Amiens - Reims (match amical)

Clair, net, précis

Amiens-Reims_prpa_1Deuxième match à domicile pour les Gothiques, deuxième confrontation face à Reims. Le mois de préparation avance, le parfum du championnat commence à se faire sentir, et déjà les premiers contrastes entre les deux équipes sont là. Si les Picards abordent ce lundi 29 août leur cinquième match toujours invaincus, l'hôte du jour ne compte, lui, qu'une victoire en cinq oppositions.

Dans une petite patinoire remplie dès 19 heures, dont la petite surface est semblable à celle de nombreuses glaces en Magnus, le match « retour » promet de faire des étincelles au regard des anciens derbys historiques ou, plus récemment, de la rencontre aller à Reims (victoire d'Amiens 4-2). Ce sera sans Valentin Claireaux, Thomas Roussel, Teddy Trabichet et Kevin Bergin côté amiénois, contre un effectif champenois au complet.

Dès le début du match, Amiens joue haut, effectuant le pressing en zone offensive. Le travail ne tarde pas à payer et, suite à un travail derrière le but, Luka Basic finit le travail dans le slot (3'43, 1-0). Le jeu s'équilibre quelque peu puis Amiens met un coup d'accélérateur. Une mise au jeu en zone rémoise est remportée par les visiteurs, mais le palet traîne dans le cercle. C'est Martin Tomasek qui s'en empare et le catapulte directement dans la lucarne de Catelin (8'37, 2-0). Les Picards poursuivent leur rythme d'enfer et remontent toute la glace en contre attaque. Dans ce trois contre deux plein axe, on assiste à une belle combinaison Vanwormhoudt-Tomasek-Morissette pour une conclusion du Canadien (9'59, 3-0). Le « réveillez-vous !» crié par le coach rémois François Dusseau n'y fera rien et, dans la foulée, son équipe prend un quatrième but. Il est signé Grégory Béron qui fait un numéro en solitaire, remonte le palet sur le côté droit, passe la bleue, et envoie un slap monstrueux dans les filets d'un Catelin désabusé (10'30, 4-0).

Amiens-Reims_prpa_2Débordés, en manque de vitesse, les Phénix profitent du temps mort pris par leur coach pour recharger les batteries. On assiste alors à une réaction des bleus et blancs, laissant Billy Thompson s'interposer face à un Rémois placé dans le slot. À part cette phase de jeu, le tiers est tout à Amiens qui poursuit sa progression. Plus rapides, plus physiques, les Picards mettent en échec contre les bandes et esquivent des réponses adverses téléphonées. Puis Anthony Mortas slalome entre les défenseurs pour allonger Catelin, mais trouve le petit filet extérieur dans un angle bien fermé. Enfin, ce qui devait bien arriver a lieu à la 16e minute : une première petite altercation qui a le mérite de réveiller un public satisfait du premier tiers local. Le jeu baisse ensuite de rythme, et les déchets techniques se multiplient jusqu'au buzzer.

Le tiers médian reprend, malheureusement, sur les mêmes bases que les minutes précédentes. Les Amiénois reviennent sur la glace quelque peu endormis, laissant le puck aux Rémois et se faisant de belles frayeurs devant leur but. On assiste à un tiers dévolu au défoulement physique des deux équipes. À vouloir faire craquer l'autre, on en commet des fautes. À ce jeu-là, les Rémois l'emportent et se retrouvent plusieurs fois en avantage numérique. À un moment en double supériorité, les Phénix ne parviennent pas à installer leur jeu. De l'autre côté, les Picards jouent parfaitement le coup et interceptent de nombreuses passes en zone neutre pour empêcher un quelconque danger de menacer. Trop pressé, pas assez précis, Reims loupe l'occasion de revenir dans la partie. Seule consolation la bonne phase offensive en fin de tiers. L'action se finit par un grand écart avec arrêt de la mitaine de Billy Thompson, rappelant aux grandes oppositions de la saison passée. Cela réveille le public et fait descendre des gradins des « Billy, Billy » au goût nostalgique.

Amiens-Reims_prpa_3Arrivé dans l'ultime tiers, Amiens repart à quatre contre cinq. Les Rémois se précipitent en attaque, les cinq joueurs montent directement en zone offensive et Luka Basic se fait discrètement oublier en zone neutre. Pari réussi : ses équipiers récupèrent de suite la rondelle et transmettent au Slovène qui part en break. Le néo-Picard prend le temps d'allonger Catelin d'une belle feinte pour glisser sereinement le palet dans les filets (41'30, 5-0). Les équipes jouent plus technique qu'au deuxième tiers et l'on attend de voir qui va s'écrouler physiquement.

Les locaux continuent de jouer haut, au point que l'on voit Basic aller gratter le palet derrière le but, directement sur un défenseur adverse. Comme lors du deuxième tiers, les Rémois sont condamnés à lancer de la bleue lors de leurs rares présences en zone offensive. Un autre slap ravageur part et Billy Thompson remet ça avec la mitaine. Le portier canadien est bien décidé à ne pas se laisser surprendre. On entre dans les cinq dernières minutes qu'Amiens en remet une couche et accélère de nouveau. Reims suffoque en zone défensive mais fait suffisamment bloc pour éviter toute action dangereuse. La fin de match est interrompue par une petite explication entre deux joueurs impliquant Morissette. Stoppés dans leur élan, les Picards ralentissent et les Rémois tentent quelques percées, toujours sans succès.

Amiens l'emporte et reste invaincu en match de préparation. Dans un match rugueux, les locaux ont assomé d'entrée les Phénix – et par la même occasion le suspense. L'équipe s'est montrée solide et sereine défensivement, avec à la clé le premier blanchissage de Billy Thompson. Bien qu'anecdotique, cela reste une satisfaction. Une bonne condition physique de l'équipe qui laisse entrevoir de façon optimiste les trois confrontations successives à venir. Ce sera jeudi, vendredi et samedi face à Rouen et par deux fois face à Neuilly-sur-Marne. Enfin, force est de constater que même avec des absents, Antoine Richer propose des lignes très intéressantes. La force des Gothiques est peut-être là cette saison, dans les multiples possibilités et la capacité à créer le dangers. Cela devra se confirmer dès jeudi au Coliseum face à Neuilly-sur-Marne.

Côté rémois, même avec cinq buts encaissés, Steven Catelin a fait un gros match. L'équipe champenoise, un cran en dessous des Picards, a bien résisté, mais devra persévérer pour signer enfin une deuxième victoire en match de préparation. Il faudra faire vite pour consolider ce groupe : la rentrée de la D1 en championnat, c'est dans une grosse semaine.

Adrien Lhermitte / Photos : Pascal Enault

 

Amiens - Reims 5-0 (4-0, 0-0, 1-0)
Lundi 29 août 2011 à 19h30 au Coliseum (petite patinoire). Environ 1200 spectateurs
Arbitrage de Alexandre Hauchart assisté de Anne-Marie Boniface et Pierre Dehaen.
Pénalités : Amiens 16' (0', 10', 6') ; Reims 30' (4', 8'+10', 8').
Tirs : Amiens 48 (20, 15, 13) ; Reims 16 (4, 8, 4).

Évolution du score :
1-0 à 03'43" : Basic assisté de Serer
2-0 à 08'37" : Tomasek assisté de Morissette (sup. num.)
3-0 à 09'59" : Morissette assisté de Tomasek et Vanwormhoudt
4-0 à 10'30" : Béron assisté de Nikolov
5-0 à 41'30" : Basic assisté de Sibley (inf. num.)

 

Amiens

Gardien : Billy Thompson.

Défenseurs : Grégory Béron – Angel Nikolov ; Kyle Sibley – Aziz Baazzi ; Vincent Bachet (C) – Romain Bault ; Alvin Matima (junior)

Attaquants : Martin Tomasek (A) – Jake Morissette – Antoine Vanwormhoudt ; Luka Basic – Jaroslaw Rzeszutko – Marius Serer ; Mickaël Bardet – Anthony Mortas (A) – Aïna Rambelo.

Remplaçants : Léo Bertein (G). Absents : Kevin Bergin (convalescence), Valentin Claireaux, Teddy Trabichet et Thomas Roussel (stage équipe de France A').