Perplexité italienne

PontebbaLa saison 2011/12 de la série A italienne commencera dans un peu plus d'un mois, et pourtant on ne sait pas encore si le championnat verra la participation de toutes les 10 équipes qui en ont le droit, après la promotion de A2 de Vipiteno, ou s'il y en aura seulement 9, vu que l'équipe de Pontebba, les Aigles du Frioul, régulièrement inscrite, est pratiquement sans joueurs, ayant enregistré le départ de presque tous ses membres et aucune arrivée. Ceci expliquerait le retard dans l'officialisation du calendrier.

Comme si cela ne suffisait pas, à l'ultime réunion de la LIHG, la ligue des clubs, l'accord triennal sur les joueurs provenant des fédérations étrangères, signé par tout le monde l'an dernier, a été remis en discussion. Ce sont surtout les clubs du Haut-Adige qui seraient favorables à réduire le quota (un maximum de 8 points sur la feuille de match, les étrangers valant 1 point et les doubles passeports 1/2 point), mais la seule idée que la validité d'un engagement souscrit, même sous la forme d'un gentleman agreement, puisse être annulé par le choix d'une partie des signataires en dit long sur la difficulté de croissance du hockey italien.

En attendant que les effectifs soient complétés, il est possible de signaler de grands mouvements de joueurs tant en arrivées qu'en départs. Certains entraîneurs changent aussi : Stefan Mair ne sera plus sur le banc de Val Pusteria, mais dirigera Cortina (McKay descend en A2 à Merano), et le Finlandais Teppo Kivelä le remplace à Brunico ; à Renon arrive le Canadien Greg Holst assisté du Finlandais Marko Leinonen. Les autres entraîneurs sont confirmés : Steven Mc Kenna à Alleghe, John Tucker à Asiago, Adolf Insam à Bolzano, Miroslav Frycer à Fassa, Mike Ellis à Valpellice, Oly Hicks à Vipiteno. On attend des nouvelles des Aigles du Frioul.

BORGATELLO_Christian-100508-143Parmi les joueurs de l'équipe nationale d'Italie, on ne reverra plus en série A : Roland Ramoser (Renon) retraité, Daniel Bellissimo (Asiago) parti en Suède valoriser son curriculum, Christian Borgatello (Bolzano) qui jouera avec Székesfehérvár en Hongrie, Luca Ansoldi (Renon) casé à Milan en A2, Armin Helfer (Val Pusteria) passé en Suisse à Thurgovie. Nicola Fontanive revient en revanche à Alleghe après la saison passée en Norvège.

Pour le moment, aucun joueur n'arrive de France. Font en revanche le chemin inverse : Jean François Caudron (Fassa --> Briançon), Bradley Smith (Fassa --> Morzine-Avoriaz), Andrej Hocevar (Pontebb --> Angers), Sylvain Dufresne (Pontebba --> Grenoble), Anthony Aquino (Valpellice --> Grenoble). L'impressione est que tous ont pêché des joueurs valables : Hocevar a fini sa saison au Frioul avec 90,1 % d'arrêts, avec lui jouait en défense Dufresne (7 buts et 12 assists), bon organisateur de powerplay, tandis que Smith (9+6) est un arrière plus défensf; Caudron a 39 points (16+23) à son actif en autant de parties, mais c'est Grenoble qui pourrait avoir choisi le meilleur atout avec l'aîné des frères Aquino : Anthony (17+32), appelé par Brunico à mi-saison 2006/07, a ensuite joué deux ans à Pontebba et deux à Valpellice en restant toujours parmi les mieux placés au classement des marqueurs (huitième cette année).

Je termine, aujourd'hui, par une réflexion sur les arbitres et les règles. Ayant vu des matches des Mondiaux ou de la NHL, mon impression est que nous sommes revenus au "permis de tuer". La "tolérance zéro" est sacrifiée sur l'autel d'un prétendu "spectacle", l'hockey redevient un sport pour des armoires à glace lancées en boulet de canon ; les incidents graves sont en augmentation, surtout les commotions cérébrales, et, pour gagner, au lieu de joueurs très doués, il faut un effectif très large avec quelques killers et un provocateur capable de faire sortir les adversaires de leurs gonds.

D'accord, le hockey ne se joue pas avec des fleurs et la "tolérance zéro" était une invention ridicule qui permettait à des directeurs de jeu se rêvant protagonistes de déterminer le résultat ; mais entre les deux extrêmes, il y a le sport le plus beau du monde, où l'on doit admirer des techniques virtuoses, de la vitesse d'exécution et, pourquoi pas, de la force physique d'interprètes géniaux protégés par les règles.

Ce que j'ai vu aux Mondiaux et à la Coupe Stanley suggère d'éliminer complètement les arbitres, devenus inutiles. Pourquoi ne pas mettre en piste deux excellents juges de ligne pour les hors-jeu, les dégagements interdits et les changements irréguliers et, avec l'argent économisé, on s'équiperait d'ambulances et de services de premiers secours en bord de glace ?