Courbevoie - Brest (Division 1, 1re journée)

Un débutant dans les cages, et Brest en face...

HolikVladimirSur le site du club, puis au micro avant le match, le président du COC annonce que l'équipe ne sera pas au complet en raison des "problèmes administratifs", en clair les habituels retards sur la validation des joueurs étrangers. Est-ce donc la peine de venir ? Une équipe affaiblie a-t-elle une chance contre les Albatros de Brest, éternels favoris partout où ils passent et finalistes malheureux des deux derniers championnats de division 1 ?

En fait de licences manquantes, il n'y en a que deux, mais elles ne sont pas négligeables : le défenseur Milan Sejna et surtout le nouveau gardien Sylvain Michaud. Le vétéran Nicolas Fourcade, qui avait pris sa retraite, a été rappelé, mais uniquement pour être sur le banc en cas de besoin. Le numéro 2 cette saison, et donc le titulaire du soir dans les cages, est Thibault Hiret. Ce gardien de 22 ans a été blessé toute la saison dernière en junior, et il effectue ses grands débuts en senior. Le défi est de taille face aux Bretons. Il suffit pour s'en convaincre de regarder leur effectif avec trois lignes homogènes.

Le COC n'a peut-être pas autant de références. Les premières rotations de Cédric Boucamus semblent indiquer quelques craintes sur sa profondeur de banc : la première ligne revient sur la glace après la deuxième, avant que le troisième trio ne soit finalement envoyé faire ses premiers pas. Des pas de conquérants ! Après un tour de cage, le tir de Mickaël Denis est repoussé, mais Maxime Levot prend le rebond dans l'axe (1-0, 02'31").

Surprenant début de match. Brest utilise son avantage de gabarit, à l'instar d'Aurélien Gréverend qui multiplie les boîtes. Mais cette supériorité à l'impact ne suffit pas quand on a toujours un temps de retard dans l'exécution des passes et dans le placement. Courbevoie est plus rapide et plus organisé. On a l'impression que les Albatros sont en retard dans leur préparation sur leur adversaire, quand bien même ils ont déjà affronté deux équipes de Magnus avec une victoire au passage. Ils n'arrivent plus à sortir de leur zone face au pressing adverse.

2011-09-10-Courbevoie-BrestLes locaux patinent plus, et sont bien plus en place. Kevin Gadoury sert Alexandre Motte tout seul au second poteau (2-0, 06'32"). Où était le marquage ? Clément Gonzales, unique joueur formé à Brest de la défense, musardait derrière la cage. La sanction est immédiate, il ne remontera plus sur la glace et les Albatros tourneront à cinq derrière. Pour ne pas se tromper dans les nouvelles rotations, les arrières auront même un panse-bête (photo de gauche) pour expliquer à quel moment "Cisco" Ballet bascule de gauche à droite.

Les affaires de Courbevoie se compliquent avec une prison de Vinatier. La passe de Prosvic pour Holik entre les cercles est parfaite, mais le défenseur tchèque n'arrive pas à exploiter le caviar. En fin de pénalité, Courbevoie récupère tous les palets dès la zone neutre et renvoie au fond. Mais lorsque Konopka et Tanesie sont sanctionnés au même moment, ça devient plus difficile. À 5 contre 3, David Poulin a tout le temps d'armer un beau slap à mi-hauteur au ras du poteau (2-1, 11'04"). À 4 contre 5, les rouges s'engagent en zone neutre par des charges "sandwich" et abandonnent pour une fois leur position : David Croteau se retrouve immédiatement seul face au but, mais Thibault Hiret réussit le sauvetage. Brest n'apprécie pas de prendre des coups et réplique par des gestes revanchards : cinglage de Pard et piquage de Lefebvre, expulsé (11'57").

Jouer à 5 contre 3 pendant deux minutes, ça devrait suffire pour le COC. Apparemment pas puisqu'il veut jouer à 6 ! Un surnombre qui est un vrai gâchis. Tout ce que Courbevoie fera de ces cinq minutes de supériorité, c'est une passe transversale de Benoît Paillet pour Sam Sabky dont le tir est détourné sur le poteau. En bons marins, les Bretons ont laissé passer l'orage. Avec leurs lignes d'attaque réduites à sept (Lefebvre est au vestiaire et Prosvic a pris une méconduite), ils égalisent par un revers levé de David Croteau au poteau gauche (2-2, 17'33"). À la pause, on a vraiment l'impression que Courbevoie a laissé passer sa chance...

MacrezLandryImpression confirmée quand, au retour sur la glace, le jeune gardien Thibault Hiret n'arrête pas un tir distant de la gauche de Nicholas Pard (2-3, 21'43"). Les attaques de Brest sont de plus en plus rapides. Pendant que le palet traîne dangereusement dans l'enclave, Hiret bouge sa cage. Courbevoie semble prêt à craquer... mais en infériorité, Alexandre Motte envoie un tir du poignet à mi-distance en lucarne. Tout est relancé ? Seulement pendant 22 secondes. Le temps pour Francis Ballet de lancer juste sous la barre (3-4, 25'28").

Courbevoie maintient une menace grâce à de longues passes. Un très joli service de Denis trouve Levot à la bleue, le contrôle est excellent mais le tir n'est pas décisif. Soudain, une annonce retentit dans la patinoire : "Suite à un incident technique, veuillez vous diriger vers les issues de secours les plus proches, merci". On arrête le jeu, le public ne sait pas quoi faire et reste majoritairement à sa place. Au bout de cinq minutes, l'alarme finit par s'éteindre...

Arrive alors le but-gag dans la défense brestoise : Landry Macrez est sorti loin de sa cage, et son défenseur David Poulin semble tétanisé. Sam Sabky charge le défenseur canadien et laisse le palet, que Marc Slupski peut alors envoyer dans la cage ouverte avant que le gardien se replace (4-4, 32'54"). De nouveau, Brest est fébrile, et Hennebert rejoint Avenel en prison. Sabky met trop de temps à contrôler une passe de Konopka, et Macrez a ainsi le temps de se déplacer pour tuer cette minute à 3 contre 5. Courbevoie a encore laissé filer une occasion et se fait même une frayeur en fin de supériorité : Benjamin De Avelar perd le palet en remontant dans sa zone et son gardien Hiret rattrape le coup en captant de la mitaine un tir de Lemoine.

HanesMatusÀ la pause, de nouveau, les Brestois peuvent se dire qu'ils ont traversé la tempête et ont les moyens de repartir à l'abordage. Dès le retour sur la glace, Nicolas Motreff conclut au poteau gauche une action entachée d'une obstruction au passage de la bleue (4-5, 41'38"). Courbevoie ne convertit toujours pas une pénalité adverse (charge avec le genou de Pard), mais reste agressif sur la glace et égalise par Konopka au rebond. De Avelar concède deux pénalités sous les chambrages de ses anciens coéquipiers évryens en tribune, mais Courbevoie les tue et prend même l'avantage dans l'intervalle par un tir croisé du cercle gauche de Matus Hanes (6-5, 49'44").

Le favori tremble. Les anciens Caennais retrouvent bien leurs automatismes, avec une passe en profondeur d'Avenel pour la déviation de Prosvic devant le gardien, mais celui-ci détourne. Et c'est le premier buteur Maxime Levot qui complète son doublé en reprenant de volée un palet qui s'est envolé dans les airs après un premier tir de Hugo Vinatier (7-5, 53'49"). Sébastien Oprandi appelle son temps mort et change de gardien pour faire rentrer Arnaud Goëtz, mais la situation est compromise. Une dernière pénalité de Paillet permet au coach brestois de sortir son gardien pour jouer à 6 contre 4, mais Hanes finit en cage vide (8-5, 58'53"). Courbevoie remporte logiquement la victoire face à une équipe de Brest pas au point.

Commentaires d'après-match

Cédric Boucamus (entraîneur de Courbevoie) : "Il fallait les battre maintenant, car ils ont commencé plus tard la saison. L'an dernier, on avait perdu d'entrée chez nous, c'est pour ça qu'on a voulu commencer le 15 août et faire plus de matches. Brest est une belle équipe, mais elle n'est pas en forme. Ce n'est pas tant le niveau qui a changé chez nous que l'état d'esprit. On s'est solidifié derrière, on a mis de la jeunesse devant, on a éliminé les individualités. J'ai le duo de gardiens pour travailler comme je veux. Thibault Hiret pourra beaucoup apprendre aux côtés de Sylvain Michaud. Cela fait plus d'un an qu'il n'avait pas joué, même s'il a fait quelques matches en préparation. Il a donné son maximum, il a fait des erreurs, mais je lui tire mon chapeau car Brest est une sacrée équipe."

Thibault Hiret (gardien de Courbevoie) : "Je suis super-content. J'ai appris jeudi que je jouerais. C'était mon premier match. On a un peu peur avant, mais finalement il n'y a pas de quoi. C'est magnifique."

Sébastien Oprandi (entraîneur de Brest) : "On savait que ce serait un match-piège sur petite glace. On a abordé la fleur au fusil notre rencontre. On est encore en pleine préparation physique, on manquait de mouvement. On a une équipe de besogneux, et quand les besogneux se la jouent facile, c'est dur. Je pense que beaucoup d'équipes chuteront à Courbevoie. On a oublié qu'on a les mêmes objectifs qu'eux, se qualifier en play-offs. Quand je dis ça, je sais que ça détone avec les dernières années à Brest. Mais on a un championnat très homogène. Les équipes de tête n'auront pas deux ou trois défaites en fin d'année. Il n'y a plus un ou deux favoris, mais 10. Courbevoie n'est même pas cité dans les 10, et pourtant ils seront peut-être dans les 8 en fin de saison."

 

Courbevoie - Brest 8-5 (2-2, 2-2, 4-1)
Samedi 10 septembre 2011 à 20h00 à la patinoire Thierry-Monier.
Arbitrage de Jérémy Rauline assisté de Yann Furet et Charlotte Girard.
Pénalités : Courbevoie 20' (8', 4', 8') ; Brest 55' (2'+10'+5'+20', 6', 2'+10').
Tirs : Courbevoie 32 (12, 11, 9) ; Brest 36 (11, 12, 13).

Évolution du score :
1-0 à 02'31" : Levot assisté de Denis et Gadoury
2-0 à 06'32" : Motte assisté de Gadoury et Hanes
2-1 à 11'04" : Poulin assisté de Holik et Prosvic (double sup. num.)
2-2 à 17'33" : Croteau assisté de Greverend
2-3 à 21'43" : Pard assisté de Croteau (sup. num.)
3-3 à 25'06" : Motte assisté de Thomas (inf. num.)
3-4 à 25'28" : Ballet assisté de Croteau et Lemoine (sup. num.)
4-4 à 32'54" : Slupski
4-5 à 41'32" : Motreff assisté de L'Arvor et Prosvic (sup. num.)
5-5 à 46'26" : Sabky assisté de Gadoury (inf. num.)
6-5 à 49'44" : Hanes assisté de Konopka et Motte
7-5 à 53'49" : Levot assisté de Vinatier
8-5 à 58'53" : Hanes (cage vide)


Courbevoie

Gardien : Thibault Hiret.

Défenseurs : Vladimir Konopka (A) - Julien Thomas ; Benjamin De Avelar - Roman Jasko ; Yoann Petiot - Luc Tanésie ; Grégory Boissière (C).

Attaquants : Alexandre Motte - Kevin Gadoury - Matus Hanes ; Oussama Sabky - Benoît Paillet (A) - Marc Slupski ; Maxime Levot - Hugo Vinatier - Mickaël Denis.

Remplaçants : Nicolas Fourcade (G), Thomas Giorgi. Absents : Sylvain Michaud (pas de licence), Milan Sejna (pas de licence), William Place (opération de l'épaule, retour en novembre).

Brest

Gardien : Landry Macrez puis à 53'49" Arnaud Goetz [sorti de 58'39" à 58'53"].

Défenseurs : Aurélien Gréverend - David Poulin ; Vladimir Holik - Clément Gonzales [laissé sur le banc à 6'32"] ; David Hennebert - Francis Ballet (C).

Attaquants : Mans Papaux - Nicolas Motreff (A) - Nicholas Pard ; Daniel Sevcik - Jaroslav Prosvic - Jonathan Avenel ; Alexandre Lefebvre (A) [expulsé à 11'57"] - David Croteau - Tristan Lemoine ; William L'Arvor.

Remplaçant : Gaëtan Cannizzo.