Bilan du tournoi de Meudon

Rouen, jamais sans son trophée

TournoiMeudon1L'ogre Rouen ouvre déjà son palmarès cette saison ! Oh, bien sûr, le tournoi de Meudon n'offre pas de trophée à son vainqueur, mais c'est sans compter sur l'appétit normand. Le moindre pavé fera l'affaire, et il n'en manque pas dans un quartier de Meudon-la-Forêt qui ressemble depuis plus d'un an à un vaste chantier (pour l'instant pour le tramway, en attendant que l'on enchaîne par la future patinoire). Il pourra toujours servir à renforcer les fondations de la salle des trophées de Rouen, qui risque un jour de s'écrouler sous le poids des innombrables récompenses raflées par le hockey normand dans toutes les catégories...

Voilà donc que la réserve de D2 s'y met aussi. Une première place qui n'était pas le but essentiel de l'entraîneur Julien Guimard : « L'objectif était de voir physiquement où on en était et de tester le système le jeu où j'ai apporté des évolutions cet été. On a aussi pu tester un maximum de joueurs, y compris trois cadets de 1994 vendredi, ce qui n'est pas évident pendant la saison. On a pris trop de buts les deux premiers jours, mais on a été efficace offensivement, ce qui n'est pas notre fort d'habitude en D2. Je suis content du tournoi et du groupe, beaucoup de joueurs ont pris de la maturité et du physique. »

La maturité, voilà une qualité dont ne manque pas Daniel Babka, le vétéran slovaque qui a quitté l'équipe Magnus de Rouen pour rejoindre celle de D2. « Il voulait continuer à jouer en apportant quelque chose aux jeunes. Il apprendra le métier d'entraîneur avec Peter Almasy, et donnera un coup de main aux sports-études pour amener sa technique individuelle. On n'est plus la seule équipe 100% française, mais il est quasiment français dans l'esprit. On a accepté de le prendre, mais on n'aurait pas pris n'importe quel cadre. On l'avait fait quand Fabrice Lhenry s'était blessé, parce que je sentais qu'il amenait de la sérénité dans le vestiaire. Danial Babka, c'est l'exemplarité et le physique. C'est un bon cocktail avec la fraîcheur des jeunes »

Cette réserve de Rouen à vocation formatrice a la particularité de ne pas compter sur le recrutement externe. La seule exception est Kevin Beziau, son ancien joueur revenu d'une année mitigée aux États-Unis. « Il nous a contactés en juillet, alors que l'équipe était déjà complète. Il veut revenir en France pour faire une fac de biologie et souhaite que ce soit à Rouen puisqu'il connaît la ville. Pour l'instant il est à l'essai, on décidera le 5 septembre si on le garde. Sinon, il a le potentiel pour jouer dans d'autres clubs. »

TournoiMeudon2L'effectif de la D2 de Rouen sera défini en fonction des besoins de l'équipe première. « L'objectif est que les meilleurs jouent en Magnus à chaque fois. Actuellement ce sont Rech et Valier qui sont les plus installés dans le groupe senior, mais Gutierrez est aussi en forme. Berthon a actuellement des soucis de dos mais sera aussi sollicité, comme Maxime Joly, Thomas Dreyfus ou Florian Duval. En défense, il y a trois joueurs en concurrence pour la place de septième défenseur, avec Léo Guillemain, Raphaël Faure et Nicolas Lehericey. Pour l'instant Faure se détache suite à ses bonnes prestations en amical à Angers. »

Dans ce tournoi, c'est Valentin Dumélie - photo de gauche - qui se sera distingué avec 6 buts, dont les trois buts de la victoire 3-2 contre Dunkerque dans le match décisif. Un match un peu houleux car les jeunes Rouennais ont du culot tant dans le verbe que dans le geste. Une impudence peu goûtée par les vétérans dunkerquois. Il faut dire aussi que Rouen a de loin l'effectif le plus large, ce qui est un avantage dans un tournoi sur trois jours.

Le promu en D1 Dunkerque n'aura donc pas pu mater tous ses ex-collègues de D2, mais a largement démontré son potentiel durant ce week-end. « C'est très agréable de que le champion de France en titre soit venu, commente l'entraîneur meudonnais Francis Larivée. Ils ont l'ossature de l'an dernier et se sont bien renforcés. Ils ont la ligne des jumeaux, deux Canadiens, un Suédois, deux défenseurs tchèques et l'ex-international Dubois. Même si ce n'est pas [le premier gardien] Martel qui a joué contre nous, c'est un adversaire très fort. On a réussi une bonne performance face à eux (2-3), mais c'est notre gardien Desormaux qui a fait l'histoire du match car on a pris 65 shoots. On a quand même été solides défensivement, en ne laissant pas trop de rebonds à l'adversaire. »

Meudon contre Nantes pour le bronze

TournoiMeudon3C'est donc en toute logique que Rouen et Dunkerque ont pris les deux premières places, laissant Meudon et Nantes chercher une victoire de consolation. L'un comme l'autre ont des circonstances atténuantes. Le MHC avait certes remporté le tournoi l'an passé, mais le niveau est plus relevé cette fois, et l'entraîneur-adjoint Romain Dubourdieu relève un autre handicap majeur : « il y a une panne de compresseur cette semaine à la patinoire, on a donc pas eu d'entraînements et on accuse un peu de retard au niveau physique ». Son collègue Francis Larivée renchérit : « on est pas aussi affûté que l'année dernière à pareille date, mais on sera prêts le 24 septembre pour la première journée de championnat contre les Volants ». Rajoutons qu'un défenseur étranger doit encore être recruté pour pallier les deux absences de Thomas Lebailly (luxation de l'épaule) et Thomas Ruffin (mononucléose).

Quant à Nantes, l'équipe n'est pas au complet. La recrue Jan Fisera, au niveau pas satisfaisant, a été évincée jeudi pour faire place à Tony Delage, arrivé sans entraînement. Quand à Johan Mellander et au gardien titulaire Adam Briggs, ils finissent leur championnat en Australie et arriveront dans la semaine à venir. Et pour ce dernier match, Simak, Novotny et Hovora ne sont pas équipés. Sans leurs trois piliers, les Corsaires sont en quelque sorte jetés aux requins.

Meudon domine logiquement le jeu, surtout par sa ligne Ehrhart-Bernardon-Nesa. Elle ouvre le score par un jeu en triangle entre Juraj Sadlon à la bleue, Franz Ehrhart ligne de fond et Antoine Bernardon au second poteau. Plusieurs pénalités locales prouvent ensuite que Nantes est totalement démuni en powerplay dès lors que Simak n'est pas à la ligne bleue. Le MHC bénéficie en revanche des slaps de Sadlon et marque sur sa seule supériorité numérique (2-0).

TournoiMeudon4Le deuxième tiers-temps part à sens unique avec un but en huit secondes de Gaël Guilhem. Cinq minutes plus tard, sa ligne d'attaque signe un bon mouvement offensif pour entrer en zone, et Milec abandonne ainsi le palet au défenseur Sadlon, dont le tir tape le bas du gant d'Axel Becouze. Le gardien est encore coupable quand le tir du cercle droit d'Ehrhart passe entre ses bottes (5-0). Après ces trois buts en huit minutes, la solution de facilité serait de le remplacer par François Lemay (qui a gardé les cages vendredi contre Rouen). Claude Devèze utilise son temps mort… mais maintient sa confiance en Becouze. Celui-ci la mérite car il relève la tête, paraît plus sûr et arrête joliment un breakaway.

Dans le camp meudonnais, le changement de gardien prévu se déroule à la mi-match, reste à savoir si Steven Froment réussira à prolonger le blanchissage de Desormeaux. Il peut compter sur l'arrière Sébastien Grasset, qui réussit une superbe intervention en interceptant de la crosse une passe pourtant levée entre Le Gall et Dhermant en 2 contre 1. Mais les Comètes abusent parfois de la passe-abandon en entrée de zone : celle de Guilhem est anticipée par le défenseur nantais Julien Creno qui intercepte et lance Jacquemin seul au but… Feinte face au gardien et lucarne… mais but annulé pour hors-jeu. 5-0 après deux tiers-temps.

L'an passé, Pavol Milec avait marqué cinq buts sous les couleurs d'Orléans lors de ce tournoi. Cette année, il se montre plus discret, mais laisse entrevoir son intelligence de jeu pour sa nouvelle équipe Meudon, qui l'utilise comme un élément du collectif et non comme l'unique leader offensif. Il délivre ainsi une passe en retrait à Guilhem en haut des cercles (6-0). Guilhem est tout proche du triplé en déviant un tir de la bleue de Sadlon… sur la transversale.

Nantes est toujours fanny, mais Steven Froment se fait piéger par Benjamin Valère dans un angle impossible puis par Julien Le Gall sous son bras gauche. Le score final est atténué (6-2) mais il ne préoccupait guère l'entraîneur nantais Claude Devèze : « Le résultat importe peu, on a fait beaucoup de tests. Le but était vraiment de mettre en place le système et de faire tourner l'effectif. J'ai vu ce que je voulais voir hier et j'ai donné des responsabilités aux jeunes aujourd'hui. Maintenant, les tests sont finis ! Dans les trois derniers matches de préparation, ce sera mon équipe-type. »

(photo de Nicolas Junca)

 

Nantes - Rouen II 4-6 (0-2,2-3,2-1) - vendredi 17h00
0-1 à 15'20" : Duval assisté de Dreyfus
0-2 à 18'25" : Lehericey assisté de Joly et Bourguignon
0-3 à 22'54" : Beziau assisté de Bourguignon
1-3 à 27'13" : Grygar assisté de Hovora et Simak
1-4 à 28'19" : Dumélie assisté de Berthon
2-4 à 30'33" : Simak assisté de Hovora et Grygar
2-5 à 38'53" : Goncalves
3-5 à 51'17" : Puech
3-6 à 53'30" : Dumélie assisté de Dreyfus et Guillemain
4-6 à 59'09" : Lapierre assisté de Hovora et Boucherit


Meudon - Dunkerque 2-3 (1-3,1-0,0-0) - vendredi 20h30
1-0 à 01'10" : Toolsee assisté de Guilhem
1-1 à 07'11" : Houque assisté de Denis
1-2 à 14'31" : M. Rozenthal assisté de Rousseau
1-3 à 15'49" : Thomas assisté de Marez
2-3 à 33'58" : Guilhem assisté de Nesa


Nantes - Dunkerque 4-5 (1-0,2-1,1-4) - samedi 14h00
1-0 à 08'51" : Mahaut assisté de Lecoanet et Valère
1-1 à 21'45" : Pelletier assisté de Dubois et Zich
2-1 à 24'26" : Puech
3-1 à 32'40" : Simak assisté de Novotny
3-2 à 43'01" : F. Rozenthal
3-3 à 46'06" : Zich assisté de Rousseau et F. Rozenthal
3-4 à 47'05" : Péan
4-4 à 47'30" : Lapierre assisté de Valère et Becouze
4-5 à 43'01" : Wikström assisté de F. Rozenthal et Croguennec


Meudon - Rouen II 5-7 (1-1, 1-3, 3-3) - samedi 17h30
0-1 à 02'15" : Moreau
1-1 à 17'31" : Voyer assisté de Trabach
1-2 à 27'48" : Lehericey assisté de Joly et Duval
1-3 à 30'03" : Dumélie assisté de Babka
2-3 à 30'51" : Voyer assisté de Barbey
2-4 à 31'41" : Joly
2-5 à 41'26" : Beziau
3-5 à 55'21" : Sadlon
3-6 à 56'59" : Dreyfus assisté de Dumélie et Lehericey
4-6 à 57'08" : Bernardon assisté de Nesa et Toolsee
4-7 à 57'30" : Berthon assisté de Joly
5-7 à 59'51" : Bernardon assisté de Blommaert et Toolsee


Dunkerque - Rouen II 2-3 (1-1,1-1,0-1) - dimanche 12h00
1-0 à 06'03" : Thomas assisté de Dubois et M. Rozenthal
1-1 à 17'27" : Dumélie assisté de Dreyfus et Duval
1-2 à 26'43" : Dumélie assisté de Duval et Berthon
2-2 à 32'52" : M. Rozenthal assisté de Dubois et Thomas
2-3 à 57'05" : Dumélie assisté de Berthon et Dreyfus


Meudon - Nantes 6-2 (2-0, 3-0, 1-2) - dimanche 15h30
1-0 à 07'21" : Bernardon assisté d'Ehrhart et Sadlon
2-0 à 16'50" : Milec assisté de Sadlon
3-0 à 20'09" : Guilhem
4-0 à 24'51" : Sadlon assisté de Milec et Guilhem
5-0 à 28'30" : Ehrhart assisté de Nesa
6-0 à 43'20" : Guilhem assisté de Milec
6-1 à 47'45" : Valère
6-2 à 54'35" : Le Gall


Meudon

Gardien : Maxime Desormeaux puis Steven Froment à 30'05".

Défenseurs : Juraj Sadlon - Antoine Courant ; Sébastien Grasset - Jordan Toolsee.

Attaquants : Gaël Guilhem - Sébastien Trabach - Pavol Milec ; Franz Ehrhart - Antoine Bernardon (C) - Florian Nesa ; Benjamin Voyer (ou Romain Soustelle) - Nicolas Barbey (A) - Baptiste Blommaert.

Nantes

Gardien : Axel Becouze.

Défenseurs : Pierre Dhermant - Thomas Puech ; Thomas Lecoanet - Louis Boucherit ; Julien Creno - Tony Delage.

Attaquants : Petr Grygar - Clément Genièvre - Julien Le Gall ; Charley Marcos - Vincent Jacquemin - Jordan Parisot ; Benjamin Valère - Mickaël Mahaut (A) - David Lapierre (A).

Remplaçant : François Lemay (G). En réserve : Radek Hovora (C), Marcel Simak, Roman Novotny.