Neuilly-sur-Marne - Gap (Ligue Magnus, 1re journée)

4 buts d'écart remontés en 8 minutes

BougaranArnaud

Après avoir tenu Rouen jusqu'en prolongation en Coupe de la ligue, Neuilly-sur-Marne fait son retour attendu en Ligue Magnus face à Gap. L'ambition affichée est de jouer à quatre lignes, encore faut-il les avoir en magasin... Le club recherche en effet deux joueurs français capables de jouer à ce niveau, après avoir souffert de quelques défections et contretemps.

Anthony Kodyjasz a quitté l'équipe dans la semaine car il aurait eu des difficultés à gérer le rythme d'entraînement de la Magnus et l'éloignement de sa fille à Lyon. Andrej Kmec vient juste d'avoir le feu vert des médecins pour reprendre l'entraînement. Quant à Eli Sherbatov, il n'a que son passeport d'Israël, pays qui n'a pas d'accord de coopération avec l'Union Européenne et qui est donc dans le quota de 4 étrangers. Pour que le HCNM93 puisse l'aligner, il a donc besoin d'obtenir un passeport russe. Et l'idée que les débuts de la pépite montréalaise dépendent du bon vouloir de l'administration russe ne rassure personne à Neuilly-sur-Marne.

La défense des Bisons est au complet à sept éléments, mais sans grande référence à ce niveau. En début de match, hormis Louis-Étienne Leblanc qui se fait contrer en prenant de mauvaises initiatives dans leur zone, les arrières de Neuilly rassurent par leur capacité à relancer vite.

En revanche, les deux premières paires défensives gapençaises (Suchanek-Tekel et Kudrna-Luciak) commettent deux erreurs de marquage consécutives. Lukas Pek, laissé seul dans l'enclave, reprend une passe de la droite de Martin Malat. Puis sur l'engagement, Philippe Bolduc croise pour déborder sur la gauche et centre au second poteau pour Arnaud Bougaran. Réussite maximale pour Neuilly-sur-Marne qui transforme sa troisième occasion sur un rebond en pivot à ras glace de Steven Cacciotti (3-0, 11'40"). Un mauvais but pour le nouveau gardien gapençais Mike Zacharias.

Patrick Turcotte demande alors son temps mort et remet ses hommes dans le bon sens. Milan Tekel montre l'exemple avec un tir croisé à mi-hauteur côté plaque (3-1, 15'43"). Les Rapaces mettent en place un pressing à deux systématique, que la ligne Palotie-Lascek-Gauthier applique le mieux, et la défense de Neuilly a tout de suite beaucoup plus de mal à sortir de sa zone. Gap a certes raté son entame mais domine totalement cette fin de période, ce qui augure d'un match encore ouvert.

On s'attend donc à une nouvelle pression gapençaise au deuxième tiers-temps. Au contraire, Matus Luciak accroche Appel qui protège bien son palet dans le coin. Pendant la supériorité numérique, Zacharias repousse de la botte gauche un tir axial d'Alexis Birolini, et Philippe Bolduc prend le rebond dans l'angle (4-1, 24'20"). Gap a vite de quoi revenir en jouant à 5 contre 3 après deux pénalités d'Aubert et Wagenhoffer, mais ne conclut pas même si un slap de Tekel fait tinter le poteau. Pendant que Jelen est en prison, Leblanc fait à son tour résonner le cadre.

ParadisJeremie

La recrue gapençaise Cody Campbell, à gauche du but, a le temps d'ajuster Billy Blase (4-2, 33'49"). Neuilly-sur-Marne reprend son avantage grâce à sa ligne dominante à ce moment du match, celle de Pek. Le tir de la bleue de Martin Malat est dévié dans les airs à mi-distance par la crosse de Clément Rey qui lobe ainsi Zacharias (5-2, 35'11").

Gap n'est donc pas plus avancé, et quand Philippe Bolduc trouve une lucarne parfaite (6-2, 45'34"), les jeux semblent définitivement faits. Vingt secondes plus tard, la première altercation du match éclate entre Charette et Pittarelli. L'arrêt de jeu est long avant que l'arbitre annonce les pénalités (six minutes de chaque côté) et ce sera une vraie rupture dans le rythme de la partie. L'engagement est remporté par Jiri Jelen contre Pek, et Campbell inscrit son deuxième but dans l'enclave (6-3, 46'03"). Vingt secondes plus tard, Wagenhoffer commet une obstruction, et Frank Spinozzi appelle à son tour son temps mort car il sent que son équipe s'indiscipline. Trop tard : l'avantage numérique est converti par un lancer en pleine lucarne de Milan Tekel (6-4, 47'44").

Face à un adversaire revenu en pleine confiance, les Bisons subissent le jeu, n'arrivant plus à sortir de leur camp. Leur leader défensif habituel Jesse Lebreton accuse la fatigue et plus personne ne guide la relance. Un tir de Sébastien Gauthier frappe le poteau et revient ricocher sur le patin de Blase avant de reprendre la direction des filets (6-5, 51'21"). Neuilly ne cherche plus qu'à se débarrasser du palet, et un dégagement au petit bonheur dans la bande de Jozef Wagenhoffer est contré et revient traîner dans le slot, où Jérémie Paradis le met au fond (6-6, 53'26"). Les Bisons ont gâché un avantage de quatre unités, quatre buts tous encaissés par la ligne de Pek sur laquelle Clément Rey est physiquement à bout de souffle. Dans cette fin de match à sens unique, Gap aurait même pu passer devant, par exemple sur un tour de cage de Lascek. Cela fait toujours un point par Neuilly-sur-Marne, mais au prix d'une cruelle désillusion.

La dynamique se poursuit en prolongation. Billy Blase lâche un mauvais rebond sur un tir excentré de Gauthier, et Jan Kudrna se montre plus prompt que Zajac et Pittarrelli pour le reprendre (6-7, 61'50"). Les Gapençais ont gagné un match qu'ils avaient presque perdu.

Commentaires d'après-match

Patrick Turcotte (entraîneur de Gap) : "Pendant deux tiers, on se battait nous-mêmes avec de gros erreurs de relance ou de marquage dans notre zone. À 6-2, le match n'était pas loin d'être joué. On a rétréci le temps, on a joué à deux lignes. La ligne des noirs [NB : celle de Jelen] s'est levée au troisième tiers. À 6-4, Neuilly s'est mis à douter. À six minutes de la fin, j'ai dit aux joueurs qu'on n'était pas pressé de passer devant, ce n'est pas grave d'aller en prolongation. Avec le match à Villard qui n'était pas fameux et celui-ci, nous avons beaucoup de choses à travailler. C'est entre les deux oreilles que ça va se passer."

Frank Spinozzi (entraîneur de Neuilly-sur-Marne) : "Ils sont premiers sur la rondelle, ça règle tout le match. On a des joueurs qui ne sont pas au niveau de la Magnus, c'est clair. On a un groupe qui peut survivre à ce rythme-là, d'autres qui ne le peuvent pas. On a une équipe bâtie sur 4 blocs où tout le monde amène quelque chose. Quand on joue à 3 lignes et que chacun a tant de minutes, ça ne fonctionne plus. On a dû discipliner deux joueurs en les sortant de l'alignement pendant quelques minutes, mais on s'est ainsi amputé de l'énergie. Il faut que Juho Appel soit mon joueur-vedette, ce soir il nous a fait plus mal qu'il nous aide. En 23 ans, je ne me rappelle pas avoir vu mon équipe perdre en menant 6-2. C'est un moment historique dans ma petite carrière de coach. Demain, il y a journée de repos. C'est sûr que j'ai envie des les faire patiner de 8h à 20h sur une rivière du nord du Canada, mais ce n'est pas comme ça qu'on règle les choses. Quand on en est rendu à discuter entre les périodes de qui a le but ou la passe, c'est qu'il y a des individus qui n'ont rien à faire dans notre équipe. C'est sûr qu'il y aura du changement. Les exigences à Neuilly ont changé. Ce n'est plus satisfaisant, un match comme ça."

 

Neuilly-sur-Marne - Gap 6-7 après prolongation (3-1, 2-1, 1-4, 0-1)
Samedi 17 septembre 2011 à 18h30 à la patinoire de Neuilly-sur-Marne. 359 spectateurs.
Arbitrage de Damien Bliek assisté de Nicolas Cregut et Anne-Sophie Boniface.
Pénalités : Neuilly-sur-Marne 20' (4', 4', 12', 0') ; Gap 14' (2', 6', 6', 0').
Tirs : Neuilly-sur-Marne 33 (11, 14, 8, 0) ; Gap 50 (13, 14, 21, 2).
Engagements : Neuilly-sur-Marne 48 ; Gap 35.

Évolution du score :
1-0 à 08'54" : Pek assisté de Malat et Rey
2-0 à 09'12" : Bougaran assisté de Bolduc et Kecka
3-0 à 11'40" : Cacciotti assisté de Bellavance-Martin et Appel
3-1 à 15'43" : Tekel assisté de Campbell
4-1 à 24'20" : Bolduc assisté de Birolini (sup. num.)
4-2 à 33'49" : Campbell assisté de Jelen et Rambousek
5-2 à 35'11" : Rey assisté de Zajac et Malat
6-2 à 45'34" : Bolduc assisté d'Appel et Pittarelli
6-3 à 46'03" : Campbell assisté de Jelen
6-4 à 47'44" : Tekel assisté de Jelen (sup. num.)
6-5 à 51'21" : Gauthier assisté de Lascek
6-6 à 53'26" : Paradis
6-7 à 61'50" : Kudrna assisté de Gauthier


Neuilly-sur-Marne

Gardien : Billy Blase.

Défenseurs : Jesse Lebreton (A) - Jozef Wagenhoffer ; Stanislas Aubert - Martin Zajac ; Louis-Étienne Leblanc - Alexis Birolini ; Alexis Besson.

Attaquants : Juho-Tuomas Appel - Steven Cacciotti (C) - Étienne Bellavance-Martin ; Arnaud Bougaran - Philippe Bolduc - Anthony Pittarelli ; Martin Malat - Lukas Pek - Clément Rey ; Miroslav Kecka (A).

Remplaçants : Landry Labat (G), Charly Terrillon. Absents : Andrej Kmec (adducteurs), Eli Sherbatov (pas de passeport russe).

Gap

Gardien : Michael Zacharias.

Défenseurs : Jakub Suchánek - Milan Tekel ; Matúš Luciak - Jan Kudrna ; Jérémy Baridon - Alexandre Cornaire.

Attaquants : Jiří Rambousek - Jiří Jelen - Cody Campbell ; Jean-Charles Charette (C) - Jérémie Paradis - Mathieu André ; Mikko Palotie - Sébastien Gauthier - Stanislav Lašček.

Remplaçants : Julian Barrier-Heyligen (G), Martin Charpentier, Bertrand Fribault. Absent : Justin Vienneau (blessé hier à l'entraînement).