Rouen - Strasbourg (Ligue Magnus, 6e journée)

L’exploit pour l’Étoile Noire

2011-10-22-Rouen-StrasbourgEn s’imposant dans l’antre des Dragons, Strasbourg, malgré deux titulaires absents, monte en puissance et se représente comme l’une des équipes qui gêne à tourner rond. Tout le contraire d’une formation de Rouen qui s’enlise avant d’aller au Haras où ils ont perdu en coupe de la ligue mardi dernier. Les champions de France, déficients derrière et en avantage numérique, ont été muselés par des Alsaciens rigoureux en défense et pugnaces.

Première surprise, Fabrice Lhenry fait les frais de la défaite en terre angevine et Sebastian Ylönen est aligné devant la cage. Deuxième étonnement, Romain Gutierrez, malgré une suspension annoncée, est préféré à Rech, Mulle et Valier, aux cotés de Mallette et Paré et en lieu et place d’Elomo positionné sur le troisième bloc !

Le jeu est fermé dans ce tout début de match. Pierre Bougé est sanctionné pour une crosse haute maladroite sur Salmivirta (3’19). Mallette manque sa chance en power-play au rebond des tirs de Paré et Santala (4’05). Puis un bon mouvement offensif n’est pas bien conclu par Gallagher (5’55). Le RHE 76 bouge bien pendant une nouvelle supériorité mais ne marque pas (8’44). Les trios des Dragons (Mallette-Manavian-Desrosiers puis Paré-Janil-Elomo) réalisent l’exploit de contenir un double jeu de puissance de l'Étoile Noire long d’une minute et 55 secondes pendant lequel Cayer a eu au bout de sa crosse une des deux plus belles occasion d’ouvrir le score (13’41).

Une fois sorti de l’auberge, Mallette, de près, reprend son propre rebond (1-0 à 14’21). Les Normands résistent encore pendant que Salmivirta est en prison pour avoir accroché Petriläinen. À quelques secondes de la première pause, les joueurs de Rodolphe Garnier, pourtant indisciplinés, ont fait le plus dur : ils résisté et ouvert la marque... mais, épuisés et/ou dédaigneux, s’arrêtent de jouer. Patatras, sur la dernière relance de la première période des coéquipiers d’Elie Marcos, l’ailier droit et l’arrière droit ne sont pas là, Elomo dégage mécaniquement le long de la balustrad... Le palet finit sa course dans les palettes adverses. Gallagher, combatif, qu’on laisse jouer, reprend son propre rebond au milieu de trois Dragons apathiques. Un mauvais but au mauvais moment qui laissera des traces (1-1 à 19’56).

2011-10-22-Rouen-Strasbourg2À la reprise, une nouvelle faute offensive (Desrosiers sur Petriläinen) fait jouer une attaque à cinq à Strasbourg. Ylönen sollicité par Striz se prend les pieds dans le tapis. Son défenseur gauche regarde enfiler Tarantino qui faisait le tour de la cage (1-2 à 21’09). Vingt secondes plus tard, on laisse Marcos frapper à mi-distance dans un angle fermé. Le palet passe par un trou de souris (1-3 à 21’29). Ce n’est pas de chance mais le vice-champion de France l'a saisie.

Les jeux à parité sont fermés. La seule occasion sera pour les visiteurs. Marcos, encore lui, trouve la jambière ferme d’Ylönen (31’13). Cinq power-plays se succèdent de part et d’autre, mais les défensives excellent. Là encore, ce sont les Alsaciens qui se procurent la meilleure occasion par Tarantino (31’52).

Dans la troisième période, les Normands sont plus disciplinés. Et comme par hasard cela va mieux. Hiadlovsky frustre Desrosiers de la mitaine (42’36). Rouen pousse, cela crée des espaces pour Strasbourg. Une attaque surnuméraire à trois-contre-un de l'Étoile Noire est anéantie par Demén-Willaume qui se rachète (43’24). Hiadlovsky ne complète pas un arrêt sur Guénette alors Thinel peut pousser la rondelle au fond de ses filets (48’15). Le duo compense là leur transparence. Trente-huit secondes après Elomo devant l’enclave égalise d’un revers rageur et instantané sur réception d’une centre-passe de Mallette (3-3 à 48’53).

2011-10-22-Rouen-Strasbourg3Daniel Bourdages appelle un temps mort et re-concentre son équipe sur son jeu : rigueur en défense et pugnacité en attaque. Ses joueurs ont compris le message. Jan Cibula a une chance, mais Sebastian Ylönen sauve son équipe en même temps que le point du match nul car ses coéquipiers ne profitent pas de deux nouvelles supériorités (52’18 & 58’50).

Le RHE76 aborde la prolongation en avantage d’un homme. Néanmoins, le jeu de puissance rouennais reste muet. Sebastian Ylönen doit s’illustrer devant Marcos (61’06) et Cayer (61’56). Une mauvaise relance dans l’axe, à l’aveugle, de derrière la cage remet Marcos en position, le joueur de centre ne laisse aucune chance au gardien local et permet à Strasbourg d’engranger logiquement les deux points de la victoire.

Une victoire  bâtie sur une défensive et un placement rigoureux ainsi qu’une attaque fondée sur le contre, le tout reposant sur un patinage constant et sans faiblesse dans les deux sens de la patinoire.

Même si certains joueurs ont été plus absents que d’autres, chez les Dragons la défaite est assez collective, car ce sont des petites erreurs cumulées qui coûtent les trois buts encaissés. Les Dragons ont été indisciplinés pendant deux tiers, n’ont pas marqué sur une seule de leur sept supériorités. Ils se sont montrés fatigués et n’ont pas semblé maîtriser une défense à cinq arrières. Dans ses conditions, devant un adversaire plus vaillant, c’est une chance qu’ils comptabilisent un point et qu’Angers et Chamonix aient aussi perdu leurs matches de la sixième journée de ligue Magnus.

 

Rouen – Strasbourg 3-4 après prolongation (1-1, 0-2, 2-0, 0-1)
Samedi 22 octobre à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 2245 spectateurs.
Arbitrage de Damien Velay assisté d'Anne-Sophie Boniface et Pierre Dehaen.
Pénalités : Rouen 14' (8', 6', 0') ; Strasbourg 16' (6', 6', 4').

Évolution du score :
1-0 à 14'21" : Mallette assisté de Desrosiers et Thinel
1-1 à 19'56" : Gallagher assisté de Brissette Cayer et Kuuluvainen
1-2 à 21'09" : Tarantino assisté de Striz et Dufournet (sup. num.)
1-3 à 21'29" : Marcos assisté de Striz et Correia
2-3 à 48'15" : Thinel assisté de Guénette et Desrosiers
3-3 à 48'53" : Elomo assisté de Mallette et Paré
3-4 à 62'58" : Marcos assisté de Correia et Striz


Rouen

Gardien : Sebastian Ylönen.

Défenseurs : Richard Demén-Willaume – Darcy Werenka (A) ; Jimi Santala – Antonin Manavian ; Jonathan Janil.

Attaquants : Julien Desrosiers – François-Pierre Guénette – Marc-André Thinel (A) ; Romain Gutierrez – Carl Mallette (C) – Jean-Philippe Paré ; Teemu Elomo – Loïc Lampérier – Ilpo Salmivirta ; puis Anthony Rech à 49'43".

Remplaçants : Fabrice Lhenry (G), Anthony Goncalves, Alexandre Mulle, Aurélien Dorey. Absent : Juha Alen (dos).
 
Strasbourg

Gardien : Vladimir Hiadlovsky.

Défenseurs : Pierre Bougé – Pasi Petriläinen ; Michal Cesnek – Maxime Mallette ; Hughes Cruchandeau (A) – David Striz.

Attaquants : Timo Kuuluvainen – Blake Gallagher – David Brisette Cayer ; Jan Cubula (A) – Édouard Dufournet – Lionel Tarantino ; Timothée Franck – Elie Marcos – Julien Correia.

Remplaçant : Gilles Beck (G). Absents : Kevin Young (suspendu), Pierre-Antoine Devin (blessé), Julien Burgert.