2), Alaska, Arizona et Ohio (1). Curiosités, San Jose a drafté son premier Californien (Matt Nieto, 47e) et Phoenix son 1er joueur de l'Arizona (Zac Larrazza, 196e).

Quelle chute pour Seth Ambroz ! Le puissant attaquant, classé 31e par le service de recrutement de la NHL, était évoqué l'an passé comme un potentiel top-10. Il aura finalement du attendre le 128e choix pour être choisi, par Columbus. Il aura sûrement à coeur de montrer qu'il méritait mieux.

Par contraste, le meilleur marqueur du championnat junior américain (USHL), Blake Coleman, partait au 75e rang chez les Devils, alors qu'il n'était classé que 198e par le service de recrutement de la NHL.

Il aura fallu attendre le 2e tour pour voir un gardien sélectionné : le Suédois Magnus Hellberg, par Nashville (38e), immédiatement suivi de l'Américain John Gibson (39-ANA).

Quelques chiffres : 210 joueurs choisis, 13 pays représentés. La ligue de l'Ontario a fourni l'essentiel du contingent avec 46 joueurs, devant la ligue de l'Ouest (33) et celle du Québec (22). On compte par ailleurs 59 joueurs universitaires ou futur universitaires. La draft a concerné 79 Canadiens, 64 Américains, 28 Suédois. Derrière, c'est la débandade : 9 Finlandais, 10 Tchèques, 6 Russes, 5 Slovaques, 2 Allemands, 2 Norvégiens, 2 Suisses... Le Danemark, la Lituanie et l'Ukraine envoient un joueur chacun.

C'est également le cas, en partie, de la France puisque Xavier Ouellet a été recruté par Detroit au 2e tour : le défenseur natif de Bayonne, dont le Québécois de père jouait à Anglet, a rejoint le Québec très jeune et représenté le Canada dans les sélections de jeunes.

Les choix par pays pour les plus "rares" :

Finlande : Joel Armia (16-BUF), Markus Granlund (45-CGY), Christopher Gibson (49-LAK), Alexander Ruutu (51-PHX), Miikka Salomaki (52-NSH), Samu Perhonen (62-EDM), Frans Tuohimaa (182-EDM), Iiro Pakarinen (184-FLO), Teemu Eronen (192-STL), Jyrki Jokipakka (195-DAL)

Russie : Vladislav Namestnikov (27-TB), Alexander Khokhlachev (40-BOS), Nikita Kucherov (58-TB), Maxim Shalunov (109-CHI), Yaroslav Kosov (124-FLO), Alexei Marchenko (205-DET)

Suisse : Sven Bärtschi (13-CGY), Gregory Hoffman (103-CAR)

Danemark : Nicklas Jensen (29-VAN)

Rép. Tchèque : David Musil (31-EDM), Dmitri Jaskin (41-STL), David Honzik (71-VAN), Dominik Uher (144-PIT), Lukas Sedlak (158-CBJ), Matej Stransky (165-DAL), Daniel Pribyl (168-MTL), Richard Nedomlel (175-DET), Petr Placek (176-PHI), Ondrej Palat (208-TB)

Slovaquie : Tomas Jurco (35-DET), Harrison Ruopp (84-PHX), Marek Tvrdon (115-DET), Martin Gernat (122-EDM), Peter Ceresnak (172-NYR)

Lituanie (formé en Russie) : Andrei Pedan (63-NYI)

Ukraine : Daniil Sobchenko (166-SJ)

Allemagne : Tobias Rieder (114-EDM), Marcel Noebels (118-PHI)

Norvège : Steffan Soberg (117-WSH), Lars Volden (181-BOS)

Zachary Yuen (115-WPG) est pour sa part natif de Hong Kong, mais a rejoint le Canada très jeune pour y poursuivre sa carrière de... pianiste, avant de passer au hockey.

On notera enfin que le pick n°69 n'a pas été utilisé : la ligue l'a retiré à New Jersey en début de saison, en punition de la signature non conforme d'Ilya Kovalchuk. Les Devils devront par ailleurs abandonner un choix au 1er tour, à leur convenance, en 2011, 2012, 2013 ou 2014. Ils ont évidemment gardé celui de 2011, 4e au total, utilisé pour Adam Larsson.

Le dernier joueur choisi est surnommé "Mister Irrelevant". C'est cette saison le gardien suédois Johan Mattsson (211-CHI) qui reçoit "l'honneur". Ce qui n'est pas gage de fiasco, d'ailleurs. Des joueurs comme Kim Johnsson, Patric Hornqvist ou Jonathan Ericsson ont parfaitement brillé en NHL en dépit de cette sélection au dernier moment.

Par positions

Gardiens : 19
Défenseurs : 72
Ailiers droits : 26
Centres : 60
Ailiers gauches : 33

En famille

De nombreux jeunes choisis cette année sont les héritiers d'anciens joueurs NHL. Parmi ceux-ci, citons Connor Murphy (20-PHX), Vladimir Namestnikov (27-TB), David Musil (31-EDM), Sean Couturier (8-PHI), Alexander Ruutu (51-PHX), Adam Lowry (67-WPG) et son frère Joel (140-LAK), Keegan Lowe (73-CAR).

Mario Lucia (60-MIN) est lui le fils de l'entraineur Don Lucia de l'université du Minnesota.

Enfin, plusieurs "frères de" ont été choisis : Douggie Hamilton (9-BOS, son frère Freddie a été drafté par San Jose), Nick Shore (82-LAK) dont le frère Drew a été recruté par Florida, Viktor Rask (42-CAR) dont le frère Tuukka est le gardien n°2 de Boston, Markus Granlud (45-CGY) dont le frère Mikael est le meilleur espoir de Minnesota. Samuel Noreau (136-NYR) a également un frère, Maxime, qui a brillé en ligue américaine depuis deux saisons dans le système de Minnesota et qui vient de rejoindre les Devils.

Pour terminer, Carolina poursuit la longue tradition des Sutter. Après les cinq frères qui ont joué en NHL et occupent désormais des postes à responsabilité, après avoir recruté en Brandon et Brett la deuxième génération, les voici avec Brody Sutter (193e).

Et 2012 ?

La saison 2012 s'annonce passionnante, car la prochaine draft est particulièrement attendue. Une richesse de défenseurs incroyable se prépare, menée par Ryan Murray (Everett, WHL), l'un des candidats au titre de n°1, mais aussi Matthew Dumba (Red Deer, WHL), Derrick Pouliot (Portland, WHL), Griffin Reinhart (Edmonton-WHL) ou Morgan Rielly (Moose Jaw, WHL). L'attaque viendra de l'Ontario avec Alex Galchenyuk et Nail Yakupov (Sarnia, OHL), auteur de 101 pts cette saison et classé 1er par plusieurs organismes de scouts. On trouvera également des défenseurs avec Nick Ebert (Windsor) et Steve Koekkoek (Kitchener), l'ailier Brady Vail (Windsor) et le centre Matia Marcantuoni (Kitchener). Le Tchèque Martin Frk (Halifax) apparait comme le meilleur jeune de la ligue du Québec. Côté américain, c'est l'arrière Jacob Trouba, du programme de sélection U17, qui attire les convoitises. Le Letton Zemgus Girgensons, brillant sur le circuit junior américain comme en international, est également à suivre, de même que les défenseurs Jordan Schmaltz et Clifford Watson. Zach Stepan, le cousin de l'attaquant des Rangers Derek Stepan, fait aussi partie des noms suivis.

En Europe, on suivra plus particulièrement le Russe Mikhaïl Grigorenko, les Suédois Filip Forsberg, Pontus Åberg et Sebastien Collberg ou le Finlandais Olli Määtä.

L'édition 2012, riche et prometteuse, a déjà poussé plusieurs équipes à accumuler les choix : on se dirige vers une cuvée charnière pour l'avenir des franchises NHL.