Ajoie - Épinal (match amical)

Les Dauphins restent sur leur fin

Voyeboeuf PorrentruyComme il fallait s'y attendre, le défi chaux-de-fonnier de la veille, aux Mélèzes, s'est avéré trop "balèze" pour l'ICE, rossée (0-9) chez un cador de LNB. Des Vosgiens privés d'Erwan Agostini, Peter Slovák et Michal Petrák... et encore plus diminués par les sorties prématurées de Loïc Lacasse et Guillaume Papelier !

C'est dire s'ils y en ont laissé, des plumes, ces Spinaliens émoussés qui doivent enchaîner, cet après-midi, du côté de Porrentruy. Une halte en Ajoie, dans une patinoire antédiluvienne (le Voyeboeuf et son toit voûté qui rappelle celui de l'ancien Poissompré), constituant l’ultime répétition générale des locaux à cinq jours de la reprise de leur championnat. Et ils seraient bien inspirés de s’imposer, les hommes de Paul Adey, après leur déconvenue de mardi face à Strasbourg (1-4).

Battu deux fois en trois confrontations avec l'Étoile noire, le club-phare du Jura se présente proche de sa configuration optimale. Le récent retour de Steven Barras (longtemps ménagé après son opération des adducteurs), couplé à celui du capitaine Stéphane Roy (pris de douleurs à la nuque lors d'une bagarre à Strasbourg le 23 août dernier), permet au coach anglo-canadien d'enfin reformer sa fameuse ligne Barras-Roy-Desmarais.

Croire qu'Ajoie vaut surtout pour sa première ligne, c'est aller un peu vite en besogne. Pourtant, cela ne va pas manquer de se vérifier tout au long de la soirée tant danger, côté jurassien, aura surtout rimé en Roy, Barras et Desmarais. La minute de jeu n'est pas encore passée que Stéphane Roy, à l'affût d'un palet mal dégagé, se procure une première très grosse occasion. Il suffit ensuite d'une montée latérale de Barras, suivie d'une entrée de zone savamment orchestrée par Desmarais, pour que Roy s'en procure une deuxième (5e), enrayée par un Lacasse inspiré.

 

Loc LacasseLe portier canadien veille au grain en début de partie, rachetant les erreurs individuelles de ses coéquipiers. Comme ce palet perdu par Gervais en zone neutre et profitant à un Tuffet frustré en breakaway (05'01"). Bis repetita sur une bourde de Toby Lafrance à sa ligne bleue, exploitée par ce diable de Stéphane Roy, qui ne manque pas de servir Steven Barras à l'opposé. Une chance, pour Lacasse, que le meilleur finisseur suisse de LNB ne soit pas sur son bon côté (11e)...

Tout heureux de voir le tir à bout portant de Marco Pedretti faire poteau sortant (11'30"), Loïc Lacasse tient ses couleurs à bout de bras dans cette entame difficile, où l'ICE peine à trouver le bon rythme et à venir inquiéter Matthias Mischler.

Le gardien ajoulot qui, avec Todeschini, a la lourde tâche de remplacer Simon Rytz (meilleur gardien de LNB l'an passé), intervient néanmoins devant Guillaume Chassard, bien lancé par Ján Plch suite à une interception du vétéran slovaque (14'14"). Il freine aussi cette incursion (15'25") d'un Chad Lacasse plus cigale que fourmi en début de partie. Et donc moins en vue qu'un Toby Lafrance brillant par son engagement de tous les instants. Une ténacité qui devrait en faire l'un des prochains chouchous de Poissompré.

Un statut qu'ont depuis longtemps acquis, ici, Stéphane Roy et James Desmarais. Deux gaillards chevronnés, présents depuis six ans dans ce coin-là du Jura et auteurs, à eux deux, de 845 points sous le maillot du HC Ajoie. Une paire d'as qui devient brelan avec Steven Barras, l'un des grands oubliés de la LNA avec Jordane Hauert. Un autre joueur du cru promis à l'élite depuis tant d'années mais encore et toujours cantonné à la LNB... où il n'a évidemment plus rien à prouver. Ces quatre-là tentent beaucoup mais trouvent désespérément porte close. Car Loïc Lacasse non plus n'est pas le premier venu et le fait savoir en cueillant, d'une mitaine ferme, l'essai d'un Steven Barras bien décalé par Stéphane Roy (24'38").

Le repositionnement en défense de Nathan Ganz, rendu nécessaire par la sortie de Niko Mäntylä, contraint Toby Lafrance à doubler ses présences. Le petit gratteur québécois passe tout près d'ouvrir le score en trouvant le montant à bout portant (25e). Ján Plch, qui se présentait seul devant Mischler, n'est lui pas plus en réussite car bousculé sans ménagement, dans son approche, par le repli de Stämpfli (27e).

En fait, le salut viendra d'un nouveau venu, Mikko Jortikka, mis sur orbite par Guillaume Chassard et suffisamment habile pour glisser son revers dans un trou de souris (0-1 à 27'44"). Il est intéressant de noter que les deux buts spinaliens de la partie sont l’œuvre de défenseurs puisque Fabien Leroy profite à son tour d'un excellent travail Scarlato Armandopréparatoire du numéro "septante-sept" des Dauphins (0-2 à 29'58").

Pareil crime ne peut rester impuni et Ajoie, mis à mal devant son public, réagit promptement. Mais il n'y a rien à faire face à un Lacasse des grands soirs, qui semblait pourtant battu par James Desmarais (31'04").

"Mais donnez-leur des buts de foot !", s'affligent les supporters jurassiens, qui peuvent également hurler au "bourrin" sur l'intervention musclée d'Armando Scarlato. L'Italo-Canadien, aussi sobre dans ses interventions qu'appliqué dans ses placements, va récolter un 2+10 pour avoir envoyé valdinguer son adversaire, qui s'était frotté d'un peu trop près à Loïc Lacasse... dont il est le "garde du corps" attitré !

Cette pénalité est la bienvenue pour un HCA en passe de subir un nouveau camouflet à domicile. Bourrée d'automatismes, la triplette Barras-Roy-Desmarais multiplie les enchaînements et le jeu en première intention mais connaît quelques ratés, notamment dans la finition. Les "seconds-couteaux" ne sont pas plus vernis à l'image de Pedretti, lancé en profondeur par Chabloz mais incapable de déjouer qui vous savez (42e). Un Loïc Lacasse imbattable, même couché sur sa ligne et laissant de ce fait une cage grande ouverte à Steven Barras (47e). Caramba, encore raté !

À l'entame des dix dernières minutes, une double supériorité numérique apparaît presque comme celle de la dernière chance pour Ajoie, qui sort ses gros bras, les inévitables Desmarais, Roy et Barras. Mais le buteur tant attendu n'est pas de ceux-là. C'est Geoffrey Vauclair, l'enfant du pays, l'homme aux 488 matchs de LNA qui, de près, s'en vient relancer les jaune et noirs (1-2 à 51'11").

Si Loïc Lacasse a fini par craquer, Antoine Todeschini, qui a supplée Matthias Mischler en deuxième période, ne s'en laisse pas conter. Intervenant épisodiquement, mais efficacement devant Plch, Lafrance et consorts. Mais alors qu'Épinal se dirige vers un succès réconfortant après le bouillon subi vingt-quatre heures plus tôt, un étonnant revirement de situation va s'opérer.

Tout part d'une longue ouverture de Kevin Fey, qui répond à l'appel de Steven Barras. Lancé plein axe, ce dernier parvient, enfin, à glisser le disque entre les bottes du gardien (2-2 à 58'48"). Un Loïc Lacasse encore plus furibard après un shoot en pleine lucarne de Sandro Tschuor (3-2 à 59'46"). Les Jurassiens, dotés d'une plus grande profondeur de banc, ont su profiter d'une vigilance spinalienne atténuée en fin de partie pour sauver la face. 

Se frotter coup sur coup à deux des toutes meilleures équipes de LNB pour se roder, ce n'était assurément pas choisir la facilité et les hommes de Santino Pellegrino, après avoir sombré à La Chaux-de-Fonds, se sont bien ressaisis à Porrentruy. Les voilà entrés dans la phase finale de leur préparation estivale avec, en point de mire, un nouveau déplacement à Dijon vendredi. Pour un dernier test grandeur nature qui n'aura rien d'amical...

 

Ajoie - Épinal 3-2 (0-0, 0-2, 3-0)
Dimanche 4 septembre 2011 à 17h30 à la patinoire du Voyeboeuf. 350 spectateurs.
Arbitres : Ken Mollard (SUI) assisté de Marc Huggenberger (SUI) et Michael Rohrer (SUI).
Pénalités : 8' (2', 0', 6') contre Ajoie ; 22' (2', 14', 6') contre Épinal.

Évolution du score :
0-1 à 27'44" : Jortikka
0-2 à 29'58" : Leroy assisté de Chassard et Plch
1-2 à 51'11" : Vauclair assisté de Barras et Desmarais (double sup. num.)
2-2 à 58'48" : Barras assisté de Fey
3-2 à 59'46" : Tschuor assisté de Desmarais

Ajoie

Gardien : Matthias Mischler puis Antoine Todeschini à 29'58".

Défenseurs : Kevin Fey - Jordane Hauert ; Lionel D'Urso - Remo Eicher ; Miguel Orlando - Nando Wüthrich ; Martin Gasser - David Stämpfli.

Attaquants : Steven Barras - Stéphane Roy (C) - James Desmarais (A) ; Timothé Tuffet - Sandro Tschuor - Geoffrey Vauclair ; Raffael Lüthi - Marco Pedretti - Arnaud Montandon ; Nico Spolidoro - Michaël Chételat - Antoine Chabloz.

Absents : Sébastien Hostettler, Alexandre Posse, Aleksandar Mihajlovic, Nicolas Boillat.

Épinal 

Gardien : Loïc Lacasse.

Défenseurs : Niko Mäntylä puis Nathan Ganz à 20'00" - Stéphane Gervais ; Mikko Jortikka - Fabien Leroy ; Armando Scarlato.

Attaquants : Maxime Boisclair - Toby Lafrance - Guillaume Chassard (C) ; Chad Lacasse - Yannick Offret - Ján Plch (A) ; Ján Šimko - Nathan Ganz [puis Lafrance]- Kévin Benchabane.

Remplaçant : Mathieu Perrin (G). Absents : Michal Petrák (suspendu), Peter Slovák (dos), Guillaume Papelier, Erwan Agostini.