Dunkerque - Cergy (Division 1, 4e journée)

CaisseFrancisVaincus à trois reprises dans la dernière période, les Jokers de Cergy ferment la marche au classement à l'abord d'un déplacement à Michel-Raffoux, où une avalanche de buts a emporté les deux premiers visiteurs, Nice et Mont-Blanc. Pour éviter pareille mésaventure et ouvrir le compteur de points, Simon Lacroix comptera sur l'ensemble de ses recrues étrangères, dont Peter Cizek, auteur de deux passes face à Anglet.

Vorse or worse ?

Conscient de la forme affichée ces derniers temps par l'offensive dunkerquoise, Robert Vorse s'attend à un accueil particulier dans une patinoire bien garnie. Le portier américain, arrivé cet été de Fitchburg State en NCAA, doit cependant attendre quatre minutes pour s'employer. En effet, dès le coup d'envoi donné par Jonathan Zwikel, ses équipiers prennent les commandes du jeu, à la suite d'une première faute de Rousseau dans le repli défensif. Le jeu de puissance se met rapidement en place, Francis Caisse aux manettes derrière la cage résistant à deux défenseurs pour trouver Dubuc en soutien. Martel capte cette première tentative et renvoie l'essai de Cizek, mais, abandonné, il ne peut rien face à Frédéric Hostein, oublié devant une cage grande ouverte sur une passe de Lachat (0-1 à 02'02").

Un tir en force de Martin Croguennec emploie enfin Robert Vorse, encore un peu plus inquiété par un raid de Maurice Rozenthal, qu'il bloque, avant de sortir un arrêt de classe aux devants de Thomas, servi au deuxième poteau par Pelletier, à la faute dans son élan (07'36"). Reparti vers l'avant, Cergy passe près de doubler son avantage sur un palet a priori anodin expédié au fond de la zone par Caisse, au rebond capricieux, et sur un tir détourné du Russe Klochkov, que Martel repousse malgré le trafic. Maurice Rozenthal y allant d'un nouveau numéro, les Jokers sont poussés à la faute et subissent à nouveau la pression. Las, le lancer puissant de Zich échoue à côté puis Vorse ne laisse aucun rebond à l'ancien Toulousain.

Un gros travail de Gino Heyd derrière le but offre même le deuxième filet à Cizek, à l'origine de l'action (0-2 à 11'57"). De son côté, le gardien américain continue à écoeurer Petr Zich, et Clément Thomas, de la crosse. Et lorsque François Rozenthal le contraint enfin à concéder un rebond, sa défense se replie à temps sur Croguennec, lequel prédisait un match-piège. La suite donnera raison à l'ancien Rouennais, aussi bon au pronostic qu'aux tâches défensives dans l'ombre du massif Tkac... Peu avant la première sirène, Ludovic Duranceau profite d'un palet perdu par les bleus dans leur zone pour tromper Martel d'un superbe tir millimétré qui ricoche sur le cadre (0-3 à 19'35"). Pour ne rien arranger, le revenant Folcke, longtemps blessé au genou, est puni pour cinglage.

CroguennecMartinAu retour des vestiaires, la botte de Martel permet de tuer cette pénalité devant Cizek, puis l'infatigable Zich, toujours prompt à porter le danger, récupère la rondelle à la bleue et s'en va seul feinter Robert Vorse, sous lequel il glisse le disque avec sang-froid (1-3 à 23'17"). Dans la minute suivante, Pelletier perce sur la droite, passe Klochkov et Dubuc, contraint à l'accrocher. Pourtant, Dunkerque ne profite pas de cette supériorité numérique, et c'est même Francis Caisse qui s'en va en break dans le dos de Zich, se décale vers la droite, mais Marc-André Martel a bien senti le coup.

Le portier québécois confirme ces bonnes dispositions au cours d'une dizaine de minutes initiée par une longue présence du dangereux trio Caisse - Heyd - Cizek, bien aidé par les muscles de Dubuc et la mobilité de Klochkov. D'un plongeon sur sa droite, Martel prive même le capitaine Viennot du quatrième but. Efficace dans les coins et au pressing, Cergy parvient à écarter deux nouvelles supériorités sans sourciller, car les seuls tirs de François Rozenthal et Clément Thomas échouent sur des Jokers.

L'entame du dernier vingt est elle aussi marquée du sceau de la bonne organisation des hommes de Martin Lacroix. Gênés, les Dunkerquois peinent dans la relance. Et, sur l'une de leurs premières incursions en attaque, Arnaud Péan est sanctionné pour une charge incorrecte. Maurice Rozenthal essaie bien de réveiller ses troupes en forçant Dubuc, trop tranquille derrière son but, à perdre la rondelle, le défenseur québécois, souvent engagé dans plusieurs joutes verbales et autres luttes acharnées avec ses compatriotes adversaires du soir, se retrouve par la suite en bonne position pour armer un lancer tendu à ras glace (1-4 à 47'55").

Après avoir perdu plusieurs points dans la dernière ligne droite, Cergy parviendra-t-il à maintenir cet avantage a priori décisif ? Punis à trois reprises dans une deuxième partie de tiers aussi hachée qu'acharnée, les Jokers s'en remettent d'abord à leur portier, impeccable de la mitaine devant Croguennec, positionné dans le cercle gauche. À la suite de plusieurs explications et coups bas, ayant notamment pour victimes Cizek et Rousseau, lui-même violemment chargé par le Slovaque et contraint à quitter le jeu pour faire observer son épaule douloureuse, François Rozenthal parvient à redonner de l'espoir aux siens de la droite, surprenant totalement Robert Vorse (2-4 à 58'17").

DubucMaxime2

Le dernier rempart des joueurs du Val d'Oise commet ici la seule fausse note d'une soirée particulièrement réussie. Dubois de loin et Thomas de la droite ne trouveront qu'une mitaine sur le chemin de leurs tentatives. La sortie de Martel ne changera pas la situation.  Ironie du sort, le premier trio s'échange tranquillement la rondelle pour offrir la possibilité à Francis Caisse de parachever la bonne prestation d'ensemble des visiteurs en cage vide (2-5 à 59'16").

Ce troisième match de suite à domicile aura donc été de trop pour les Corsaires, incapables de retrouver leur allant offensif des dernières sorties. Les quelques erreurs techniques dans les transmissions et les tirs étaient de trop pour surmonter l'obstacle présenté par une formation qui n'avait pas l'apparence d'une lanterne rouge.

Commentaires d'après-match

Marc Leroux (entraîneur de Dunkerque) : "Il ne s'agit pas d'une grosse déception, mais de la réalité de la D1, où il n'y a pas de petites équipes. On savait que Cergy venait chercher des points. Ils ont reconstitué une équipe avec de l'ambition et des joueurs de qualité. Ils nous ont pris comme nous avons pris le Mont-Blanc la semaine dernière. À 0-3 le match devient difficile à gagner. On travaille fort par la suite, même si nous perdons Benjamin N'Guyen, pour remporter le deuxième tiers. Au troisième, on a de bonnes intentions mais une mauvaise pénalité en zone offensive permet à Cergy et son jeu de puissance efficace de s'envoler. Au contraire de notre adversaire, opportuniste, nous avons tout envoyé dans le plafond. Avec deux déplacements difficiles, on va travailler fort et continuer à se remettre en question chaque week-end. Dans cette division, il faut aller chercher les points, aucun cadeau ne nous sera fait."

Martin Lacroix (entraîneur de Cergy) : "Ne connaissant pas bien mes joueurs en arrivant, j'ai travaillé avec mon assistant pour apprendre à les découvrir. Le système de jeu peut prendre 6 à 8 semaines pour être mis en place. Nous nous sommes concentrés sur les erreurs des trois premiers matchs, car aucune équipe pour l'instant ne nous a "abîmés", que ce soit Mont-Blanc, Montpellier ou Anglet. Cette victoire est bonne pour le moral et la confiance de l'équipe car le travail a fini par payer. Je n'étais pas inquiet parce qu'on voyait des progrès. Gagner à Dunkerque fait plaisir car c'est une belle équipe. Ma première ligne est très en vue, mais il ne faut pas oublier les autres, le troisième bloc, le deuxième avec Ludovic Duranceau que je promène de l'arrière à l'avant depuis le début de saison... Les nombreux tirs bloqués témoignent aussi de leur détermination et de leur implication. Il est difficile de se prononcer sur le potentiel de mon équipe, je n'ai pas encore vu assez d'adversaires, que je ne connais pas toujours."

 

Dunkerque - Cergy 2-5 (0-3, 1-0, 1-2).
Samedi 1er octobre 2011 à 18h30 à la patinoire Michel Raffoux. 950 spectateurs.
Arbitrage de Stéphane Rousselin assisté de Jérémy Kahli et Jérémy Metais.
Pénalités : Dunkerque 14' (10', 2', 2'), Cergy 32' (8', 8', 6'+10').
Tirs : Dunkerque 33 (13, 7, 13), Cergy 37 (12, 17, 8).

Évolution du score :
0-1 à 02'02" : Hostein assisté de Lachat et Klochkov (sup. num.)
0-2 à 11'57" : Cizek assisté de Caisse et Heyd
0-3 à 19'35" : Duranceau assisté de Viennot
1-3 à 23'17" : Zich
1-4 à 47'55" : Dubuc assisté de Viennot et Caisse (sup. num.)
2-4 à 58'17" : F. Rozenthal assisté de Wikström
2-5 à 59'16" : Caisse assisté de Heyd et Cizek, cage vide

Dunkerque

Gardien : Marc-André Martel (sorti de 59'07" à 59'16").

Défenseurs : Grégory Dubois (A) - Petr Zich ; Martin Croguennec - Martin Tkac ; Yann Marez - Ghislain Folcke puis Clément Derepper à 31'48".

Attaquants : Maurice Rozenthal  -  Kim Wikström - François Rozenthal (C) ; Clément Thomas (A) - Éric Rousseau - Guillaume Pelletier ; Matthieu Becuwe  - Benjamin N’Guyen puis Arnaud Péan à 20'00" - Antoine Houque puis Aurélien Zajac à 20'00".

Remplaçants : Pierrick Boudot (G), Benjamin Denis. Absent : Loïc Destoop (suspendu).

Cergy

Gardien : Robert Vorse.

Défenseurs : Alexander Klochkov - Maxime Dubuc (A) ; Thomas Edwiges - Dimitri Bogus ; Florian Aurat - Erwan Personne.

Attaquants : Francis Caisse - Gino Heyd - Peter Cizek ; Ludovic Duranceau - Frédéric Hostein - Olivier Viennot (C) ; Nicolas Lachat - Thibaut Fromentin - Benoît Proutat.

Remplaçant : Nicolas Cargou (G). Absents : Antoine Dubois (suspendu), Tristan Lemaire (genou), Roland Fontaine.