Amiens – Neuilly-sur-Marne (Ligue Magnus, 2e journée)

Amiens -_Neuilly_Magnus_4

« Si j'avais su, j'aurai pas venu ! »

Pour la deuxième journée du championnat Magnus, les Gothiques reçoivent Neuilly-sur-Marne ce samedi 24 septembre au Coliseum. Après deux journées de Coupe de la Ligue et une première journée de Magnus de chaque côté, les deux équipes ont déjà besoin de se rassurer : les Picards doivent engranger leurs deux premiers points de la saison après une défaite à Briançon (4-2) quand ils comptent dans le même temps deux victoires en coupe, l'une contre Épinal, l'autre contre Strasbourg.

Pour les Franciliens, il serait bien de se rassurer après une ouverture de championnat qui a viré au cauchemar face à Gap. Paradoxalement, les Bisons ont fait en Coupe des résultats encourageants, résistant bien à Rouen et battant Caen. Cependant, l'équipe de Frank Spinozzi a la particularité d'avoir toujours finit ses rencontres en prolongation. Et on s'en passera bien ce soir à Amiens.

Amiens -_Neuilly_Magnus_2

Car dès l'entame du match, l'heure est à l'observation. Sans Vincent Bachet blessé (présent dans les tribunes), Aïna Rambelo également touché (mais tout de même sur le banc de touche sans jamais toucher la glace) et Marius Serer côté local. Pour les visiteurs, l'infirmerie se réduit à un joueur (majeur) : Andrej Kmec.

La première occasion de la soirée revient à Angel Nikolov qui alerte Billy Blase. Mais pour cela, il faut attendre la neuvième minute. La réponse nocéenne arrive par Philippe Bolduc qui trouve Thompson suite à une mise au jeu offensive. Puis les Gothiques embêtent davantage les Bisons en interceptant des passes en zone neutre. Résultat, deux duels desquels Blase sort vainqueur, respectivement contre Luka Basic et Antoine Vanwormhoudt.

On avance dans le premier tiers que l'on ne trouve pas grand chose à se mettre sous la dent. Juste la mise en évidence des problèmes de transmissions picards, soulignés par de – trop – nombreux dégagements interdits. Allez, ne chipotons pas, il y a plus grave dans la vie... Comme par exemple le zèbre du soir qui siffle des fautes peu évidentes côté amiénois quand elles pourraient l'être tout autant côté bisons. Mais là encore, ne tapons pas sur l'arbitre, car les unités spéciales - ou plutôt les infériorités locales - montrent des Gothiques plus agressives et attentifs qu'au complet. C'est d'ailleurs à quatre contre cinq que les locaux vont marquer. Neuilly incapable d'inquiéter Thompson, Béron part de l'avant et alerte Blase d'un slap dangereux... depuis la zone neutre. Dans la minute qui suit, le 3 chipe un autre palet et transmet à Basic qui débloque le compteur (17'03, 1-0). Allez, un but, ce sera bien pour le premier tiers.

Amiens -_Neuilly_Magnus_1

Mais le second fait mal aux locaux. Si ces derniers ne semblent pas jouer à fond le jeu, les visiteurs, eux, ne manquent pas le retour des vestiaires. Martin Malat travaille dans le coin gauche, puis parvient à repiquer dans l'axe sans être vraiment bousculé. L'attaquant n'en demande pas tant et longe la ligne de Thompson pour trouver les filets (24'02, 1-1).

Plus on avance, moins ça va à Amiens. Et les Bisons n'en demandent pas tant. À la mi-match, c'est la douche froide lorsque Steven Cacciotti se balade dans la défense amiénoise, plein axe, sans être inquiété, et va fusiller Thompson (31'27, 1-2). Il ne faut pas laisser cette équipe prendre de la vitesse, les Gothiques l'apprennent à leurs frais.

Les locaux ne sont pas au mieux, s'empêtrent dans le match et ne sont pas aidés par l'arbitre, au sommet de sa forme en ce tiers médian. Nikolov, Baazzi, Vanwormhoudt, Trabichet, chacun part faire son petit tour sur le banc des pénalités quand Morissette – qui a écopé de 10 minutes dans le premier tiers pour avoir râlé – est privé de glaçon par son coach. Les Bisons auraient même pu tuer le match dès la fin de ce tiers. Au profit d'un cinq contre trois, les Nocéens lancent deux fois, mais c'est trop peu pour faire craquer le portier. Enfin, on se quitte sur une dernière frustration : Valentin Claireaux se montre côté droit et part au duel contre Blase. Le français allonge le gardien mais lance au-dessus de la barre (38').

Alors, dans le dernier tiers, on espère qu'Amiens va réagir, et l'on repense à ces dix dernières minutes que les visiteurs ont tant de mal à finir sur leurs derniers matchs. Les Gothiques augmentent effectivement leurs nombres de tirs (trois en deux minutes à la reprise) mais manquent toujours de réalisme. Stoppés dans leur élan pour un retard de jeu - suite à un dégagement interdit parmi les moins évidents – c'est encore une fois au plus mal que les Picards vont revenir. Neuilly pousse pour tuer le match à dix minutes de la fin. À la faveur d'une mise au jeu offensive, deux Bisons se retrouvent à deux mètres du but et voient leurs tentatives repoussées par Thompson. Amiens récupère le palet et transmet à Tomasek qui s'était fait oublier en zone neutre. Le 42 prend tout le temps d'ajuster Blase (48'36, 2-2).

Amiens -_Neuilly_Magnus_3

Les Bisons viennent de faire une erreur de débutant à dix minutes de la fin. Un coup au moral, avant de craquer physiquement, encore une fois, en fin de match. Les Franciliens se replient, tentent de tenir bon, mais perdent en lucidité. Des fautes, des pénalités, mais pas de quoi changer le tableau d'affichage. Nikolov tente bien une montée au second poteau, délaissé par la défense, mais Blase veille. Enfin, les visiteurs explosent. Béron se faufile dans la défense, résiste aux charges adverses et transmet à Tomasek qui ne manque pas la cible (57'12, 3-2). Ça fait mal pour l'équipe de Spinozzi qui prend un temps mort à deux minutes de la fin. Son portier tente de sortir mais ne le peut. Sa défense peine à se dégager et Mortas récupère le puck côté gauche. Le 22 envoie fort dans la palette d'un Tomasek posté juste devant le but. Le gardien se met en papillon et le Tchèque dévie le palet juste sous la barre (58'57, 4-2). Blase ne cherche alors plus à sortir. Neuilly a compris. Le hold-up est pour Amiens, et les supporters peuvent souhaiter un joyeux anniversaire à Billy Thompson.

Les Picards se sont fait peur, offrant un niveau de jeu moyen. Seuls les deux points de la victoire comptent, c'est le message que l'équipe semble vouloir faire passer après le match en salle de presse. Pour Neuilly, la défaite est encore plus dure. Fidèle à leur réputation d'équipe accrocheuse, il a manqué encore dix minutes dans les jambes des Bisons pour tenir le choc, et un peu de sang-froid au moments les plus chauds. Il faudra cependant persévérer pour réussir et pourquoi pas créer la surprise en Coupe de la Ligue. Pour Amiens, le match de mardi contre Dijon promet d'être difficile. Il sera pourtant un rattrapage obligé devant un Coliseum quelque peu inquiet. Et ce n'est pas le plongeon sur la glace en fin de match d'un Tomasek heureux de son triplé qui fera oublier ce rendez-vous quelque peu manqué. Mais il y a tout de même du bon dans cette victoire : l'an dernier, contre une équipe similaire et au même moment du championnat, Amiens avait cette fois perdu. Si, si... rappelez-vous.

Hommes du match : Martin Tomasek à Amiens ; Martin Malat à Neuilly-sur-Marne

Adrien Lhermitte / Photos : Pascal Enault

Avec Déborah Lüder

 

Amiens – Neuilly-sur-Marne 4-2 (1-0, 0-2, 3-0)
Samedi 24 septembre 2011 au Coliseum d'Amiens.
Arbitrage de Nicolas Barbez assisté de Aurélien Smeeckaert et de Yann Furet
Pénalités : Amiens 26' (4'+10', 8', 4') ; Neuilly-sur-Marne 10' (2', 2', 6').
Tirs cadrés : Amiens 41 (13, 8, 20) ; Neuilly-sur-Marne 24 (6, 12, 6).
Mises au jeu : Amiens 24 (8, 6, 10) ; Neuilly-sur-Marne 33 (13, 10, 10).

Évolution du score :
1-0 à 17'03" : Basic assisté de Béron (inf. num.)
1-1 à 24'02" : Malat assisté de Pek
1-2 à 31'27" : Cacciotti assisté de Leblanc et Pittarelli
2-2 à 48'36" : Tomasek assisté de Mortas et Roussel (inf. num.)
3-2 à 57'12" : Tomasek assisté de Béron
4-2 à 58'57" : Tomasek assisté de Mortas et Béron

 

Amiens

Gardien : Billy Thompson (91,6 % d'arrêts)

Défenseurs : Angel Nikolov – Romain Bault ; Teddy Trabichet – Aziz Baazzi ; Kyle Sibley – Thomas Roussel (C).

Attaquants : Martin Tomasek (42) – Jake Morissette – Kevin Bergin (A) ; Grégory Béron – Valentin Claireaux – Jaroslaw Rzeszutko ; Luka Basic – Antoine Vanwormhoudt – Anthony Mortas ; Mickaël Bardet.

Remplaçants : Léo Bertein (G), Aïna Rambelo. Absents : Vincent Bachet et Marius Serer (blessés).

Neuilly-sur-Marne

Gardien : Billy Blase (90,2 % d'arrêts).

Défenseurs : Jesse Gauthier Lebreton (A) – Stanislas Aubert ; Alexis Besson – Martin Zajac ; Alexis Birolini – Jozef Wagenhoffer ; Louis-Étienne Leblanc.

Attaquants : Martin Malat – Arnaud Bougaran – Lukas Pek ; Clément Rey – Miroslav Kecka (A) – Philippe Bolduc ; Anthony Pittarelli – Steven Cacciotti (C) – Étienne Bellavance-Martin.

Remplaçants : Landry Labat (G), Jérémy Royer. Absents : Andrej Kmec (blessé), Eli Sherbatov (attente de passeport).