Briançon - Ajoie (tournoi international de Colmar)

L'intérêt de ce match, à priori le plus relevé du tournoi, réside dans le fait que le vainqueur ira demain jouer la finale. Elles ont toutes les deux présenté une saison précédente plutôt concluante, dans la première moitié de tableau de leurs championnats respectifs, avant de s'effacer au niveau des play-offs.

Au niveau des effectifs, Ajoie continue de jouer la filière locale, épaulée par quelques cadres au cursus éprouvé (tel Stéphane Roy). Briançon est plutôt habitué aux chamboulements conséquents et aux assemblages cosmopolites. La venue, à l'intersaison, du gardien espagnol Ander Alcaine et de l'attaquant canadien Éric Castonguay, complétée par de nombreuses autres arrivées, est donc dans cette droite ligne.

Sur la glace, le spectacle aura été à la hauteur de l'affiche. Mais mieux valait-il ne pas arriver en retard car les deux équipes commençaient la tête dans le guidon. Ajoie score par deux fois en quinze secondes, en profitant de deux hésitations briançonnaises. Les Haut-Alpins remontent aussitôt à l'abordage, en pratiquant un hockey vif et plutôt précis. Les Ajoulots contiennent alors, en jouant leur hockey certes tout aussi vif, mais plus patient et surtout nettement plus musclé.

C'est tout à fait logiquement que les Briançonnais reviennent au score, tout d'abord par Maks Selan, en position intermédiaire, qui profite d'un trafic conséquent devant la cage de Todeschini pour lancer victorieusement (1-2 à 27'56"). Puis Marc-André Bernier conclue impeccablement son duo lancé avec Castonguay (2-2 à 8'36"). Ajoie continue de faire le dos rond pour limiter la casse. La période baisse peu d'intensité, même si les espaces en zone défensive sont de plus en plus contrôlés.

Ajoie aborde plus hardiment la deuxième période mais les espaces laissés libres sont  réduits, les entrées en zone sont fréquemment neutralisées, si bien que peu de tirs sont lancés. Briançon prend la tête sur sa première vraie action, lors d'un rush en infériorité, dont Walls exploite le rebond (3-2 à 27'17").

Le match reste toujours joué sur un tempo rapide, même si les deux équipes se neutralisent majoritairement en zone centrale. Les duels physiques prennent sensiblement le pas, ce qui mène alors à une grosse échauffourée, lorsque les Ajoulots croient avoir marqué alors que la cage vient de tomber sur Aurélien Bertrand, tout juste monté sur la glace : défenseurs alpins et attaquants jurassiens "s'en expliquent", avant d'être péniblement calmés par le corps arbitral.

La partie retrouve un peu de contenu. Briançon, privé momentanément de Selan et Szelig, commet l'imprudence de laisser Ajoie reprendre offensivement en main le match et c'est le jeune "cadre" jurassien Jordane Hauert qui lance victorieusement un missile de la bleue (3-3 à 36'27").

Rien n'est cependant acquis, et d'ailleurs, les deux équipes continuent de se neutraliser dès le deuxième retour de pause. Ajoie pousse sensiblement et va prendre l'avantage lors d'une mésentente entre Bertrand et son défenseur, la position du second gênant le déplacement du premier, qui ne peut voir partir le tir lobant d'Eicher (3-4 à 42'44").

Les Jurassiens vont dès lors annihiler toute vélléité briançonnaise. De part et d'autre, les espaces libres sont comptés, sauf cette lumineuse ouverture qui permet à Mickaël Perez de s'échapper, mais le gardien suisse ferme impeccablement la porte de sa cage (58'11").

L'affiche proposée a tenu toutes ses promesses. Le match fut très rapide, vif, plutôt précis, avec énormément d'engagement. Chacune des deux équipes a eu l'occasion de maîtriser le match.

Briançon paie peut être quelques placements malheureux mais l'effectif est plutôt séduisant tant derrière que devant. Et toujours cette qualité de patinage et de mouvements, agréable à regarder.

Ajoie a évolué dans son style habituel, mélangeant contres rapides, jeu musclé, discipline, patience, et efficacité en supériorité numérique (trois buts sur cinq).

Les Suisses joueront donc demain la finale du tournoi, contre le vainqueur du match qui se joue dans la foulée (Strasbourg – Reims). Et Briançon jouera pour la troisième place, contre le perdant de cette même partie.

 

Briançon - Ajoie 3-5 (2-2, 1-1, 0-2)
Samedi 20 août à 17h00 à la patinoire de Colmar. 300 spectateurs.
Arbitrage de Stéphane Rousselin.
Pénalités : Briançon 28' (6', 16', 6') ; Ajoie 32' (6', 12'+10', 4').
Tirs : Briançon 20 (9, 4, 7) ; Ajoie 23 (9, 7, 7).

Évolution du score :
0-1 à 02'44" : Spolidoro assisté de Vauclair (sup. num.)
0-2 à 03'00" : Chetelat
1-2 à 07'56" : Selan assisté de Bourgaut
2-2 à 80'36" : Bernier assisté de Castonguay
3-2 à 27'17" : Walls (inf. num.)
3-3 à 36'27" : Hauert assisté de Vauclair et Roy (sup. num.)
3-4 à 42'34" : Eicher
3-5 à 59'19" : Tschuor assisté de Hostettler (cage vide)