Brest - Mont-Blanc (Division 1, 6e journée)

Les Albatros emportés par l'Avalanche

2011-10-15-Brest-MontBlancLes Albatros sont revenus victorieux la semaine passée de leur plus long déplacement de l'année à Nice. L'invincibilité des Aigles à domicile a pris fin sur un but de Daniel Sevcik qui a permis à Brest de l'emporter 3-2. Pendant ce temps le Mont-Blanc mené par Christian Pouget relevait la tête face à Bordeaux (5-3) après deux lourdes défaites contre les promus dunkerquois et lyonnais (2-8 et 2-7).

Les spectateurs n'étaient guère dépaysés par la venue de Mulhouse il y a deux semaines, ce n'est pas le cas avec celle du Mont-Blanc. La dernière et unique apparition de l'Entente sur le glaçon du Rïnkla Stadium remonte à 2006 lorsque son équipe-réserve avait remporté le "Final Four" de D3.  Beaucoup de personnes découvraient donc cette équipe. Cependant, au vu de sa composition, on pouvait malgré tout avoir une petite idée de ce qui attendait les Albatros : un adversaire besogneux et qui patine fort.

Une impression vite confirmée. Mont-Blanc prend rapidement les devants suite à un tir puissant de Jérémy Ares. Arnaud Goëtz fait l'arrêt du bout de sa jambière mais est obligé de se coucher. Il est alors une proie facile pour Loïc Le Moine qui récupère le rebond (0-1, 4'14").

On peut le dire : on s'ennuie ferme dans les gradins durant cette première période. L'ambiance est morne avec un Kop "en grève" suite à l'installation d'un filet de sécurité devant leur tribune. Le jeu brestois manque de rythme et le collectif n'est pas au mieux. Les grosses occasions locales sont issues d'actions souvent individuelles à l'image d'Alexandre Lefebvre qui multiplie les dribbles mais ne parvient pas à marquer (8' et 13'30").

En face Mont-Blanc est plus rodé. Le style est peu spectaculaire mais efficace. Durant leurs deux infériorités numériques, les visiteurs montrent aussi l'efficacité de leur travail défensif en effectuant un bon pressing et les sacrifices nécessaires. Tuomas Tikkanen n'hésite pas à se coucher pour stopper un lancer-frappé de la bleue (15'). Adrien Morin fait son travail sans fioriture et même sans rebond sur un tir puissant de Jaroslav Prosvic (19'25").

GoetzArnaud

Le deuxième tiers débute mal pour les Bretons qui encaissent la quasi copie conforme du premier but. Cette fois c'est Morgan Vialle qui tire et Romain Orset qui pousse au fond le rebond (0-2 à 20'37). Cependant la patinoire se réveille puisque après un changement de tribune le Kop retrouve sa voix.

Les Albatros affichent enfin un visage plus convaincant. Sur une entrée en zone offensive, Jaroslav Prosvic laisse le palet en retrait pour Jonathan Avenel qui décoche rapidement un tir. Morin est masqué par Lionel Simon et ne peut que constater les dégâts (1-2 à 23'53"). Brest continue de dominer mais se voit sanctionner pour la première fois de la rencontre juste avant la mi-match (29'42").

Les joueurs de l'Avalanche se font piéger sur leur premier jeu de puissance puisque Mans Papaux parvient à trouver Daniel Sevcik qui s'était fait oublier derrière deux défenseurs. L'ancienne vedette de Courbevoie s'en va seul défier Morin. Il effectue un freinage, part sur sa droite puis revient sur son revers et marque (2-2 à 29'59"). Un but plein de sang-froid célébré par un poing rageur envers la tribune. Une réponse sans doute aux nombreuses critiques dont il fait l'objet après son début de saison très décevant.

Brest a beau avoir nivelé la marque, Mont-Blanc parvient à causer des misères à la défense locale grâce à sa vitesse. Le schéma de jeu est simple : des contres rondement menés face à une équipe brestoise qui se découvre trop. Une fois en zone offensive on lance vers la cage afin d'obtenir un rebond ou une déviation. C'est ainsi que Jérémy Ares voit son centre dévié par un patin brestois (2-3 à 37'31") puis Patxi Biscard dévie lui aussi le palet - avec sa crosse cette fois - sur une passe de Morgan Vialle (2-4 à 39'28"). Simple et efficace.

Tout est à refaire sur deux actions d'école. Les carottes sont quasiment cuites par les visiteurs qui ont le don pour marquer rapidement en début de période. Croz parvient à conserver le palet dans une défense trop laxiste. Même scénario que d'habitude : centre et but avec Tikkanen à la finition (2-5 à 40'30).

TikkanenTuomasL'espoir renaît un peu grâce à la ténacité de Jonathan Avenel qui signe un doublé en concrétisant de manière acrobatique un rebond laissé par Morin (3-5 à 51'39"). Dans la foulée David Croteau a l'occasion de relancer complètement le match mais son tir à bout portant est superbement dévié par la botte gauche de Morin (51'50"). Les minutes s'écoulent et Jaroslav Prosvic n'aide pas les siens en infligeant deux méchants coups de crosse dans le dos d'un défenseur qui s'était interposé entre lui et Adrien Morin (55'31"). Il écope logiquement d'une méconduite. Les Albatros ne parviendront jamais à refaire leur handicap : défaite 5-3.

À défaut d'être spectaculaire, l'équipe du Mont Blanc a su mettre en place un jeu sobre et efficace grâce à un rythme bien plus soutenu que son adversaire. Elle a fait la course en tête durant tout le match et a marqué à des moments décisifs de la rencontre. Ses deux points sont donc loin d'être usurpés. Une bonne opération comptable pour elle.

Pour Brest, deux précieux points s'envolent dans ce championnat ultra-serré. Autrefois forteresse quasi imprenable, le Rïnkla Stadium est tombé pour la deuxième fois en autant de semaines. Du jamais vu ! Les Albatros ont affiché un visage bien moins flamboyant que ce qu'on a pu apercevoir face à Mulhouse. Le jeu brestois s'appuie trop sur les exploits individuels des Lefebvre, Croteau et autres Pard. L'envie est là mais le collectif n'est pas assez développé. De plus les joueurs ont tendance à trop se découvrir en pratiquant un jeu trop offensif. Ils l'ont payé cash sur ce match.

Le point positif est dans la discipline puisque, sans la méconduite de Prosvic, les Brestois ne sont allés qu'à deux reprises en prison. On peut aussi noter l'efficacité de l'équipe pour tuer les pénalités. Cependant la route est encore très longue pour atteindre les play-off.

 

Brest – Mont-Blanc (0-1, 2-3, 1-1)
Samedi 15 octobre 2011 à 18h40 au Rïnkla Stadium. 723 spectateurs.
Arbitrage de Jérémy Rauline assisté de Clément Goncalves et Charles-Édouard Salmon.
Pénalités : Brest 14' (0', 2', 2'+10), Mont-Blanc 20' (4', 10', 6').

Évolution du score :
0-1 à 04'14" : Le Moine assisté d'Ares et Belov
0-2 à 20'37" : Orset assisté de Vialle
1-2 à 23'53" : Avenel assisté de Prosvic
2-2 à 29'59" : Sevcik assisté de Papaux et Poulin (inf. num.)
2-3 à 37'31" : Ares assisté de Le Moine
2-4 à 39'28" : Biscard assisté de Vialle et Orset
2-5 à 40'30" : Tikkanen assisté de Croz
3-5 à 51'39" : Avenel assisté de Holik et Poulin (sup. num.)


Brest

Gardien : Arnaud Goetz (sorti à 59'04").

Défenseurs : Nicolas Motreff (A) – Francis Ballet (C) ; Aurélien Gréverend – David Poulin ; Vladimir Holik – Gaëtan Cannizzo.

Attaquants : Alexandre Lefebvre (A) – David Croteau – Tristan Lemoine ; Serge Toukmatchev – Mans Papaux – Daniel Sevcik ; Jonathan Avenel – Jaroslav Prosvic – Nicholas Pard.

Remplaçant : Landry Macrez. Absent : David Hennebert (fracture du pied).

Mont-Blanc

Gardien : Adrien Morin.

Défenseurs : Victor Cocar – Riku Silvennoinen ; Sébastien Borini – Lionel Simon ; Maxim Belov – Sacha Jean.

Attaquants : Tuomas Tikkanen – Etienne Croz (A) – Sébastien Subit (A) ; Morgan Vialle – Romain Orset (C) – Patxi Biscard ; Jérémy Ares – Raphaël Rohwedder – Loïc Le Moine.

Remplaçants : Luc Saccomano (G), Fabien Satonay. Absents : Jordan Revel, Benjamin Tur.