Français Volants - Metz (Division 2, 2e journée)

En ce samedi 8 octobre 2011, les Français Volants accueillent les Graoully de Metz et comptent sur ce premier match à domicile face à un promu pour confirmer leur victoire probante acquise à Meudon en ouverture du championnat. L’équipe parisienne semble avoir été intelligemment renforcée durant l’intersaison et peut légitimement espérer une étiquette d’outsider de ce championnat.

À noter que l’équipe de Metz ne s’est déplacée qu’avec 12 joueurs dont un seul gardien, ce qui présage de probables futures difficultés physiques le match avançant.

Dès la première minute de jeu, les Volants ratent une grosse occasion, Antoine Blanchard vendangeant une cage vide suite à une jolie passe de Quentin Pépy. Si la domination est parisienne, les Volants n’arrivent pas à véritablement inquiéter la cage de Cédric Dietrich, faute de cadrer leurs tirs. Néanmoins, le gardien messin parvient à réaliser un triple sauvetage miraculeux à 12’30’’ : la pression s’accentue, les tirs deviennent de plus en plus précis.

Et l’ouverture du score intervient durant une énième supériorité numérique (l’arbitre principal ayant décidé de siffler la moindre faute). À 13’37’’, sur une mise en jeu dans la zone offensive, une jolie passe vers la droite permet à Quentin Pepy de tromper la vigilance du gardien visiteur. Preuve que les unités spéciales fonctionnent bien en ce début de saison chez les locaux, Jani Kylmamaa parvient à doubler le score pour les Volants en infériorité numérique : après avoir récupéré la rondelle en zone défensive, il remonte l’ensemble de la patinoire en résistant à la pression des joueurs adverses et trompe du revers Cédric Dietrich. Le break est réalisé.

La partie semble bien entamée pour l’escouade parisienne mais les Messins profitent également de leur supériorité numérique : à 17’43’’, suite à une belle transversale de Vladimir Borivkovs dans l’angle opposé, Aleksandrs Kercs arrive à tromper aisément Johan Backö qui ne peut rien faire sur ce coup.

Ce premier tiers permet de révéler quelques tendances : on constate une lente mais progressive mise en puissance des Français Volants, des joueurs messins techniques mais assez peu disciplinés et un arbitrage quelque peu tatillon.

Le deuxième tiers repart sur des bases offensives élevées. Quentin Pépy récupère le palet suite à une mise en jeu dans la zone défensive des Volants, remonte la patinoire et s'en va tromper du revers le gardien messin. Ce fort joli but est imité à l'identique par les Messins, la seule différence étant que le but marqué le sera du poignet et non du revers par l'intermédiaire de Yannick Hamri. Les équipes sont à nouveau dos à dos, un petit but les séparant.

Mais les Messins, déjà en sous-nombre, vont subir une série de plusieurs pénalités successives. Suite à une fort jolie passe d'Einar Engström vers la gauche, Brendan Martial marque le quatrième but parisien du revers en supériorité numérique. Quelques secondes plus tard, à 27'31'', Arnaud Mazzone alourdit la marque pour les locaux : ce dernier reprend instantanément une passe en retrait de Quentin Pépy. Les Volants asphyxient complètement leurs hôtes, la fatigue physique étant de plus en plus présente chez les Messins.

Pendant une dizaine de minutes, le jeu proposé se révèle anecdotique, celui-ci étant juste ponctué par une ribambelle de pénalités, plus ou moins justifiées par ailleurs. Néanmoins, la dernière minute va définitivement plier le match pour les locaux. À 39'11'', en double supériorité numérique, Sébastien Dermigny shoote à bonne distance et son shoot est dévié astucieusement par Kevin Guimbard. À 26 secondes de la sirène, Félix Chougui marque le 7e but parisien d'un gros tir dans l'axe.

La main mise des Volants est criante sur ce match, les Messins étant à la fois débordés et de plus en plus fatigués par leurs efforts physiques.

Le troisième tiers repart comme la fin du deuxième : une passe lumineuse d'Arnaud Mazzone permet à Einar Engström de tromper le cerbère messin en pleine lucarne opposée en supériorité numérique. Le match s'équilibre durant quelques minutes, mais suite à un petit festival au milieu, Quentin Pépy marque à nouveau d'un joli tir frappé imparable à 48'11''. Les Graoully boivent le calice jusqu'à la lie, mais leur déconvenue n'est pas terminée. Trois minutes plus tard, Quentin Pépy rajoute un nouveau but à son compteur.

S'ensuivent plusieurs minutes où l'arbitre perd quelque peu le contrôle du match en sifflant des pénalités multiples des deux côtés. Les esprits s'échauffent et le jeu devient de plus en plus haché. À 39 secondes de la sirène finale, les Volants marquent un onzième but anecdotique par l'entremise de Sébastien Dermigny d'un tir au ras de la glace sur une passe de Pépy venant de la gauche.

Que penser de ce match ? La domination parisienne est méritée mais le score apparaît trompeur. Les Messins, au jeu technique, ne méritait pas une telle déconvenue. Avec une ligne supplémentaire et un peu plus d'auto-discipline, ils auraient pu fournir une opposition un peu plus consistante. Quoi qu'il en soit, les Parisiens sont leaders de la poule et, avec deux nouveaux matchs à domicile, peuvent définitivement lancer de manière très positive leur saison.

 

Français Volants – Metz 11-2 (2-1, 5-1, 4-0)
Samedi 8 octobre 2011 à 18h45 à la patinoire Sonja-Henie. 150 spectateurs.
Arbitrage de M. Catarino assisté de MM. Lebègue et Durand.
Pénalités : Paris 58' (8'+10', 10', 10'+10'+10') ; Metz 66' (10'+10', 14'+10'+10', 12').

Évolution du score :
1-0 à 13'37" : Pépy assisté de Kylmamaa et Dermigny (sup. num.)
2-0 à 16'23" : Kylmamaa assisté de Pépy et Sellem (inf. num.)
2-1 à 17'43" : Kercs assisté de Borivkovs et Bullitis (sup. num.)
3-1 à 22'04" : Pépy assisté de Martial et Backö
3-2 à 23'41" : Hamri assisté de Essipov et Vannienwenhove (sup. num.)
4-2 à 26'53" : Martial assisté de Engström et Chougui (sup. num.)
5-2 à 27'31" : Mazzone assisté de Pépy et Kylmamaa
6-2 à 39'11" : Guimbard assisté de Dermigny et Pépy (sup. num.)
7-2 à 39'34" : Chougui assisté de Engström et Backö (sup. num.)
8-2 à 42'14" : Engström assisté de Mazzone et Dermigny (sup. num.)
9-2 à 48'11" : Pépy assisté de Guimbard et Kylmamaa
10-2 à 51'09" : Kylmamaa assisté de Pépy et Engström
11-2 à 59'21" : Dermigny assisté de Pépy et Kylmamaa (sup. num.)