Hommage aux victimes de la tragédie (IV)

RACHUNEK Karel-100509-099La mort de Pavol Demitra, meilleur marqueur des Jeux olympiques de Vancouver, a été officiellement annoncée par ses mots d'un des secrétaires de l'ambassade de Slovaquie : "C'était plus qu'un joueur, c'était le capitaine de l'équipe nationale, l'icône du hockey slovaque. Tout le monde le connaissait, c'était presque un héros. Bien sûr, pour nous c'est une énorme tragédie." Dans sa ville natale de Trencin, on a déjà annoncé qu'une patinoire et une école sportive porterait le nom du disparu. Son numéro 38 sera retiré de la sélection nationale.

Défenseur offensif par excellence, Karel Rachunek avait été le sauveur de la République Tchèque par son slap égalisateur à huit secondes de la fin de la demi-finale du Mondial 2010, ouvrant la voie au titre de champion du monde le plus improbable de l'histoire. C'est un des rares étrangers à avoir été désigné capitaine de son équipe en KHL. Le capitaine a sombré avec son vaisseau. Il laisse une femme et deux enfants.

Le président des Flames de Calgary, Ken King, a rendu un vibrant hommage à l'entraîneur canadien du Lokomotiv : "[Brad McCrimmon] essayait de cacher son intellect supérieur et son esprit sous des abords de simple fermier du Saskatchewan. Et je ne peux pas dire qu'il réussissait à cacher son intelligence, parce que c'était un vrai soldat, un homme merveilleux, et je ne peux pas exprimer combien il nous manquera." Ancien défenseur rugueux, McCrimmon avait de bons souvenirs à Yaroslavl puisqu'il était le coach chargé de la défense championne lors du Mondial U18 qui y avait été organisé. Il avait lu le livre de son compatriote Dave King sur son expérience à Magnitogorsk, et en particulier le paragraphe sur un "ptérodactyle" dans lequel il avait voyagé un jour en vol charter. Il avait d'ailleurs contacté King, qui lui avait confirmé que la seule chose franchement inquiétante en Russie était les avions charters... Cela n'avait pas dissuadé le coach canadien, qui se voyait offrir un poste intéressant d'entraîneur en chef à 52 ans après de nombreuses saisons comme adjoint en NHL.

L'ancien défenseur Aleksandr Karpovtsev, champion du monde 1993 et vainqueur de la Coupe Stanley 1994, faisait ses premiers pas de coach au Lokomotiv. Son ancien coéquipier aux Rangers, Wayne Gretzky, l'a ainsi décrit dans le New York Post : "C'était un de ses gars qui s'entendant avec tout le monde. Je ne me souviens d'aucune controverse autour de lui. Potsy n'était pas aussi gros qu'Ulf Samuelsson ou Jeff Beukeboom, mais il jouait aussi dur que n'importe qui. La façon dont il a joué contre la ligne Lindros-LeClair, c'était quelque chose. C'était un gars franc qui donnait tout ce qu'il avait, bloquait les tirs, allait dans les coins. Quant à sa personnalité, c'est vrai, il souriait toujours dans le bus, dans l'avion. Juste un gars solide que l'on était content d'avoir." Sa femme Diana lui avait donné un premier enfant et est enceinte de cinq mois.

L'autre entraîneur adjoint, Igor Korolev, avait raccroché les patins avait d'accepter de revenir aider le Lokomotiv à l'automne dernier. L'ancien joueur de NHL, formé au Dynamo Moscou, faisait alors déjà office d'entraîneur-joueur et était passé derrière le banc.

Evgeni Sedorov était chargé des statistiques et des données scientifique de l'entraînement. Il avait travaillé pour Nemchinov en équipe nationale junior de Russie. Nikolaï Krivonosov était le préparateur physique. Andrei Zimin était le médecin de l'équipe, et son fils Anton joue pour le Rubin Tioumen (que l'on verra en Coupe Continentale à Rouen). Vladimir Piskunov était un ancien joueur du Lokomotiv devenu administrateur de l'équipe.