Neuilly-sur-Marne - Angers (Coupe de la ligue, groupe A, 3e journée)

Une rencontre maudite ?

JOKINENjuho110920048Ce match Neuilly-Angers est-il maudit en coupe de la ligue ? Il y a deux ans, pour un match qui avait perdu tout enjeu, les Ducs avaient dû se déplacer deux fois en raison d'une panne de courant pendant le match. Et aujourd'hui, dans le match-clé pour la qualification, ils ont entrepris leur voyage sans avoir la totale assurance que la patinoire serait praticable.

Neuilly-sur-Marne paye en effet la rançon des nombreux travaux de rénovation qui lui ont enfin permis de disposer d'une piste de glace normale. Pour conserver la garantie sur les installations, la Ville doit rappeler en cas de problème les entreprises qui ont réalisé les travaux pour qu'elles interviennent. En fin de semaine dernière, la porte d'entrée/sortie de la surfaceuse est restée bloquée en position haute. Cela n'empêchait pas l'entretien de la glace, mais le trou béant dans les balustrades interdisait évidemment d'y jouer au hockey. Les Bisons se sont donc entraînés sur trois quarts de patinoire. L'entreprise concernée, rappelée d'Italie, pouvait seulement se déplacer ce mercredi, jour de match. L'intervention, prévue pour durer trois heures, venait de commencer au moment où les Ducs sont montés dans le bus... Heureusement, les travaux se sont vite terminés, et la patinoire était prête à accueillir ses visiteurs.

Des visiteurs angevins qui sont meurtris par leur ouverture ratée à domicile en championnat samedi (2-3 contre Chamonix) et inquiets des blessures dans une défense réduite à quatre. Hier dans son communiqué, le club a donc annoncé le prêt pour l'occasion de Guillaume Drozdz, qui joue chez le partenaire Cholet. L'ancien arrière du club se faisait une joie de cette occasion de revenir au niveau élite. Las, pendant qu'il s'entraînait avec ses nouveaux coéquipiers, le club apprenait de la fédération que Drozdz - 30 ans - avait largement dépassé la limite d'âge pour bénéficier de la licence bleue. Le jeune Charlie Doyle, qui a tout juste repris l'entraînement hier, est donc obligé d'être présent pour qu'Angers puisse utiliser cinq arrières.

Neuilly-sur-Marne présente quatre paires de défenseurs, grâce à l'arrivée en renfort de Jules Breton, vice-champion de France espoir avec Grenoble, mais ses meilleurs attaquants restent indisponibles. Chacun sa croix, en quelque sorte.

Les Angevins connaissent l'importance de ce match, dont le vainqueur aura fait au moins la moitié du chemin vers la qualification en quart de finale. Ils attaquent tambour battant et mettent sous pression la défense locale jusqu'à ce qu'elle craque : Brice Chauvel, infiltré devant la cage au nez en l'absence de son vis-à-vis (la recrue Breton), reprend à bout portant la passe du coin gauche de Valentin Michel (0-1, 03'27"). Neuilly-sur-Marne n'a pas le temps de souffler, et après un dégagement interdit qui leur interdit de quitter la glace selon le règlement actuel, on voit les défenseurs Lebreton et Besson en appel d'air. C'est Malat qui dégage ce palet au bout de l'effort.

LabatLandry2

La pression des Ducs ne se dément pas, jusqu'à un cinglage de Carlsson. La supériorité numérique n'est pas dangereux, mais elle permet aux Bisons de reprendre pied. Le rythme du jeu décroît alors jusqu'à la seconde pénalité, une crosse haute de David. Lorsque la clé de voûte de l'infériorité Thiery Poudrier dégage droit dans la crosse de Leblanc, on comprend qu'Angers n'est plus aussi serein. Neuilly-sur-Marne inverse ainsi la tendance et domine territorialement la fin de tiers, sans grosse occasion cependant.

La fin de période tempère le jugement initial et laisse croire que le match est loin d'être fini. Mais en cinq minutes, une injection létale achève le suspense sans douleur. Jonathan Bellemare embarque d'abord le défenseur Jesse Lebreton et délivre une passe-abandon pour Éric Fortier dont le tir croisé surprend à ras glace un Billy Blase mal placé. Trente secondes plus tard, sur un engagement dans la zone des Bisons, Julien Albert file entre les doigts d'Alexis Besson et vient battre Blase de près (0-3, 22'38"). Après ces deux buts rapprochés, le gardien américain est remplacé par Landry Labat. Celui-ci réussit un arrêt de justesse face à Tomas Baluch, mais s'incline un peu plus tard face à ce même renard des enclaves, aidé par le patin du malheureux Cacciotti (0-4, 25'18").

L'efficacité angevine s'illustre également sur les supériorités numériques : là où Philippe Bolduc n'exploite pas une position très favorable du revers après un tir de Birolini, Juho Jokinen est efficace au rebond d'un lancer de la bleue de Bélanger (0-5, 31'20"). Frank Spinozzi appelle alors un temps mort. Son équipe suit le fil de son match, mais n'est pas aidée par la blessure de Bolduc au genou. Il reste alors huit attaquants valides pour huit défenseurs (!), obligeant certains arrières à effectuer des piges à l'avant. L'indiscipline s'en mêle. Une pénalité de Cacciotti pour attitude anti-sportive est à peine terminée que Wagenhoffer met au sol Primout - entré quand le score s'est enflé et chargé des écrans devant le gardien pendant cet avantage numérique - alors que le palet a déjà été dégagé très loin. Le contre de Kecka en infériorité constitue alors une lueur d'espoir pour une équipe de Neuilly bien terne.

PRIMOUTnicolas110920005

Le troisième tiers-temps commence comme le précédent, par des pénalités à répétition. Poudrier à mi-distance côté droit, Bellemare en pivot dans le slot et Henderson de la bleue font passer le score à 0-8. Il n'y a plus d'enjeu autre que disciplinaire. Le président Juret se fait un sang d'encre en voyant que ses rares arrières valides ne trouvent rien de mieux que de se mêler à un échange de torgnoles. Kevin Igier en sort vierge de toute sanction, et Jean-François David avec une "simple" méconduite sur le match, partagée avec Wagenhoffer. Pas de conséquence, donc, sur le prochain match de championnat.

Neuilly-sur-Marne a le mérite de ne pas se désunir et de continuer à trvailler. Martin Zajac sauve ainsi l'honneur par un lancer en lucarne depuis la ligne bleue (1-8). Même s'il est trop tard, les Bisons poussent fort jusqu'à la fin. Arnaud Bougaran n'a pas de chance, son tir heurte le poteau et le palet reste au-dessus de la ligne quand Hocevar se jette dessus. Labat, sonné dans un choc, est salué par les supporters lorsqu'il cède de nouveau sa place à Blase pour les dernières minutes.

Commentaires d'après-match

Jay Varady (entraîneur d'Angers) : "Dans cette coupe de la ligue, la première étape est de se qualifier. Ils étaient un point devant nous, nous devions donc gagner. Cette équipe de Neuilly est extrêmement compétitive et travaille dur dans toutes les situations. Il y a eu quelques trous, mais c'était un match relativement bon. Notre objectif est de nous améliorer chaque jour en espérant que cela transpire en fin de saison. Le niveau de compétition en France est meilleur qu'on ne le pense à l'étranger. J'avais évoqué la taille des patinoires avec Kevin Constantine et des entraîneurs de ma connaissance en Europe. En Amérique du nord, il n'y a qu'en université où les tailles des patinoires sont différentes. Pour un moi, c'est un challenge de préparer à jouer sur des glaces olympiques plus grandes, ou sur des patinoires aussi petites que celle-ci."

Frank Spinozzi (entraîneur de Neuilly-sur-Marne) : "On a pris la décision de développer les jeunes, il faut leur donner le temps de vieillir. Nos gardiens ont donné 6 mauvais buts sur les 8 et ont connu une soirée difficile. Je ne trouve pas que les gars aient démissionné. Les joueurs étaient serrés, ils sont allés voir le gardien quand il s'est blessé, et il n'y avait que du positif sur le banc. Je leur ai dit que j'étais fier d'eux car je sais combien c'est dur de s'embarquer dans un match où rien ne va. Cette attitude positive, cet orgueil, ça va payer dans le futur."

 

Neuilly-sur-Marne - Angers 1-8 (0-1, 0-4, 1-3)
Mercredi 28 septembre à 20h30 à la patinoire municipale de Neuilly-sur-Marne. 228 spectateurs.
Arbitrage de Damien Bliek assisté de Thomas Caillot et Mathieu Loos.
Pénalités : Neuilly 40' (0', 6', 4'+10'+20') ; Angers 44' (4', 2', 8'+10'+20').
Tirs : Neuilly 32 (9, 8, 15) ; Angers 45 (11, 20, 14).

Évolution du score :
0-1 à 03'27" : Chauvel assisté de Michel et Henderson
0-2 à 22'10" : Fortier assisté de Bellemare
0-3 à 22'38" : Albert assisté de Fortier et Bellemare
0-4 à 25'28" : Baluch assisté de Poudrier et Belanger
0-5 à 31'20" : Jokinen assisté de Henderson et Belanger (sup. num.)
0-6 à 42'42" : Poudrier assisté de Belanger et Lahesalu
0-7 à 43'36" : Bellemare assisté de Michel et Fortier
0-8 à 45'42" : Belanger assisté de Lahesalu et Albert (sup. num.)
1-8 à 49'15" : Zajac assisté de Bellavance-Martin et Bougaran


Neuilly-sur-Marne

Gardien : Billy Blase, remplacé par Landry Labat de 22'38" à 54'02".

Défenseurs : Jules Breton - Louis-Étienne Leblanc ; Alexis Birolini – Stanislas Aubert ; Jozef Wagenhoffer – Martin Zajac ; Jesse Gauthier Lebreton (A) – Alexis Besson.

Attaquants : Étienne Bellavance-Martin - Anthony Pittarelli – Miroslav Kecka (A) ; Arnaud Bougaran - Steven Cacciotti (C) – Clément Rey ; Martin Malat – Philippe Bolduc – Lukas Pek.

Absents : Andrej Kmec (apte au service, en attente de licence), Eli Sherbatov (en attente de passeport), Juho Tuomas Appel (cou/épaules).

Angers

Gardien : Andrej Hocevar.

Défenseurs : Daniel Carlsson – Lauri Lahesalu ; Kévin Igier - Jean-François David ; Charlie Doyle.

Attaquants : Éric Fortier – Jonathan Bellemare – Julien Albert ; Tomas Baluch – Thiery Poudrier – Marc Bélanger ; Valentin Michel – Brian Henderson – Brice Chauvel ; Juho Jokinen [joker sur la 3e ligne] ; puis Nicolas Hébert et Nicolas Primout à partir de 22'38".

Remplaçant : Lucas Normandon (G). Absents : Simon Lacroix (dos), Pavol Mihalik (tendon d'Achille), Christophe Colombel (cheville), Nicholas Romano (genou).