Mannheim - Straubing (DEL, cinquième journée)

Après une saison dernière mitigée, les « Adler » de Mannheim sont repartis du bon pied en ce début de campagne 2011/2012. Ils partagent la tête du championnat avec quatre autres équipes comptant trois victoires en quatre rencontres, dont une remarquable face aux Eisbären de Berlin, champions en titre. Ce début de saison était, initialement, d'autant plus incertain avec la blessure contractée en préparation par l'inamovible portier canadien Fred Brathwaite. Le jeune Felix Brückmann effectue jusque-là l'intérim avec brio et prend place à nouveau devant le filet pour le match du jour, Brathwaite n'étant toujours pas jugé à cent pour cent de ses moyens. En face, les Tigers de Straubing connaissent une entame intéressante, conforme à leur rôle de trouble-fête, et chercheront à décrocher leur première qualification en playoffs depuis leur arrivée en DEL il y a cinq ans. Les coéquipiers de Laurent Meunier, meilleur pointeur de son équipe avec un but et trois passes, n'ont donc pas forcément la faveur des pronostics ce soir !

La première banderille offensive est locale avec Ken Magowan qui trouve depuis derrière la cage Frank Mauer dont la reprise passe à côté. Sur l'engagement Adam Mitchell lance du cercle mais Barry Brust lance bien sa jambe droite. La première minute de jeu n'est pas encore écoulée ! Straubing a déjà concédé deux dégagements interdits pour se donner de l'air. Mannheim en concède deux également en tentant des relances difficiles pour lancer les ailiers dans le dos de la défense. Benedikt Brückner est le premier joueur envoyé au cachot, ce qui permet à Mannheim d'évoluer en avantage numérique après un peu plus de sept minutes de jeu. Si le jeu se met en place, les positions de tir manquent et Barry Brust n'est mis à contribution qu'une seule fois. L'action la plus dangereuse provenant des visiteurs d'un soir avec Dustin Whitecotton qui part en contre et met la rondelle devant la cage pour Sandro Schönberger qui ne peut la contrôler.

Les défenseurs bavarois sont pressés en permanence dans leur zone défensive, ce qui complique la tâche lorsqu'il s'agit de sortir de la zone. Les locaux obtiennent quelques revirements mais peinent à les fructifier. Dans cette lignée de maladresses en zone défensive, Dustin Whitecotton perd la rondelle derrière sa cage, pressé, et accroche son vis-à-vis pour éviter le pire. L'avenir lui donne raison puisqu'en une minute de supériorité Mannheim ne se montre guère plus dangereux que lors de leur première opportunité, d'autant plus que l'indiscipline de Christoph Ullmann l'envoie en prison pour avoir fait trébucher (13'). Dans le jeu à quatre contre quatre, la vitesse des Tigres est mise à profit avec le vif et très technique Daniel Sparre qui dribble deux défenseurs puis trouve Schönberger désaxé, qui lance sur réception et trouve l'extérieur du poteau de Brückmann.

À leur troisième possibilité de faire valoir leur jeu de puissance, Nikolaï Goc alerte Brust de loin, ce dernier laissant un rebond récupéré par Larry Mitchell. Il contrôle la rondelle, contourne le cerbère couché au sol, mais alors que tout le monde voit déjà le disque faire trembler le filet, Brust revient du diable vauvert et ferme la porte en collant sa mitaine au poteau ! Les joueurs du Bade-Wurtemberg changent alors leur fusil d'épaule et cessent de chercher à outrance les positions de tir depuis la ligne bleue. Au premier poteau, Yannic Seidenberg envoie le palet dans l'enclave et cherche la palette de Craig MacDonald mais c'est finalement le patin d'un défenseur qui détourne le palet entre les jambières de Brust (1-0, 18'04''). Ainsi prend fin la première période, au cours de laquelle Straubing n'a existé qu'en contres avec une quantité de tirs extrêmement pauvre. Mannheim est dangereux par intermittence, se heurtant à un solide portier adverse.

Le tiers médian démarre avec une offensive des hommes de Dan Ratushny. Oublié sur l'aile gauche en zone neutre, Schönberger fonce sur Brückmann mais perd le contrôle de la rondelle au moment fatidique... C'est bien la seule action à se mettre sous la dent en ce début de tiers où l'intensité a baissé, sur la glace comme dans les tribunes. Mais il suffit que le colosse Denis Reul, véritable coqueluche du public, effectue une charge dont il a le secret pour que la salle se réveille ! Sur un changement de ligne douteux, Frank Mauer patine vers la cage côté gauche et voit Brust s'avancer pour le défier loin de sa cage. Sans doute surpris, l'attaquant allemand perd son duel car son opposant a choisi le moment idéal pour se mettre sur ses genoux, faire la parade puis contrôler le rebond.

MacDonald remet le couvert mais voit son tir dans l'axe contré par un défenseur. Il n'abdique pas et récupère son propre rebond mais sa deuxième tentative est bloquée par l'excellent Barry Brust. Tandis que Daniel Sparre tente de sonner la révolte bavaroise par sa superbe technicité, ce sont bien Mike Glumac et Marc El-Sayed qui défient Brust de près et portent le danger sur la cage. Il faut finalement patienter jusqu'à mi-match pour voir enfin la troupe de Dan Ratushny proposer des combinaisons intéressantes en attaque placée. La première ligne emmenée au centre par Laurent Meunier montre la voie, Stewart passe le disque à Germyn devant la cage mais ce dernier manque sa reprise. Dans la continuité de l'action le capitaine de l'équipe de France est envoyé sur le banc pour avoir retenu la crosse d'un adversaire.

Si cette pénalité reste finalement sans conséquence, celle écopée deux minutes plus tard par Schönberger est plus lourde de conséquence. Les avants de Mannheim forcent le passage au premier poteau. Une fois, deux fois, mais c'est la troisième tentative qui fait se lever le public ! Marcus Kink remporte l'engagement sur la droite pour Frank Mauer. Ce pur joueur « made in Mannheim » traverse le slot, se défait du marquage et trouve le fond du filet d'un tir du revers à ras la glace (2-0, 32'55''). Les joueurs allemands des Aigles se montrent décisifs ce soir. Ce qui n'est pas pour déplaire à Köbi Kölliker, le nouveau sélectionneur national, venu assister à la rencontre à la SAP Arena. Lors de la deuxième prison locale de la rencontre, Laurent Meunier se met en évidence en alertant Brückmann. Il subit la rugueuse défense des hommes d'Harold Kreis et le coup de coude dont il se plaint n'est pas sanctionné par la paire arbitrale. Mannheim ajoute une troisième réalisation à son escarcelle, en égalité numérique cette fois, avec Adam Mitchell. Mis en orbite dans la zone neutre par Seidenberg, il se présente seul face à Brust et le déjoue à mi-hauteur (3-0, 36'34''). Straubing termine la période en avantage numérique, mais c'est à peine s'ils donnent des sueurs froides au dernier rempart.

Straubing ne reste toutefois pas sur cet échec longtemps. Dès la reprise, Laurent Meunier part en rush sur la droite et trouve devant la cage Stewart qui marque dans le haut du filet d'un tir croisé (3-1, 40'15''). Un but qui relance le match et met en garde Mannheim ! La réaction ne tarde pas avec un lancer de la bleue de Florian Kettemer dévié par Bruno St-Jacques, heureusement hors du cadre pour Brust. À l'image de son équipe, Laurent Meunier est clairement plus en vue dans cette ultime période. Après avoir été altruiste en offrant un but à Stewart, sur une action similaire il choisit le tir mais ce dernier passe au-dessus et Stewart, lancé comme comme une fusée, termine sa course dans la cage. Trente secondes plus tard, les Tigres concrétisent leur temps fort et Schönberger est récompensé au deuxième poteau. (3-2, 44'46''). Il était l'un des rares joueurs à sortir du lot durant les deux premières périodes côté visiteurs.

L'égalisation est toute proche lorsque Germyn se présente seul face à Brückmann. Plutôt que de le défier, il le met hors de position et contourne la cage, sans malheureusement pouvoir rabattre la rondelle dans un but grand ouvert (49'). Mannheim est plus que jamais proche de la rupture ; c'est alors le moment que choisit leur défenseur mais néanmoins top scorer canadien Chris Lee, transfuge de Cologne, pour sortir de sa torpeur. Transparent offensivement jusque-là, notamment sur le powerplay qu'il a pour rôle de conduire à la pointe, il adresse un lancer du poignet à ras la glace qui tutoie le montant gauche de Brust. Ce dernier était jusque là irréprochable mais aurait bien pu condamner son équipe sur une stupide perte de palet derrière sa cage. Cela se joue à la maladresse de Kink incapable de pousser le palet au fond (54').

Straubing tente de pousser. Sur une relance longue distance, Brust trouve Whitecotton à la ligne bleue adverse. Profitant d'un changement de ligne hasardeux, il fonce au but mais est repris in extremis. Mannheim confisque alors la rondelle pendant près de deux longues minutes. À une minute du terme, Dan Ratushny appelle ses troupes au banc pour un temps mort. Il tente un coup de poker en sortant son gardien malgré un engagement en zone neutre. Après avoir joué avec le feu en zone défensive, Straubing s'installe en zone offensive alors que les secondes s'égrainent. Laurent Meunier a la responsabilité de charger la dernière cartouche, derrière la cage. Il fixe et cherche la meilleure passe possible devant la cage, malheureusement interceptée par un adversaire. La sirène retentit et met fin aux derniers assauts sur la cage des Aigles.

Mannheim continue sa marche et est ce soir seul leader de DEL, avec une prestation bien en-deçà de ce qu'ils ont pu montrer une semaine auparavant face à Berlin. Ils peuvent remercier leurs adversaires du soir qui ont déployé leur jeu trop tard, en dernière période, un jeu pourtant séduisant avec beaucoup de vitesse et d'explosivité. De quoi laisser pas mal de regrets à Dan Ratushny. Laurent Meunier est après ce match toujours le meilleur pointeur de son équipe dont il est un des principaux rouages, comme en attestent ses présences sur les unités spéciales. Il termine la rencontre avec une passe, trois tirs et un plus/minus nul. Harold Kreis et ses aigles peuvent donc se tourner vers la réception de Münich, samedi, avant d'affronter mardi soir les Buffalo Sabres de l'enfant du pays et idole de tout un peuple : Jochen Hecht ...

Trois étoiles du match : 1. Frank Mauer, 2. Yannic Seidenberg, 3. Daniel Sparre.

Commentaires d'après-match :

Harold Kreis (entraîneur de Mannheim) : « Straubing n'a joué que le troisième tiers avec le jeu que nous attendions de leur part dès l'entame de match. Ils n'ont été dangereux qu'en contre-attaques en début de partie. On a manqué d'agressivité au dernier tiers et ils en ont profité. On a pu voir que leur vitesse de transition attaque-défense était vraiment leur point fort. »

Dan Ratushny (entraîneur de Straubing) : « Je félicite Mannheim pour leur match de ce soir, ils ont très bien joué, surtout lors des deux premières périodes. Ils avaient un excellent contrôle de la rondelle. Nous nous sommes réveillés au troisième tiers-temps mais c'était bien trop tard. »

Laurent Meunier (attaquant de Straubing) : « Je suis un peu déçu, on a mal commencé, on n'était pas dans le match. Notre gardien nous a bien tenus dans le match au cours des deux premières périodes qui étaient mauvaises, la réaction en troisième est arrivée trop tard. Si on veut battre ce genre d'équipes il faut jouer trois tiers pleins. Le début manquait de vitesse, d'activité et en fin de partie on a joué plus simple et en vitesse, ça nous a rendu le match plus facile. On fait un bon début de saison, ce soir c'est dans doute notre moins bon match. Même si on comptait déjà deux défaites, elles ne reflétaient pas nos performances sur la glace. On a manqué de présence ce soir et on va travailler pour corriger cela. »

 

Mannheim - Straubing 3-2 (1-0, 2-0, 0-2)
Jeudi 29 septembre 2011 à 19h30 à la SAP Arena. 6396 spectateurs.
Arbitrage de Georg Jablukov et Markus Krawinkel assistés de Tony Engelmann et Marc-André Naust.
Pénalités : Mannheim 6' (2', 4', 0'), Straubing 12' (6', 4', 2').
Tirs : Mannheim 35 (11, 15, 9), Straubing 23 (2, 11, 10)

Évolution du score :
1-0 à 18'04" : Seidenberg assisté de Glumac et Sifers (sup. num.)
2-0 à 32'55" : Mauer assisté de Kink et Arendt (sup. num.)
3-0 à 36'34" : Mitchell assisté de Seidenberg et Wagner
3-1 à 40'15" : Stewart assisté de Meunier
3-2 à 44'46" : Schönberger assisté de Whitecotton et Sparre


Mannheim

Gardien : Felix Brückmann.

Défenseurs : Chris Lee (ou Shawn Belle) – Nikolaï Goc ; Florian Kettemer – Denis Reul ; Steve Wagner – Jaime Sifers.

Attaquants : Frank Mauer – Yannic Seidenberg – Christoph Ullmann (A) ; Marcus Kink (C) – Craig MacDonald (A) – Mike Glumac ; Ken Magowan – Adam Mitchell – Ronny Arendt ; Yanick Lehoux – Marc El-Sayed – Matthias Plachta.

Remplaçants : Fred Brathwaite (G).

Straubing

Gardien : Barry Brust (sorti à 58'58'').

Défenseurs : Bruno St-Jacques – Benedikt Brückner ; Andy Canzanello – Calvin Elfring ; Michael Bakos (C) – Florian Ondruschka.

Attaquants : Karl Stewart – Laurent Meunier (A) – Carsen Germyn ; Sandro Schönberger (A) – Dustin Whitecotton – Daniel Sparre ; Jean-Michel Daoust (ou Alexander Dötzler) – Markus Hundhammer – René Röthke ; Bernhard Keil – Maximilian Forster – Richard Müller.

Remplaçants : Jan Guryca (G).