Hommage aux victimes de la tragédie (II)

SALEI Ruslan-100516-822

Aleksandr Kalyanin s'est révélé sur le tard l'an passé. Son père Igor (qui est l'adjoint de Nazarov au Vityaz) l'a entraîné depuis tout petit pour lui faire subir une vraie préparation d'athlète, et il lui a fait faire des pompes depuis son plus jeune âge. Finalement, ça a payé. Il y a peu, le fiston a enfin réussi à battre son père au tennis. Et peu après, il a été convoqué en équipe de Russie avec ses compagnons de ligne. Une ligne brisée. Kalyanin revenait de blessure, et n'a été inclus parmi les passagers qu'au dernier moment à la place du junior Maksim Zyuzakin (le miraculé).

Le second élément de ce trio des jeunes est Guennadi Churilov. Lors de son doublé contre la Finlande à la manche moscovite de l'Euro Hockey Tour, il calmait les journalistes qui lui parlaient des prochains Jeux olympiques (pour lequel le trio devenait candidat) en répondant qu'il était trop tôt pour évoquer Sotchi. Bien trop tôt, malheureusement.

Aleksandr Galimov, le troisième homme de cette ligne, a survécu au crash. Mais quand on sait ce que sont les douleurs insupportables endurées par les très grands brûlés et leurs chances de survie, on ne peut formuler qu'un seul voeu : qu'il n'ait jamais été conscient et qu'il n'ait donc pas souffert.

Ruslan Salei a passé quatorze années en NHL, dont dix chez les Mighty (à l'époque) Ducks d'Anaheim - avec un but en prolongation en finale de Coupe Stanley. Il avait toujours sa maison dans le Comté d'Orange en Californie, et même la saison passée à Detroit, il a fait plusieurs fois l'aller-retour pour aller retrouver sa femme qui attendait leur troisième enfant. Agent libre, il avait cherché à venir rejouer près de chez lui, mais les équipes californiennes de NHL ne lui avaient pas fait d'offre. Il avait donc choisi le Lokomotiv Yaroslavl, et le calendrier lui offrait un premier déplacement dans son pays. Peut-être y voyait-il un clin d'oeil du destin. Mais le destin a définitivement fermé ses paupières. Le capitaine de l'équipe nationale du Bélarus était à Minsk quelques jours avant l'accident et aurait pu y rester, mais il a choisi de retourner à Yaroslavl pour la préparation d'avant-match.

SKRASTINS Karlis-2009-8299

En 2008, Salei avait échangé par Florida à Colorado contre Karlis Skrastins (et un troisième tour de draft). Les deux capitaines de leur équipe nationale s'étaient donc croisés, avant de se retrouver finalement sous la bannière du Lokomotiv, qui les a recrutés pour la même raison : il manquait de défenseurs purs, solides dans leur zone. Skrastins faisait figure d'indestructible parce qu'il avait détenu un temps le record de NHL des matchs consécutifs joués par un défenseur. Avec l'âge, il lui était arrivé, à lui aussi, de connaître des blessures, ce qui n'était guère étonnant vu son dévouement sur la glace. Mais aujourd'hui, il n'est plus question d'indestructible. Simplement d'une autre vie brisée.

Yuri Uryshev a fait partie des jeunes héros russes, champions du monde juniors en janvier dernier après des rencontres incroyables. Les blessures en défense lui ont ouvert une place lors de la dernière demi-finale de KHL, mais après avoir ouvert le score, sa vilaine charge genou contre genou sur Nesterov lui avait valu une suspension de 5 matches. En plus, il était blessé au doigt. Il a pourtant fait le voyage avec l'équipe, juste pour la soutenir, et il a partagé son triste sort, tout comme les jeunes Artem Yarchuk (21 ans), Maksim Shuvalov (18 ans) et Pavel Snuritsyn (19 ans, orphelin de mère) qui ont eux aussi été emmenés avec l'équipe première.

Andrei Kiryukhin est le fils d'un footballeur professionnel, et quand il jouait au ballon rond avec ses coéquipiers, il les surpassait tous de très loin. Au hockey, le jeune attaquant avait encore à apprendre. Il ne le pourra plus.