Grenoble - Strasbourg (Ligue Magnus, 2e journée)

La douche froide strasbourgeoise

2011-09-24-Grenoble-Strasbourg1Après deux succès consécutifs à Caen en Ligue Magnus (4-2) puis face à Villard mardi en coupe de la ligue (4-0), les Brûleurs de Loups semblent avoir retrouvé leurs marques après la claque reçue à Briançon le mardi précédent (0-7). Reste maintenant à confirmer cette forme retrouvée face au finaliste de la saison dernière, Strasbourg, qui constitue un test suffisamment sérieux pour être qualifié de "révélateur" pour l'effectif grenoblois. Les joueurs de Jean-François Dufour n'ont sans doute pas oublié que, dans des circonstances similaires, Strasbourg était venu s'imposer (3-1) à Pôle Sud il y a un an pour le coup d'envoi de la Ligue Magnus 2010/11. Un match qui allait être précurseur de la saison des uns et des autres...

L'Etoile noire a connu pour sa part un début de saison difficile avec trois défaites en autant de matchs officiels face à Dijon (2-3), Angers (2-4) et Amiens mardi en coupe de la ligue (3-5). À chaque fois il ne manquait pas grand-chose aux Strasbourgeois pour s'imposer et c'est donc tout simplement une première victoire cette saison que viennent chercher à Pôle Sud les hommes de Daniel Bourdages. Pour ce match, Grenoble est toujours privé de ses blessés longue durée, Amar et Aquino, tandis que le seul Marcos fait défaut à Strasbourg. Après son blanchissage mardi, Quemener débute dans la cage grenobloise face à Hiadlovsky.

2011-09-24-Grenoble-Strasbourg2Les deux équipes ne se livrent pas beaucoup en début de match et le jeu se déroule essentiellement en zone neutre. Les Grenoblois adoptent la même prudence que face à Villard mardi alors que l'Étoile noire semble bien en place à l'affût du moindre contre. Après quatre minutes de jeu stérile, Michal Cesnek lance en profondeur Édouard Dufournet qui temporise et adresse un tir semble-t-il anodin en direction de la cage grenobloise. Mais Quemener, gêné par le passage de deux joueurs devant lui, est surpris par la trajectoire du palet qui passe entre sa mitaine et son poteau gauche (0-1, 04'07"). Les Grenoblois se mettent tous seuls en difficulté avec ce but inattendu et se retrouvent contraints de courir après le score.

Dans la foulée Mathieu Le Blond reçoit une pénalité mais heureusement pour Grenoble il est suivi de peu en prison par David Cayer. Les Brûleurs de Loups essaient de s'approcher de la cage de Hiadlovsky mais se montrent rarement dangereux. Un contact de Christophe Tartari sur le portier strasbourgeois provoque l'ire des défenseurs visiteurs et s'ensuit une petite échauffourée entre le capitaine grenoblois et Blake Gallagher. Les deux protagonistes partent en prison avec Julien Baylacq et Pierre Bougé.

Une fois les esprits calmés, Grenoble bénéficie de son premier power-play suite à une faute de Cesnek. Le début d'une période de domination grenobloise ponctuée par un tir lointain de Dufresne qui heurte la transversale. Mais les Brûleurs de Loups ont toutes les peines du monde à construire des actions collectives d'envergure, principalement par manque de précision dans les gestes techniques. Pire même, les sorties de zone défensive sont très mal négociées par les défenseurs qui n'arrivent pas à se démarquer du pressing haut des attaquants strasbourgeois. C'est à l'issue de l'une de ces interminables périodes où les Grenoblois restent englués dans leur zone défensive que l'Étoile noire parvient à se détacher au score : incapables de dégager le palet que relâche Quemener à chaque fois devant leur cage, les défenseurs grenoblois laissent le contrôle de la rondelle aux Strasbourgeois à plusieurs reprises. Julien Correia en profite et marque sur un énième rebond (0-2, 13'39"). Avec deux buts de retard au premier tiers-temps, les Grenoblois ont l'impression de revivre le même match que la saison dernière.

2011-09-24-Grenoble-Strasbourg3Avec deux buts d'avance, Strasbourg est dans la position confortable de l'équipe évoluant à l'extérieur qui peut voir venir et jouer les contres : Cayer lance en profondeur Gallagher qui se retrouve en position de deux contre un avec Kuuluvainen, les deux compères se jouent sans difficulté de Steiner mal placé et Gallagher conclut ce contre parfait sur une dernière remise dans le tempo du Finlandais (0-3, 21'16"). Ce but tue quasiment tout suspense dans le match tant il fait mal à des Grenoblois à côté de leur sujet lors des dix minutes suivantes. Accumulant les imprécisions au niveau des passes, des contrôles et des tirs, les Brûleurs de Loups ratent à peu près tout ce qu'ils tentent. Ils sont constamment refoulés par des Strasbourgeois qui n'ont aucun mal à lire le jeu local stéréotypé. Solides, bien en place et précis dans leurs passes, ils dominent la rencontre sans difficulté.

Finalement, Grenoble entrevoit le bout du tunnel sur une contre-attaque de Francis Desrosiers : l'attaquant québécois bute sur Hiadlovsky qui repousse, mais Damien Raux avait bien suivi et conclut au rebond (1-3, 31'53"). Le but de l'espoir pour Pôle sud qui se met à rêver à un improbable retour de ses protégés. Ce but semble en effet galvaniser les Grenoblois pendant quelques minutes. Mais la pression retombe comme un soufflé devant la maîtrise strasbourgeoise et le manque de solution collective côté grenoblois. Arrossamena, bien discret dans ce match, exprime sa frustration en s'accrochant avec Striz, les deux joueurs partant en prison se calmer. Une pénalité de Petriläinen à deux minutes de la fin semble être la bonne occasion à saisir. Mais la bonne organisation strasbourgeoise neutralise un power-play grenoblois manquant singulièrement d'imagination.

2011-09-24-Grenoble-Strasbourg4Avec deux buts de retard au démarrage de la troisième période, les Brûleurs de Loups sont au pied du mur. Mais ce mur strasbourgeois, ils n'arriveront jamais à le franchir : battus dans les duels le long des bandes, les Grenoblois ont bien trop eu de palets à bonifier. Et lorsqu'ils en ont, ils se débarrassent bien trop vite du palet plutôt que de construire posément une action offensive collective. Alors, les flèches offensives que sont Mitja Sivic et Francis Desrosiers tentent de faire la différence sur des actions individuelles mais ils sont trop esseulés pour que leurs actions aillent jusqu'au bout. Les montées de Steiner et Dufresne sont vaines et pas toujours opportunes. Rien de bien positif ne peut sortir de cette bouillie de hockey proposée par les Grenoblois. À l'inverse, Strasbourg est tout près d'accroître son avance au score, et Grenoble ne doit qu'au brio de Quemener, enfin décisif à plusieurs reprises dans cette troisième période, de ne pas sombrer complètement.

Au moment de tenter un hypothétique retour alors qu'il ne reste plus que cinq minutes à jouer, les ailes grenobloises sont coupées par une pénalité d'Alexandre Rouleau. Comme si cela ne suffisait pas, le défenseur québécois, très moyen ce soir, prend deux minutes supplémentaires par pure frustration. Un 2'+2' fatal qui empêche Dufour de sortir son gardien dans les dernières minutes et qui sera finalement sanctionné par un but en power-play de Kuuluvainen lequel dévie au passage un tir de la bleue de Maxime Mallette dévié par Kuuluvainen (1-4, 58'11"). Mais Rouleau n'a pas le monopole de la frustration puisque Steiner se fait pénaliser à son tour pour un cinglage en passant devant Hiadlovsky, ce qui rend fou de rage le portier strasbourgeois qui sort de son slot pour expliquer sa façon de penser au défenseur grenoblois. Les arbitres le retiennent mais pénalisent Steiner. Il ne reste que onze secondes à jouer mais la sanction est immédiate avec un tir en lucarne de Burgert suite à l'engagement gagné par Franck (1-5, 59'49"). L'addition est lourde mais méritée pour Grenoble.

2011-09-24-Grenoble-Strasbourg5Strasbourg remporte sa première victoire de la saison à l'issue d'un match maîtrisé de bout en bout. Bien en place tactiquement, les hommes de Daniel Bourdages ont fait preuve d'une maîtrise collective qui a fait défaut à leurs adversaires. Précis dans leurs passes, à l'aise dans leurs sorties de zone et solides dans les bandes, les Strasbourgeois ont dominé dans tous les compartiments du jeu. Hiadlovsky a réalisé un match sérieux alors que Gallagher et Cayer ont animé l'offensive même s'il est difficile de ressortir une individualité de ce collectif bien rodé. Très bon match de Strasbourg qui a montré ce soir pourquoi cette équipe a atteint la finale de la ligue Magnus la saison dernière.

En revanche, la douche est terrible pour Grenoble qui a connu ce soir une sérieuse rechute dans la lignée du naufrage à Briançon. Incapables d'aligner trois passes dans la palette, les Brûleurs de Loups ont montré leurs limites collectives ce soir et s'en sont remis à leurs individualités comme Sivic et Desrosiers pour faire la différence. Mais face à une équipe aussi bien organisée que Strasbourg, cela ne suffit pas. Au delà de l'impuissance affichée à franchir le rideau défensif strasbourgeois, c'est aussi la quantité de déchets techniques qui inquiète aujourd'hui. Peu concentrés, les Isérois ont multiplié les approximations dans les contrôles et ont subi dans les bandes. Si l'attaque a déçu avec trop de joueurs en dessous du niveau attendu (Tartari, Le Blond, Arrossamena, Baylacq...), la défense n'a pas fait mieux.

Quemener, très fébrile et pas toujours bien placé, a laissé de nombreux rebonds. À sa décharge, sa défense n'a jamais été capable de faire le ménage devant lui, lui compliquant même la tâche avec des sorties de zone catastrophiques et des relances douteuses. Dufresne n'est pas pour l'instant au niveau annoncé et Rouleau a clairement raté son match. Dusseau n'a pas toujours fait les bons choix alors que Steiner a essayé d'utiliser sa vitesse pour accélérer le jeu mais a très mal négocié le troisième but. L'ombre de Baptiste Amar plane à la ligne bleue iséroise qui manque singulièrement de repères en son absence. Dans ces conditions, peut-on vraiment espérer un sursaut la semaine prochaine alors que Grenoble a deux déplacements délicats à négocier du côté de Gap et d'Angers ? Il le faudra bien pourtant sous peine de réviser ses ambitions à la baisse car la place dans les quatre premiers visée par les Grenoblois parait bien loin compte tenu du niveau de jeu affiché ce soir.

Désignés meilleurs joueurs du match : Francis Desrosiers (Grenoble) et Vladimir Hiadlovsky (Strasbourg)

(photos www.hockey-passion.com)

Commentaires d'après-match (d'après Le Dauphiné Libéré) :

Ronan Quemener (gardien de Grenoble) : "On n'a pas fait notre meilleur match... En début de rencontre, on pousse trop fort et on se découvre défensivement. On est irrégulier depuis le début de saison."

Jean-François Dufour (entraîneur de Grenoble) : "Ils savent ce que je demande mais font le contraire. C'est très frustrant. Mentalement, on est très faible. On manque d'investissement et ça ressemble de plus en plus à la saison dernière."

Francis Desrosiers (attaquant de Grenoble) : "Pour gagner, on doit avancer en équipe. S'il n'y a aucun appui pour aider celui qui fait la différence, on ne peut pas espérer grand chose."

Daniel Bourdages (entraîneur de Strasbourg) : "On n'a pas laissé respirer notre adversaire."

 

Grenoble - Strasbourg 1-5 (0-2, 1-1, 0-2)

Samedi 24 septembre 2011 à 20h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3078 spectateurs.
Arbitrage de Bruno Colleoni assisté de Adrian Popa et Mathieu Barbez.

Pénalités : Grenoble 14' (6', 2', 6'), Strasbourg 14' (10', 4', 0')
Tirs cadrés : Grenoble 35 (18, 12, 5) ; Strasbourg 42 (12, 15, 15)

Évolution du score :

0-1 à 04'07" : Dufournet assisté de Cesnek et Tarantino
0-2 à 13'39" : Correia assisté de Young et Gallagher
0-3 à 21'16" : Gallagher assisté de Kuuluvainen et Cayer
1-3 à 31'53" : Raux assisté de Desrosiers
1-4 à 58'11" : Kuuluvainen assisté de Mallette et Cayer (sup. num.)
1-5 à 59'49" : Burgert assisté de Franck (sup. num.)

 

Grenoble

Gardien : Ronan Quemener.

Défenseurs : Alexandre Rouleau (A) - Michael Steiner ; Kévin Dusseau - Sylvain Dufresne ; Jason Crossman - Rémi Colotti.

Attaquants : Julien Baylacq (A) - Christophe Tartari (C) - Mathieu Le Blond ; Graham Avenel - Mitja Sivic - Nicolas Arrossamena ; François Ouimet - Damien Raux - Francis Desrosiers ; Elie Raibon - Loup Benoît - Joris Bedin ; Maxime Suzzarini.

Remplaçant : Sébastien Raibon (G). Absents : Baptiste Amar (cheville), Anthony Aquino (épaule).

Strasbourg

Gardien : Vladimir Hiadlovsky.

Défenseurs : Pasi Petriläinen - Kevin Young ; Michal Cesnek - Maxime Mallette ; Hugues Cruchandeau (A) - David Striz ; Pierre Bougé.

Attaquants : Timo Kuuluvainen - Blake Gallagher - David Cayer ; Lionel Tarantino - Edouard Dufournet - Jan Cibula (C) ; Julien Correia - Timothée Franck - Pierre-Antoine Devin (A) ; Julien Burgert.

Remplaçant : Gilles Beck (G). Absent : Elie Marcos.