Neuilly-sur-Marne - Amiens (match amical)

Un petit génie israélien à Neuilly-sur-Marne

2011-09-03-Neuilly-AmiensLa Ligue Magnus se voit souvent reprocher son trop faible nombre de matchs, mais certains de ses participants compensent en pré-saison par un rythme démentiel. Neuilly-sur-Marne en est à la quatrième étape de sa série de cinq rencontres en six jours, tandis qu'Amiens est sur la glace pour le troisième jour consécutif. Les Nocéens étaient dans la même situation qu'à l'aller et n'avaient perdu que 3-1. Leur victoire paraît donc possible au retour, surtout quand on compare les deux bancs : les Gothiques se sont déplacés à 1 gardien et 14 joueurs... si l'on triche en comptant Vincent Bachet qui fait office de préposé aux statistiques depuis les tribunes !

En face, Neuilly-sur-Marne présente quatre lignes complètes, du fait de la présence de la surprise du chef : Eli Sherbatov. Ce joueur, né en Israël mais qui a grandi autour de Montréal, est célèbre auprès des amateurs de hockey international depuis qu'il a inscrit un but qu'on appelait pas encore "à la Granlund", à l'âge de seulement 13 ans, lors des championnats du monde U18 (Israël-Bulgarie). Sa renommée s'est amplifiée bien au-delà cet été en raison d'un incroyable jonglage contre la Grèce cette saison dans une vidéo qui a fait le tour du monde. Il était prévu que Sherbatov quitte le junior majeur pour la Belgique, mais les Bisons ont pris à l'essai cette pépite capable de gestes magnifiques.

Le super-feinteur pourrait donner une image plus sexy au club banlieusard parfois dédaigné pour son environnement peu folichon. Sa fameuse patinoire n'est pas encore ouverte cette année, en raison de retards dans les travaux de rénovation du système de refroidissement, et le HCNM93 s'entraîne entre Champigny-sur-Marne et Dammarie-les-Lys. C'est cette dernière ville - voisine de Melun - qui accueille ce match, dans sa patinoire neuve (cas unique en Ile-de-France !) située dans la "Cartonnerie", un centre de loisirs réunissant cinémas, restaurants et bowling. La glace y est de 56x26, comme à Neuilly, et les gradins plutôt limités sont bien pleins ce soir.

2011-09-03-Neuilly-Amiens2En début de match, les Bisons sont les plus dans le rythme. C'est donc Neuilly-sur-Marne qui transforme sa première supériorité numérique par un lancer du défenseur Jesse Lebreton. Dans la foulée, Amiens n'arrive même pas à installer pendant les deux minutes de prison de Rey, et au retour à cinq, le premier trio local attaque la cage : Pittarreli tire de la droite et Bolduc décale Appel au rebond (2-0).

Dans les tribunes, on s'interroge. "C'est la vraie équipe d'Amiens ?", se demande un spectateur après un cafouillage du défenseur cadet Nicolas Leclerc, qui a un peu de mal à assurer techniquement en subissant une rotation à quatre arrières face à quatre lignes offensives adverses. Oui, c'est la vraie équipe, la même qui a battu le champion Rouen 6-2 hier, mais avec encore trois joueurs de moins (Béron, Bachet et le jeune Serer) et un banc si court qu'elle semble manquer de souffle. On semble donc s'acheminer vers une troisième victoire des Bisons dans la même semaine sur un adversaire de Magnus, après Caen et Rouen. Presque trop beau et dangereux psychologiquement pour un promu.

Jake Morisette réduit cependant le score (2-1), et le deuxième tiers-temps est ensuite différent. Amiens domine dès le début, maintient l'adversaire dans son camp. Les sorties et les entrées de zone de Neuilly-sur-Marne, propres en première période, deviennent plus difficiles. Les 1 contre 1 ne passent plus, notamment face à un Aziz Baazi vigilant. Et même lorsque le défenseur d'origine caennaise est pénalisé pour crosse haute, Amiens se crée la meilleure occasion en infériorité par un breakaway de Valentin Claireaux, sauvé par Billy Blase.

La troisième période commence par un tir masqué de la bleue de Nicolas Leclerc : le palet file dans le dos de Blase et s'arrête derrière lui. Le boulet passe de plus eh plus près... Sherbatov, qui aura été discret ce soir, est sanctionné pour une nette charge contre la bande. Amiens maintient la pression en zone offensive même quand le jeu revient à égalité numérique. Angel Nikolov égalise alors à la faveur d'une mêlée devant la cage (2-2).

2011-09-03-Neuilly-Amiens3Les actions commencent à s'accélérer d'une cage à l'autre. Alexis Besson, que Neuilly a recruté chez les juniors amiénois, commet une mauvaise passe et donne le palet dans sa zone à son ex-camarade Claireaux, qui ne conclut pas. Pittarelli place une contre-attaque, mais Pek est maîtrisé par la défense au rebond. Kodyjasz n'arrive pas à dévier devant la cage un service de Clément Rey, auteur d'un beau mouvement en entrée de zone. On en reste donc à ce score de parité.

M. Bergamelli annonce à la table une prolongation de dix minutes, mais les deux entraîneurs, qui savent que leurs joueurs ont les jambes lourdes, se concertent par gestes et décident plutôt d'en finir avec des tirs au but, choix applaudi par le public. La séance sera courte. Thompson n'a pas d'arrêt à faire : Cacciotti tire trop à gauche, et le palet échappe à Pittarelli pendant sa feinte. En revanche, les deux premiers Amiénois marquent : Morisette trouve un trou de souris et Basic réussit un joli dribble.

Courage à Neuilly pour remettre le couvert à Reims demain. Il ne reste plus qu'à sortir de là, puisque la "Cartonnerie" a réinventé le concept de piscine-patinoire : la patinoire en intérieur et la piscine extérieure... puisque certaines allées du parking sont inondées d'au moins soixante centimètres d'eau. Ne pas noyer son moteur, c'est le mot d'ordre dans cette pré-saison au calendrier éreintant...

Commentaires d'après-match

Frank Spinozzi (entraîneur de Neuilly-sur-Marne) : "L'objectif est de s'assurer que l'équipe joue un maximum pour voir notre profondeur de banc et faire jouer tout le monde. On peut voir aussi notre durabilité. Bolduc a été très bon sur les 5 premiers matchs, moins sur les 2 derniers, il doit travailler en ce sens. Notre grande ambition, c'est d'avoir toujours tout donné après 60 minutes. On verra bien le résultat. Dans tous nos matches sauf ce soir, on a fait 40 lancers. Je ne m'inquiète donc pas pour notre offensive. En plus, nous avions deux ailiers droits blessés, Kmec et Pittarelli. Ce dernier est revenu ce soir, même si son exécution en est encore à se placer. Notre esprit de corps est notre force, c'est obligatoire pour une équipe comme la nôtre. Les gens ne se rendent pas forcément compte qu'on passe deux heures par jour sur la route pour pratiquer, et que cela va durer encore deux semaines."


Neuilly-sur-Marne - Amiens 2-2 (2-1, 0-0, 0-1) / 0-2 aux tirs au but
Samedi 3 septembre 2011 à 18h00 à Dammarie-les-Lys.
Arbitrage de Jimmy Bergamelli assisté de Jimmy Fievet et Jérémy Khali.
Pénalités : Neuilly-sur-Marne 4' (2', 0', 2') ; Amiens 4' (2', 2', 0').
Tirs : Neuilly-sur-Marne 31 ; Amiens 25.

Évolution du score :
1-0 à 07'53" : Lebreton assisté de Cacciotti et Appel (sup. num.)
2-0 à 11'??" : Appel assisté de Bolduc et Pittarelli
2-1 à 14'00" : Morissette
2-2 à 47'49" : Nikolov assisté de Basic et Baazi

Tirs au but :
Neuilly-sur-Marne : Cacciotti (à côté), Pittarelli (manqué).
Amiens : Morrisette (réussi), Basic (réussi).


Neuilly-sur-Marne

Gardien : Billy Blase.

Défenseurs : Alexis Birolini - Louis-Étienne Leblanc ; Jozef Wagenhoffer - Martin Zajac ; Jesse Lebreton - Alexis Besson ; Stanislas Aubert.

Attaquants : Juho-Tuomas Appel (A) - Philippe Bolduc - Anthony Pittarelli ; Martin Malat - Steven Cacciotti (C) - Lukas Pek ; Eli Sherbatov - Étienne Bellavance-Martin - Clément Rey ; Arnaud Bougaran - Miroslav Kecka (A) - Anthony Kodyjasz.

Remplaçant : Landry Labat. Absent : Andrej Kmec (adducteurs).

Amiens

Gardien : Billy Thompson.

Défenseurs : Angel Nikolov - Nicolas Leclerc (jr) ; Romain Bault - Aziz Baazzi.

Attaquants : Martin Tomasek (A) - Jake Morissette - Luka Basic ; Alvin Matima - Valentin Claireaux - Mickaël Bardet (A) ; Aïna Rambelo - Anthony Mortas (C) - [Claireaux].

Absents : Kevin Bergin (attente de licence), Grégory Béron, Vincent Bachet, Teddy Trabichet, Thomas Roussel, Antoine Vanwormhoudt, Kyle Sibley, Jaroslaw Rzeszutko.